Navigation – Plan du site

AccueilRégionsDomaine public maritime2003Littoral de la CorseAu large de Lecci – L’épave de Ca...

2003
Littoral de la Corse

Au large de Lecci – L’épave de Cala Rossa

Fouille programmée (2003)
Responsable d’opération : Hélène Bernard
Notice rédigée avec Franca Cibecchini

Entrées d’index

Année de l'opération :

2003

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1L’épave de Cala Rossa est une des toutes premières déclarations aux Affaires maritimes d’un site archéologique en Corse (Bravard, Quilici 1962). Malgré son potentiel reconnu dès l’origine (Tchernia 1969 : 196 ; Liou 1975 : 604) aucune étude de fond n’avait été entreprise, mais la transmission de ses coordonnées avait été assurée malgré la disparition de tous les indices apparents.

2L’importance de cette épave est liée à la problématique des courants commerciaux du iiie s. av. J.-C., en particulier dans ses dernières décennies, qui verront la conclusion de la seconde guerre punique et la forte expansion économique et politique de Rome en Méditerranée.

3Les conditions favorables de la fouille nous ont amenées à vouloir mettre en œuvre des relevés en photogrammétrie digitale (joints à un système GIS lié au programme Arpenter). Le plan manuel a été complété d’une couverture photographique argentique réalisée par J. Chiapetti (Arsec) et sur le secteur le plus dense (I-J 48/53 et K-L48/50) de plusieurs couvertures photographiques digitales (Canon Ixus 300, F. Cibecchini) pour l’élaboration d’une photogrammétrie digitale grâce à la collaboration de P. Drap (laboratoire Gamsau/CNRS). Différents types de cibles et référents métriques ont été expérimentés pour une éventuelle restitution 3D de secteurs offrant un intérêt particulier (fig. 1).

Fig. 1 – Couverture photogrammétrique

Fig. 1 – Couverture photogrammétrique

F. Cibecchini, P. Drap.

4Le matériel apparent prélevé en 1962 avait révélé une cargaison de deux modules d’amphores gréco-italiques, assimilables au type MGS VI de Vandermersch, portant des graffiti en latin sur l’épaule. Des graffiti de ce type ne sont pour le moment connus que sur deux autres exemplaires d’amphores gréco-italiques : un sur l’épave de Terrassini en Sicile (Purpura 1974) et l’autre sur le site de Pontos, près d’Ampurias en Catalogne (Fonaments 9, 1996). Un timbre latin, illisible était attesté. Une amphore punique de type Mana C1b/Ramon T-7.2.1.1 avait été recueillie en 1974. Sur la base de ce matériel, l’épave semble pouvoir être datée du dernier quart du iiie s. av. J.-C.

5Le sondage d’une extension maximale de 24 m2 a touché un secteur d’épandage de matériel. Un épisode de crue de l’Osu dont le delta a divagué sur cette portion de côte a touché superficiellement le site, semble-t-il.

6Les fragments d’amphores recueillis, soit 25 individus, appartiennent pour les types reconnus aux deux classes définies dans les opérations de 62 et 75. Visuellement trois grands groupes de pâte (sur huit) sont majoritaires dans les gréco-italiques dont un groupe incontestablement d’origine campano-latiale. Les analyses pétrographiques prévues devraient permettre dans un avenir proche une meilleure précision.

7On relève quatre timbres de lecture difficile, trois en latin et un en grec sur une gréco-italique de morphologie légèrement différente. Un timbre figuré (amphore) marque deux fragments d’anse d’un groupe de pâte spécifique.

8Cinq graffiti de développement réduit, de une à trois lettres, ainsi qu’une étoile marquent les amphores gréco-italiques. L’apport le plus inédit de cette campagne réside dans l’important échantillonnage de céramique commune en vaisselle de table et de cuisine avec une vingtaine d’individus recensés : cruches, marmites, ollae, pelvis, askos (fig. 2). La céramique à vernis noir, représentée par un fond de coupe décorée de guillochis et un col d’olpé avec son anse, appartient à une production qui n’a pu être encore identifiée.

Fig. 2 – Céramique commune de l’épave

Fig. 2 – Céramique commune de l’épave

Dessin : G. Boetto.

9La présence de vaisselle de filiation italique, centrale et méridionale (olla, caccabus, pelvis, askos), mais aussi peut être punique (olpé, caccabé, cruche (fig. 2-3) peut témoigner de la complexité de l’itinéraire du bateau et de la diversité d’origine des possibles participants au voyage : marins, commerçants, passagers.

Haut de page

Bibliographie

Tchernia A. 1969 : Informations archéologiques, Gallia, 27, p. 496.

Liou B. 1975 : Informations archéologiques, Gallia, 33, p. 604.

Vandermersch C. 1994 : Vins et amphores de Grande Grèce et de Sicile : ive-iiie s. av. J.-C., Naples, Centre Jean Bérard.

Purpura A. 1974 : Il relitto di Terrasini, Sicilia Archeologica, 7, p. 24-25, 45-61. Fonaments 9, 1996.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Couverture photogrammétrique
Crédits F. Cibecchini, P. Drap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Céramique commune de l’épave
Crédits Dessin : G. Boetto.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Bernard, Franca Cibecchini, « Au large de Lecci – L’épave de Cala Rossa » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Domaine public maritime, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30470

Haut de page

Auteurs

Hélène Bernard

Drassm

Articles du même auteur

Franca Cibecchini

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Bernard

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search