Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2015MartiniqueLes Anses-d’Arlet – Anse Bellay

2015
Martinique

Les Anses-d’Arlet – Anse Bellay

Fouille programmée (2015)
Responsable d’opération : Thomas Romon
Notice rédigée avec Martijn Van den Bel, Fabrice Casagrande, Pierre Mille et Nathalie Serrand

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

345

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1L’Anse Bellay est localisée sur la frange sud de la baie de Fort-de-France, en arrière de l’Îlet à Ramiers, au nord-est de la commune des Anses-d’Arlet et en limite de la commune des Trois-Îlets, à peu près à égale distance des deux bourgs. Le site se trouve dans la zone des 50 pas géométriques, sur la parcelle cadastrale A371 qui appartient au Conservatoire du littoral. Une première opération menée en 2013, limitée à une bande littorale de 18 m de long sur 1 à 1,5 m de largeur, afin de permettre l’installation d’une protection de la berge, avait permis de découvrir un cimetière d’époque coloniale qui recoupait des niveaux troumassoïdes. Cette seconde opération, menée du 16 au 27 novembre 2015, avait pour objectif la reconnaissance et la caractérisation des occupations archéologiques de l’Anse. Pour ce faire, 13 sondages archéologiques ont été réalisés à l’aide d’une mini-pelle mécanique équipée d’un godet lisse de 80 cm de largeur. Ils totalisent une surface de 48 m2, soit environ 5 % de la surface accessible.

2L’occupation la plus ancienne, saladoïde, est localisée dans la partie nord de l’anse. Elle est en partie détruite par un phénomène d’érosion marine ancien qui se situe chrono-stratigraphiquement entre la fin du saladoïde et le début du troumassoïde. Ce phénomène est enregistré par la mise en place d’un cordon de galets sur lequel va s’installer une occupation troumassoïde et en arrière duquel va se mettre en place une zone humide de type lagunaire. Elle est aujourd’hui occupée par une mangrove. Plusieurs siècles après, un cimetière d’époque coloniale sera installé sur ce cordon. Ses inhumations recoupent les vestiges des occupations antérieures qui se retrouvent dans le remplissage des sépultures (fig. 1).

Fig. 1 – Plan phasé des occupations archéologiques de l’Anse Bellay

Fig. 1 – Plan phasé des occupations archéologiques de l’Anse Bellay

DAO : T. Romon (Inrap).

3L’occupation saladoïde correspond à une couche sableuse de plusieurs centimètres d’épaisseur qui se pince vers le sud. Elle est conservée sur une surface estimée à 45 m2 à 80 cm sous le sol actuel sur le revers du cordon actuel. Sa partie vers l’aval est détruite. Ce niveau a livré de gros charbons de bois épars, des tessons de céramique précolombienne non émoussés et à plat, un petit amas de bivalves (Arca zebra) frais, et des éléments lithiques (fig. 1) dont un nucléus de jaspe vert, un galet poli, une lame d’herminette plano-convexe, et un dépôt de 6 lames d’herminette, répartis autour d’une zone rubéfiée, le tout sur une surface de sondage de 3,2 m2.

Fig. 2 – Polissoir et lames d’herminettes découvert dans l’horizon saladoïde

Fig. 2 – Polissoir et lames d’herminettes découvert dans l’horizon saladoïde

Cliché : F. Casagrande (Inrap).

4Cette occupation, avec la découverte des 5 lames en cours de polissage et de 2 polissoirs, semble, pour partie au moins, clairement rattachée à la production de ces outils. Leur mise en forme est réalisée en dehors du lieu de polissage, probablement sur le gîte de matière première, ici une amphibolite de Tobago.

5À l’Anse Bellay, le ou les artisans possédaient au moins 5 lames en cours de polissage et 2 outils finis. Ces derniers pouvaient servir d’étalon pour guider la finalisation des autres. Une chaîne opératoire du polissage de ces objets peut être proposée. Au stade où ces préformes ont été découvertes, elles présentent déjà la section asymétrique, plano-convexe, caractéristique de l’outil. La forme de la tête est polie dans un premier temps, sans en rechercher le tranchant. Puis, dans un deuxième temps, les faces inférieures et supérieures sont polies. Dans un troisième temps, les côtés sont polis. L’affûtage définitif, qui terminera l’outil, est réalisé dans un quatrième et dernier temps.

6L’occupation saladoïde est recouverte par des dépôts de type tempête qui renferment du mobilier archéologique précolombien. L’ensemble est interprété comme un paléo-cordon littoral post-saladoïde dont la mise en place est consécutive au recul du trait de côte. Sur ce cordon se développe une occupation troumassoïde principalement reconnue par le mobilier céramique découvert dans le dépotoir localisé dans la zone lagunaire en arrière du cordon littoral. Deux des trois sépultures amérindiennes, dont les fosses sépulcrales sont creusées dans ce même cordon, appartiennent aussi à cette occupation.

7Le dépotoir a été reconnu vers 1,20 m de profondeur dans la zone lagunaire. Il est situé dans des vases argileuses gorgées d’eau qui rendent son accès difficile. La présence d’eau permet toutefois la conservation des éléments organiques. Il a livré de très gros tessons de céramique appartenant principalement à la série troumassoïde. Néanmoins des éléments saladoïdes y ont aussi été identifiés.

8Trois sépultures amérindiennes ont été mises au jour à l’Anse Bellay. Une première en 2013, menacée par l’érosion marine, avait été fouillée. Des deux identifiées en 2015, la première est très mal conservée et de ce fait, son attribution culturelle est à considérer avec beaucoup de précautions. La seconde, beaucoup mieux conservée, n’a pas été fouillée au-delà de sa reconnaissance : l’individu repose dans une fosse ovale de 80 cm par 50 cm creusée dans le paléo-cordon littoral post-saladoïde, le crâne est orienté à l’ouest, les membres inférieurs sont fléchis, le fémur gauche vertical.

9Le cimetière d’époque coloniale d’Anse Bellay a été abordé par les deux campagnes archéologiques. Celle de 2013 l’a sondé sur une bande de 1,5 m par 18 m, parallèle et juste en arrière du front d’érosion, sur l’intégralité de son épaisseur. Celle de 2015 s’est surtout attachée à en reconnaître l’extension et a, dans la mesure du possible, taché d’éviter d’en entamer le potentiel archéologique

10Au total, 20 sépultures primaires, souvent très partielles, ont été étudiées. Les résultats strictement archéologiques de la première campagne – localisation et organisation du cimetière, pratiques funéraires, population – convergent vers l’hypothèse d’un cimetière d’esclaves. Elle devra être complétée par une fouille plus exhaustive, accompagnée de véritables études anthropologiques physiques et biologiques sur un échantillon représentatif, d’analyses génétiques et biochimiques. Elle pourra peut-être être confirmée par l’analyse des sources historiques.

11Aujourd’hui, la poursuite de la remontée eustatique et l’érosion qui l’accompagne participent au recul du trait de côte dans ce secteur qui entame l’ensemble des niveaux archéologiques. Ce phénomène menace, à très court terme et irrémédiablement, ce patrimoine de la Martinique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan phasé des occupations archéologiques de l’Anse Bellay
Crédits DAO : T. Romon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 – Polissoir et lames d’herminettes découvert dans l’horizon saladoïde
Crédits Cliché : F. Casagrande (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30619/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Romon, Martijn Van den Bel, Fabrice Casagrande, Pierre Mille et Nathalie Serrand, « Les Anses-d’Arlet – Anse Bellay » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30619

Haut de page

Auteurs

Thomas Romon

Inrap

Articles du même auteur

Martijn Van den Bel

Articles du même auteur

Fabrice Casagrande

Articles du même auteur

Pierre Mille

Nathalie Serrand

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thomas Romon

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search