Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2015MartiniqueLe Lamentin – Chambord

2015
Martinique

Le Lamentin – Chambord

Opération préventive de fouille (2015)
Responsable d’opération : Aurélie Masbernat-Buffat
Notice rédigée avec Guillaume Gobbe, Pierre Mougin, Sabrina Marchand et Laurence Serra

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

343

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Mosaïque Archéologie

Texte intégral

1Le projet de construction de logements au lieu-dit Chambord sur la commune du Lamentin a entraîné l’émission d’une prescription de fouille archéologique préventive. Cette prescription faisait suite à un diagnostic réalisé par Nicolas Biwer (Inrap) au premier trimestre 2015 sur un peu plus de 12 000 m2. Il avait permis de mettre en évidence de nombreux vestiges archéologiques maçonnés et fossoyés en lien avec une occupation d’époque coloniale de la fin de l’époque moderne et du début de la période contemporaine.

2La fenêtre de fouille, d’environ 3 500 m2, a été implantée au centre des parcelles diagnostiquées là où la densité de vestiges était apparue la plus importante. L’opération de fouille s’est déroulée à l’automne 2015 et a mobilisé une équipe de 7 à 8 personnes pendant 5 semaines.

3Délimitée au sud par la rivière de Longvilliers, la zone d’intervention est située sur un replat bordé par de forts dénivelés au sud, à l’est et à l’ouest. Les vestiges sont implantés dans un substrat argileux dont les teintes varient, du nord vers le sud, du brun/orangé au rouge en passant par le jaune (fig. 1).

Fig. 1 – Vue générale du site à la fin du décapage

Fig. 1 – Vue générale du site à la fin du décapage

Cliché : O. Tisserant.

Une première phase d’occupation discrète

4Bien que mal caractérisée, une première phase d’occupation a été appréhendée. Dans notre cas, ce n’est pas le mobilier qui a permis de la mettre en évidence mais les relations stratigraphiques. En effet, recoupées par des constructions postérieures, plusieurs structures fossoyées ont été mises au jour. Une forte concentration est nette dans la partie centrale sous le bâtiment 2. Il s’agit de fosses circulaires de 0,50 à 0,60 m de diamètre à l’ouverture, conservées parfois sur 0,50 m d’épaisseur. Le profil de ces fosses et l’alignement de certaines selon des axes repris ultérieurement par les fondations du bâtiment 2 nous avaient incités à y voir un premier état du bâtiment sur poteaux. Néanmoins, les diamètres peu caractéristiques pour des poteaux et un remplissage relativement stérile (absence de négatif ou de calage en pierre) ne permettent pas réellement d’aller dans ce sens.

5Une des fosses coupées par le bâtiment 2 a livré un bord de marmite (production de Vallauris) connu dans les contextes coloniaux entre le milieu du xviiie s. et la première moitié du xixe s.

6L’analyse du plan a permis de repérer d’autres concentrations de fosses : dans la partie ouest du bâtiment 1 ou au nord-est de ce dernier.

7Si ces fosses, de modules plus variés (de 0,20 à 0,60 m) et sans mobilier, ont été associées à cette première phase c’est que certaines sont recoupées par des structures postérieures (maçonneries ou drains). En outre, leur incohérence spatiale avec les constructions inciterait à les associer à un état antérieur.

8Topographiquement, toutes ces fosses ne forment pas un ensemble organisé et il est difficile d’assurer qu’elles soient strictement contemporaines. Ni la nature du remplissage, ni le profil ne permettent de leur attribuer une fonction précise (dépotoir, stockage…). Malgré tout, elles attestent d’une occupation du site antérieure à l’implantation de l’habitation.

La mise en place d’un paysage agricole : des fossés d’irrigation et des fosses de plantation ?

9Un grand fossé de direction nord/sud a été largement observé en limite orientale de la fouille (fossé 1) sur environ 40 m de long. La fonction drainante de ce fossé paraît évidente. Un réseau est/ouest de petits fossés lui est connecté. Bien que mal conservés, ils forment une organisation cohérente du paysage qui pourrait être liée à de l’irrigation.

10Associées pour le moment à ce grand fossé, de nombreuses structures fossoyées ont été interprétées comme des fosses de plantation. De plan circulaire, elles ont un diamètre qui varie entre 0,20 et 0,50 m. La conservation de ces fosses est très variable d’un point à l’autre du site. Trois concentrations ont été mises en évidence : une première au nord-ouest du site, une autre au sud-ouest du bâtiment 2 et une troisième dans le prolongement sud de ce même bâtiment. Elles n’ont livré aucun mobilier datant mais les alignements qu’elles forment sont calqués sur les axes du fossé 1. Quelques fosses circonscrites par les petits fossés latéraux peuvent être associées à cet état. Les rares tessons récoltés dans les fossés les placent dans un large xixe s.

Une grande phase d’aménagement : mise en place d’un ensemble de constructions et de son environnement

11Il s’agit de la phase du site la mieux documentée et surtout la plus dense puisqu’elle voit la mise en place d’un habitat et de nombreux aménagements agraires (fig. 2).

Fig. 2 – Plan général des vestiges

Fig. 2 – Plan général des vestiges

DAO : A. Masbernat-Bufat (Mosaïque Archéologie).

Le grand bâtiment (bâtiment 1)

12L’élément structurant de cette phase est un grand bâtiment maçonné de plan quadrangulaire orienté nord-est/sud-ouest. Il se développe sur environ 30 m de long et 15 m de large et seules les fondations témoignent de son organisation spatiale.

13Dans la partie nord-est (ESP01), deux murs délimitent une allée où un dallage en terre cuite a été partiellement conservé. Cet accès donne sur un grand espace (ESP02) d’un peu moins de 190 m2. Les murs ont été préservés très partiellement et, en fonction de l’analyse spatiale, il est probable que certains aient totalement disparus. À ce stade, il est difficile de savoir s’il s’agit d’une cour ou d’un espace intérieur.

14Dans l’axe de l’entrée principale, sur le côté ouest de l’espace ESP02, deux murs semblent délimiter une ouverture. L’espace ESP02 pourrait alors être organisé autour d’un couloir desservant des pièces latérales. En fonction des plans connus pour cette époque dans les Antilles (Charlery 2004), cette configuration semblerait plus adéquate que l’hypothèse d’une cour.

15À l’extrémité nord-ouest, un premier espace ESP03 est restitué partiellement. Délimitée par trois murs, il pourrait s’agir d’une grande pièce traversante nord-ouest/sud-est. La présence de regards à cet endroit témoignerait plutôt d’un espace extérieur. Cet espace ESP03 se fermerait juste avant la canalisation nord.

16La façade nord est apparemment bordée par une galerie (ESP05). En effet, à l’angle sud-ouest un tronçon de mur permet de restituer un espace profond d’environ 1,50 m qui correspondrait bien au module d’une galerie. Au niveau de la façade sud, la mauvaise conservation des vestiges ne permet pas de savoir si une galerie existait là aussi.

17D’après le plan, la galerie pourrait border également l’accès nord-est du bâtiment (ESP07 et ESP08). Les murs, ici assez étroits, correspondraient plus à des murets qu’à des fondations de bâtiments. Le système de galerie est attesté dans de nombreuses maisons de maître comme celle de l’habitation Desrozières-Nouy au Lamentin ou celle de l’habitation Acajou au François (Charlery 2004).

18Une seconde étape dans la construction de ce bâtiment est marquée par l’adjonction d’un espace (ESP04) à l’extrémité ouest. Différenciée dès le départ par ses constructions liées au mortier, cette pièce est bien ajoutée a posteriori au bâtiment. À un endroit elle vient doubler l’épaisseur d’un mur déjà existant. Si proche de la pente, une consolidation a sans soute été nécessaire. Il faut noter d’ailleurs que certains murs de cette seconde pièce ont totalement basculé vers l’ouest.

19La grande diversité du mobilier, et en particulier du verre, dans les contextes liés à l’occupation de ce bâtiment fournit plusieurs informations intéressantes. D’un point de vue de la datation, des fragments de bouteille en verre étaient au contact de la semelle de fondation d’un des murs du premier état du bâtiment. L’analyse de ces éléments par Laurence Serra suggère une fourchette chronologique entre 1830 et 1850 pour la construction du 1er état du bâtiment. Le remblai qui accueille l’installation postérieure de la pièce attenante (second état du bâtiment) a livré du verre daté quant à lui du dernier tiers du XIXe siècle. La céramique étudiée par Sabrina Marchand corrobore ces datations.

20Du point de vue de la fonction de ce bâtiment, sans grande surprise, le mobilier est attaché à un usage domestique. La typologie évoque une répartition des pièces : dans la partie occidentale des pièces privées de type chambre ou salle de bains (ESP03 et ESP04) et dans la partie centrale des pièces commune de type salle à manger (ESP02).

21D’après l’étude du verre, l’absence remarquable de fragments de luminaire et de verre à vitre met en relief le caractère plutôt modeste de cette maison.

22Juste au sud, plusieurs fosses présentent des alignements cohérents avec les orientations de ce bâtiment 1. La faible conservation ne permet pas de leur attribuer une fonction : fosses de plantation d’agrément ou trous de poteau ? Il est vrai qu’au regard de leur espacement, leur alignement et leur symétrie par rapport aux maçonneries, il serait tentant d’y voir une construction en matériaux légers.

Un bâtiment annexe (bâtiment 2)

23À une dizaine de mètres au sud du bâtiment principal et selon les mêmes orientations ont été mis au jour les vestiges d’un petit bâtiment maçonné au plan rectangulaire d’environ 30 m2, composé de deux pièces. Dans la pièce située au nord-ouest se trouvent les vestiges d’un aménagement de pierres et de briques. Malgré une conservation très moyenne et l’absence des niveaux de circulation, deux états au moins du bâtiment ont été caractérisés. En effet, le bâtiment a fait l’objet d’un agrandissement au sud-est par l’adjonction d’une seconde pièce.

24La taille modeste de ce bâtiment et sa localisation en font clairement une dépendance du bâtiment principal. La forme carrée du bâtiment dans son état initial est typique des cuisines dont disposaient les habitations agricoles antillaises. Généralement, les cuisines étaient dotées d’un four, d’un potager (cuisinière pour faire mijoter ou tenir au chaud les plats) et éventuellement d’une cheminée (Charlery 2004). L’aménagement en brique, considéré d’abord comme un four, serait peut-être un potager. Cette hypothèse est corroborée par l’absence de traces de rubéfaction et de niveaux charbonneux.

25Le mobilier est beaucoup moins abondant dans cette partie du site. Mais les niveaux liés à l’aménagement en pierre et en brique ont livré des productions céramiques du xixe s.

La gestion de l’eau

26Contemporain de ces bâtiments, un système important de gestion de l’eau a été mis en place. Plusieurs canalisations maçonnées, composées de tuyaux en terre cuite, ont été découvertes lors de la fouille : trois au sud-ouest et une à l’angle sud-est du grand bâtiment. Connectées chacune à des fossés, elles font partie d’un réseau de drainage plus large qui marque fortement le paysage autour des bâtiments.

27Au sud-est des constructions, au moins trois grands fossés drainants, plus ou moins bien conservés, versent vers le sud-est dans le sens de la pente. Malgré leur conservation partielle, ils semblent se diriger tous vers une grande fosse en limite de fouille, identifiée comme un collecteur. En parallèle, trois grands fossés en bordure occidentale du bâtiment 1 versent également dans le sens de la pente. À ces grands fossés est adjoint un système de drainage secondaire composé de plus petits fossés ou de drains.

28Ces structures linéaires respectent les orientations des bâtiments et forment un carroyage dont les axes rythment l’implantation du paysage. Le mobilier céramique est relativement pauvre mais confirmerait une datation dans le courant xixe s.

29À ce moment-là, le fossé 1 est probablement toujours actif. En effet, un petit fossé situé à l’ouest du bâtiment 1 vient certainement s’y connecter.

Des bâtiments sur poteaux ?

30Au vu de l’arasement de certaines structures, il n’est pas toujours évident d’attribuer une fonction précise aux vestiges, en particulier aux fosses. Dans certains cas, la bonne conservation permet l’identification d’un négatif de poteau ou d’un calage en pierre et même pour une fosse, de restes de poteau en bois. Sur la base de ces observations, certaines fosses ont été interprétées comme des trous de poteau. C’est le cas de trois structures situées dans la partie sud du site formant un angle de bâtiment (A). À proximité immédiate, un second petit bâtiment sur poteaux se dessine (B).

31Les orientations de ces bâtiments ne sont calquées sur aucun axe majeur : ni les fossés, ni les constructions. En outre, l’absence de matériel ne permet pas de les associer avec certitude à une des phases d’occupation.

L’abandon de l’habitation et les niveaux récents

32Si la construction des bâtiments et la mise en place du paysage qui l’entoure peuvent être clairement rattachées aux années 1830-1850, l’abandon du site est plus délicat à dater. En effet, les niveaux de démolition clairement identifiés au sud des bâtiments 1 et 2 n’ont livré aucun tesson. Les résultats de l’étude de verre mettent en avant des assemblages homogènes suggérant une occupation dense du site entre la première moitié du xixe s. et la première moitié du xxe s. De son côté, l’analyse céramique centre l’occupation entre le xixe s. et le début du xxe s. Il semble donc que l’habitation n’ait pas fonctionné pendant plus d’un siècle. L’arasement très prononcé de certains murs demeure étonnant pour une occupation de cette époque. S’il est difficile de le caractériser, l’abandon paraît être relativement rapide.

33Le contexte cyclonique de l’île est un paramètre à prendre en considération. Dans ce cas précis, les conclusions de l’étude des archives permettront peut-être d’en apprendre d’avantage.

34Quoi qu’il en soit, l’occupation se poursuit après l’abandon des bâtiments puisque certains niveaux de dépotoir ont livré du mobilier de la deuxième moitié du xxe s. Ces horizons sont majoritairement situés à la périphérie du site, au nord et à l’est. Avant que ne débute notre intervention, une maison sur pilotis bétonné était toujours en élévation, peu ou prou au niveau du bâtiment 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du site à la fin du décapage
Crédits Cliché : O. Tisserant.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 2 – Plan général des vestiges
Crédits DAO : A. Masbernat-Bufat (Mosaïque Archéologie).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30638/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 857k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Masbernat-Buffat, Guillaume Gobbe, Pierre Mougin, Sabrina Marchand et Laurence Serra, « Le Lamentin – Chambord » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30638

Haut de page

Auteurs

Aurélie Masbernat-Buffat

Mosaïque Archéologie

Articles du même auteur

Guillaume Gobbe

Pierre Mougin

Articles du même auteur

Sabrina Marchand

Laurence Serra

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Aurélie Masbernat-Buffat

Mosaïque Archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search