Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2015MartiniqueContextualisation et datation de ...

2015
Martinique

Contextualisation et datation de l’art rupestre amérindien de la Martinique

Prospection thématique (2015)
Responsable d’opération : Sébastien Perrot-Minnot

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

329

Nature de l'opération :

prospection thématique
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université des Antilles

Texte intégral

1L’art rupestre est un aspect notable du patrimoine archéologique des Petites Antilles. Mais en Martinique, singulièrement, on ne connaît que deux sites amérindiens présentant ce genre de manifestation : ceux de Montravail (Sainte-Luce) et du Galion (La Trinité). L’art rupestre s’y présente sous la forme de pétroglyphes, tracés sur des rochers.

2En 2015, nous avons dirigé une opération visant à mettre en lumière la chronologie et l’affiliation culturelle des gravures, et à évaluer dans quelle mesure ces dernières pouvaient permettre de caractériser les groupes humains concernés, et les relations qui se sont établies entre eux.

3L’opération de « Contextualisation et datation de l’art rupestre amérindien de la Martinique » a été menée dans le cadre de l’EA 929 AIHP GEODE (Université des Antilles), et financée par la Direction des Affaires Culturelles de la Martinique, à travers l’association Ouacabou. Elle a mobilisé trois responsables de secteur : Éric Gelliot (Inrap), Philippe Costa (Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne) et Benoit Bérard (Université des Antilles), qui s’est chargé de l’analyse de la céramique précolombienne.

4Par ailleurs, l’opération a bénéficié de la participation de quatre étudiants (Miranda Brintnell, Sandrine Cadasse, Marine Durocher et Nicolas Eugène), de l’implication active du Service Régional de l’Archéologie (un agent du SRA, Gwenola Robert, ayant pris part à la prospection au Galion), et des soutiens de la Mairie de Sainte-Luce, du bureau d’études archéologiques Éveha, du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) de Martinique et de l’Exploitation Agricole du Galion.

5Les travaux de terrain ont comporté des prospections, des relevés de pétroglyphes, des sondages et des relevés topographiques. Ils ont été conduits, essentiellement, durant le mois de juin 2015.

Montravail (Sainte-Luce)

6Le site de Montravail se trouve à environ 3,5 km de la côte sud de la Martinique et 200 m d’altitude, tout près de la forêt de Montravail (qui est le résultat d’un aménagement récent). Le terrain est occupé par un chaos rocheux, dans lequel on a identifié cinq blocs ornés (les Blocs A, B, C, D et E), sur une surface de 18 x 8 m. Les pétroglyphes, produits par les techniques du piquetage et du bouchardage, montrent principalement des visages stylisés. En périphérie du secteur des roches gravées, de probables cupules ont été découvertes (Dubelaar 1995, Perrot-Minnot 2016). Les pétroglyphes de Montravail ont été signalés au Musée d’archéologie de la Martinique par Jean Crusol, en 1970, avant de susciter plusieurs études (Mattioni 1973, Petitjean-Roget 1975, Gilbert 1990, Vidal 1993a, Dubelaar, Cornelis 1995, Jönsson Marquet 2002). En 2007, le site a fait l’objet d’un diagnostic de l’Inrap, qui a été motivé par un projet de valorisation du patrimoine archéologique, porté par la mairie de Sainte-Luce ; une faible quantité de tessons de céramique non tournée a alors été mise au jour (Casagrande 2009 ; 2014). Notons que la municipalité de Sainte-Luce a acquis la parcelle sur laquelle reposent les blocs ornés en 2009. L’année suivante, à la demande de la municipalité, des expertes du Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques ont effectué un bilan sanitaire et un nettoyage des roches gravées, tout en formulant des préconisations pour leur conservation.

7Dans le cadre de l’opération de contextualisation de l’art rupestre amérindien de la Martinique, nous avons réalisé :

  • une prospection, dans et autour du secteur des roches gravées (sur une surface d’environ 2 400 m2) ;

  • un relevé photogrammétrique des pétroglyphes, qui a été utilisé pour produire des dessins ;

  • quatre sondages, de 0,80 à 1,25 m2, au pied des Blocs A, B et E, et à l’ouest du Bloc F ;

  • un relevé topographique pratiqué à l’aide d’un tachéomètre et d’un GPS (fig. 1).

Fig. 1 – Plan du site de Montravail

Fig. 1 – Plan du site de Montravail

DAO : É. Gelliot, P. Costa, M. Durocher.

8Nos travaux nous ont permis de mieux appréhender les caractéristiques, la formation et la disposition des roches. Nous avons été intrigués par l’alignement de rochers qui forme comme un passage menant à la roche principale (le Bloc A). Il pourrait s’agir d’un aménagement ancien du site ; à ce propos, il convient de rappeler le cas du gisement d’art rupestre de la propriété Derussy (Guadeloupe), où des rochers semblent avoir été déplacés par l’homme (Richard 2009). A Montravail, par ailleurs, nos recherches ont apporté de nouveaux éléments relatifs à l’iconographie ; en particulier, de nouveaux visages ont été reconnussur le Bloc A (fig. 2 et 3).

Fig. 2 – Dessin du Bloc A de Montravail

Fig. 2 – Dessin du Bloc A de Montravail

DAO : P. Costa.

Fig. 3 – Photogrammétrie du Bloc A de Montravail

Fig. 3 – Photogrammétrie du Bloc A de Montravail

Cliché : T. Creissen, N. Saulière (Éveha).

9Concernant les sondages, ils ont révélé une stratigraphie relativement claire, composée de couches limoneuses et argilo-limoneuses, recouvrant un substrat argileux. Celui-ci a été atteint à moins de 60 cm de profondeur, dans tous les cas. Au pied du Bloc A, le sondage 2 a montré une unité stratigraphique (US 201) plus épaisse que les autres, et n’apparaissant nulle part ailleurs. Cette couche de couleur brune pourrait correspondre à une modification artificielle du terrain devant la roche principale et/ou à une accumulation des sédiments contre l’alignement de rochers mentionné plus haut.

10Les sondages ont livré un matériel précolonial rare mais intéressant. Celui qui a été ouvert au pied du Bloc E a déterré, sur la paroi de cette roche gravée, à une profondeur de 39 cm, une série de 15 points piquetés. S’agirait-il de l’ébauche d’un pétroglyphe ? Le même sondage a livré 20 tessons précolombiens, malheureusement trop érodés pour les rattacher à une phase particulière ; un morceau d’ocre, qui a pu servir à peindre le bloc ; et un fragment de dacite, une matière que l’on ne trouve pas dans cette zone, et qui a pu être utilisée pour travailler la roche. Les tessons, l’ocre et la dacite ont été découverts dans la même US 103, à des profondeurs comprises entre 43 et 49 cm. Trois autres fragments de dacite ont été mis au jour dans le sondage 2, entre 38 et 45 cm de profondeur (à la base et juste au-dessous de l’US 201).

Le Galion (La Trinité)

11Le site du Galion est localisé sur le littoral, dans la forêt lacustre du même nom et au pied de coteaux couverts de champs de canne à sucre. On y a répertorié cinq roches gravées, disséminées sur près de 420 m ; le Bloc 4, mentionné par Sofa Jönsson Marquet (2002), n’a pu être retrouvé, tandis que le Bloc 5 a été ajouté à l’inventaire lors de la campagne de 2015. Les pétroglyphes ont été élaborés en recourant, principalement, à la technique du piquetage. Ils sont géométriques, pour la plupart, mais représentent aussi quelques visages stylisés. Leur état de conservation est critique.

12Le gisement a été signalé au service régional de l’archéologie par Thierry L’Étang, en 1992 (d’après la fiche de site officielle). Postérieurement, ses gravures ont été étudiées par Nathalie Vidal (1993b), Henry Petitjean-Roget (2009 ; 2015) et Sofa Jönsson Marquet (2002 ; 2009).

13Au cours de l’opération de 2015, l’équipe a mené une prospection dans et autour de la forêt lacustre, exécuté des relevés photogrammétriques et des dessins des gravures, ouvert un sondage de 2 x 3 m au pied de la roche principale (le Bloc 2), effectué un relevé topographique du secteur des roches gravées, à l’aide d’un tachéomètre et d’un GPS, et dressé une carte archéologique géoréférencée de la zone dominée par les collines entourant la forêt lacustre (fig. 4).

Fig. 4 – Carte archéologique de la zone du Galion

Fig. 4 – Carte archéologique de la zone du Galion

DAO : É. Gelliot, P. Costa.

14L’opération, comme nous l’avons vu, a donné lieu à la découverte du Bloc 5 ; celui-ci montre une iconographie géométrique (fig. 5).

Fig. 5 – Bloc 5 du Galion

Fig. 5 – Bloc 5 du Galion

Cliché : S. Perrot-Minnot (université des Antilles).

15Nos travaux nous ont aussi permis de mieux saisir les caractéristiques des autres roches gravées. Nous considérons que, comme à Montravail, des rochers pourraient avoir été déplacés par l’homme ; cela expliquerait le curieux assemblage incluant les Blocs 2 et 3 (fig. 6 et 7). Au reste, sur les Blocs 1 et 2, grâce à un examen minutieux des surfaces rocheuses (de jour et de nuit, sous une lumière rasante), nous avons décelé de nouvelles gravures, d’apparence abstraite. La photogrammétrie, en revanche, a donné des résultats décevants.

Fig. 6 – Dessin du Bloc 2 du Galion

Fig. 6 – Dessin du Bloc 2 du Galion

DAO : P. Costa.

Fig. 7 – Plan du groupe principal de blocs gravés et du sondage du Galion

Fig. 7 – Plan du groupe principal de blocs gravés et du sondage du Galion

DAO : É. Gelliot, P. Costa, M. Durocher.

16Pour ce qui est du sondage, d’une superficie de 2 x 3 m au départ, il a été réduit à 2 x 2 m à 43 cm de profondeur, et creusé jusqu’à 60 cm de profondeur. La stratigraphie que nous avons distinguée se limitait à une couche limoneuse de couleur marron gris. Nous ne sommes pas descendus jusqu’au substrat, en raison de la difficulté de l’excavation (due à la compacité extrême de la terre), du manque de temps, et de la faiblesse des enjeux scientifiques, en deçà du niveau de la base du Bloc 2. Du matériel anthropique a été découvert jusqu’à 45 cm, mais il n’a pas été possible d’identifier, avec certitude, des vestiges amérindiens.

17On trouve un établissement amérindien à 350 m au sud-est des roches gravées, sur une éminence dominant la Cité du Bac. Il semblerait qu’il s’agisse d’un des sites de la « civilisation arawak » répertoriés par le père Robert Pinchon, dans la zone du Galion (Pinchon 1952 et carte archéologique de 1961 ; B. Bérard, communications personnelles, 2014-2015 ; H. Petitjean-Roget, communication personnelle, 2015). Benoît Bérard le fit connaître à l’auteur en 2014, et l’année suivante, l’équipe de l’opération de contextualisation de l’art rupestre amérindien de la Martinique le parcourut, en y ramassant un échantillon de tessons de céramique. Nous avons appelé ce site « Le Bac ». Il est frappant de constater que le mobilier précolonial est pratiquement absent, en surface, à l’ouest de la route nationale 1, qui passe entre Le Bac et le secteur des roches gravées.

18Un autre site d’occupation amérindien, auquel nous avons conféré le nom de « Galion Nord », a été localisé à 550 m au nord-ouest du Bloc 2 du Galion, sur une colline ; nous y avons observé et ramassé de la céramique précolombienne, sur une aire d’environ 50 x 50 m.

Considérations culturelles et chronologiques

19Les sites de Montravail et du Galion sont très différents, notamment de par leur cadre géographique, leur disposition et leur iconographie. Alors que les visages schématiques de Montravail rappellent un bon nombre de représentations rupestres des Antilles, les roches gravées du Galion affichent un style atypique (Petitjean-Roget 2009 ; 2015). Néanmoins, un motif permet d’établir un lien précis entre les deux ensembles de pétroglyphes : celui de la bouche en forme de trident. On la retrouve sur le Bloc A de Montravail et les Blocs 2 et 3 du Galion ; à notre connaissance, elle n’a été signalée sur aucun autre site d’art rupestre des Antilles.

20On peut raisonnablement attribuer les pétroglyphes de Montravail et du Galion à une même phase, celle du Saladoïde Cedrosan Moyen/Récent (350-700 apr. J.-C.). En effet, certains d’entre eux ont été comparés avec des motifs de la céramique du Saladoïde Cedrosan Moyen/Récent (Jönsson Marquet 2009 ; Casagrande 2014). De plus, cette céramique est apparue dans les sondages creusés à Montravail en 2007 (Berthé, Bérard 2013). Et d’après nos observations, elle est prédominante sur les sites du Bac et de Galion Nord (le premier ayant aussi révélé des tessons post-saladoïdes). Le Saladoïde Cedrosan Moyen/Récent est marqué par des changements culturels importants, une forte augmentation du nombre de sites et une diversification des lieux d’implantation (Bérard, Vidal 2003 ; Berthé, Bérard 2013).

21Mais quelle pouvait être la fonction des pétroglyphes ? S’il est avéré que des blocs ont été déplacés, à Montravail et au Galion, cela refléterait l’importance qu’attachaient les communautés impliquées aux manifestations rupestres. D’autre part, il faut souligner la rareté du mobilier associé, et la distance qui séparait apparemment les roches gravées des sites d’occupation. Nous en venons à conclure que ces roches avaient vraisemblablement un usage rituel, pour une assistance discrète.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du site de Montravail
Crédits DAO : É. Gelliot, P. Costa, M. Durocher.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Dessin du Bloc A de Montravail
Crédits DAO : P. Costa.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Fig. 3 – Photogrammétrie du Bloc A de Montravail
Crédits Cliché : T. Creissen, N. Saulière (Éveha).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30671/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Titre Fig. 4 – Carte archéologique de la zone du Galion
Crédits DAO : É. Gelliot, P. Costa.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30671/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 – Bloc 5 du Galion
Crédits Cliché : S. Perrot-Minnot (université des Antilles).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30671/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 6 – Dessin du Bloc 2 du Galion
Crédits DAO : P. Costa.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30671/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 962k
Titre Fig. 7 – Plan du groupe principal de blocs gravés et du sondage du Galion
Crédits DAO : É. Gelliot, P. Costa, M. Durocher.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30671/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Perrot-Minnot, « Contextualisation et datation de l’art rupestre amérindien de la Martinique » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30671

Haut de page

Auteur

Sébastien Perrot-Minnot

Université des Antilles

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sébastien Perrot-Minnot

Université des Antilles

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search