Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2015MartiniqueLa chaufournerie en Martinique

2015
Martinique

La chaufournerie en Martinique

Prospection thématique (2015)
Responsable d’opération : Christophe Vaschalde

Texte intégral

1À la suite d’une prospection réalisée en Guadeloupe en 2008 et de la fouille d’un four à chaux du xixe s. à l’habitation Sucrerie des Anses-d’Arlet en 2014, un programme de recherche a été initié en Martinique, portant sur la fabrication de la chaux entre le xviie s. et le xxe s. Ce programme a commencé en octobre-novembre 2015 par une prospection thématique centrée sur la partie sud de l’île. La mission avait trois buts principaux :

  • inventorier les sites archéologiques de fabrication de la chaux ;

  • déterminer les techniques mises en œuvres (de cuisson comme de préparation des matières premières) ;

  • initier les enquêtes ethnoarchéologiques.

2L’inventaire des fours à chaux a bénéficié de travaux plus anciens, réalisés dans les années 1990 (PCR La fabrication artisanale de la chaux aux Antilles, sous la direction de N. Vidal, 1993-1998). La carte de Moreau du Temple, établie en 1770, et la carte archéologique du service régional de l’archéologie ont également été utilisées. La prospection a été réalisée sur 9 communes : Les Anses-d’Arlet, Le Diamant, Le Marin, Rivière-Pilote, Rivière-Salée, Sainte-Anne, Saint-Esprit, Sainte-Luce et Les Trois-Îlets. Elle a permis d’inventorier 44 sites, dont plusieurs étaient inédits, notamment sur les communes des Trois-Îlets et des Anses-d’Arlet. Des structures annexes ont parfois été repérées, notamment des cases à chaux, qui servaient sans doute à entreposer la chaux vive sortie du four, ainsi que des mares et des puits, dont l’eau servait à éteindre la chaux avant son écoulement vers le lieu d’utilisation. Beaucoup de fours sont installés sur le littoral, et certains sont associés à d’anciennes rhumeries ou sucreries. La chaux servait en effet à raffiner le sucre, mais aussi à la fabrication du mortier et des enduits pour le bâtiment.

3Si tous les fours fonctionnent avec une flamme courte, plusieurs techniques ont été mises en évidence. La majorité utilisent du bois local et semblent être chargés une seule fois par cuisson. Il s’agit donc de fours intermittents, dotés d’un seul volume servant de chambre de cuisson. Dans certains cas, un couloir a été observé sous cette chambre, servant sans doute à augmenter l’apport d’air au bas du four. Il pourrait s’agir de fours continus. Notons qu’à Sainte-Anne, un four paraît avoir fonctionné au xxe s. avec du charbon fossile, lequel est forcément importé puisque absent dans le sous-sol de la Martinique. Enfin, la cuisson de la chaux dans des fours à longue flamme pourrait être présente sur l’île, notamment à Petite Poterie (Le Marin), et peut-être dans le premier état du chaufour de Morne Cabri (Le Lamentin).

4Enfin, des contacts ont été établis avec les chaufourniers actuels du quartier de Californie au Lamentin. Une ébauche d’enquête orale a été réalisée. Ces chaufourniers utilisent la technique des fours intermittents à courte flamme alimentés au bois. Par ailleurs, les pêcheurs de l’île ont souvent été interrogés lors de la prospection. Leurs témoignages ont permis de mettre en lumière le lien existant entre la pêche et la fabrication de la chaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Vaschalde, « La chaufournerie en Martinique » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30675

Haut de page

Auteur

Christophe Vaschalde

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Vaschalde

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search