Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2015MartiniqueFortifications littorales de Mart...

2015
Martinique

Fortifications littorales de Martinique

Prospection thématique (2015)
Responsable d’opération : Jonhattan Vidal

Texte intégral

1Cette campagne de prospections, menée pendant 4 semaines en janvier 2015, est la troisième et ultime phase d’une série de prospections thématiques sur les fortifications côtières de Martinique (fig. 1). Par ailleurs, elle s’inscrit dans un programme de recherches plus large sur la fortification d’époque coloniale dans les Antilles, que nous menons depuis 2007. Ce programme a permis d’explorer les littoraux de Guadeloupe, des îles dépendantes (Les Saintes, Marie-Galante et La Désirade), de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, de Martinique dans le cadre de prospections et de réaliser des études spécifiques sur certains ouvrages militaires (le fort Delgrès, les fortifications de l’îlet à Cabri, la batterie de Choisey, le fort Saint-Louis, etc.).

Fig. 1 – Phasage des prospections du programme sur les fortifications côtières

Fig. 1 – Phasage des prospections du programme sur les fortifications côtières

Cliché : J. Vidal.

2Ces travaux ont pour but d’étudier la façon dont on a organisé et mis en œuvre la défense des îles françaises des Caraïbes du xviie au xixe s. L’architecture des édifices, leur évolution, leur emploi, leur répartition et l’agencement du système défensif sont explorés à partir de l’étude des vestiges matériels (fortification et artillerie) et du croisement des sources archivistiques. Cette campagne 2015 s’est déployée sur les communes du sud de la Martinique afin de retrouver, identifier et étudier les vestiges des ouvrages de défense qui aux xviie, xviiie et xixe s. protégeaient villes et exploitations des attaques maritimes. Ces dernières étaient de deux natures : militaires en raison en particulier de la forte fréquentation anglaise dans la mer des caraïbes et du report dans les colonies des divers confits européens ; mais outre la menace territoriale, planaient également des menaces ciblées sur les richesses et productions agricoles en raison de la piraterie.

3Comme de coutume l’homogénéité des données récoltées est assurée par la continuité de la méthode éprouvée sur l’ensemble des prospections. Bien que nos matériels d’enregistrement aient fortement évolué en une quinzaine de missions étalées sur une dizaine d’année, aboutissant à une solution de SIG nomade, le protocole suivi reste le même :

  • étude des archives militaires (SHD et DFC aux ANOM) ;

  • réalisation d’une cartographie des indices archivistiques et des potentiels topographiques ;

  • prospections pédestres, localisations et identification des vestiges ;

  • relevés (GPS et manuels) ;

  • analyse du bâti ;

  • inventaire et relevés des matériels d’artillerie ;

  • intégration des données dans un SIG et une base de données.

4En bref les communes du sud de l’île ont logiquement révélé une richesse de vestiges supérieure à ce que l’on avait pu constater en côte atlantique. 12 sites fortifiés dont une majorité peu connus ou inédits ont été explorés (fig. 2) et 11 pièces d’artillerie complètent notre inventaire.

Fig. 2 – Répartition des sites et indices de sites de la campagne de prospection

Fig. 2 – Répartition des sites et indices de sites de la campagne de prospection

Cliché : J. Vidal.

5Pour ne parler que des vestiges retrouvés (nombre de zones sont explorées sans livrer de traces d’occupation) voici un état des lieux synthétique des vestiges pour chaque commune.

6Au François, un canon de calibre 4 a été découvert à la Pointe Cerisier.

7Au Vauclin, seulement deux indices de positions ont été enregistrés, à la Pointe des Chaudières et près de l’église.

8À Sainte-Anne, on compte l’identification de vestiges de maçonnerie probablement liés à la batterie défendant la ville, ainsi qu’une batterie au sud de la pointe Dunkerque. Par ailleurs quatre canons ont été inventoriés sur la plage de la Pointe Marin (dont certains proviennent de la Pointe Borgnesse, fig. 3).

Fig. 3 – Canon de la pointe marin (Sainte-Anne)

Fig. 3 – Canon de la pointe marin (Sainte-Anne)

Cliché : J. Vidal.

9Le Marin compte un ensemble exceptionnel à la Pointe Borgnesse. Il est constitué de trois batteries (deux à barbette, une à embrasures), d’une poudrière et de corps de garde. L’ensemble est associé à une habitation dont les vestiges sont également visibles.

10À Sainte-Luce, seul un indice et un canon posé sur le front de mer témoignent de l’activité militaire.

11De même au Diamant (outre le rocher qui n’a pas pu être intégré à la prospection) le seul indice subsistant consiste en la présence des quatre canons sur la plage et quelques vestiges à la Pointe du Marigot.

12Aux Anses-d’Arlet un indice de site a été identifié dans le quartier de la Batterie, mais surtout une importante batterie à barbette avec poudrière et corps de garde à la pointe Burgos. Dans le même secteur, différents indices de sites indéterminés sont disséminés. Une autre batterie du même type, avec également une série de bâtiments associés, a été identifiée au bout de la pointe du Cap Salomon.

13Les Trois-Îlets sont riches en patrimoine militaire en raison de son rôle dans la défense de la baie de Fort-de-France. Outre divers indices de site, dont la Pointe d’Alet, c’est à la Pointe du Bout que se trouve l’un des plus importants aménagements. Seul l’état le plus récent est visible : un fortin type du milieu du xixe s. et deux bunkers du xxe s. Subsistent également deux canons a chargement par la culasse de la fin du xixe s.

14Dans les terres, le fort d’Alet a été édifié en 1900, inspiré des modèles de fortifications enterrées de Serré de Rivière. Reste évidemment l’îlet à Ramier, véritable île fortifié fig. 4 et 5)e, que nous avons pu étudier grâce au Conservatoire du Littoral propriétaire des lieux.

Fig. 4 – Bâtiment central de l’îlet à Ramiers (Les Trois-Îlets)

Fig. 4 – Bâtiment central de l’îlet à Ramiers (Les Trois-Îlets)

Cliché : J. Vidal.

Fig. 5 – Batterie est de l’îlet à Ramiers (Les Trois-Îlets)

Fig. 5 – Batterie est de l’îlet à Ramiers (Les Trois-Îlets)

Cliché : J. Vidal.

15Même si une campagne supplémentaire sur les fortifications intérieures compléterait utilement le programme – toutefois elles ont pour partie été prises en compte, car ces défenses en retrait participent en réalité de la protection de la côte selon le principe de l’échelonnement des lignes de défenses – cette troisième phase achève donc le programme.

16Le temps est désormais venu de la réalisation d’une synthèse sur l’archéologie militaire des Antilles françaises. C’est aussi le moment d’étendre le champ de ces recherches à des explorations plus poussées de certains bâtiments avec la mise en œuvre de campagnes de sondages et de fouilles sur certains édifices.

Haut de page

Bibliographie

Leti G., Elizabeth L., Vidal J. 2013 : Fort-Saint-Louis, Coll. Parcours du Patrimoine, no 386, Paris, HC Éditions, 80 p.

Losier C., Vidal J., Guibert J.-S. à paraître : De l’archéologie de la ville à l’archéologie urbaine dans l’archipel des Antilles et sur le plateau des Guyanes, 25 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Phasage des prospections du programme sur les fortifications côtières
Crédits Cliché : J. Vidal.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Répartition des sites et indices de sites de la campagne de prospection
Crédits Cliché : J. Vidal.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Fig. 3 – Canon de la pointe marin (Sainte-Anne)
Crédits Cliché : J. Vidal.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 4 – Bâtiment central de l’îlet à Ramiers (Les Trois-Îlets)
Crédits Cliché : J. Vidal.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30679/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 5 – Batterie est de l’îlet à Ramiers (Les Trois-Îlets)
Crédits Cliché : J. Vidal.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30679/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonhattan Vidal, « Fortifications littorales de Martinique » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30679

Haut de page

Auteur

Jonhattan Vidal

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jonhattan Vidal

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search