Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2015Projets collectifs de recherchePoteries des îles françaises de l...

2015
Projets collectifs de recherche

Poteries des îles françaises de l’Amérique : productions locales et importées (xviie-xxe s.)

Projet collectif de recherche (2015)
Responsable d’opération : Henri Amouric
Notice rédigée avec Lucy Vallauri, Tony Volpe, Laurence Serra et Mathilde Bouquet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1La mission effectuée en novembre et décembre 2015 en Martinique visait le double objectif de compléter les études de matériel archéologique issu des fouilles anciennes de Saint-Pierre, conservé au dépôt du service régional de l’archéologie (SRA) et d’avancer dans le dépouillement des minutes notariales des Archives de la Martinique dans une perspective d’exhaustivité, puisque parallèlement des recherches sont conduites au CAOM, à Aix-en-Provence, en particulier dans les doubles minutes de Saint-Pierre.

2Lucy Vallauri s’est attachée à traiter prioritairement le matériel de la case 7 du village des travailleurs du château Perrinelle (fouilles dirigées par Serge Veuve) dont le matériel est maintenant entièrement reclassé au dépôt du SRA, avec l’aide ponctuelle de Laurence Serra sur place et de Mathilde Bouquet à Aix, pour des mises au net informatiques.

3Elle a ensuite étudié les artefacts céramiques des cases 10 et 6, ceux provenant de la Rue I et fait un nouveau point sur les remblais anciens pour lesquels sont apparus de nouveaux ensembles à l’occasion du reclassement du dépôt.

4Le traitement de l’ensemble de la céramique de la case 7 du village des travailleurs de l’Habitation Perrinelle à Saint-Pierre, étude initiée par Fabrice Casagrande en 2008, a porté sur un total de 163 NMI. La répartition des différentes catégories reste conforme par rapport aux vaisseliers pierrotins analysés : la faïence fine domine suivie par la terre vernissée (fig. 1), la porcelaine (fig. 2 et fig. 3) et la poterie locale.

Fig. 1 – Saint-Pierre, Habitation Perrinelle, case 7 : terrines de Provence

Fig. 1 – Saint-Pierre, Habitation Perrinelle, case 7 : terrines de Provence

Cliché : L Vallauri.

Fig. 2 – Saint-Pierre, Habitation Perrinelle, case 7 : assiette patriotique en porcelaine peinte

Fig. 2 – Saint-Pierre, Habitation Perrinelle, case 7 : assiette patriotique en porcelaine peinte

Cliché : L Vallauri.

Fig. 3 – Saint-Pierre, Habitation Perrinelle, case 7 : bougeoir en porcelaine peinte

Fig. 3 – Saint-Pierre, Habitation Perrinelle, case 7 : bougeoir en porcelaine peinte

Cliché et DAO : L Vallauri, L. Serra.

5Ces dernières données ainsi que l’étude des cases 6 et 10, très pauvres en matériel, et la rue ont permis de dresser un tableau quantitatif des découvertes dans le village soit un total de 684 NMI.

6L’ensemble des vaisseliers assez disparate compte néanmoins toutes les catégories identifiées dans l’habitation de maîtres mais en quantité moindre et l’absence de service. Il est à remarquer cependant le peu de production locale. Ce constat semble indiquer une uniformisation du marché après l’abolition de l’esclavage.

7Les niveaux anciens de l’habitation Perrinelle ont été revisités et complétés par de nouvelles séries classées lors du dégagement du dépôt ; elles permettent une synthèse plus large des faïences argileuses de Rouen, Nevers, de Provence (fig. 4) et Hollande, des importations en porcelaine de Chine, pipes, grès, terres vernissées provençales et ligures, de l’ouest français et d’Angleterre. La poterie locale, avec quelques vaisselles culinaires (fig. 5) est surtout représentée par de la céramique sucrière et architecturale.

Fig. 4 – Saint-Pierre, jardin ouest : assiette en faïence de Moustiers peinte en bleu

Fig. 4 – Saint-Pierre, jardin ouest : assiette en faïence de Moustiers peinte en bleu

Cliché : L Vallauri.

Fig. 5 – Saint-Pierre, Habitation Perrinelle : terrasse ouest, bords de marmites locales

Fig. 5 – Saint-Pierre, Habitation Perrinelle : terrasse ouest, bords de marmites locales

Cliché : L Vallauri.

8Henri Amouric et Tony Volpe ont poursuivi pour la séquence 1841-1850 les dépouillements des notaires aux Archives de la Martinique, dans les séries déjà en partie traitées de La Trinité, du Gros-Morne, de Fort-de-France, et du Saint-Esprit. Grâce à Madame Dominique Taffin, Directrice des ADM, ils ont surtout eu accès à un fond non classé (Lagarde) dont l’existence était même ignorée, qui complète notablement les séries lacunaires de la Martinique des bourgs. 415 inventaires après décès, actes apparentés et documents fournissent des éléments significatifs ayant trait à la culture matérielle (fig. 6).

Fig. 6 – Tableau de Le Masurier « Famille métisse » vers 1775

Fig. 6 – Tableau de Le Masurier « Famille métisse » vers 1775

9Les objectifs poursuivis sont les mêmes que précédemment, déterminer autant que faire se peut ce qu’il en est des productions régionales « industrielles » et contextualiser la consommation de toutes les catégories d’artefacts céramiques dans le cadre domestique en mettant en évidence les différents courants d’importation et la part de la production locale. L’instrumentum domestique céramique a fait l’objet d’un traitement statistique dont le biais inévitable est de confronter la Martinique des bourgs (241 actes) et celle des villes (55 actes). La vaisselle domestique fait l’objet d’un moindre recensement dans la décennie 1841-1851. Quelques traits généraux se dégagent.

10La part de la faïence, d’abord stannifère, puis « fine », ce qui signifie sous couverte, semble croître. Elle semble de plus en plus « française » au détriment de la faïence fine anglaise très bien représentée au tournant des xviiie-xixe s. et jusqu’aux années 1830 et des porcelaines opaques qui sont, de fait, de simples faïences.

11L’accroissement considérable de la place des porcelaines de Limoges, de Paris ou de Vierzon, consacre une très grande vulgarisation dès la fin de la Restauration.

12La proportion des jarres de Provence de Biot et de « pays » est d’une remarquable stabilité.

13La « terre de pays » reste en position marginale, et connaît peut-être même un recul significatif.

14Parmi les catégories d’objets, les « carafes » objet emblématique, sont rares dans les années 1841-1851, les autres formes « cruches, canaris, terrines », dont le patrimoine plus récent abonde, sont encore plus exceptionnelles.

15Les objets dédiés à l’hygiène des corps, les bains de jambe, bidets, fontaines et plats à barbe sont au total peu représentés, mais le métal et des usages détournés d’autres formes (terrines) compensent cette rareté relative.

16Quelques « gargoulettes », d’origine espagnole ou provençale (?), sont mentionnées seulement après 1841. Les statuettes de piété sont très peu nombreuses à cette époque, et il est probable que c’est dans la deuxième moitié du xixe s. seulement que ces objets principalement de dévotion se propagent ad libitum dans la société martiniquaise.

17Une nouveauté se diffuse à partir des années 1830, la tisanière ou « veilleuse », toujours de porcelaine et sans doute de Paris, qui indique là encore un enrichissement des pratiques de l’intime bourgeois.

18Dans le registre de la vaisselle de cuisine, deux catégories principales se distinguent, les « canaris » allant au feu et les « Terrines ». Ces objets sont très majoritairement provençaux, comme le montrent toutes les fouilles, même si leur dénomination est locale.

19Parmi les objets communs dans les intérieurs martiniquais, les vases de nuit et autres pots de chambre sont moins signalés, alors que les fouilles en livrent en grand nombre.

20Ce constat conduit implicitement à rappeler les limites intrinsèques de la pratique notariale et de ses nombreux biais, expertise, culture, intérêt, routine, non prise en compte des objets de faible valeur vénale, etc.

21Parallèlement aux études de matériel et aux dépouillements d’archives, les membres de l’équipe ont poursuivi les enquêtes patrimoniales dans plusieurs structures muséales publiques et privées. Le Musée du Père David, au Diamant, celui de La Pagerie aux Trois-Îlets, celui de la Canne, l’Observatoire Volcanologique, celui du Morne-des-Esses, ainsi que la Savane des esclaves conservent une série somme toute importante de « terrailles » de l’Huveaune (terrines, pots de chambre, tomettes), de jarres de Provence, de faïences et porcelaines françaises (Vieillard à Bordeaux, Paris pour le marché colonial, Sarreguemines), de faïences anglaises (Jersey et autres), ainsi que des terres cuites locales et régionales de toutes époques et des formes à sucre et pots à mélasse importés ou de fabrication régionale, parfois issus de contextes sous-marins.

22Des dossiers patrimoniaux conservés à la Dac ont permis de repérer des cases à eau aujourd’hui disparues, à l’Habitation Le Gaoulé, au Diamant, à l’habitation l’Enclos à Case-Pilote, ainsi que des salles d’eau carrelées à Fort-de-France et à Schœlcher.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Saint-Pierre, Habitation Perrinelle, case 7 : terrines de Provence
Crédits Cliché : L Vallauri.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2 – Saint-Pierre, Habitation Perrinelle, case 7 : assiette patriotique en porcelaine peinte
Crédits Cliché : L Vallauri.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30684/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Fig. 3 – Saint-Pierre, Habitation Perrinelle, case 7 : bougeoir en porcelaine peinte
Crédits Cliché et DAO : L Vallauri, L. Serra.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30684/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 879k
Titre Fig. 4 – Saint-Pierre, jardin ouest : assiette en faïence de Moustiers peinte en bleu
Crédits Cliché : L Vallauri.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30684/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 5 – Saint-Pierre, Habitation Perrinelle : terrasse ouest, bords de marmites locales
Crédits Cliché : L Vallauri.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30684/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 6 – Tableau de Le Masurier « Famille métisse » vers 1775
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30684/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Amouric, Lucy Vallauri, Tony Volpe, Laurence Serra et Mathilde Bouquet, « Poteries des îles françaises de l’Amérique : productions locales et importées (xviie-xxe s.) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30684

Haut de page

Auteurs

Henri Amouric

CNRS

Articles du même auteur

Lucy Vallauri

Articles du même auteur

Tony Volpe

Articles du même auteur

Laurence Serra

Articles du même auteur

Mathilde Bouquet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Henri Amouric

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search