Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1994MartiniqueLe Carbet – Habitation Anse Latouche

1994
Martinique

Le Carbet – Habitation Anse Latouche

Fouille programmée (1994)
Responsable d’opération : Sylvie Sainte-Agathe

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1L’habitation Anse Latouche se situe sur la côte de la mer des Antilles au nord-ouest de la Martinique. Elle est installée, à une centaine de mètres de la mer, au fond d’une vallée creusée par la rivière du Morne des Cadets, dite aussi rivière Latouche. Le flanc nord de cette vallée (sur le territoire de la commune de Saint-Pierre) est recouvert par une forêt sèche qui a enseveli les ruines.

2Cette habitation est exceptionnelle à plusieurs titres. Elle est d’abord considérée comme une des plus anciennes de l’île : son existence est attestée dès le milieu du xviie s. À travers les différentes sources d’archives rassemblées par Mireille Mousnier, on peut suivre son histoire depuis son origine jusqu’à nos jours. Elle est représentative de l’évolution de la société d’habitation du xviie au xxe s. Quasiment l’ensemble des activités présentes dans l’île s’y sont succédées depuis la culture du tabac, du coton et de la canne à sucre, jusqu’au cacao en passant par la poterie, le manioc, l’indigo, le rhum et le café. Ce fut aussi une des plus importantes par ses moyens humains et matériels. Les vestiges en place sont remarquables par leur importance, et pour certains, par leur état de conservation.

3Les travaux menés en 1994 ont consisté en une série de sondages qui ont porté sur divers aspects du site et principalement sur ses aménagements hydrauliques. Ils ont fait ressortir le rôle primordial joué par l’eau comme source d’énergie dans cette habitation.

Le barrage et l’aqueduc

4L’analyse du « chemin de l’eau » a débuté par l’analyse du barrage construit sur la rivière du Morne des Cadets. Il s’agit d’un ouvrage de près de 8 m de haut et 40 m de largeur, soutenu par deux importants contreforts. Il est percé de 3 ouvertures, les 2 supérieures étant des déversoirs de trop plein de la rivière. L’ouverture la plus basse, porte vanne, fournissait en eau le canal d’alimentation de l’habitation. La date de 1716 est inscrite à l’intérieur de l’angle nord du barrage.

5Le canal suit le lit de la rivière d’abord sur un simple muret qui s’élève peu à peu jusqu’à près de 7 m de haut pour former un véritable aqueduc large de 1 m environ, menant l’eau jusqu’à la roue qui animait le moulin à broyer la canne. La présence de 2 types dans l’appareillage de cet aqueduc évoque soit une réfection, soit plutôt une surélévation du canal lors de la mise en place de la roue en métal témoin du dernier état de fonctionnement.

La manioquerie

  • 1 Lieu où on râpait le manioc avant de le presser afin d’en extraire le suc nocif.

6La farine de manioc était une des bases de l’alimentation des esclaves et sa fabrication devrait remonter au moins au xviiie s. Si l’ancienne manioquerie n’a pas encore été découverte – elle pourrait être située à proximité de la rue case nègre – la manioquerie moderne a pu être étudiée. Elle est composée d’une « gragerie »1, d’une presse et de l’ensemble de cuisson. Ce dernier comporte trois platines de cuisson formées par des chaudières à sucre coupées à la base, alimentées par un foyer surmonté d’une cheminée de 3 m (fig. 1). Les râpes de la gragerie étaient animées par une roue actionnée par l’eau provenant d’une citerne.

Fig. 1 – Foyer

Fig. 1 – Foyer

Cliché : S. Sainte-Agathe (Afan).

7Cet ensemble a été installé sur les restes d’un bassin, d’une surface de 13,50 m2, relié à deux autres par un canal. Il est possible que cette installation hydraulique soit les vestiges d’une ancienne indigoterie.

Le système hydraulique

8Dans la partie sud du site, au pied de la colline, ont été repérées 7 arrivées d’eau provenant soit de sources, soit des eaux de ruissellement. Elles sont canalisées et récupérées dans des bassins de stockage avant d’aller alimenter des installations domestiques ou industrielles, telle la manioquerie et peut-être, auparavant, l’indigoterie. Mais l’eau a aussi été un élément de décoration et on la retrouve dans un bassin (daté de 1748) au centre d’un jardin à la française devant la maison du maître.

9Un bâtiment appelé « la forge » a aussi été fouillé. Il a été détruit à la suite de l’éruption de la Montagne Pelée en mai 1902. Il correspondrait à la raffinerie indiquée sur un plan de 1720. Deux petites ouvertures percées au niveau du sol dans son mur ouest pourraient être des bouches de foyer. Aucune structure interne à ce bâtiment pas plus que le matériel découvert à l’intérieur (fragments de formes à sucre et de pots à mélasse) ne permettent de préciser sa fonction.

La sucrerie-purgerie

10D’après le Terrier de 1671, l’activité sucrière aurait commencé au milieu du xviie s. Elle aurait disposé à cette époque d’un moulin à bœuf qui n’a pas encore été retrouvé. Le premier plan disponible de 1720 montre la présence de la digue et de l’aqueduc sur l’habitation ce qui indique le remplacement du moulin à bœuf par un moulin hydraulique à cette date. La sucrerie semble être située à côté du moulin.

11Un sondage a été réalisé le long du mur sud de la distillerie où apparaissaient les ouvertures des foyers de la sucrerie. Ils sont au nombre de trois, mais seul le premier comporte un cendrier. Les chaudières auxquelles ils correspondent ont été détruites par la mise en place d’un soubassement en maçonnerie pour supporter les cuves de fermentation appartenant au dernier état de la distillerie.

12Lors d’une prospection à l’embouchure de la rivière Latouche, effectuée en marge du chantier, les vestiges d’un four à chaux ont été découverts. Il est adossé au morne sur la rive droite de la rivière Latouche. La chaux entrait dans la fabrication de l’indigo et du sucre ; elle servait de ciment pour la construction et était aussi utilisée dans l’agriculture pour amender les terrains et pour traiter les cultures contre certains insectes.

13Ces premiers travaux archéologiques menés sur cette habitation sont très prometteurs. La recherche future s’orientera vers le problème de la gestion de l’eau qui apparaît omniprésente dans l’exploitation comme source d’énergie mais aussi comme élément esthétique. On essaiera de retrouver les solutions qui ont été trouvées pour gérer son approvisionnement, sa circulation et son évacuation à travers le temps, suivant les mutations technologiques et économiques qui ont affecté cette habitation sucrerie.

Haut de page

Notes

1 Lieu où on râpait le manioc avant de le presser afin d’en extraire le suc nocif.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Foyer
Crédits Cliché : S. Sainte-Agathe (Afan).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Sainte-Agathe, « Le Carbet – Habitation Anse Latouche » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30694

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Sainte-Agathe

Afan

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search