Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1994MartiniqueSaint-Pierre – Maison coloniale d...

1994
Martinique

Saint-Pierre – Maison coloniale de santé

Fouille programmée (1994)
Responsable d’opération : Paule Duplan

Texte intégral

1La fouille de la Maison coloniale de santé qui a débuté en 1991 (cf. bilans scientifiques 1992 et 1993) s’est poursuivi cette année avec le dégagement d’une des cours de cet hôpital psychiatrique fondé en 1839, ce qui en fait le plus ancien établissement de ce type dans les Antilles françaises. Il est situé sur la rive droite de la Roxelane, à l’extrémité orientale de la rue Levassor. La fouille a bénéficié du concours d’une section du 33e RIMA et de l’Office national des forêts pour la coupe et l’enlèvement de la végétation.

2La cour fouillée est située à l’est d’une série de dortoirs et cernée au nord par le portique réfectoire et à l’est par des appentis adossés au mur de soutènement de la partie orientale de la Maison de santé. Près de 200 m2 ont été dégagés. Les vestiges sont apparus sous une couche de cendres d’une cinquantaine de cm d’épaisseur.

3Cette cour a une longueur de 32,50 m et une largeur de 14,30 m. Le mur qui la fermait au sud au-dessus de la rivière Roxelane a été emporté par ses crues. Son sol est pavé de pierres non taillées. Elle est bordée de caniveaux en pierre taillée enduite et au fond de brique. Le caniveau ouest est couvert de dalle à son extrémité sud.

4La cour a en son milieu 3 massifs maçonnés de plan carré espacés de 3,90 m. Ils ont environ 1,70 m de côté et 0,50 m de haut. Ils entouraient des arbres.

5Des ossements humains et animaux ont été retrouvés en différents points de la cour. Leur état de conservation est médiocre en raison de l’humidité du sol et des nombreuses racines d’arbres. Il s’agit des restes partiels d’au moins trois individus. Une étude anthropologique est programmée afin d’identifier au mieux les restes humains qui appartiennent aux 150 malades présents au moment de la catastrophe et aux membres de l’équipe soignante. Les corps sont soit directement sur le sol de la cour soit mêlés aux cendres. Ils sont souvent recouverts d’éléments provenant de la destruction des bâtiments environnant : bois calcinés (volets, portes et poutres), tôle ondulée, couverture des appentis (les bâtiments principaux étaient couverts de tuiles). Les ossements d’animaux appartiennent à un canidé et, au minimum, à un grand vertébré qui n’a pas encore été identifié.

6En marge de ces travaux de dégagement, un programme de restauration mené par la Conservation des monuments historiques a débuté. Il s’attachera à consolider les cellules de la partie orientale de la maison de santé et à bloquer le sol des différentes cours en reconstituant des talus pour empêcher les ravinements causés par les crues de la rivière Roxelane.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paule Duplan, « Saint-Pierre – Maison coloniale de santé » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30702

Haut de page

Responsable d’opération

Paule Duplan

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search