Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1994MartiniqueSainte-Anne – Habitation Crève-Cœur

1994
Martinique

Sainte-Anne – Habitation Crève-Cœur

Fouille programmée (1994)
Responsable d’opération : Sylvie Simoneau

Texte intégral

1Après la fouille de plusieurs grands bâtiments et de l’équipage de 1988 à 1991, les fouilles de 1993 avait mis au jour l’équipement du moulin (fig. 1), mais il était nécessaire d’en étudier le fonctionnement. D’après les sources, le moulin de Crève-Cœur a fonctionné à la traction animale (moulin à bœuf circulaire), puis à la vapeur à partir du milieu du xixe s. Les fouilles de cette année avaient comme objectif de permettre de dégager le générateur, puis d’établir la relation entre ce dernier et la machine à vapeur, située dans le moulin, qui actionnait les rolles. D’autre part, nous avons poursuivi l’étude de la structure no 5, incluse dans le moulin à bœuf et décrite dans le rapport de 1993.

Fig. 1 – Vue générale du moulin

Fig. 1 – Vue générale du moulin

DAO : S. Simoneau, d’après R. Poulain.

Le générateur à vapeur

2Le générateur est situé au sud-ouest du moulin à l’extrémité du passage qui dessert le bâtiment abritant l’équipage. Il se trouvait dans un appentis adossé au moulin, couvert en aissantes, dont il ne subsiste aujourd’hui qu’un muret, au sud, de 6 m de long et 0,30 m d’épaisseur environ.

3Il était recouvert d’une couche déterre de 0,10 m environ. Il est placé dans une cavité de 1 m de profondeur dont les parois sont montées en briques pleines posées à sec et maintenues par un remblai composé de terre, de sable, de pierres et de fragments de brique. Nous n’avons pas tenté de le dégager entièrement pour ne pas risquer de le déstabiliser.

4Il mesure approximativement 5,50 m de long et 0,80 m de diamètre. Il semble être dans un bon état de conservation. Il est relativement petit si on le compare à ceux trouvés sur d’autres habitations. Il est cylindrique et composé de quatre éléments en tôles rivetées. Il porte une sorte de tourelle de 0,84 m de haut et de 0,70 m de diamètre sur lequel se raccordent différents tuyaux qui devaient permettre l’alimentation en eau et la sortie de la vapeur.

5Ce générateur, qui ne porte aucune marque, est d’un type ancien : il s’agit d’un volume simple chauffé par un foyer situé à son extrémité sud et par la circulation d’air chaud à sa périphérie. Ce foyer était fermé par une lourde porte métallique. Les modèles plus récents sont équipés de tubulures internes qui favorisent les échanges thermiques afin d’obtenir un meilleur rendement. La cavité qui accueille le générateur se poursuit vers le sud-ouest par un conduit coudé qui aboutit à une ouverture en forme de puits de 1,16 m de profondeur et de 0,75 m de diamètre. Toute cette partie est également entièrement montée en briques pleines. Ce « puits » est surmonté d’une structure métallique, qui se trouve au légèrement au-dessus du niveau du sol actuel. De forme carrée (1,38 m de côté) elle est percée d’une ouverture de 0,75 m de diamètre.

6L’ouverture en forme de « puits » est sans doute le conduit de cheminée. Le coude du conduit peut être un aménagement destiné à la fois à améliorer le tirage et à déporter le conduit de fumée du bâtiment du moulin.

7Un sondage effectué au sud-ouest de la plate-forme qui accueillait la machine à vapeur, entre celle-ci et le générateur à vapeur situé hors du moulin, n’a révélé aucune liaison souterraine entre ces deux éléments. Cela permet d’affirmer que la liaison entre ces deux machines devait être aérienne.

La structure no 5

8La campagne de fouilles de 1993 avait mis au jour une structure (structure no 5) composée de deux pièces de bois prises dans un massif de maçonnerie. Nous les avons entièrement dégagées cette année. L’emplacement qui les accueille est en maçonnerie, composé de mortier à base de ciment. Ce mortier est compact et encore solide. Le massif est de forme grossièrement quadrangulaire, il est situé dans le moulin en partie dans le cercle intérieur et en partie sur le passage circulaire où tournaient les bœufs de traction. Il empiète légèrement sur l’escalier qui permet d’accéder à la partie centrale du moulin. Cette situation implique qu’il a été construit lors de la conversion à la vapeur de l’installation de broyage car il gênerait le passage des animaux. Il porte dans sa partie nord quatre fortes tiges filetées qui ont pu servir à fixer au sol une machine sans doute la machine à vapeur.

9Au sud, à proximité du canal à vesou du moulin primitif, il englobe les deux pièces de bois de section quadrangulaire mesurant 1,50 m par 0,20 m. Ces madriers sont parallèles et espacés de 1 m. Ces pièces de bois sont creuses et comportent des ouvertures dans leur partie supérieure : deux grandes de forme rectangulaire aux extrémités, de 0,30 à 0,35 m de long et environ 0,10 m de large, et une ouverture ronde de 8,50 cm de diamètre environ. Les restes de 3 pièces en bois seulement, fortement érodés, étaient encore implantés dans 3 de ces trous, et le mortier du massif qui les maintient est marqué verticalement au-dessus. Ces empreintes montrent que 4 pièces de bois y étaient plantées. Des pièces de bois identiques ont été trouvées au domaine de La Pagerie (Trois-llets) lors de travaux de restauration qui ont affecté le moulin à bêtes.

10On peut émettre l’hypothèse suivante quant à la fonction de cette structure de maintien et des poteaux qui en émergeaient : il est probable qu’il s’agissait du socle qui supportait les rolles du nouveau dispositif de broyage mis en place lors de l’introduction de la vapeur. Cette fonction justifierait son emplacement à proximité immédiate du canal à vesou qui continuait peut-être à être utilisé. Nous n’avons pas d’indice de l’adoption du mode de production du sucre par turbine dans cette habitation mais cette installation a pu être entièrement démontée lors du rachat de l’habitation par l’usine centrale du Marin.

11L’impression qui se dégage à l’issu de la fouille de ce secteur de l’habitation est que, comme il l’avait déjà été remarqué lors de la fouille de l’équipage en 1991, l’adoption de techniques nouvelles ne s’accompagne pas de réaménagement d’envergure des bâtiments et de leur organisation : la machine à vapeur vient s’insérer entre le moulin et le bâtiment qui abrite l’équipage, le moulin est réutilisé sans doute afin de profiter de ce grand espace couvert. Ce mode de fonctionnement doit être le reflet de la précarité croissante de l’économie sucrière à partir du début du xixe s.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du moulin
Crédits DAO : S. Simoneau, d’après R. Poulain.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Simoneau, « Sainte-Anne – Habitation Crève-Cœur » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30705

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Simoneau

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search