Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1994MartiniqueSainte-Anne – Savane des Pétrific...

1994
Martinique

Sainte-Anne – Savane des Pétrifications

Prospection thématique (1994)
Responsable d’opération : Léonid Kameneff

Texte intégral

1Située à l’extrême sud de la Martinique, cette région est moyennement accidentée, souvent sèche et peu couverte de végétation. Des phénomènes hydrothermaux consécutifs au volcanisme y ont engendré des roches siliceuses utilisés dans l’industrie lithique préhistorique : jaspe, bois silicifié, calcédoine.

2En 1973, J. Cruxent et H. Petitjean-Roger y découvrent trois petites cuvettes comportant du matériel lithique amérindien.

3En 1993, P. Gros et J.-M. Martin, dans leur prospection générale de la Martinique, n’y remarquent pas d’outillage caractérisé, ils conseillent cependant une recherche plus approfondie.

Prospection

4Elle s’est déroulée d’août à décembre 1994, avec deux mois pleins de présence sur le terrain, et quatre personnes en permanence. La Savane a été quadrillée et prospectée systématiquement. Seules les zones dépourvues de végétation ont révélé un matériel notable. Elles se situent dans la partie nord-est de cette région.

5Nous découvrions rapidement deux zones d’ateliers de taille de jaspe rouge (sites Sn et Ss ; fig. 1), puis une très vaste zone parsemée de tas de blocs de jaspe jaune qui devaient se révéler d’autres ateliers de taille (sites B). Entre ces ateliers, on trouve des outils divers, de facture et d’époque différentes, le tout couvrant une surface d’environ 17 ha.

Fig. 1 – Zone de concentration d’éclats de jaspe rouge

Fig. 1 – Zone de concentration d’éclats de jaspe rouge

Cliché : L. Kameneff.

6Aucun tesson de céramique amérindienne n’a été remarqué. Quelques coquillages se trouvent éparpillés sur la Savane (Strombus spp et Cittarium pica principalement), sans que l’on puisse préciser l’époque à laquelle ils ont été péchés. Ils sont présents surtout sur le littoral même, et presque inexistants à l’intérieur. Les vestiges amérindiens sont donc essentiellement lithiques.

7Un bornage a été installé afin de permettre un report précis des sites et même de certains objets ou concentrations d’objets sur la carte IGN agrandie au 1/1500. Nous y avons également porté un relevé des ruissellements principaux.

8Des cartes encore plus détaillées de concentration d’objets et d’éclats ont été dressées après carroyages et décomptes, permettant d’établir que beaucoup de ces objets sont toujours en place, en particulier dans les ateliers de taille.

Zones archéologiques

9Nous avons découpé la Savane des Pétrifications en 7 zones en fonction de la géomorphologie et du matériel archéologique. Ces zones pourront être modifiées selon les études à venir.

Piémont du Morne des Pétrifications (P : zone du Piémont)

10Le matériel archéologique apparaît au fur et à mesure que le dégage l’érosion à la tête des ravinements. On le trouve aussi dans des zones arides de scories basaltiques. Assez dispersé, il est composé de fragments de plaques de jaspe et d’éclats de jaspe rouge ou jaune, aménagés en outils : racloirs, grattoirs, couteaux, etc. Malgré l’importance des gisements de calcédoine à cet endroit, nous n’avons pas noté là d’outils taillés dans cette matière. Une partie non déterminée du matériel est encore à quelques centimètres sous la surface, là où l’érosion n’a pas encore attaqué, des graminées maintenant le sol en place.

Petit Morne (M : zone du Petit Morne)

11Il s’agit du petit morne situé dans la partie centrale de la Savane (altitude : 28 m). C’est un dôme de dacite à pâte microlithique, de formation volcanique plus récente que le reste. La qualité relativement fine de ce matériau en a permis la taille : on trouve là des objets en dacite, érodés cependant et difficiles à identifier, typologiquement semblables aux objets de jaspe de la zone B (cf. ci-dessous). En revanche, l’herbe, présente partout, ne permet pas de voir s’il y a des éclats et déchets de taille.

Val, au nord du « Petit Morne », entre les deux dômes de dacite (V : zone du Val)

12C’est un pâturage utilisé pour les vaches et les chevaux. Le piétinement répété des animaux en certains endroits a entraîné une érosion mettant à nu des objets archéologiques. Ils se répartissent en deux groupes, un groupe central composé de petits et de gros objets d’usage divers (racloirs, couteaux, mais aussi gros tranchets, gros coins, pics, etc.) ; et un groupe nord traité ci-dessous.

Glacis, nord du Val, et région entre le glacis et les falaises atlantiques (B : zone des Blocs)

13Zone caractérisée par de gros blocs épars de jaspe jaune et de bois silicifié. C’est le plus souvent une aire désertique, couverte d’une boue craquelée par la sécheresse, ou encore de petites pierres provenant de l’altération de roches affleurantes. Des lits de ruissellement charrient du sable. Cette zone, très riche en matériel lithique, recouvre à peu près celle que la carte géologique indique comme celle des tufs volcaniques et du bois silicifié. On y trouve de petits objets de jaspe rouge (grattoirs, couteaux, etc.) et de plus gros outils, de jaspe jaune et bois silicifié (grattoirs encore mais aussi burins, racloirs, pièces à coche, etc.). Cependant, la caractéristique la plus visible de cette zone est ses amas de blocs. Nous avons recensé 118 amas et zones de forte concentration, comprenant au total 3 265 blocs ou plaques de jaspe jaunâtre à kaki (environ 65 %) ou de bois silicifié (35 %), allant de près d’une dizaine de centimètres à un mètre et plus. Dans les endroits les plus arides, l’étude a montré qu’ils sont au centre d’importantes concentrations d’éclats vraisemblablement issus de leur débitage. Ils paraissent donc en place. Ces tas sont principalement composés de nucleus, percuteurs, enclumes, et d’objets non encore identifiés, à plates-formes polies et arêtes écrasées.

Dépression centrale de recueillement des eaux et exutoire : « la rivière » (D : zone de la Dépression)

14Cette vaste zone prolonge le glacis vers le sud. On y trouve le même type de paysage, avec davantage d’herbe, d’arbustes, cactées et même quelques arbres. Le matériel lithique ressemble à celui de la zone B, avec davantage de petits objets de jaspe rouge, et très peu de blocs. Des affleurements d’un basalte fin y ont été travaillés, comme le montre, près de ces roches, la présence de nombreux nucleus.

Crête à scories basaltiques au sud-est du petit Morne (S : Zone des Scories)

15Le site comporte une partie, occidentale (So) où l’on trouve seulement quelques petits outils, de jaspe rouge ou parfois noir ou jaune, et une partie orientale se divisant en deux zones d’ateliers de taille de jaspe rouge, contiguës mais distinctes (S nord de 1 650 m2 et S sud de 900 m2). Le matériel apparaît dans les endroits mis à nus, sur un sol altéré rouge, couvert de scories. Beaucoup de zones de graminées (dans la partie S sud en particulier) recèlent encore le matériel archéologique vraisemblablement en place. Là où il apparaît, les ruissellements ont commencé à le déplacer, voire à l’engloutir sous le sable, mais dans sa majorité, il paraît également en place. Nous avons compté :

1687 400 éclats, lamelles, nucleus et déchets de taille sur Sn où la concentration atteint jusqu’à 4 300 éclats au m;

1718 150 éclats et lamelles un peu plus gros pour Ss, avec une concentration maximale de 1 800 au m2.

Bad-lands ravinés en bordure de l’Atlantique (R : zone des Ravinements)

18Cette zone est entaillée de profonds ravinements juste en bordure de la côte atlantique. Elle est désertique. Le matériel s’y est trouvé bouleversé, en grande partie emporté vers la mer par les écoulements très forts. Les objets ressemblent à ceux de la zone B, en plus petit, jusque dans les outils qui, en B, sont associés aux ateliers de taille.

Conclusion

19La Savane des Pétrifications a été exploitée pour ses matériaux siliceux, comme en témoignent ces nombreux ateliers de taille. Les différentes factures parlent pour des époques différentes qu’il reste à déterminer. Des activités autres que le débitage paraissent s’être déroulées là également, certaines zones ne comportant que des outils d’usage divers, à l’exclusion de ceux qui sont liés à la taille de la pierre.

20Le matériel est, dans l’ensemble, grossièrement travaillé : il s’agit très fréquemment de pierres ou de fragments à peine aménagés et les éclats et lamelles sont souvent amorphes (Sn surtout), révélant une taille bipolaire sur enclume, voire un écrasement.

21La technique paraît cependant assez élaborée, touchant aussi bien le jaspe que des roches plus difficiles à travailler tels le bois silicifié et les roches volcaniques. La comparaison de ces techniques avec celles d’autres groupes connus, en particulier dans les Grandes Antilles, permettra de mieux connaître unité et diversité de ces populations.

22Une étude géomorphologique s’impose, afin de préciser d’une part l’origine des matériaux utilisés et d’autre part si ce matériel est bien en place comme cela paraît dans la plupart des cas.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Zone de concentration d’éclats de jaspe rouge
Crédits Cliché : L. Kameneff.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léonid Kameneff, « Sainte-Anne – Savane des Pétrifications » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30708

Haut de page

Auteur

Léonid Kameneff

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Léonid Kameneff

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search