Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1994Domaine public maritimeAu large de Saint-Pierre (Martini...

1994
Domaine public maritime

Au large de Saint-Pierre (Martinique)

Sondage (1994)
Responsable d’opération : Marc Guillaume
Notice rédigée avec Jacques Legendre

Entrées d’index

Année de l'opération :

1994

Chronologie :

époque contemporaine

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Gran

Texte intégral

1À la suite de fortes pluies ayant accompagné la tempête tropicale Cyndy en août 1993, plusieurs éléments de maçonnerie sont apparus à l’embouchure de la Rivière Sèche, au nord de la commune de Saint-Pierre. Parmi ces structures est apparu un fragment d’œuvage (structure maçonnée qui maintient les chaudières métalliques de taille décroissante, l’équipage) ayant appartenu à un équipage de sucrerie de type Père Labat (Labat 1742). La présence de ce vestige a attiré l’attention de la commission archéologique du comité régional de Martinique (COREMA) de la FFESSM.

2La forte pente et l’instabilité du terrain ont conduit à demander une autorisation d’opération archéologique afin de réaliser une observation et un léger dégagement des éléments repérés. Les observations ont été effectuées par des plongeurs du COREMA en collaboration avec un archéologue du Groupe de recherche en archéologie navale (Gran). Ce travail fait suite à un stage d’introduction à l’archéologie organisé fin 1993 dans le cadre fédéral.

3Les recherches historiques sur les habitations sucreries de la Martinique font apparaître plusieurs usines qui étaient installées à la fin du xixe s. dans la zone s’étendant entre Rivière Blanche au nord et Rivière Sèche au sud (rhumerie Isnard, rhumerie Bernard, usine Guérin). Le terme d’« usine » recouvre essentiellement les usines sucreries centrales et les rhumeries, qui, à l’époque, fabriquaient essentiellement du rhum industriel (tiré de la mélasse).

4Dans la nuit du 4 au 5 mai 1902, une coulée de boue avait emporté une partie des bâtiments situés entre Rivière Blanche et Rivière Sèche. Ce phénomène fit les premières victimes connues de la Montagne Pelée qui détruisit la ville de Saint-Pierre le matin du 8 mai 1902. Parmi les bâtiments emportés, la mémoire collective a surtout conservé le nom de l’Usine du docteur Guérin, seule usine centrale du nord Caraïbes et appartenant à une notabilité martiniquaise. On trouve trace dans les archives d’une habitation sucrerie sur les bords de la Rivière Blanche, connue en 1770 (carte Moreau du Temple) sous le nom d’Habitation Croquet, puis Croquet de Béligny en 1830 et enfin Habitation Rivière Blanche à partir de 1882.

5Rachetée en 1838 par Platelet de Lagrange et Tasher de la Pagerie, elle passe ensuite aux mains de Giraud (1850), Rufs de Lavison (1854), Pichey-lsnard (1875), Faure frères de Bordeaux et Deville de Saint-Alary de Marseille qui la vendent en 1878 au docteur Guérin pour la somme de 140 000 francs. Elle devient la première Usine Centrale de l’arrondissement de Saint-Pierre (qui englobe Le Robert et La Trinité).

6Plusieurs éléments sont actuellement visibles au débouché de la Rivière Sèche sur des fonds allant de 2 m à 14 m. Parmi eux les vestiges métalliques, non identifiés formellement, pourraient être des éléments de machine à vapeur. Des tronçons de maçonnerie présentent une forte analogie avec des glacis aménagés sur les berges de la rivière dans l’usine pour pouvoir recevoir les barges apportant la canne à sucre tels que l’on peut les voir sur certaines cartes postales de la fin du xixe s. Parmi ces éléments, tous indubitablement datés de la toute fin du xixe s., un fragment de maçonnerie d’œuvage atteste que l’usine de la fin du xixe s. s’élevait sur un état beaucoup plus ancien (sauf si une habitation sucrerie que nous ne connaissons pas, située en amont de l’usine, a été emportée par la violence de la coulée de boue).

7Si l’on ne peut affirmer que les ruines de la fin du xixe s. sont bien celles de l’usine du docteur Guérin, il semble très probable que cette usine était construite sur un état plus ancien (fin du xviiie s. ou début du xixe s.) qui pourrait correspondre à l’ancienne Habitation Croquet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Guillaume, Jacques Legendre, « Au large de Saint-Pierre (Martinique) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30714

Haut de page

Auteurs

Jacques Legendre

Drassm

Articles du même auteur

Marc Guillaume

Gran

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marc Guillaume

Gran

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search