Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1995MartiniqueSaint-Pierre – Église du Fort

1995
Martinique

Saint-Pierre – Église du Fort

Opération avant travaux des Monuments historiques (1995)
Responsable d’opération : Serge Veuve

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1Une opération archéologique préalable à des travaux de mise en valeur par les Monuments historiques s’est déroulée sur le site de l’église du Fort à Saint-Pierre de la Martinique en octobre et novembre 1995 (fig. 1). Elle avait pour but de retrouver par une série de sondages l’implantation de l’église primitive et de procéder à un inventaire et un tri des pierres erratiques. La fouille a bénéficié du concours d’une section du 33e RIMa et des élèves du collège Louis-Delgrès de Saint-Pierre.

Fig. 1 – Église du Fort

Fig. 1 – Église du Fort

DAO : S. Veuve (Afan).

2Les ruines de l’église du Fort se situent en bordure d’un plateau dominant la mer Caraïbe, délimité par la rivière Roxelane au sud et celle des Pères au nord. Au cœur du quartier du Fort, elle reçut de plein fouet les effets destructeurs des éruptions de la Montagne Pelée qui se sont succédées entre le 8 mai et le 30 août 1902.

3Plusieurs ouvrages récents considèrent que les ruines de l’église du Fort correspondent à l’emplacement de la première église construite à Saint-Pierre peu avant 1640. Ce n’est qu’à partir de 1684 que l’on peut observer sur les plans de Saint-Pierre la présence de deux églises dans ce secteur du quartier du Fort. Elles correspondent aux ruines de l’église du Fort et de la chapelle du cimetière. L’ouvrage du Père David sur le clergé de la Martinique nous révèle d’ailleurs que, dans le courant de 1680, le Père Farganel avait bâti en maçonnerie l’église du Fort « avec le produit de certaines amendes que lui remit M. de Blénac ».

4Les deux premiers plans de Saint-Pierre, datés autour de 1670, mettent en évidence, toujours dans le même secteur, une seule église paroissiale dédiée à Saint-Pierre. La difficulté réside dans l’imprécision des pians de l’époque qu’amplifie l’absence d’un véritable tissu urbain. Cependant, située approximativement à mi-chemin de la rivière Roxelane et de celle des Pères, l’église se trouve, sur ces documents, placée au nord du chemin conduisant à l’habitation La Montagne. Or, l’actuelle église du Fort se trouve au sud de cette voie.

  • 2 Environ 56,70 m.

5Le père Du Tertre écrit d’autre part, à la même époque : « À quelque cinquante pas2 de l’église est la maison des RR.PP. Jésuites, leur chapelle et leur habitation ». Même si l’évaluation de la distance était quelque peu erronée, l’écart entre les 50 pas du texte et les 435 m qui séparent l’église du Fort de l’entrée du domaine de la maison des Jésuites nous semble trop important pour situer l’église initiale à l’emplacement de l’église du Fort. Nous la verrions plutôt du côté de la chapelle du cimetière. L’état primitif de l’actuelle église du Fort ne paraît donc pas pouvoir remonter au delà de 1680.

L’église primitive (1680-1895)

6La seule description de l’église primitive est donnée par le père Labat qui la visite en 1694 :

  • 3 Plan du Fort St Pierre et d’une partie de la ville nommée communément quartier du Fort (anonyme et (...)

7Selon les plans de la ville, un clocher séparé du corps de l’église est venu compléter, à l’arrière du chevet, la construction de 1680 dans le premier tiers du xviiie s., tandis que se structure un quartier urbain tout autour. Il faut attendre le milieu du xviiie s. pour disposer d’un plan3 plus précis de l’église au sein de son quartier.

  • 4 Daney 1846, II, p. 125.
  • 5 David 1984, III, p. 93.

8Le marquis de Caylus, Gouverneur général des Îles sous le Vent de 1745 à 1750 fut, selon Sidney Daney4, enterré dans l’église le 12 mai 1750. L’expulsion des Jésuites en 1763 marque la fin du service religieux exercé sous leur ministère. La paroisse fut ensuite confiée à l’abbé Perreau, puis aux Capucins. Les séculiers les remplacèrent à partir de 1819, jusqu’en 1902. L’ultime document iconographique dont nous disposons consiste en un simple croquis à main levée tracé par le curé de la paroisse en 18455. Le clocher a été remis en état en 1868 et c’est à partir de 1895 que fut entreprise la reconstruction de la majeure partie de l’église.

9Les sondages archéologiques destinés à retrouver l’église primitive ont permis d’en relever le plan, tout en déterminant les parties de maçonnerie réutilisées dans la reconstruction de la fin du xixe s.

10Avec l’aide du plan ancien, nous avons pu retrouver les deux murs qui constituaient la rampe de l’escalier d’accès au parvis de l’église depuis la rue Deschiens. Larges et hauts de 0,50 m, distants de 6 m, ils se présentent perpendiculairement à la façade et conservent un enduit de chaux sur leur face intérieure.

11Les restes de la façade, arasés au niveau du sol intérieur, ont été retrouvés à l’intérieur de l’église récente à 6,20 m du mur de sa façade. À l’extérieur, l’angle sud-ouest était renforcé par un empattement à paroi verticale du côté sud, taluté du côté ouest. L’empattement taluté se poursuivait sur la façade, en retrait cependant, jusqu’à l’escalier central. Un enduit à la chaux peint d’une couleur ocre jaune recouvrait la maçonnerie extérieure.

12L’escalier central de plan rectangulaire (3,60 m x 8,20 m) n’est pas celui du croquis de 1845 (à pans), ni celui du xviiies. (plus étiré et à pans), ce qui le date de la deuxième moitié du xixe s. Il se composait de quatre marches dont les pierres ont été récupérées lors de la reconstruction. Le revêtement du palier était fait de carreaux de pierre de couleur beige jaune.

13Les murs latéraux nord et sud de la nef ont été positionnés par une série de sondages privilégiant la moitié sud, plus accessible. La largeur des fondations est, selon les sondages, comprise entre 1,00 m et 1,20 m. Un crépis recouvre sa face extérieure et non sa face intérieure, signe de l’arasement du mur au niveau du sol intérieur, tandis qu’à l’extérieur le niveau du sol se trouvait en contrebas.

14Formé par la construction de deux chapelles (7,80 m x 7,80 m) de part et d’autre de la nef unique, le transept ancien donnait à l’église son plan en forme de croix latine. L’angle formé par le mur sud de la nef et le transept sud montre les traces de l’encastrement d’une chaire que l’on retrouve sur le plan du xviiie s. Le parement intérieur du mur sud réutilisé dans la reconstruction de l’église récente, conserve dans la partie inférieure de son appareillage deux pierres de taille, témoins d’un piédroit d’une porte donnant sur l’extérieur que l’on retrouve sur le plan du milieu du xviiie s. Du côté nord, le mur présente un appui de fenêtre décentré vers l’ouest par rapport aux deux autres fenêtres récentes et situé à un niveau sensiblement supérieur. Cette fenêtre réutilisée en fenêtre aveugle dans l’église récente a été recentrée sur la façade extérieure seulement. Une plaque tombale, située à 2-3 cm au-dessous du sol récent, a été découverte, accolée par un de ses petits côtés au mur sud du transept à 1,10 m de son mur est. Faite d’un calcaire marbrier (dim. : 0,75 m x 1,70 m), elle porte les restes très effacés d’une inscription.

15Un sondage implanté contre le mur sud du chœur, juste à l’arrière du degré d’accès au chœur récent a permis le positionnement du degré porté sur le croquis de 1845 (contremarche supérieure à 1,80 m de l’angle du transept sud). Un remblai, renfermant de nombreux carreaux de pierre beige jaune, recouvrait l’empreinte des deux marches supérieures du degré ancien ainsi que l’amorce de la troisième. Leur raccord avec le mur était légèrement encastré dans la pierre, ce qui permet, d’une part, d’attester l’ancienneté du mur du chœur conservé dans les travaux de la fin du xixe s., et, d’autre part, de livrer les dimensions des marches disparues.

16Le plan de l’église du milieu du xviiie s. fait apparaître un degré d’accès au chœur différent. Sa marche inférieure y est en débord par rapport à l’alignement du mur est du transept et sa partie centrale s’élargit en un segment de cercle tourné vers la nef. La construction des degrés postérieurs l’a fait disparaître.

17Dans le déambulatoire extérieur, à une vingtaine de centimètres au-dessous du revêtement de carreaux de terre cuite final, a été découvert un ancien pavage fait de galets maçonnés. Ce pavé venait s’appliquer avec ses joints de mortier contre le mur du chevet. Le chœur ancien semble donc bien avoir été conservé tel quel dans l’église élargie et allongée de la fin du xixe s. Le muret de clôture du déambulatoire ancien a été retrouvé à l’intérieur du déambulatoire récent. De faible épaisseur (0,25 m), il décrivait un arc de cercle, à 0,60 m en retrait par rapport à son successeur (largeur intérieure : 3,05 m).

18Le sol de la nef de l’église antérieure aux travaux de 1895 se situait à un niveau très voisin de celui de 1902. La marche supérieure de l’escalier d’accès à la nef ancienne est, avec son revêtement de pierres, à 10 cm au-dessous du niveau du sol de ciment, tandis que dans le chœur, moins de 5 cm séparaient les deux niveaux.

19Un sondage a été ouvert à l’extérieur du mur sud de la nef récente. Sa finalité consistait à vérifier le bien-fondé des observations manuscrites portées sur le plan du xviiie s. et faisant état de la fausseté des lignes de couleur rouge d’un plan sous-jacent. C’est ainsi qu’une petite chapelle se serait trouvée à quelques mètres de la nef sud de l’église. Six couches de remblais ont été rencontrées, sans aucune trace de construction. On notera la présence de quelques tessons amérindiens dans les couches 5 (0,85-0,95 m) et 6.

L’église récente (1895-1902)

20L’accroissement du nombre de fidèles depuis la fin du xviiie s., conséquence du développement du quartier du Fort, a du s’accommoder de la seule église du Fort, au plan inchangé depuis la fin du xviie s., jusqu’à ce que l’évêque Leherpeur fonde une nouvelle église dite « de la Consolation », située à environ 450 m à l’est de l’église du Fort, entre 1855 et 1860. Mais l’extension du quartier du Fort vers le nord en direction du Prêcheur s’accélère peu après avec la construction d’un grand nombre de villas résidentielles constituant le Fond Corré. Or, l’église du Fort est la première église sur le chemin de la ville que rencontrent ces populations nouvellement installées. Le cyclone de 1891 ne put qu’accélérer le processus de décision. T’Fla Chebba, conducteur des Ponts et Chaussées en fut l’architecte. Les travaux financés par une subvention de la Colonie et la générosité des paroissiens pour un montant voisin de 200 000 F, entrepris en 1895, prirent fin en 1899. Toutes les sculptures avaient été exécutées par des ouvriers du pays et par T’Fla Chebba lui-même.

21Trois ans à peine après son achèvement, la nouvelle église du Fort subissait l’éruption volcanique de la montagne Pelée, le 8 mai 1902. Son dégagement s’est opéré au cours des années 1950 sous l’impulsion de la municipalité et du Syndicat d’Initiative et a donné lieu à une inauguration officielle le 18 mars 1956.

22Un article de journal retrouvé dans la presse de la fin du xixe s. nous en donne une description sous la plume de Francisco Serrano, touriste vénézuélien :









23La nef a été entièrement reconstruite, élargie et allongée après arasement de la nef ancienne au niveau du sol. À la nef unique succéda une nef centrale flanquée de deux bas-côtés qui développaient ensemble une surface de plus de trois fois supérieure à celle de la nef d’origine (553 m2 au lieu de 172 m2).

24De la nef centrale ne subsiste en place que les plinthes des colonnes scellées dans leur fondation propre. De plan carré (0,85 m de côté} chaque plinthe se composait d’une pierre de taille de remploi. Une mortaise d’une vingtaine de cm de côté, le plus souvent décentrée (autre indice de remploi) pouvait servir à mieux l’unir à la base et à la colonne. L’absence de fragment de colonnes à l’intérieur de l’église semble indiquer qu’elles étaient faites de fûts en bois tout comme les chapiteaux, les arcs-doubleaux et la voûte de la nef. La hauteur des plinthes décroissantes de l’entrée au transept visait à rétablir une assise horizontale pour l’ensemble de la colonnade en compensant la légère pente de la nef entre le transept et l’entrée.

25Le profil des bases se compose de deux tores encadrant un petit tore portant une rainure sur sa face avant. Un cavet assure la transition vers le diamètre plus étroit de la colonne. Le moule complet, fait de quatre blocs séparés, a été retrouvé à l’intérieur du clocher.

26Les bas-côtés nord et sud, symétriques, permettaient l’accès par les portails secondaires de la façade précédés tous deux d’un escalier à pans. Deux autres entrées se trouvaient à proximité du transept. Au pied des murs, des pilastres, rythmant la succession des fenêtres et des oculi les surmontant, répondaient à chaque colonne de la nef centrale. Leurs plinthes, de hauteur décroissante, vers le transept, ont été retrouvées en place. Les bases de pilastres découvertes présentent le même profil que celui des colonnes.

27Peu après l’entrée ouest du bas-côté nord se trouve une plaque tombale couverte de carreaux de faïence blancs et gris. Mario Mattioni, directeur des Antiquités de Martinique, la fouilla en 1973 et fit peu après sceller à l’arrière une plaque inscrite, aujourd’hui disparue :

28Les fonts baptismaux se trouvaient près de l’angle sud-ouest du bas-côté sud. Un petit muret conservé sur 0,20 m de hauteur délimitait un espace (1,30 m x 1,40 m) ouvert sur le devant et au centre duquel se trouvait la base de la cuve au dessus de laquelle se pratiquait le baptême par aspersion. Un trou d’évacuation se trouve dans le fond. L’écoulement se faisait à l’ouest par une petite canalisation couverte qui se dirige vers l’extérieur.

29Le sol de la nef centrale et des bas-côtés adjacents était fait d’un sol de ciment (1 cm à 3 cm d’épaisseur) recouvrant un hérisson de cailloutis.

30Le transept récent a été sensiblement élargi vers l’ouest tout en étant pratiquement absorbé en plan par l’adjonction des chapelles à l’est, des bas-côtés à l’ouest. En fait l’élargissement vers l’ouest permettait de placer l’extrémité arrondie du degré rentrant adouci qui le sépare de la nef. Par contre la construction des deux chapelles s’ouvrant sur le transept de part et d’autre du chœur permettait d’y replacer avantageusement les anciens autels du transept.

31Le passage de la nef centrale et des bas-côtés au transept se faisait donc par un degré rentrant adouci composé de trois marches faites de moellons équarris et enduits d’un mortier de ciment. Le giron de la marche intermédiaire nettement plus large que celui de la marche inférieure et l’existence d’un fragment de barreau de fer conservé avec son scellement sur le giron supérieur à proximité du rentrant nord semblent témoigner de la présence d’une table de communion. Le sol était constitué d’un enduit de ciment posé sur un hérisson de pierrailles.

32De dimensions identiques (3,50 m x 5,80 m), les chapelles présentaient contre leur mur de fond un autel s’élevant sur un emmarchement de deux marches. Tous deux étaient sans aucun doute recouverts de carreaux de marbre.

33Au sol, des carreaux de 23 cm de côté ont laissé des empreintes sur le mortier de scellement sur une largeur de 1,20 m, face aux portes conduisant aux sacristies. Sur le restant du sol, des empreintes sur le mortier de scellement et quelques fragments de carreaux de marbre blanc subsistent, au pied des marches de l’autel (13 cm de côté), disposés en quinconce.

34La chapelle nord présente des traces d’empreinte de carreaux (marbre ?) en bordure de marche vers le transept. Un degré à pans menait au chœur. Il se composait de quatre marches faites de moellons équarris et revêtus de carreaux de marbre tous disparus. Une rangée de carreaux révélés par leur empreinte prenait place à l’avant de la contremarche inférieure. Le maître-autel était surélevé et précédé par un emmarchement de trois marches de marbre. Ses parois étaient couvertes de carreaux de marbre. Des agrafes en bronze en témoignent.

35De part et d’autre se dressent encore deux piédestaux dont la plinthe est accolée à la marche inférieure de l’autel. La face avant est faite d’un bloc de marbre. Ils supportaient des statues de marbre dont ne restent que quelques blocs présentant un drapé.

36Le sol du chœur a conservé quelques plaques de mortier. À l’arrière du maître-autel subsistent encore en place, sous un énorme massif de maçonnerie, des carreaux de couleur proche du blanc.

37Les sacristies placées à l’arrière des chapelles résultent des travaux de la fin du xixe s. qui les ont placées de part et d’autre du chœur ancien, réutilisé dans ce nouvel état. Elles communiquent avec les chapelles, le chœur et le déambulatoire extérieur. Leurs dimensions sont identiques : 4,10 m x 5,85 m. La position de la fenêtre donnant sur le chœur, très décentrée, au point d’ouvrir de quelques centimètres dans l’épaisseur du refend semble indiquer qu’il s’agit là d’une fenêtre du chœur ancien conservé par la reconstruction.

38Le sol de la sacristie nord conserve quelques plaques de mortier portant des empreintes de carreaux de 15 cm de côté. De rares fragments de carreaux encore scellés au pied des murs montrent un décor gris sur fond blanc. Un emplacement au sol cimenté (dim. : 1,65 m x 1,75 m), sans traces d’empreintes de carreaux, se trouve contre le mur nord. Un escalier conduisant à l’étage prenait place dans l’angle sud-ouest de la pièce. Il n’en subsiste que la marche inférieure en pierre aux extrémités arrondies, ainsi que deux pitons destinés à soutenir le limon, scellés dans la paroi du mur ouest. Le sol de la sacristie sud était cimenté comme en témoignent les plaques subsistantes. La marche inférieure en pierre d’un escalier qui montait à l’étage subsiste, tout comme au nord.

39Le nouveau déambulatoire extérieur est sensiblement plus large que le précédent (3,97 m au lieu de 3,05 m) et son sol était carrelé de terre cuite. Séparé de la rue par un muret qui supportait des piliers, il s’ouvrait sur l’extérieur par deux portes, l’une au nord et l’autre au sud.

Haut de page

Notes

2 Environ 56,70 m.

3 Plan du Fort St Pierre et d’une partie de la ville nommée communément quartier du Fort (anonyme et non daté, CAOM, DFC Martinique 40B).

4 Daney 1846, II, p. 125.

5 David 1984, III, p. 93.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Église du Fort
Crédits DAO : S. Veuve (Afan).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Veuve, « Saint-Pierre – Église du Fort » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30725

Haut de page

Auteur

Serge Veuve

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Serge Veuve

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search