Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1995MartiniqueSainte-Anne – Savane des Pétrific...

1995
Martinique

Sainte-Anne – Savane des Pétrifications

Fouille programmée (1995)
Responsable d’opération : Léonid Kameneff

Texte intégral

1Cette vaste zone semi-désertique du sud de la Martinique, riche en roches siliceuses microgrenues, a vu se développer une industrie lithique amérindienne importante.

2Une fouille programmée consécutive à l’opération de prospection de 1994 (cf. bilan 94) a été conduite sur ce site par le groupe signataire, auquel se sont joints, au moment du lancement de l’opération, divers spécialistes :

  • Claude Cosandey, hydrologue, directrice adjointe du laboratoire de géographie physique, CNRS Meudon ;
  • Philippe Allée, géomorphologue, laboratoire de géographie physique, CNRS Limoges ;
  • Pierre Bodu, lithicien, laboratoire d’ethnologie préhistorique, CNRS Paris ;
  • Benoît Bérard, lithicien, centre de recherches préhistorique, université de Paris I, Afan.
  • Ce site avait été partiellement exploré en 1973 par J. Cruxent et H. Petitjean-Roget, puis en 1993 par P. Gros et J.-M. Martin.

3L’étude géologique, l’étude géomorphologique, les analyses granulométriques, les observations et mesures, tout indique que l’encaissant basaltique du jaspe utilisé sur ce site par les Amérindiens s’est altéré sur place, dans un milieu peu accidenté et peu perturbé par l’activité volcanique. Celle-ci s’est limitée à quelques effusions de dacite pâteuse au début du miocène, et rien depuis. L’érosion différentielle a, dans les endroits qui nous intéressent, doucement dégagé ce matériau ; les Amérindiens le trouvant affleurant dans une position vraisemblablement peu différente d’aujourd’hui. Puis, le matériel archéologique s’est trouvé en grande partie recouvert de dépôts dus à l’érosion hydrique et aux transports éoliens, dépôts érodés seulement récemment. Ce matériel, ainsi préservé, se trouve toujours en partie dans ces dépôts sableux. Ces sites de taille, en place et protégés jusqu’à récemment, sont donc particulièrement intéressants.

Sites à éclats

4Nous avons répertorié 13 sites de débitage du jaspe, répartis sur environ 17 ha, comportant des concentrations d’éclats de jaspe d’origine anthropique.

5Trois d’entre eux ont été démontés (fig. 1) :

  • Pc, totalement, sur 400 m2, fournissant 213 pièces de jaspe (2/3 de jaunâtre, 1/3 de rougeâtre) : éclats, cassons, nucléus, esquilles ;
  • Ss1, partiellement, sur 16 m2, fournissant 718 pièces de jaspe (à peu près pour moitié de noir, et moitié de rougeâtre). Les éclats de jaspe noir et le rougeâtre présentant des différences (cf. ci-dessous) ; nous les avons traités séparément ;
  • Ss2, également partiellement démonté, sur 12 m2, fournissant environ 4 000 éclats, dont 2 512 ont été observés et mesurés (93 % sont de jaspe rougeâtre, 5 % de noir). Les dimensions moyennes de tous ces éclats sont de 22 mm pour la longueur, 20 mm pour la largeur, et 7 mm pour l’épaisseur.

Fig. 1 – Site à éclats répertoriés

Fig. 1 – Site à éclats répertoriés

DAO : L. Kameneff.

6Les éclats des autres sites répertoriés de la Savane présentent des caractéristiques voisines, y compris ceux du site d’habitat néolithique amérindien de l’Anse Trabaud. Le remontage de plusieurs éclats a été possible, indice de la situation en place de ce matériel. Le débitage, sans être maladroit, est généralement peu organisé, le plus souvent opportuniste. L’abondance de matière a pu jouer dans ce sens. Les nombreux talons brisés, le pourcentage important de fractures en Siret, les convexités bulbaires bien marquées, indiquent l’utilisation d’une percussion dure.

7Des différences significatives existent entre le matériel rougeâtre d’une part, le noir et le jaunâtre d’autre part :

  • moins d’éclats entiers et davantage de cassons dans le matériel rougeâtre que dans les deux autres ;
  • moins d’accidents de taille et de convexité des éclats dans le matériel rougeâtre ;
  • éclats rougeâtres sensiblement plus petits que les autres ;
  • matériel rougeâtre plus brisé, paraissant parfois concassé plus que taillé.

8Nous avons établi, à l’aide de quelques mesures caractéristiques, un profil pour chaque groupe pouvant servir de référence lors de comparaisons avec d’autres sites.

9Ces différences peuvent en effet évoquer une différence de technique de taille. Même si le matériau rougeâtre est, dans l’ensemble, plus homogène et plus fin que le noir et le jaunâtre et que, dans ce contexte, une même technique peut fournir des produits sensiblement différents, les courbes d’éclats rougeâtres ne coïncident pas. Il sera intéressant de poursuivre cette étude différentielle.

10De grands éclats aussi peuvent s’observer dans les sites à éclats de la zone des blocs de jaspe jaunâtre (fig. 1, sites B). Ils sont quatre fois plus longs, six fois plus larges et trois fois plus épais que les éclats ci-dessus. Ils sont, dans l’ensemble, plus larges que longs. Des négatifs de grands éclats corticaux montrent une maîtrise de la taille : éclats rasants déterminant d’un coup un grand méplat, utilisation d’enlèvements outrepassés pour créer un bord lisse, etc. À côté de la percussion lancée, le débitage sur enclume a pu être utilisé pour le plus petit matériel, et le débitage sur percuteur dormant pour le plus grand. Les indices d’une chauffe sont fréquents. Il nous est pour le moment difficile de dire si elle fut systématique ou accidentelle. Elle est souvent contemporaine de la taille. Plusieurs outils, grands et petits, sont aménagés sur éclats de chauffe. Une partie du débitage a dû constituer un pré-débitage, l’affinage s’effectuant ensuite sur le site résidentiel.

Blocs et outils macrolithiques

11Nous avons conduit une longue et minutieuse observation de ces blocs, commençant par le dénombrement et le positionnement, sur une carte de la Savane, de tous les blocs de 15 cm ou plus apparaissant actuellement, soit 5 833 blocs, dont 4 575 de jaspe jaunâtre, 463 de rougeâtre, et 795 de bois silicifié.

12Le caractère « d’outil » attribué par J. Cruxent et H. Petitjean-Roget à certaines grandes pièces ne fait pas plus l’unanimité aujourd’hui qu’en 1973.

13Pour P. Bodu et B. Bérard, « les enlèvements et les nombreuses percussions que présentent ces macrolithes sont très vraisemblablement liés à un ensemble de phénomènes naturels ».

14Nos observations, qui se sont déroulées sur plus de deux années, avec plusieurs mois sur le site, nous conduisent à une interprétation différente : si certains enlèvement sont bien d’origine naturelle, d’autres sont trop répétitifs et systématiques (au même endroit sur un même bloc) et dans leur distribution spatiale d’un bloc à l’autre, pour ne pas être d’origine anthropique. De véritables modèles d’organisation apparaissent au delà de l’apparente distribution au hasard des percussions. C’est en particulier le cas d’une série de pièces que nous appelons « pièces à méplats » dont nous avons pu examiner 25 exemplaires, lesquels montrent tous des points communs d’une organisation et d’une hiérarchie des percussions qu’il est difficile d’attribuer au seul hasard. L’étude morphologique et technologique que nous avons menée sur deux de ces pièces confirme cet examen.

15Nous avons d’ailleurs indiqué en introduction que l’histoire aérienne de ces blocs s’avère moins ancienne qu’un premier examen aurait pu le faire penser et que leur exhumation s’est faite doucement. De ce fait, ils ont eu peu d’occasions de s’entrechoquer. De nombreux blocs, en effet, ne présentent pas de traces de percussion, ni même d’écrasements sur leurs arêtes vives, en particulier ceux qui se trouvent hors des sites à éclats. Nombre d’enlèvements sont alors à attribuer à l’homme, en particulier ceux qui apparaissent organisés.

16Les 25 « pièces à méplats » observées, provenant pour la plupart de sites à éclats, présentent, en commun, les caractéristiques suivantes :

  • plusieurs méplats (2, 3 ou plus), souvent oblongs, naturellement plats ou consécutifs à une percussion (qu’elle soit naturelle ou anthropique) ;
  • partant de la partie la plus étroite du méplat, une ligne rendue sinueuse par une série d’enlèvements alternés ;
  • des séries hiérarchisées d’enlèvements (le plus grand étant le plus ancien), qui partent d’arêtes situées principalement dans des parties concaves, sous forme d’écaillés superposées. Ces séries sont parfois situées à l’opposé des assises possibles du bloc.
  • des écrasements près de certaines arêtes, en particulier à la fin des séquences de débitage en écailles superposées ;
  • les méplats peuvent présenter une série d’enlèvements en écailles, soit perpendiculaires à leur plan, soit dans leur plan même ;
  • des enlèvements, bifaciaux, rasants, déterminent sur certains blocs une sorte de museau qui ne comporte ni écaillements, ni écrasements sur les exemplaires examinés par nos soins.

17Le matériel macrolithique, dont l’étude approfondie pourra déterminer la qualification d’outils, présente des caractéristiques d’enlèvements et écrasements du même type. Nous l’avons encore peu étudié mais en présentons plusieurs pièces dans notre inventaire des pièces ramassées.

18De tels macrolithes (pièces à méplats et autres) n’ont pas encore été signalés dans les fouilles de Martinique. De plus, leur utilisation comme outils n’est pas toujours claire. Malgré cela, notre étude ne nous permet pas, actuellement, de souscrire à l’affirmation qu’il n’y aurait pas d’outils macrolithiques sur la Savane des Pétrifications.

Conclusion

19La Savane des Pétrifications se confirme comme un des sites de débitage lithique les plus importants de l’aire caraïbe, par sa superficie, la conservation in situ du matériel, et le caractère particulier d’une partie de celui-ci.

20Les populations d’agriculteurs céramistes ayant occupé la Martinique sont vraisemblablement à l’origine du débitage des petits éclats : on en trouve d’identiques sur leurs sites résidentiels (site de l’Anse Trabaud, en l’occurrence).

21Quelques petits outils (grattoirs, racloirs, couteaux, etc.) que l’on rencontre dans certaines zones bien circonscrites (So, à l’ouest de Ss, et Di, en particulier) et qu’on peut leur attribuer également montrent que d’autres activités que le débitage ont eu lieu là. Il conviendra de préciser lesquelles. De grands éclats se rencontrent sur plusieurs sites de la Savane, associés à un matériel macrolithique présentant les caractères d’un outillage. Le fait que ces sites soient acéramiques ne permet pas, à lui seul, de les qualifier de précéramiques : même les sites à petits éclats (apparentés aux populations d’agriculteurs céramistes) sont ici acéramiques. Cependant, précéramique ou pas, il conviendrait d’approfondir l’étude du matériel macrolithique, dont on n’a pas encore signalé la présence sur les sites de Martinique. La chauffe, accidentelle ou intentionnelle, intervenue en cours d’utilisation, laisse espérer une possibilité de datation par thermoluminescence.

22Plusieurs études doivent être entreprises d’urgence en raison de la destruction de ces sites et du matériel par l’exploitation croissante, agricole et touristique, non contrôlée de la Savane :

  • 1 - Poursuite de l’étude technologique du débitage de petits éclats (en particulier par un complément de démontage, une étude comparative avec des sites résidentiels de Martinique et une expérimentation) ;
  • 2 - Étude systématique de tous les sites à éclats ;
  • 3 - Étude approfondie des macrolithes, avec recherches comparatives dans les autres sites de l’aire caraïbe et examens de laboratoire, afin de préciser l’origine possible et l’utilisation d’un tel matériel. Examen tracéologique, expérimentations ;
  • 4 - Étude du paléoenvironnement durant l’Holocène, étude susceptible d’expliciter l’utilisation possible de l’outillage, tant microlithique que macrolithique ;
  • 5 - Caractérisation des matériaux de la Savane des Pétrifications afin de pouvoir les identifier sur les différents sites de Martinique et des îles voisines ;
  • 6 – La Caravelle semble offrir un matériel ressemblant à celui de la Savane. Il serait intéressant de l’étudier également, ces deux zones pouvant avoir fourni l’essentiel du matériau lithique de Martinique et des îles voisines qui en sont moins pourvues.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Site à éclats répertoriés
Crédits DAO : L. Kameneff.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léonid Kameneff, « Sainte-Anne – Savane des Pétrifications » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30727

Haut de page

Auteur

Léonid Kameneff

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Léonid Kameneff

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search