Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1995Projets collectifs de rechercheLe Néolithique de la Martinique d...

1995
Projets collectifs de recherche

Le Néolithique de la Martinique dans le contexte antillais

Projet collectif de recherche (1995)
Responsable d’opération : Jean-Pierre Giraud
Notice rédigée avec Nathalie Vidal

Entrées d’index

Année de l'opération :

1995

Nature de l'opération :

projet collectif de recherche
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1L’objectif de ce programme collectif de recherche est de regrouper les chercheurs travaillant sur les civilisations précolombiennes de la Martinique afin de faire progresser les connaissances sur les cultures qui se sont succédées sur cette île de l’archipel des Petites Antilles. Il s’agit non seulement de faciliter la mise en commun de connaissances mais aussi d’élaborer de façon collective les grands axes de recherche qui devront être développés sur les différents chantiers entrepris dans l’île. Pour cette année de mise en place du projet collectif, La collaboration s’est restreinte aux archéologues présents en Martinique. Cependant, nous avons profité de la participation de deux membres du projet collectif au XVIe Congrès international d’archéologie de la Caraïbe, qui s’est tenu du 24 au 28 juillet 1995 à Basse-Terre (Guadeloupe), pour nouer des contacts directs avec les équipes travaillant en Guadeloupe (doctorants de l’université de Paris I et membres de l’université de Leiden au Pays-Bas) et avec Louis Allaire, de l’université du Manitoba, qui fut le principal chercheur universitaire à travailler en Martinique dans les années 1970 et au début des années 1980.

2L’objectif prioritaire du projet est de doter la Martinique d’un cadre chronologique, culturel et environnemental pour les civilisations qui se sont développées sur son sol avant les premiers contacts avec les Européens. Plus concrètement, il s’agit, à partir des recherches archéologiques sur le néolithique menées dans la région Martinique, de dresser le bilan des connaissances des premières sociétés agricoles qui ont peuplé cette île des Antilles à partir, sans doute, de la deuxième moitié du premier millénaire avant notre ère, et d’en cerner les lacunes afin d’orienter au mieux la recherche à venir. Le bilan de l’historique de la recherche en Martinique et des publications qu’elle a produites, a permis de mieux cerner les lacunes dans ce domaine. Il est envisagé d’entreprendre collectivement, dans la mesure du possible, le réexamen, l’étude et la publication de fouilles anciennes dont les résultats n’ont pas été – ou insuffisamment – exploités.

3L’archéologie étant une discipline qui recueille, compare et « traite » de l’information, de la documentation afin de bâtir son discours, il s’agit, comme préalable à toute recherche nouvelle et en l’absence de réel ouvrage de référence dans notre zone d’étude de rassembler toute la documentation disponible. Cette documentation doit rassembler des données qui sont de deux types : des données factuelles, c’est-à-dire concernant les sites ou les objets archéologique eux même, ou bien des données « référentielles », constituées à partir de fonds d’archives (publications, rapports, plans, photographies).

4Pour atteindre cet objectif, le projet collectif de recherche a ouvert en 1995 un certain nombre « d’ateliers » qui devront être poursuivis dans les années à venir. Il a été décidé de centrer les efforts sur la constitution de bases de données référentielles : le recueil des données factuelles pourra ainsi s’effectuer en s’appuyant sur un cadre de référence déjà établi ; il ne s’agit pas de bâtir ex nihilo une nouvelle chronologie ou bien une nouvelle classification culturelle spécifique à la Martinique. On s’efforcera plutôt de vérifier l’adéquation des modèles proposés dans le reste des Antilles et plus particulièrement dans les Petites Antilles. Pour cela, en premier lieu, le projet collectif a entrepris de recueillir l’ensemble de la documentation bibliographique disponible sur l’archéologie précolombienne de la Martinique dans son cadre antillais.

5Le recensement, mené par Jean-Pierre Giraud et Nathalie Vidal, a été entrepris en priorité à partir du dépouillement des 15 volumes d’acte des congrès internationaux des archéologues de la Caraïbe. Ces actes représentent un ensemble de plus 600 articles concernant l’ensemble de l’aire caraïbe et couvrant chronologiquement la totalité de l’archéologie précolombienne. La plupart de ces articles comprennent une bibliographie qui a été recensée. Ce recensement compte maintenant près de 1 900 titres qui sont analysés. Ils sont enregistrés dans une base de données informatisée autorisant des sélections ou des tris complexes à partir d’une indexation selon des champs géographiques, thématiques et chronologiques. Le système d’indexation et le « thésaurus » retenu sont ceux qu’a adoptés le service régional de l’archéologie de la Guadeloupe pour sa bibliothèque afin de pouvoir récupérer le travail qui avait déjà été effectué dans ce service et pour pouvoir en sens inverse leur ouvrir la base documentaire du projet.

6Le recensement des articles ou ouvrages concernant la Martinique semble presque exhaustif. On y a ajouté un certain nombre de rapports et de mémoires universitaires concernant notre île. D’ores et déjà plus de 100 articles concernant directement la Martinique ont été répertoriés. À ce jour, une bonne partie a pu être dépouillés. Une fiche bibliographique pour chacun des sites précolombiens de la carte archéologique qui a fait l’objet d’une ou de plusieurs publications a pu ainsi être constituée. Un premier aperçu permet de constater la relative rareté des travaux universitaires (mémoire de maîtrise ou de DEA, thèse) et l’ancienneté des publications de gisement. Depuis la fin des années 1940 aucun site n’a fait l’objet de publication exhaustive et les quelques articles un peu importants (plus de 15 pages), publiés dans les quinze dernières années, sont des publications de synthèse générale.

7On a pu constater l’absence d’un recueil tenu à jour des datations obtenues sur les sites précolombiens des Caraïbes : le dernier publié remonte à 1978 et une mise à jour préparée en 1985 est restée inédite. La constitution d’une telle base a été réalisée pour la Martinique.

8Parallèlement, la totalité des sites précolombiens, répertoriés dans la carte archéologique de la région, fait l’objet d’un réexamen tant du point de vue de leur situation exacte, de leur contexte géomorphologique et environnemental que des travaux qui y ont été menés, les analyses qui ont pu être faites. Une histoire de l’archéologie martiniquaise a aussi été réalisée. Elle s’accompagne d’une recherche sur les différents systèmes chronologiques et de classement qui ont été adoptés par les différents chercheurs.

Tabl. I – Datations absolues de la Martinique

Tabl. I – Datations absolues de la Martinique

J.-P. Giraud, N. Vidal.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tabl. I – Datations absolues de la Martinique
Crédits J.-P. Giraud, N. Vidal.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Giraud, Nathalie Vidal, « Le Néolithique de la Martinique dans le contexte antillais » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30730

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Giraud

Dac Martinique (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Nathalie Vidal

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Pierre Giraud

Dac Martinique (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search