Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1995Projets collectifs de rechercheLes complexes chaufourniers et la...

1995
Projets collectifs de recherche

Les complexes chaufourniers et la fabrication de la chaux à la Martinique

Projet collectif de recherche (1995)
Responsable d’opération : Nathalie Vidal
Notice rédigée avec Marc Guillaume

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1Le projet collectif de recherche « la fabrication de la chaux aux Antilles » s’est articulé pour l’année 1995 sur trois axes principaux :

  • la poursuite du recensement de l’ensemble des fours à chaux de la Martinique et la constitution d’un corpus typologique concernant l’évolution technologique et chronologique en Martinique. Cette recherche est très étroitement liée à la carte archéologique. Les informations récoltées pour cette année 1995 sur l’inventaire strict des chaufours, existants ou disparus, seront intégrées directement dans le prochain rapport de la carte archéologique ;
  • les enquêtes de tradition orale auprès des derniers représentants de la profession de chaufournier en activité ou non, et de leur statut au sein de l’économie antillaise ;
  • une étude qualitative approfondie des ressources naturelles minérales en vue d’une évaluation globale des productions chaufournières pour les xviie, xviiie et xixe s. qui pourra être mise en relation avec l’implantation chaufournière pour chaque siècle. Cette étude est resté en suspens en 1995, mais devrait être relancé durant l’année 1996 avec la collaboration de Ronald Brithmer et de Michel Jean. Les principaux résultats des études réalisées en 1995 dans le cadre du projet collectif sont d’une part les recherches concernant le seul chaufour industriel de type Khern que nous connaissons dans l’île, et qui, jusqu’à présent, n’avait pas été répertorié dans la carte archéologique de Martinique et d’autre part une enquête sur l’utilisation d’un chaufours traditionnel.

Le four à chaux de la Massel (Le Marin)

2En l’absence de four de type Simoneau, le type industriel de four à chaux le plus répandu, le seul four industriel connu en Martinique est de type Khern. Il aurait été construit à l’emplacement de l’ancienne habitation-sucrerie Lée, sur une formation sédimentaire calcaire qui pouvait fournir la matière première pour son fonctionnement. Malgré sa proximité (moins de 2 km) de deux plages du sud-est de la Martinique, il ne semble pas que les ressources de matière première maritime (récif corallien ou coquillage) y ait été employées.

3Il est situé sur une artère principale de communication qui le relie à deux usines centrale, celle du Marin, à 4 km, et celle du Vauclin, à 5 km. Ces deux usines sucrières de type moderne devaient être nécessairement de grandes consommatrices de chaux et ce four fut sans doute construit pour répondre à leurs besoins. Sa date de construction est encore incertaine sans doute la fin du xixe s. Il cessa de fonctionner avant l’arrêt des usines centrales : il était déjà en ruine en 1955.

4Ce four est constitué d’une colonne métallique de combustion protégée par une tour maçonnée circulaire à base carrée, construite en moellons de pierres volcaniques, et haute de 4 m qui le fait souvent confondre avec un moulin à vent. La particularité de ce type de four est qu’ils produisent, outre de la chaux, une quantité importante de CO2 que l’on peut récupérer. Ce processus très particulier s’appelle la carbonatation et se produit dans des chaudières particulières : les chaudières à carbonater. Ce gaz est indispensable pour la production en grande quantité de sucre blanc et E. Hugo, dans son ouvrage La Sucrerie de canne (1970), préconise la construction d’un four à chaux attenant à la sucrerie.

5Cependant, bien qu’étant d’un modèle récent et performant, le four de la Massel n’a sans doute pas été utilisé à 100 % de ses capacités techniques : son emplacement loin des unités de fabrication sucrière montre qu’il est peu probable qu’ait été envisagé la récupération du CO2 produit. Ce choix, sans aucun doute délibéré, s’explique par l’histoire : le raffinage du sucre était en effet interdit dans les colonies depuis la fin du xviie s. afin de ne pas concurrencer les raffineurs métropolitains. Ce four a sans doute été importé de métropole et livré clef en mains à l’image des usines centrales à un emplacement dicté par la proximité des ressources de matières premières. Le relevé du four et de son mobilier encore sur place contribuera à la constitution d’un corpus typologique des fours à chaux des Antilles.

La batterie de fours à chaux de Californie (Le Lamentin)

6Une enquête a été réalisée auprès d’un des derniers artisans chaufourniers encore en activité en Martinique, afin d’analyser les aspects techniques de la fabrication de la chaux dans un chaufour traditionnel (fig. 1).

Fig. 1 – Four à chaux (Le Lamentin)

Fig. 1 – Four à chaux (Le Lamentin)

Cliché : M. Guillaume.

7L’abondance des lieux-dits « Four-à-Chaux » en Martinique, témoigne de l’intense activité de production de chaux à une époque où la maçonnerie ne connaissait pas d’autre liant pour réaliser le ciment indispensable à la construction. Il est rare que les fours éponymes aient survécu au temps et il semble que la batterie de quatre fours située à la Californie, au fond de la Cohé du Lamentin, soit la dernière en service en Martinique. Le « patron » de ces quatre fours est Georges-Hubert Sillon, âgé de plus de 80 ans qui fabrique encore, à partir de coquilles de lambis qui lui sont apportées de l’île de Sainte-Lucie, de la chaux selon une technique datant des premiers temps de la colonie.

8Les quatre fours à chaux que nous avons pu observer correspondent très exactement à celui que décrit le Père Labat. Leur forme, leurs proportions, l’installation et la technique de chargement sont semblables, ils présentent des caractéristiques architecturales générales suivantes : construits contre le talus d’un chemin haut de presque 4 m qui permet d’accéder de plain-pied, selon les faces, à l’orifice de chargement supérieur ou au foyer d’allumage et de déchargement. Ils ont la forme d’une tour plus ou moins tronconique d’une hauteur de 3 m à 4 m environ et un volume intérieur en tronc de cône renversé.

9L’appareillage des murs internes est fin et soigné. Les contraintes thermiques imposées par l’utilisation du four expliquent le soin apporté à la réalisation de la maçonnerie. On voit malgré tout que les fours se détériorent rapidement et demandent des réparations régulières.

10L’orifice d’allumage situé à la base du four permet à la fois l’allumage et le déchargement à la fin de la cuisson. Il mesure à peu près 70 cm de large sur 70 cm. C’est la partie du four la plus fragile et l’on voit dans ce secteur de nombreuses reprises de maçonnerie.

Le fonctionnement

11Un treillis de bois est installé sur des bûchettes qui le maintiennent surélevé d’une vingtaine de centimètres par rapport au fond du four. Une série de perches de bois, qui dépassent d’à peu près 1,5 m de l’orifice de chargement, disposées tout autour de l’entonnoir que forme la maçonnerie, permettent de surélever le chargement par rapport à elle. Un lit de bois est placé sur le treillis. Puis on alterne une couche de lambis et une couche de bois soigneusement disposé, jusqu’à atteindre une hauteur d’à peu près 1 m au-dessus des parois du four. La dernière couche est une couche de lambis.

12La bonne cuisson est tributaire du tirage qui lui-même dépend de la géométrie du chargement. Si le four a correctement fonctionné, on ne doit pratiquement pas observer au moment du défournage, de restes de bois ou de cendre dans la poudre de chaux et peu de coquilles de lambis encore entières. Au moyen de « bois du Nord », résineux extrêmement inflammable, un petit bûcher est allumé sous le treillis surélevé au fond du four qui embrase les couches basses en moins d’un quart d’heure. Pendant la cuisson se dégage une importante fumée blanche qui a une action désinfectante sur le voisinage.

13Après une combustion de trois jours et trois nuits et sans attendre son complet refroidissement, le déchargement du four est entrepris. La vitesse de combustion dépend en partie du régime des vents qui peuvent plus ou moins attiser le feu. Le tassement entraîné par la disparition du bois et la réduction des lambis en poudre fait que le four qui était chargé un mètre au dessus de son bord est seulement plein au trois-quarts. À l’aide d’une pelle, la poudre de chaux et les débris de lambis encore apparents sont recueillis par l’orifice qui avait servi à l’allumage. Ils sont déchargés sur une aire couverte. Les plus gros morceaux de lambi non réduits en poudre sont mis de côté, puis la chaux est aspergée d’eau dégageant une importante vapeur l’eau ayant le double effet d’éteindre la chaux et de la refroidir. La chaux est brassée et entassée en un monticule qui est lui-même, de temps à autre, arrosé. Les coquilles qui n’ont pas été suffisamment consumées pour se réduire en poudre sont conservées pour former le premier lit de lambis d’un prochain chargement, leur cuisson étant déjà presque terminée. Un chargement de four permet de confectionner une centaine de sacs de chaux.

14La principale utilisation de la chaux à l’époque de la colonie était la réalisation du mortier pour la construction en plus de son emploi dans le processus de fabrication du sucre. S’il existe actuellement encore une petite consommation de mortier à la chaux (notamment pour les marbriers qui ont besoin de joints parfaitement blancs), l’essentiel de la production sert au chaulage des arbres attaqués par des parasites, à la désinfection et également au marquage des terrains de sport !

15La réalisation de cette enquête a permis d’observer une technique utilisée pour la fabrication de la chaux rigoureusement semblable à celle utilisée dès le xviie s. et décrite par le Père Labat dans ses chroniques. Ces observations permettront d’interpréter les structures et de comprendre le fonctionnement des divers fours à chaux très souvent ruinés de la Martinique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Four à chaux (Le Lamentin)
Crédits Cliché : M. Guillaume.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Vidal, Marc Guillaume, « Les complexes chaufourniers et la fabrication de la chaux à la Martinique » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30734

Haut de page

Auteurs

Marc Guillaume

Articles du même auteur

Nathalie Vidal

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Vidal

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search