Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1999MartiniqueLa Trinité – Fort Sainte-Catherine

1999
Martinique

La Trinité – Fort Sainte-Catherine

Évaluation (1999)
Responsable d’opération : Serge Veuve

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1La remise en état du fort Sainte-Catherine par les Monuments historiques en vue de sa présentation au public a entraîné des sondages d’évaluation préalables. Construit à partir de 1658, il fut abandonné en 1875. Envahies par une végétation abondante, les ruines du fort s’achèvent sur une batterie au plan en demi-cercle, faisant face à l’océan atlantique (fig. 1). Deux sondages ont été ouverts de part et d’autre de son parapet, dans l’axe de l’ouvrage. Le sol intérieur, en terre superficiellement maçonnée à l’approche du mur, se situe entre 25 cm et 35 cm au-dessus du sol actuel, et repose sur les couches superficielles de la roche mère, légèrement décomposées. Deux tiges métalliques solidement fixées dans le sol ont été retrouvées, distantes respectivement du parapet de 0,85 m et de 3,85 m. Elles peuvent appartenir à un dispositif de fixation de canon, afin d’éviter le recul de celui-ci lors d’un tir. Le parapet est conservé sur sa face intérieure sur 0,65 m de haut par rapport au sol d’utilisation, tandis qu’à l’extérieur un talus de terre végétale et de remblai, reposant sur la roche mère, vient s’appuyer contre lui. Le nettoyage de sa partie sud a révélé de multiples réparations incluant des briques cuites.

Fig. 1 – Plan du fort Sainte-Catherine en 1746

Fig. 1 – Plan du fort Sainte-Catherine en 1746

2À l’arrière de la batterie se trouvait le magasin d’artillerie (dimensions extérieures : 7,65 m x 7,35 m). Un sondage pratiqué à l’intérieur a révélé un sol surélevé de 1,00 m par rapport à l’extérieur et constitué par la roche mère. Cette surélévation du sol explique la présence d’un escalier d’accès sur le côté ouest qui figure sur le plan de 1855.

3À deux mètres à l’ouest du magasin d’artillerie prenait place la poudrière. Celle-ci, selon les plans anciens, devait être voûtée, ce qui expliquerait l’abondance des moellons de pierre dans les décombres qui obstruent l’intérieur de l’édifice. Observés sur 1,30 m de profondeur, ils reposaient sur une couche de terre de 20 cm d’épaisseur recouvrant un sol fait de carreaux de terre cuite mal conservés, plus ou moins noyés dans un mortier de chaux.

4Un sondage pratiqué sur la levée supposée faite de terre ceinturant la majeure partie du fort a attesté qu’aucun élément de maçonnerie ne venait la renforcer.

5Quant à la caserne principale très mal conservée, un décapage de surface sur la largeur du bâtiment a permis de repérer deux fondations de galets distantes de 7,05 m, qui supportait vraisemblablement le solin de maçonnerie qui supportait la façade en planches, tel que l’indiquent les plans anciens. À l’extrémité de cette caserne, une citerne, maçonnée en sous-sol, était sans doute alimentée par les eaux pluviales en provenance de la longue toiture du bâtiment voisin.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du fort Sainte-Catherine en 1746
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Veuve, « La Trinité – Fort Sainte-Catherine » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30752

Haut de page

Auteur

Serge Veuve

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Serge Veuve

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search