Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2000Domaine public maritimeAu large de La Trinité (Martinique)

2000
Domaine public maritime

Au large de La Trinité (Martinique)

Prospection de site (2000)
Responsable d’opération : Marc Guillaume

Entrées d’index

Année de l'opération :

2000

Chronologie :

époque moderne

Nature de l'opération :

prospection inventaire
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Gran

Texte intégral

1Cette campagne de prospection entre dans le cadre de l’inventaire systématique du patrimoine sous-marin de la Martinique effectué par l’antenne du Groupe de recherche en archéologie navale (Gran) en Martinique.

2Après une première campagne de prospection menée en 1995, nous souhaitions essayer de retrouver l’épave du Saint-Yves qui y avait coulé en 1704. Le Saint-Yves était au mouillage en baie de Trinité lorsque la chute d’une partie de son grand mât brisé par la foudre provoqua en tombant une voie d’eau infranchissable par les pompes du bord. Après avoir coupé le câble de l’ancre, le capitaine espérait que le bâtiment poussé par le vent de nord-est (et peut-être remorqué par ses chaloupes) allait pouvoir s’échouer sur la plage voisine, mais il coula avant d’avoir atteint la côte.

3Divers facteurs tels que l’environnement (baie fermée et envasée), les circonstances du naufrage et l’intérêt représenté par la cargaison d’un navire prêt à appareiller nous ont conduits à entreprendre cette recherche.

4En nous appuyant sur les documents manuscrits et un levé de la baie de La Trinité effectué en 1769, nous avons défini une zone de recherche couvrant le mouillage initial probable et la zone de dérive du navire. Le fort envasement de la zone nous a conduit à entreprendre une recherche magnétométrique, malgré les fortes perturbations magnétiques induites par le sédiment volcanique de l’île et les failles traversant la baie. Il faut se souvenir que, dans les premières années de notre inventaire en Martinique, nous avions abandonné les recherches de ce type, mais c’est l’acquisition du magnétomètre SMMII de Thomson et du logiciel d’hydrographie Hypack qui nous a permis de maîtriser un type de prospection qui reste très difficile dans un tel environnement.

5Le cabin-cruiser Sandy Seas fut utilisé comme bâtiment base. La recherche magnétométrique fut effectuée du 1er au15 février. La prospection, perturbée par un mauvais fonctionnement intermittent du magnétomètre, a cependant été menée à bien. 175 km de profils utiles ont été réalisés, couvrant une zone de 75 ha (fig. 1). Cinq sites ont été détectés. Trois d’entre eux sondés à la pique n’ont pas permis de localiser des masses de fer correspondant aux anomalies magnétiques relevées. Sur l’un des sites, des glènes de câbles d’acier ont été trouvées ; sur le cinquième (SY 1), une ancre ancienne (à jas de bois) a été trouvée en position verticale par 11 m de profondeur ; seules la culasse de l’ancre et une partie de l’organeau dépassaient d’une hauteur de 50 cm de la vase du fond. Du 15 au 29 février, nous avons procédé à un sondage autour de l’ancre découverte. Le total des plongées effectuées a été de 100.

Fig. 1 – Restitution du champ magnétique en 3D

Fig. 1 – Restitution du champ magnétique en 3D

M. Guillaume (Gran).

6La position de l’ancre presque verticale ne laisse pas de poser problème. Les ancres à jas de bois sont généralement retrouvées posées à plat sur le sédiment, car les vers marins attaquant rapidement le bois du jas, celui-ci cède et finit par totalement disparaître avec le temps. L’ancre bascule alors et trouve une position d’équilibre, les bras disposés à plat sur le fond. Une des hypothèses retenue est que l’ancre aurait pu être une ancre de réserve (l’ancre de miséricorde) stockée verticalement dans la cale le long d’une cloison. La vase en s’accumulant l’aurait alors maintenue dans cette position. Pour vérifier cette hypothèse, qui aurait pu être cohérente avec les circonstances du naufrage du Saint-Yves, nous avons entrepris de dégager la vase le long de la verge de l’ancre dans l’espoir de découvrir des indices.

7Comme souvent en pareille circonstance, la présence de l’ancre dans le sédiment vaseux avait piégé un grand nombre d’objets déplacés par la houle. Ce travail a été compliqué par l’absence de visibilité due à la vase en suspension et du fait que l’excavation pratiquée au cours d’une journée était comblée le lendemain par les mouvements de la houle. Pour ces raisons, le sondage n’a pas dépassé la profondeur de 2 m.

8La stratigraphie montre un sédiment formé d’une succession de couches relativement homogènes dont il est cependant difficile de comprendre la logique, sinon que l’accumulation du sédiment est moins due à la sédimentation naturelle provenant des cours d’eau se déversant dans la baie, qu’aux profondes modifications dues aux tempêtes et cyclones qui bouleversent en profondeur la répartition du sédiment. La présence d’objets divers dans le sédiment ne permet pas dans ces conditions de dater les couches correspondantes. Ces objets sont pour l’essentiel des tuiles ou des briques utilisées couramment comme lest marchand, des ossements d’animaux portant des traces de débitage, un plomb de sonde de 16 livres anglaises, un cerclage carré de jas d’ancre en bois, un réa, un œillet de voile et deux broches de fer prises dans un fragment de bois métallisé par l’oxyde de fer. Ces deux broches (d’un diamètre de 28 mm) sont, avec l’ancre, les seuls éléments caractéristiques d’un navire de grandes dimensions. Ayant été trouvés libres dans le sédiment, ils nous paraissent cependant insuffisants pour conclure à la présence d’une épave à cet endroit.

9Les mesures de la culasse, de l’organeau et de la section de la verge de l’ancre permettent d’estimer qu’il s’agit d’une ancre d’environ 4 000 livres mesurant environ 4,60 m de longueur totale. On peut comparer cette longueur à l’envasement de la baie mesuré en comparant les sondes du plan de 1769 aux sondes actuelles. La différence est d’environ 3,5 m, ce qui correspond à un envasement moyen de 1,5 m par siècle. Sachant que le naufrage du Saint-Yves a eu lieu 65 ans avant l’établissement du plan de 1769, on peut en déduire l’envasement entre 1704 et 2000, soit environ 4,2 m ; ce qui est cohérent avec la longueur de l’ancre diminuée de la hauteur dont elle émerge du fond (4,60 – 0,50 = 4,10 m).

10Seul un carottage effectué à proximité immédiate de l’ancre permettrait de savoir si les vestiges d’une coque sont encore présents, permettant d’entreprendre la fouille d’un site archéologique qui serait alors l’un des plus prometteurs de Martinique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Restitution du champ magnétique en 3D
Crédits M. Guillaume (Gran).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Guillaume, « Au large de La Trinité (Martinique) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30763

Haut de page

Auteur

Marc Guillaume

Gran

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marc Guillaume

Gran

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search