Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2002MartiniqueLa Trinité – Fort Sainte-Catherine

2002
Martinique

La Trinité – Fort Sainte-Catherine

Sauvetage urgent (2002)
Responsable d’opération : Serge Veuve

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

Historique

1L’origine du fort de La Trinité fut étroitement lié à la conquête de la Capesterre par les Français au détriment des Caraïbes. En 1658, des colons partis à la chasse sur la côte atlantique se firent massacrer. Une expédition punitive fut alors organisée par voie de mer et de terre. L’expédition terrestre arrivée la première avait repoussé les Caraïbes vers le nord. Les colons partis par la mer avaient pris avec eux des bois de charpente que leur avait donné Christophe Renaudot, un riche propriétaire de Saint-Pierre. Ils construisirent ainsi un petit fortin ainsi qu’un logement. Madame du Parquet décréta une exemption de tous droits, de tout impôt pendant 10 ans pour ceux qui s’établiraient à la Capesterre au cours de 1659. Une chapelle fut construite dans la foulée, attestée dès 1661. Des habitants se sont installés près du fort. C’est ainsi que le bourg de Trinité y trouve son origine. En 1687, un presbytère est en construction à proximité du fort, ce qui occasionnera des points de friction entre l’autorité militaire et l’autorité religieuse jusqu’à ce que le presbytère soit déplacé au début du xviiie s.

2Sous le gouverneur Blénac, des travaux furent entrepris au fort et une compagnie de 50 hommes y fut affectée. Caylus, ingénieur du Roi, propose en 1693 l’établissement d’une batterie. En 1713, on « travaille à une batterie de 108 pieds de face, un magasin de maçonnerie, une maison et deux chambres pour loger les officiers ».

3De Malherbe, commissaire d’artillerie, constate en 1746 le très mauvais état du fort. Une réparation complète s’impose. Selon les plans de Picandeau de Rivière, la pointe de la presqu’île est aménagée, la plate-forme de la batterie est agrandie, huit bâtiments sont prévus en dur, corps de garde et cachot, corps de caserne, logement des officiers, magasin et poudrière.

4D’après de Saint Mauris en 1765, « le Fort ne semble pas avoir trop souffert de l’occupation anglaise ».

5La carte de Moreau du Temple, ingénieur géographe du Roy, mentionne en 1770 le Fort de Trinité.

6Le 26 août 1777, le Marquis de Bouille déclare que « il y a à la Trinité un fort qui servirait guère mieux que celui du Marin ».

7Sur le plan routier de Moreau de Saint-Méry de 1785, une ligne de fortification a été construite à l’arrière du Bourg, du presbytère au fort.

8En 1788, un écrit anonyme signale qu’« il faut reconstruire la batterie et réparer le magasin ».

9Au début de février 1794, le général anglais Dundas, placé à la tête de la 1re division, forte de 2 000 hommes, débarque dans la baie du Galion. Le 6 février, le fort est occupé par un détachement anglais et est désigné sous le nom de fort Dundas. L’occupation anglaise prend fin en 1801.

10Mais, le 30 janvier 1809, les Anglais sont de retour avec 18 000 hommes. Un détachement de 100 hommes se rendit à la Trinité pour s’emparer du port et du fort. Cela dura jusqu’en août 1816. Mais le coup de vent de 1813 acheva de détruire la ou les casernes du fort. En 1817, le magasin à poudre et le corps de garde sont à réparer.

11Le plan géométrique du commandant Guérin levé en 1822 donne de bonnes précisions sur l’état du bourg et du fort. Au pied du fort vers le bourg, une concession faite sur le terrain du fort abrite le Cimetière des Anglais et des Américains.

12Baudrand, maréchal de camp des armées du Roy, propose le 16 mai 1826 d’établir un projet de caserne pour le fort de Trinité.

13Il faut attendre 1855 pour qu’une rénovation importante des installations soit réalisée : caserne d’infanterie, magasin à poudre, pavillons d’officiers, salle de Police et corps de garde, cuisines.

14Par la suite, le magasin à poudre a été modifié car, en 1864, il est de plan rectangulaire, alors que sur celui de 1855 il était de plan carré. En 1864, le pavillon d’officiers comprend un capitaine et un lieutenant, le cors de garde 6 hommes, la salle de Police 4 hommes, tandis que la caserne abrite 356 hommes.

15C’est le 1er  juin 1875 que le fort de Trinité fut abandonné.

16Deux ans après son abandon, le fort sera mis en location pour une durée de trois ans pour le prix de 100 francs.

La fouille

Fig. 1 – Plan général du fort Sainte-Catherine

Fig. 1 – Plan général du fort Sainte-Catherine

DAO : S. Veuve (Inrap).

Fig. 2 – Vue générale Est

Fig. 2 – Vue générale Est

Cliché : S. Veuve (Inrap).

Fig. 3 – Vue d’ensemble

Fig. 3 – Vue d’ensemble

Cliché : S. Veuve (Inrap).

La batterie

17La batterie ancienne proposée dès 1793 par Caylus, ingénieur du Roi, est en construction au début des années 1710. D’après les plans du xviie s., il s’agissait d’une batterie à barbette. Le plan de cette batterie présentait, à partir de l’intérieur, deux parapets rectilignes et parallèles entre eux. Deux sondages ont permis de retrouver les fondations de ces parapets, distantes de 16,10 m. La fondation sud était plus longue (7,70 m) que la fondation nord (5,65 m). Les deux extrémités de ces parapets rectilignes se rejoignaient par un parapet en forme de segment de cercle. Sa face extérieure était cachée par un talus de terre. Ce parapet ayant appartenu aux deux batteries successives a du subir de nombreuses réparations au cours de son histoire. Un texte anonyme de 1788 propose en effet de reconstruire la batterie.

18La modification de la batterie ancienne, entreprise vraisemblablement à la fin du xviie s., a porté sur les deux parties rectilignes de la batterie, dont les parapets ont été supprimés. Un agrandissement de la batterie a donc conservé ce secteur, plus particulièrement du côté nord. Le parapet reconstruit forme un angle de 55° vers l’extérieur par rapport à l’ancien parapet sur une longueur intérieure de 7,40 m. Puis, il s’oblique vers l’intérieur, parallèle à l’ancien parapet rectiligne à une distance de 4,80 m et sur une longueur extérieure de 5 m. L’agrandissement est d’environ 32 m2.

19Du côté sud, l’agrandissement est nettement moindre : il avoisine les 12 m2. Le parapet reconstruit forme un angle de 50° vers l’extérieur par rapport à l’ancien parapet rectiligne, sur une longueur intérieure de 3,30 m, puis il s’oblique vers l’intérieur selon un angle de 63° sur une longueur de 7,75 m. Son épaisseur n’est que de 32 cm. Mais un talus de terre, de forme trapézoïdale, ceinturé par des murs, vient protéger sa face extérieure. Des restes d’un revêtement du sol fait de pavés passant au-dessus de la fondation ancienne ont été retrouvés. D’autres restes de pavés ont été retrouvés sur l’aire de la batterie, mais plutôt dérangés par les racines des arbres qui avaient envahi le site.

20Un petit caniveau, fait de carreaux de terre cuite (largeur du caniveau : 15 cm, profondeur : 9 cm), longeait le parapet circulaire à partir du nord, puis continuait le long du muret sud jusqu’à son extrémité où il plongeait dans une sorte de petite ravine. Il servait en fait à recueillir les eaux de ruissellement de la batterie et d’une partie du fort. Un muret de 34 cm d’épaisseur, conservé sur 3 m de long, orienté nord-sud à 1,30 m de l’extrémité du caniveau, écartait vers l’intérieur l’arrivée des eaux du côté sud du fort, de façon à ce qu’elles n’arrivent pas dans l’axe de celles du caniveau, ce qui aurait porté atteinte au mur est du talus épaulant le parapet sud.

Magasin d’artillerie

21Le premier bâtiment situé à l’arrière de la batterie correspond au magasin d’artillerie. Il est de plan carré : 7,20 x 7,20 m, bien que ses murs ne soient pas bien conservés. Le mur sud a disparu, un alignement dans le sous-sol rocheux a toutefois permis de le positionner. La moitié sud du mur est menace de s’écrouler. Le parement extérieur du mur nord est absent, mais son épaisseur a pu être évaluée à 80 cm.

22Le sol intérieur est surélevé de 1,18 m par rapport au sol extérieur. L’épaisseur des murs est et ouest, au-dessous du sol intérieur, est de 70 cm ; à 1,20 m au-dessus du sol, elle est de 60 cm.

23Un passage séparait le magasin d’artillerie de la poudrière. Les deux bâtiments étant orientés différemment, le passage avait une largeur de 1,98 m à son entrée nord et 1,60 m à sa sortie sud. D’autre part, depuis son entrée nord, il présentait une pente ascendante de 32 cm sur 4,50 m de façon à réduire de deux marches l’escalier permettant d’accéder à l’intérieur du magasin d’artillerie, dont il ne reste que quelques pierres constituant son soubassement au contact du mur. La porte se trouvait à 1,60 m de l’angle sud-est du bâtiment et avait une largeur de 1,15 m.

Poudrière

24La poudrière, de plan rectangulaire (longueur : 6,90 m, largeur : 5 m), était voûtée en pierres, à en juger par l’abondance des pierres qui se trouvaient à l’intérieur. La voûte était orientée dans le sens de la longueur du fait de l’épaisseur des murs nord et sud (1 m), alors que les murs est et ouest n’avaient que 70 cm d’épaisseur. La porte se trouvait au centre du mur ouest. Elle était large de 85 cm. Elle ouvrait sur un couloir de même largeur, matérialisé par deux murets (épaisseur comprise entre 14 cm et 18 cm) qui traversait la pièce sur toute sa longueur. De part et d’autre de ce couloir devaient être entreposées les munitions, car la base des murs nord et sud était également longée par un alignement de pierres. Ces murets devaient soutenir un ensemble d’étagères qui n’étaient ainsi pas au contact du sol pour des raisons d’humidité, bien que celui-ci était recouvert d’un mortier de chaux.

Caserne

25La recherche de la caserne située à l’arrière de la poudrière a permis de la positionner. Son mur est se trouvait à 3,10 m. Il a pu être retrouvé sur toute sa longueur (7,75 m) avec les retours vers l’est des murs nord et sud. En fait, il devait s’agir d’un solin en pierres de 40 cm d’épaisseur soutenant les façades en bois, en les isolant du sol. Une partie du mur ouest a pu être dégagée à 25,70 m.

Citerne et puits

26À 2,20 m à l’est de la caserne se trouvait un puits permettant d’accéder à une citerne enterrée. Le puits, de plan approximativement carré (longueur de côtés comprises entre 1,30 m et 1,46 m, épaisseur du mur de 40 à 42 cm), avait une profondeur de 3,97 m. La citerne se trouvait au nord du puits. Ses dimensions intérieures étaient les suivantes : longueur nord-sud : 3 m ; largeur est-ouest : 2,45 m ; hauteur maximale : 2,70 m ; hauteur minimale côtés est et ouest : 2 m. Son volume était de 17,27 m3. L’épaisseur de sa voûte était de 62,5 cm. La citerne devait recueillir l’eau de pluie provenant de la toiture de la caserne.

27Malgré ses fortes dégradations, le site présente un intérêt incontestable. Son avancée sur l’océan offre une superbe vue sur ses trois côtés : vers le sud la ville de Trinité, vers le sud-est la presqu’île de la Caravelle et vers le nord l’anse Cosmy avec, à son extrémité, l’ancien entrepôt à sucre s’avançant dans la mer pour faciliter le chargement des bateaux. La mise en valeur du site conférera à la ville de Trinité un intérêt patrimonial et par conséquent touristique, ce qui est d’autant plus intéressant car la cote atlantique, à l’exception de la presqu’île de la Caravelle et de son ancienne habitation Dubuc, n’offre pas au visiteur suffisamment de sites à découvrir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général du fort Sainte-Catherine
Crédits DAO : S. Veuve (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Fig. 2 – Vue générale Est
Crédits Cliché : S. Veuve (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30787/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Fig. 3 – Vue d’ensemble
Crédits Cliché : S. Veuve (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30787/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Veuve, « La Trinité – Fort Sainte-Catherine » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30787

Haut de page

Auteur

Serge Veuve

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Serge Veuve

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search