Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2014Projets collectifs de recherchePoteries des îles françaises de l...

2014
Projets collectifs de recherche

Poteries des îles françaises de l’Amérique : productions locales et importées (xviie-xxe s.)

Projet collectif de recherche (2014)
Responsable d’opération : Henri Amouric
Notice rédigée avec Mathilde Bouquet, Loïc Damelet, Guergana Guionova, Lucy Vallauri et Tony Volpe

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014

Numéro d’opération :

380

Sujets :

céramologie

Nature de l'opération :

projet collectif de recherche
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1La mission réalisée en septembre 2014 a été conduite selon deux axes principaux : les dépouillements d’archives en grande séries dans la perspective d’un traitement statistique et les études de matériel. Pour ce qui est des dépouillements d’archives notariales aux Archives Départementales de la Martinique la décennie 1831-1841 a été entièrement traitée par Henri Amouric et Tony Volpe, à la recherche des actes susceptibles de renseigner au mieux les éléments constitutifs de la culture matérielle de l’île, inventaires après-décès, partages, ventes et autres actes susceptibles de livrer des listes d’objets mobiliers. La vaisselle et les terres cuites de toutes natures font l’objet d’un recensement exhaustif. D’autres installations, les jarres maçonnées et cases à eau qui transforment des éléments mobiliers – les jarres – en installations fixes de nature immobilière ont également été relevées avec soin. L’état de conservation des études notariales de la Martinique est parfois médiocre et surtout il est à déplorer de nombreuses lacunes, conséquence pour une grande partie de la catastrophe de 1902, mais aussi des aléas climatiques, et de façon plus générale de destructions et pertes engendrées par de mauvais conditionnements et des accidents divers. Seuls, les notaires de La Trinité, du Gros Morne, du Saint-Esprit et de Fort-Royal nous sont, en partie, parvenus. Quelques lignes de force se font jour.

2Au premier chef : une nette augmentation des mentions de « terre de pays », par rapport aux décennies précédentes. Les « jarres », les « carafes », les « canaris », les « terrines », les « cruches » et « bains de jambes » sont toujours plus nombreux. Mais il s’agit, sans doute possible, de formes tournées, c’est-à-dire de « coco nèg d’industrie », produites au sein des manufactures de poterie autrefois dévolues principalement à la confection des céramiques à sucre, dont elles signent une diversification de survie (?) par une reconversion à tout le moins partielle, qui se traduit également par une évidente augmentation de la production de terres cuites d’architecture.

3En matière d’importations, au côté des carafes locales apparaît la « gargoulette » poreuse, provençale ou espagnole comme le prouvent les artefacts. La catégorie « canari » est plus ambivalente, désignant aussi bien les marmites de Vallauris, que des « terres de pays » tournées ou véritables « coco nèg » modelées. Cette même imprécision vaut pour les poêlons de mêmes origines. Les mentions de « bain de jambes », ou de pieds, importés ou de fabrication locale illustrent le développement des pratiques d’hygiène à la Martinique.

4Les « jarres du pays », avec parfois une précision sur leur destination fonctionnelle « à l’eau » paraissent toujours plus nombreuses, alors même que les « jarres de Provence », tiennent toujours le haut du pavé, surtout dans les dispositifs, murés ou maçonnés et les cases à eau. Les premières étant plus petites que les secondes, au regard des qualités intrinsèques des argiles locales.

5Il se confirme que les jarres, quelle que soit leur origine, pouvaient être utilisées comme contenants à tout faire.

6Si l’on raisonne ensuite par catégorie de matériaux, l’on est frappé par la multiplication des mentions de porcelaine grâce aux fabrications industrielles européennes, principalement. La présence de flets ou d’ornements dorés, qui la font qualifier parfois simplement de « dorée », signe l’origine essentiellement française, parisienne surtout à cette époque, de cette porcelaine « riche » et clinquante.

7Parmi les catégories d’objets qui font florès désormais, on dénombre les déjeuners, les cabarets, les services à thé, et surtout des services entiers comprenant de très nombreuses pièces qui se retrouvent désormais dans les intérieurs. En cela d’ailleurs, les classes possédantes de la société martiniquaise ne diffèrent guère de leurs homologues métropolitaines.

8La faïence est toujours très bien représentée, dans sa multiplicité d’origine : faïence vraie, « culs noirs » de Normandie et leurs avatars sont les seuls à être distingués. Mais la part belle est faite apparemment aux faïences d’Angleterre – faïences dites fines à « bords » ou « barres » de couleurs – et à leurs imitations françaises. D’autres origines sont cependant attestées par l’étude des artefacts (Pays-Bas).

9La « terre vernissée », le plus souvent provençale et très présente dans les séries archéologiques, est mieux identifiée. Les notaires relèvent d’abord très fréquemment une intéressante association de la « terrine » d’usage polyvalent et du « pot de chambre » « de Provence », ce qui signifie un « tian » et un « queli », formes universelles, spécialités de l’arrière-pays marseillais (Aubagne et Saint-Zacharie).

10Les actes de cette période enregistrent encore mieux que précédemment le détail du bâti et le nombre de « cases à eau » paraît augmenter, y compris en contexte urbain et même si elles sont de taille parfois modeste. Le phénomène touche ainsi Fort-de-France, comme il avait été déjà sensible à la fin du siècle précédent à Saint-Pierre.

11Les céramologues se sont consacrées à l’étude de la suite des séries de matériel issues des fouilles anciennes de Saint-Pierre, sites dits de la Maison Desroc et du Bureau du Génie et des Ponts et Chaussées (BGPC) dans la logique qui préside aux études des séries archéologiques « orphelines » qui est celle de l’exhaustivité en ce qui concerne au premier chef Saint-Pierre.

12Guergana Guionova et Lucy Vallauri, avec la collaboration de Mathilde Bouquet, ont réalisé l’étude des séries du BGPC de Saint-Pierre. Guergana Guionova a effectué celle des céramiques issues de la Maison Desroc (suite de 2013).

13Il résulte de ces choix contraints que le corpus matériel étudié par les céramologues – soit le contenu de 27 caisses – est chronologiquement discordant avec les travaux de l’équipe des sources historiques. Le BGPC et la Maison Desroc (fouilles Serge Veuve de 1988-1992) ont surtout livré des objets souvent récents au regard de la catastrophe de 1902 alors que les archives étudiées cette fois décrivent des réalités contemporaines de la Restauration.

14La céramique a été totalement étudiée, collée, dessinée, photographiée et inventoriée en NMI pendant cette mission. L’importance des lots, bien conservés, a attiré l’attention : des pièces sont encore conservées au musée régional d’Histoire et d’Ethnographie de Fort-de-France et certaines ont pu être présentées et photographiées dans le cadre de l’exposition « Dobans, faïences et Coco Nèg » en 2013 au Château Depaz. Au total 1 500 NMI isolés montrent une nette différence avec le mobilier étudié dans les séries de Saint-Pierre. C’est un vaisselier au goût du jour, au vu des marques et des modèles, des services variés en faïence fine (fig. 1a-b) et porcelaine (fig. 2), assez tardifs autour de 1900. On note peu de vaisselle provençale vernissée (fig. 3) et de locale (fig. 4), peu de faïences argileuses et de rares importations ligures, nordiques ou de Chine mais une nouveauté concerne un kanti espagnol des ateliers d’Agost (Valence) célèbres pour leurs alcarazas, vases poreux pour rafraîchir l’eau (fig. 5).

Fig. 1 – a, assiette en faïence fine historiée de Maastricht (Pays-Bas) ; b, détail de la marque

Fig. 1 – a, assiette en faïence fine historiée de Maastricht (Pays-Bas) ; b, détail de la marque

Clichés : L. Damelet (CNRS).

Fig. 2 – Tasses et soucoupes en porcelaine peinte de Limoges

Fig. 2 – Tasses et soucoupes en porcelaine peinte de Limoges

Cliché : G. Guionova.

Fig. 3 – Pot de chambre de Saint-Zacharie

Fig. 3 – Pot de chambre de Saint-Zacharie

Cliché et DAO : L. Damelet, M. Bouquet, G. Guionova.

Fig. 4 – Carafe locale

Fig. 4 – Carafe locale

DAO : M. Bouquet, G. Guionova, L. Vallauri.

Fig. 5 – Kanti d’Agost (Espagne)

Fig. 5 – Kanti d’Agost (Espagne)

Cliché : M. Bouquet, G. Guionova, L. Vallauri.

15L’ensemble de ces travaux et des recherches antérieures ont, par ailleurs, été présentés dans deux séminaires de méthodologie et de spécialité le 15 décembre 2014, LA3M, MMSH, à Aix-en-Provence.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – a, assiette en faïence fine historiée de Maastricht (Pays-Bas) ; b, détail de la marque
Crédits Clichés : L. Damelet (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 – Tasses et soucoupes en porcelaine peinte de Limoges
Crédits Cliché : G. Guionova.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Pot de chambre de Saint-Zacharie
Crédits Cliché et DAO : L. Damelet, M. Bouquet, G. Guionova.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 835k
Titre Fig. 4 – Carafe locale
Crédits DAO : M. Bouquet, G. Guionova, L. Vallauri.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30878/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 5 – Kanti d’Agost (Espagne)
Crédits Cliché : M. Bouquet, G. Guionova, L. Vallauri.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30878/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Amouric, Mathilde Bouquet, Loïc Damelet, Guergana Guionova, Lucy Vallauri et Tony Volpe, « Poteries des îles françaises de l’Amérique : productions locales et importées (xviie-xxe s.) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30878

Haut de page

Auteurs

Henri Amouric

CNRS

Articles du même auteur

Mathilde Bouquet

Articles du même auteur

Loïc Damelet

Guergana Guionova

Articles du même auteur

Lucy Vallauri

Articles du même auteur

Tony Volpe

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Henri Amouric

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search