Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2007MartiniqueSainte-Luce – Montravail

2007
Martinique

Sainte-Luce – Montravail

Diagnostic préventif (2007)
Responsable d’opération : Fabrice Casagrande

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Un projet de mise en valeur des roches gravées de la forêt Montravail par la commune de Sainte-Luce en Martinique a suscité en juillet 2007 un diagnostic d’archéologique préventive.

2À environ 200 m d’altitude et 3,5 km du littoral, le terrain diagnostiqué se développe sur le flanc sud d’une ligne de crête dont l’axe est situé à proximité de la limite parcellaire nord. Le flanc nord est planté de mahogany. Il s’agit de la Forêt Domaniale de Montravail. Au pied s’écoule la petite rivière Madame Marie. La source la plus proche se situe à environ 700 m. Mais un texte ancien laisse supposer la présence d’une ancienne source plus proche. L’emprise de la parcelle est parsemée d’arbres fruitiers et décoratifs. Une maison et des abris de jardin ont été construits à proximité immédiate de gravures réalisées sur des blocs andésitiques. Ces pétroglyphes ont été signalés pour la première fois en août 1970. C’est l’universitaire Jean Crusol qui fait découvrir le site à Mario Mattioni qui valorise et étudie les roches gravées. Elles sont ensuite étudiées et dessinées par des chercheurs à plusieurs reprises : C. N. Dubelaar en 1985 et Sofia Jönsson Marquet en 1998.

3À l’aide d’une pelle mécanique à chenilles équipée d’un godet lisse de 1,30 m de large, vingt et une tranchées de longueur et d’espacement variable, implantées selon la morphologie du terrain ont été réalisées. Selon des techniques de fouille manuelle, un sondage a été implanté au pied du panneau gravé principal. Les pétroglyphes ont été relevés grâce à un film plastique transparent ainsi que des prises de vues photographiques. Les nombreuses roches qui composent le site ont été positionnées à l’aide d’un théodolite. La partie la plus occidentale du terrain, boisée et pentue, a fait l’objet d’une prospection pédestre.

4Le site de Montravail est constitué d’une roche principale supportant au moins onze pétroglyphes et de quatre roches satellites présentant chacune un visage anthropomorphe orienté vers l’extérieur du site. Les gravures sont conçues par bouchardage. Le fond de la gorge a parfois été régularisé par frottement. Les amérindiens ont utilisé certaines imperfections naturelles de la roche afin de composer leurs œuvres. Le cas est évident pour plusieurs d’entre elles. Deux blocs dont des arêtes verticale ou horizontale ont servi d’axe de symétrie à la réalisation de visages anthropomorphes donnent ainsi une représentation en trois dimensions. À l’exception des roches qui sont en périphérie du panneau principal et qui présentent des attributs distinctifs à l’image de croix ou de double crosse, les gravures étudiées sont très schématiques. Le visage est sommairement représenté par une paire d’yeux et une bouche généralement entourées d’un sillon.

5Deux sondages ont été réalisés dans la zone des blocs gravés. Le premier, creusé manuellement se situe au pied du panneau de la roche principale. Il a révélé une stratigraphie en trois couches refermant toutes du mobilier d’époque moderne et contemporaine. Un substratum argileux se développe à la base. De source orale, le niveau du sol actuel était plus bas et on pouvait accéder sous la roche. À cette époque un cochon y était parqué. Le ruissellement ainsi que l’activité du suidé ont semble-t-il effacé toutes traces de l’occupation précolombienne. La dépression a été comblée par plusieurs couches de remblais. Un alignement de blocs est , à cet endroit, parallèle à la paroi gravée. Les visiteurs s’y assoient pour contempler la roche. Il est hasardeux de donner une datation à cet aménagement.

6Le deuxième sondage, d’un peu plus d’1 m2, a été creusé avec la pelle mécanique. Il affecte un petit espace sans bloc au centre du chaos rocheux.

7Au pied d’une écaille rocheuse supportant une gravure, la stratigraphie a révélé sous l’horizon superficiel (humus) deux couches d’argiles riches en nodules de roche volcanique en cour de dissolution. Elles sont stériles de tout vestige anthropique. Néanmoins, on pouvait constater contre le bloc un tassement sédimentaire produisant un effet de paroi. Quelques tessons de céramique non tournée étaient piégés, ils sont apparemment d’époque précolombienne. Nous avons identifié un fragment de platine et un bord de poterie supportant plusieurs sillons dont un sur la lèvre. Ce tesson présente des caractères plutôt saladoïdes. Nous avons ramassé en surface d’autres tessons d’aspect semblable à ceux décrits au préalable, notamment entre les racines des manguiers qui ombragent le site.

8Deux tranchées ont été creusées sur un petit plateau sur lequel les habitations actuelles ont été construites. Dans la partie orientale et piégés dans une sorte de petit talweg (ravine), nous avons récolté quelques tessons de céramique non tournée très certainement d’époque précolombienne. Hormis les gravures, les fragments de poteries représentent les uniques témoins d’une occupation amérindienne du site.

9À environ 40 m à l’ouest, le diagnostic a révélé une intense activité de taille de pierre. Des amoncellements de blocs ayant servi de nucléus pour la production de grands éclats ont été identifiés. Les tranchées que nous avons creusées dans cette zone ont révélé la présence de nombreux éclats de roche volcanique dont un amas de débitage très bien conservé.

10Un des fils de l’ancien propriétaire du terrain, monsieur Choux, nous a affirmé que son père taillait les blocs de la parcelle pour empierrer des chemins. On peut en effet, autour des maisons, observer des enrochements conçus avec des dalles calibrées présentant des négatifs d’enlèvement. L’absence d’ébauches de haches incontestables ainsi que l’état de fraîcheur du site pourrait aller dans ce sens.

Fig. 1 – Plan du site

Fig. 1 – Plan du site

Fig. 2 – Bloc principal

Fig. 2 – Bloc principal
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du site
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Fig. 2 – Bloc principal
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Casagrande, « Sainte-Luce – Montravail » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30902

Haut de page

Auteur

Fabrice Casagrande

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Casagrande

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search