Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2007Projets collectifs de recherchePoteries des îles françaises d’Am...

2007
Projets collectifs de recherche

Poteries des îles françaises d’Amérique : xviie-xxe s.

Projet collectif de recherche (2007)
Responsable d’opération : Henri Amouric

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1C’est à l’initiative de Marie-Armelle Paulet-Locard, puis de Henri Marchesi, alors en poste dans les SRA de Guadeloupe et de Martinique qu’une opération scientifique à caractère fédératif a été confiée au Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne d’Aix-en-Provence, en partenariat avec les services des deux Régions des Antilles Françaises, l’Inrap et diverses institutions patrimoniales, régionales ou locales. Cette collaboration a pris la forme d’un PCR triennal commencé en 2007. Dès le premier séjour, le travail a été partagé équitablement entre les deux îles, afin d’établir le plus rapidement possible un diagnostic comparatif, à partir des séries d’artefacts découverts en fouilles programmées ou de sauvetage terrestres et subaquatiques, des collections patrimoniales encore en place dans les habitations nobles, les sucreries, les musées locaux spécialisés et des ateliers de productions locales encore en activité ou à l’abandon, et ceux reconnus par les fouilles.

2Participants en 2007 : Henri Amouric, Lucy Vallauri et Guergana Guionova (LAMM), Tristan Yvon (SRA), Marie­Armelle Paulet-Locard (SDarchetis), Fabrice Casagrande (Inrap), Henri Marchesi (SRA), Jeanne Cazassus (Service Patrimoine Saint-Pierre), Annie Noé-Dufour (Drac).

3Participants en 2008 : Henri Amouric, Marc Brion, Guergana Guionova, Marie-Laure Laharie, Lucy Vallauri, Christophe Vaschalde, Jacques Thiriot (LAMM), Annie Noé­ Dufour, Thierry Dorival (SRA), Christian Stouvenot, Tristan Yvon (SRPG), Fabrice Casagrande (Inrap), Isabelle Gabriel (Archéologue Historienne).

Études de matériel conduites en Martinique : Saint-Pierre, le Pompéi de l’époque contemporaine

4Dès le début des recherches, l’équipe a privilégié, dans l’approche matérielle, le site de Saint-Pierre au vu de la qualité et des quantités de vaisselles fossilisées au moment de l’éruption volcanique de 1902 qui a scellé dramatiquement un siècle de mobilier de tout ordre. L’ensemble, présenté au musée de Saint-Pierre, provenant des dégagements entrepris jusqu’en 1988 dans la zone portuaire est quasi intact, malgré quelques fusions des formes et altérations des glaçures et des décors. Il constitue un lot de référence et fournit un véritable instantané des différentes catégories de vaisselles et objets consommés dans la ville, qu’il s’agisse des productions locales mais surtout des vaisselles importées. Les piles d’assiettes en porcelaine et en faïence blanche ou au décor imprimé, arrivées par bateau de France dans la quasi-totalité des cas dans ces contextes chronologiques « récents », témoignent de stocks conservés dans un entrepôt ou magasin et du mode d’emballage dans de la paille, comme le montrent les empreintes enfumées par la chaleur de l’éruption.

5La campagne 2008 a vu la poursuite de l’étude des séries céramiques de Saint-Pierre mises au jour en 1996 et 1997 lors de l’opération de fouille programmée conduite par S. Veuve (Veuve 1996) sur le « château Perrinelle », conservée au SRA.

6Il était donc intéressant de comparer les services en usage dans l’habitation des maîtres avec les vaisseliers déjà étudiés par Fabrice Casagrande, dans le village de travailleurs libres, ancien village des esclaves, dégagé en 2000-2001 (Veuve 2001 ; Casagrande 2008). L’ensemble des céramiques bien conservées dans chaque case, a été quantifié en Nombre Minimum d’Individus et classé par catégorie d’objets d’origine locale et d’importation ainsi que par type d’usage soit culinaire, vaisselle de service, de table, d’architecture ou d’usage spécifique. L’étude des céramiques de l’aile sud du château Perrinelle a donc porté sur près de 700 NMI individualisés.

7Les productions régionales : la poterie tournée ou modelée d’origine locale est, dans ce secteur de l’habitation, très peu représentée comme dans les cases et concerne essentiellement des carafes à eau, la plupart en pâte rouge lissée mais aussi quelques exemplaires réalisés dans une argile blanche de type kaolinitique, provenant peut-être de la Poterie des Trois-Îlets. La céramique architecturale comprend des tuiles en écaille dont certaines comportent des estampilles rondes quadrillées ou des chiffres romains gravés (Poterie de l’Îlet Chancel ?). S’y ajoutent des bords de moule à sucre et de pot à mélasse dont la lèvre est incisée, un fond à la marque D qui rappellent les marques des poteries Dubuc ou Dalençon, commune du Marin. La faïence à émail stannifère : celle à décor bleu est représentée par des assiettes à frise en bâtons brisés issues des ateliers provençaux de Moustiers ou de Varages et un exceptionnel plat à barbe, d’une autre fabrique de l’ouest (Rouen ?) signée au revers MR. Cette pièce du xviiie s. est la plus ancienne du lot et voisine avec d’autres fragments notamment de Delft. La plupart des faïences sont plus rustiques et associées à des culs noirs de prix modique, devenues produit de consommation courante dans la seconde moitié du xviiie s. La faïence fine française : introduite notamment à Bordeaux par David Johnson de 1834 à 1837, cette belle production est bien représentée dans ces séries, mais la plupart provient essentiellement des manufactures du nord et de l’est du pays ainsi que de la région parisienne. Des bols, des coupes et assiettes, des pots à onguent, des brocs et cuvettes de toilettes sont aux tampons de Sarreguemines, Digoin-Sarreguemines, Creil, Creil et Montereau, Lunéville ou Ramages.

8Les services en porcelaine blanche de Paris : cet ensemble de formes complètes est le plus important en nombre de pièces. Il se subdivise en deux services et semble constituer la principale partie du vaisselier de la maison. La marque « Rihouet à Paris » (1820-1836) en rouge brique est tamponnée sur le revers des formes plates et des sauciers. Un autre service doré très complet, porte un monogramme différent et un tampon en rouge brique « Manufacture de S.M. L’Impératrice. P.L. DAGOTY à Paris » de la fabrique de Pierre-Louis Dagoty, qui illustre parfaitement l’âge d’or de la porcelaine de Paris au début du xixe s. Le service en faïence fine anglaise : des lambeaux d’un service en faïence fine sont encore pris dans la gangue carbonisée d’un meuble de rangement. De couleur crème, il est dans le style des productions « creamware » de Josiah Wedgwood de la fin du xviiie s. et, assurément, issu d’un atelier soit du Staffordshire soit des ateliers de Leeds ou de Liverpool. -Objets divers : les pipes blanches sont peu nombreuses et illustrées par quelques fragments de fourneaux qui pourraient provenir des ateliers du Nord de la France travaillant. à la façon de la Hollande.

Expertises de matériel en Guadeloupe

9La campagne 2007 a été consacrée à une série d’expertises des collections du SRA Basse-Terre et dépôt du Moule qui ont permis d’esquisser un tableau des approvisionnements et des principales productions régionales.

10Ont été examinées les séries des sites de Capesterre­Belle-Eau, Anse Bertrand, Basse-Terre/Peynier, Basse-Terre Parking Houweck, Habitation Saint-Jean (Petit-Bourg), Basse-Terre Gare Maritime, Sainte-Anne Place Schoelcher, Guyonneau, Anse de la Barque, Terre-de-Bas, Morne Sec etc., ainsi que les ramassages effectués en prospection. La Guadeloupe offre, pour l’heure, les témoignages les plus anciens, dès la fin du xvie s., d’importations hollandaises et pour les xviie et xviiis., de formes à sucre de Sadirac, de faïences de l’ouest français, de la Ligurie, de Chine et d’Angleterre et du centre et de l’Est pour les périodes suivantes. La part de la Provence (Moustiers, Varages, Vallauris, Biot, Saint-Zacharie, etc.) apparaît comparable à celle observée en Martinique.

Les collections patrimoniales

11Depuis le début du PCR, le recensement systématique des collections patrimoniales constitue un objectif.

12En Martinique, en 2007, l’expertise de l’instrumentum domestique de l’Habitation Grand Galion, (Trinité) s’est révélée particulièrement fructueuse avec ses services de porcelaines et ses « terrailles » provençales. Mais, c’est l’extraordinaire Case à eau intacte qui a retenu notre attention, avec ses 37 jarres de Biot dans leur bâti de brique.

13En Guadeloupe, le Musée du café ne possède lui que des pièces d’intérêt anecdotiques. En revanche, le Musée privé du Cacao recèle une rare collection de pots « à chaudeau ou chodo » pièce essentielle des rituels de la communion solennelle. Ces pichets dont le couvercle s’orne d’une cabosse de cacao en préhension, sont tous de la plus belle porcelaine moulée et proviennent à l’évidence des manufactures parisiennes et sont conçus pour le marché colonial.

14Un certain nombre de cases à eau, modestes, et de jarres de Biot isolées ont été aussi recensées dans les propriétés des pentes de la Soufrière. Au cours de la campagne 2008, d’autres collections ont été prises en compte : En Martinique, celles, du Musée Gauguin Anse Turin (Le Carbet), de « L’Habitation Clément » (Le François), du Musée des ATP du Saint-Esprit ; en Guadeloupe, de « L’Habitation Grivelière » (Vieux-Habitants), du Musée Saint-John Perse et Musée Schœlcher à Pointe-à-Pitre. À Basse-Terre à l’occasion des travaux de consolidation de la Maison Chapp, inscrite aux Monuments Historiques, une campagne de collecte a révélé une foule d’objets quotidiens de décor, de jeu ou utilitaires, entièrement importés de toutes les fabriques françaises et européennes de la fin du xixe et du début du xxe s. : Saint-Uze, Poët-Laval, Vallauris, Saint-Zacharie, Aubagne, Marseille, Beauvais, Choisy, Saint-Omer, Onnaing, Creil-Montereau, Sarreguemines, Angleterre, Saxe, etc.

Les « Poteries » des Îles

15Le PCR comprend un volet de reconnaissance et d’étude des installations proto-industrielles implantées dans les deux îles depuis le xviiie s. Ce volet a été amputé en 2007, du fait de la non disponibilité du spécialiste des installations artisanales engagé dans ce programme.

Martinique

Poterie des Trois-îlets

16À la demande de l’actuelle direction de la Poterie des Trois-îlets une évaluation du potentiel du site avait été programmée, faisant suite au travail de Susannah England. Sur ce site en activité depuis les années 1780 et dont une partie des bâtiments classés subsistent, il est cependant apparu qu’un projet de valorisation très avancé ne permettait pas d’envisager une extension de la recherche.

Poterie de l’îlet Chancel :

17En revanche le site de l’îlet Chancel est prometteur. La poterie et les logements des ouvriers étaient localisés en bordure de la baie « Rue Case Nègre » entre la péninsule sud et celle à l’ouest. La maison de maître sur le promontoire ouest n’est plus conservée mais correspond à l’emplacement de celle de l’actuel propriétaire. Un four à chaux restauré utilisait pour produire la chaux, les récifs coralliens affleurant sur place. Cependant l’enchevêtrement de la végétation déstabilise les constructions et rend leur lecture et interprétation aussi difficiles qu’urgente. L’ampleur du site est cependant remarquable et l’on a pu reconnaître au moins deux fours, un cachot d’esclave avec graffitis de bateaux, deux mares, un puits, une citerne, des canaux et canalisations et de nombreux bassins de retenue d’eau pour la préparation de l’argile. Un long bâtiment en bordure de la mangrove a été interprété comme un « abattoir » ou un magasin, mais bien d’autres sont écroulés ou encore enfouis sous le couvert végétal.

Guadeloupe

18Évaluation et premiers relevés d’urgence sur deux ateliers de potiers.

Poterie Fidelin de Trois-Rivières

19Après une occupation précolombienne surtout conservée dans la partie ouest du terrain, des sépultures et des dépotoirs de la poterie, des murs et deux fosses accompagnent les vestiges de deux fours. Le four sud est orienté suivant la pente du terrain, avec la porte du foyer en aval et la porte de chargement de la chambre de cuisson en amont. Il est constitué d’un foyer sous une chambre de cuisson assez grande. La voûte est percée de 5 rangées de 3 évents, un sommital et deux latéraux qui correspondent à des saignées dans les parois. La couverture externe du four est conservée sur un faible tronçon au sud-est et au nord. La maçonnerie de mortier de chaux beurre assez largement les petites pierres volcaniques, les galets et les tessons de poterie qui la composent. La toiture en bâtière dans l’axe du four rejette l’eau de pluie latéralement ; ce qui présente l’inconvénient d’infiltration entre les deux fours. La paroi interne, subissant les chauffes, n’est pas constituée de briques d’argile comme de coutume, mais par des « pierres d’argile », finement taillées comme les pierres de construction. L’angle nord-est du four sud, assez dégradé, permet de préciser la technique de construction. Les blocs de parement interne sont posés à sec pour les murs et une bonne partie de la voûte. Ils sont positionnés à l’aide de tessons ou de petites pierres sous la queue du bloc pour les mettre au bon niveau ou à la bonne inclinaison. À chaque assise, l’enveloppe externe est ensuite bâtie en mettant en place de gros galets cassés avec mortier de chaux et sable en façade puis remplissage de maçonnerie entre les deux façades.

20Le four nord est très arasé et son chemisage interne très partiellement préservé au dessus du sol actuel dans l’angle sud-ouest et au nord. L’enveloppe de maçonnerie culmine à environ 1 m au nord. Cette dernière est mieux préservée au sud et confirme la technique de construction par lits de l’ensemble « parement interne et enveloppe ». La position de la toiture est conservée sur quelques dizaines de centimètre pour le pan sud de la toiture. Le nettoyage des angles internes sud-est et sud-ouest a permis de situer précisément leur position. Les deux fours sont maintenant séparés par un espace vide à la suite de tassements. Le nettoyage de cet espace montre très nettement la chronologie relative des structures. Le mortier du parement du mur sud du four nord est lissé, ce qui prouve l’antériorité du four nord sur le four sud.

21Le travail de relevé s’est limité à l’urgence. Le plan a été amorcé tout comme l’enregistrement graphique des élévations, en se concentrant sur les parties visibles des bâtiments qui menacent ruine.

Poterie Fidelin à Terre-de-Bas

22Le site conserve un ensemble de bâtiments exceptionnellement bien conservés. Lorsqu’elles sont indemnes de dégradations dues essentiellement aux tremblements de terre, les élévations sont intactes mais très fragiles. Cet atelier a précédemment fait l’objet d’observations et de relevés d’Isabelle Gabriel qui a réalisé trois campagnes de fouilles programmées (2002, 2004 et 2005) sous forme de sondages très ponctuels. Des recherches d’archives ont été menées alors en s’appuyant sur les travaux de H. et D. Parisis (Parisis, Parisis 1994). La poterie a été fondée par Jean-Pierre Fidelin en 1760. Elle passe rapidement à la nièce et au beau-fils du fondateur pour sortir de la famille en 1858 après des épisodes difficiles dus à la mévente et aux conditions climatiques (destructions). Le site est classé monument historique en 1997 et devient propriété de Gaston Céleste en 2003. En 2004, des travaux d’aménagement, des écroulements et les effets d’un séisme accompagné d’un tsunami entraînent de graves dégradations. Des travaux d’urgence (étaiements et consolidations) des Monuments Historiques ont partiellement sauvegardé les deux fours. Outre les relevés d’élévations, les travaux de cette campagne ont été limités à des observations ponctuelles sur divers bâtiments.

23Bâtiment au nord des fours (Gabriel 2008 : 21, F)

24Une première analyse montre deux états de ce bâtiment assez dégradé.

25Bâtiment au nord du « grand bâtiment »

26Ce dernier semble constitué d’une série de pièces dont la chronologie relative sera à déterminer. L’avant-dernière pièce au sud était agrémentée d’une structure ronde qui a basculé récemment et qu’il faudra caractériser.

27Grand bâtiment (Gabriel 2008 : 21, E)

28Cet édifice qui présente plusieurs états successifs est exceptionnel par ses dimensions. Ses destinations sont à définir par la fouille et grâce à la révision de la documentation. Aucun aménagement intérieur ne permet d’en préciser la fonction hormis quelques cloisons au nord-est qui délimiteraient l’emplacement des tours L’implantation de cet artisanat dans une zone proche du littoral, outre l’aspect pratique lié au transport des productions, pose de gros problèmes d’eau : eau pour le travail justifiant la récupération des eaux de pluie, pluie ou humidité forte nécessitant un séchage sous abri de toute la production, d’où cette grande halle. Les observations concernent essentiellement le gros œuvre des façades nord, ouest et sud. Il semble que la technique de construction soit toujours le montage par étapes des murs; ces coupures horizontales compliquent la première lecture des élévations. Comme pour toutes les maçonneries le montage associe des pierres volcaniques grossièrement taillées auxquelles se mêlent des fragments de tuiles, des blocs de corail et de briques de remploi. La façade sud présente nettement deux phases de construction, alors que son pendant ouest apparaît peut-être plus complexe. La façade nord a une évolution semblable à la façade sud à quelques détails près. Dans un premier état, la toiture est débordante et basse. Sa structure après l’agrandissement reste à préciser.

29Citerne (Gabriel 2008 : 21, G)

30Elle est entièrement construite en élévation, avec un fond de bassin au-dessus du sol. Les murs pignon sont percés d’une porte et seule celle du nord est accessible par un escalier dont les nez de marche devaient être constitués de briques.

31Four nord (Gabriel 2007 : four A ; Gabriel 2008 : 21, K’)

32Construits en rupture de pente avec la même orientation, les deux fours accolés ont leur foyer ouvert en aval vers l’est et leur chambre de cuisson ouverte à l’ouest. Ils sont toujours construits à l’aide des mêmes matériaux avec quelques particularités. L’intérieur du plus grand est comblé par la chute de la voûte et d’une partie du parement interne de pierres d’argile taillées. Comme dans les fours de Trois-Rivières, ces pierres d’argile au module variable sont posées par lits successifs avant de constituer, lit par lit, le mur externe en maçonnerie classique.

33Four sud (Gabriel 2007 : four B ; Gabriel 2008 : 21, K)

34Légèrement plus petit, ce four est construit dans le même esprit. Toutefois, les matériaux employés sont moins réguliers et les fragments de tuiles ou de poteries sont beaucoup plus fréquents.

35Chronologie relative des deux fours

36Après défrichage du sommet, la zone de contact entre les deux fours a été nettoyée et dégagée sur plusieurs dizaines de centimètres de profondeur. Les deux fours sont désolidarisés comme le montre la fissure en façade orientale Au moins quatre pierres en harpe servent de liaison. Leur examen montre que des logements ont été taillés dans la façade du four sud pour y placer ces pierres solidaires du four nord.

Recherches documentaires et dépouillements d’archives

37En matière de dépouillements d’archives et de recherche documentaire, ont été privilégiés d’une part les ressources du SRA de Martinique (DFS, documents archéologiques divers, travaux érudits, mémoires d’étudiants du dépôt effectué par Mireille Mousnier, bibliothèque etc.), d’autre part les archives départementales de cette même île, en mettant l’accent sur les ressources locales, mais en évaluant aussi les documents quantitatifs généraux portant sur les objets du commerce, en particulier pour le xviiie s.

38La recherche systématique de sources iconographiques qui permettent de mettre en contexte les objets a apporté son lot de bonnes trouvailles.

39Possédant les données statistiques pour les années 1724-1780 du commerce import/export de la ville de Marseille, il a paru primordial de rechercher et de relever à titre expérimental une partie de celles concernant les importations en Martinique au xviiie s. Ces documents quantitatifs, qui constituent des séries très lacunaires, dénombrent une partie des matériaux céramiques, faïences, pipes, jarres, carreaux et briques. La situation à cette époque a considérablement évolué par rapport à ce qui était considéré comme nécessaire – et suffisant – dans les premières décennies de la colonisation des Antilles françaises. C’est à une toute autre échelle d’importation que se situent les besoins des îles au siècle suivant. Mais les chiffres qui nous sont parvenus rendent aussi compte des variations considérables de flux observées d’une année sur l’autre dans le grand commerce maritime, qui est une constante partout et qui ne doivent pas surprendre. Ainsi, la comparaison établie entre 1732 et 1733 pour les arrivées depuis la France en Martinique indiquent des écarts très importants.

40À titre d’évaluation et d’expérimentation, nous avons ainsi comptabilisé et cartographie les origines des entrées de faïences en 1735, 1737 et 1739, et celles des pipes pour l’année 1739. Tout en rappelant la très nécessaire prudence devant ces données et sans entrer dans l’analyse détaillée des modes et moyens matériels et humains de ce commerce, les pourcentages attribués à chacun des ports concernés nous donnent une image que les archives du sol en cours d’étude tendent à valider en partie. Il arrive par exemple en Martinique en 1735, 247 caisses de faïence, dont 217 vont à Saint Pierre, 28 aux « bâtiments de l’entrepôt » et 2 à La Trinité.

41La part de Marseille et au-delà de la Provence dans cet approvisionnement est de tout premier plan, faisant presque jeu égal avec les arrivages depuis Nantes. L’on ne peut s’empêcher ici d’évoquer pour le port phocéen, les faïences de Moustiers, Varages et autres, pour l’ouest français, les théories de « culs noirs » dont les ensembles antillais abondent. La part de la Normandie paraît en revanche bien faible, si l’on songe à tout ce qui est « attribué » à Rouen. L’identification des faïences du sud-ouest est bien plus ardue, même si elles ne constituent pas un grand objet du négoce colonial et le reste n’est que poussières de produits sans correspondance bien établie avec les découvertes archéologiques. À noter également l’absence totale de La Rochelle dans les ports de départ de ces marchandises. L’état de 1737 qui recense 305 caisses de faïence, dont 288 entrent à Saint Pierre et 23 à Fort Royal conforte la première place occupée par la Provence, Bordeaux est mieux représenté, les ports de Rouen occupent un rang plus digne de la puissance de ses ateliers, et, à l’inverse, Nantes passe au second plan.

42Avec la statistique de 1739, les chiffres évoluent encore. Certains flux commerciaux apparaissent néanmoins toujours aussi clairement, qu’il conviendra de détailler et nuancer. Ont donc été dénombrés ici les bâtiments ayant déchargé en Martinique aux rubriques faïences et pipes. L’on constate qu’ont été livrés 144 caisses de faïence et 471 coffres de pipes. Même si nous ne connaissons pas la composition d’une « caisse » de faïence, la valeur moyenne indiquée – 50 livres – nous donne un total modeste de 7 200 livres. Le contraste n’en est que plus fort avec les pipes, dont nous ignorons cependant si elles voyagent par « coffre » traditionnel d’une grosse (144 objets) ou de douze grosses (1 728 pièces). Dans le premier cas le nombre d’unités s’établit à 57,824 ; dans le second il se monterait à 813,888 pièces, chiffre qui paraît bien irréaliste pour la consommation d’une population modeste.

43Au total, et même si le commerce de la céramique occupe une place très marginale dans la masse des échanges coloniaux, il est surprenant de constater la position éminente occupée par l’importation des pipes. Leur origine est par ailleurs une inconnue. Les hollandais dominent alors très nettement ce marché fort lucratif, mais les anglais – à l’origine de cette industrie dès la deuxième moitié du xvie s. – y tiennent une place tout aussi éminente.

44L’on pointera également, dans ces documents, l’absence de données ayant trait aux céramiques communes d’importation, dont la présence physique est pourtant attestée. Elles ne sont en aucun cas confondues avec les faïences, toujours bien identifiées comme telles dans toute la documentation contemporaine. Ont-elles été prises en compte au titre des matières sèches diverses ? Ce point reste à éclaircir.

45En matière de matériaux de construction en terre cuite, pour 1739, la problématique est compliquée de la confusion entretenue dans le mode de comptabilisation commun avec les « tuffeaux » acquis dans le sud-ouest. Les chiffres varient d’ailleurs considérablement au fil des ans. En 1741 il entre en Martinique 610 500 carreaux et briques, mais en 1744 seulement 262 500.

46Dans ce domaine, il faut cependant prendre aussi en compte d’autres sources d’approvisionnement, plus ponctuelles peut-être, qu’il s’agisse de répondre à une demande consécutive à un épisode climatique catastrophique ou de motivations plus politiques ayant engendré des mouvements commerciaux inhabituels.

47Parmi d’autres, le Canada et l’« Île Royale », sont des fournisseurs irréguliers : 69 milliers de carreaux et briques à 80 livres en 1732, 12 milliers seulement en 1733.

48Pour l’année 1736, 6 000 briques arrivent de Louisbourg (Canada) à Saint-Pierre et 4 506 à Fort-Royal. En 1738, l’État des bâtiments anglois introduits par le Sr Pichaud du Pavillon en vertu de la permission de messieurs les Général et Intendant du 5 mars 1738 et du commerce qu’ils ont fait recense les « briques » introduites à la Martinique depuis les possessions britanniques de Nouvelle Angleterre et de La Barbade. Le total de ces entrées est non négligeable, s’établissant à 231 500 pièces, dont 44,49 % viennent du port de « Baston » (Boston), 28,70 % de Rodelan (Rhode Island), 22,89 % de la Barbade, et une poussière de « Piscatory (?) » (2,59 %) et de la Nouvelle Londres (1,29 %). La même année, toujours en vertu de la même permission couvrant ses six premiers mois, la Guadeloupe reçoit seulement 10 000 briques en direct depuis « Rodelan », soulignant des disparités constatées depuis longtemps.

49Si ces arrivages ne sont pas à négliger, il est tout aussi évident qu’ils ne furent pas pérennes, même si les voies tortueuses du commerce et le traitement en lest de ces pondéreux pouvaient offrir des voies de pénétration commerciale détournées.

50Ces documents, dont répétons le dépouillement et l’analyse exhaustive reste à faire dans la suite de notre programme posent bien d’autres questions. Les jarres « vuides », par exemple, sont bien souvent comptabilisées avec les dames jeannes.

51Il semble en outre que les arrivages soient très variables et assez minimes à certains moments. Nous avons souligné en 2007 l’importance actuelle des jarres de Provence, toutes de Biot à l’évidence, dans le paysage antillais dont elle deviennent par un détournement fonctionnel élément de décor « authentique » sur les pelouses et les terrasses des habitations et des villas. La collecte de données les concernant doit se poursuivre, mais pour l’heure, l’essentiel de ce que nous avons pu observer date du xixe s. Les sources pourtant nous disent qu’elles furent nombreuses dès le xviiie s. Et elles eurent dès lors une fonction de collecte et de conservation de l’eau potable depuis les gouttières. Toutes les maisons urbaines et rurales des zones sèches, ou connaissant des irrégularités d’approvisionnement en eau, y ont eu recours L’autre apport, qui peut être majeur des sources écrites est sans conteste la contextualisation des artefacts.

52De ce point de vue, malheureusement le climat des Antilles et sa cohorte d’insectes dévoreurs nous privent de toute documentation sérielle antérieure aux années 1770, relativement abondante cependant pour le xixe s., qui montre l’incroyable variété des approvisionnements néanmoins largement dominés par les fabrications métropolitaines. À l’inverse des autres catégories de céramique, la poterie autochtone ne bénéficie guère de mentions écrites abondantes. L’on à par exception la confirmation de ce qui paraît une évidence, qu’il se fait entre les îles et en cabotage le long de leurs côtes un commerce de poteries du cru. Ici ou là, également, il est fait mention de jarres et plus fréquemment de tuiles et briques, de pays. En revanche, nous n’avons pas encore relevé de mentions significatives de vaisselle culinaire et de carafes. Le matériel archéologique et patrimonial en donne pourtant une bonne vue d’ensemble et l’on connaît assez bien le travail des potières de Sainte Anne, par exemple, ou celui des potiers Gerçin de Trois-Îlets, qui illustrent les deux sources de la tradition locale.

53En ce qui concerne le marché des matériaux de construction, il apparaît assez simple, avec des importations en quantités significatives, mais avec de grands écarts d’une année sur l’autre et des sources d’approvisionnement diversifiées et une production locale dynamique. La tuile, briques et carreaux de France et leurs homologues de Pays sont des objets mal connus et qui le resteront sans doute pour l’essentiel, au regard de l’impossibilité technique de réaliser des « typologies » pertinentes pour ces catégories de matériaux. En revanche, pour le xixe s., la pratique du marquage, qui n’est cependant pas systématique apporte des informations d’un intérêt patent.

L’apport de l’iconographie

54Il convient de ne pas négliger non plus le témoignage des sources iconographiques, qui pour n’être pas décisif apporte ici ou là un éclairage intéressant ou une illustration pertinente du contexte d’utilisation de certains des artefacts céramiques dont nous avons à traiter. Tous ces documents sont cependant pour l’essentiel récents, même à l’échelle du temps colonial, essentiellement des photos de cadre de vie, des cartes postales dont il ne faut pas sous-estimer l’intérêt ethnographique, des clichés pris après la catastrophe de 1902, etc.

Perspectives

55Au vu de l’ampleur des tâches entreprises, il a été décidé de renforcer si possible les équipes et de rallonger au maximum la mission 2009, afin d’avancer, autant que faire se peut, sur tous les fronts de la recherche et en particulier dans le secteur ou l’urgence se fait peut-être le plus ressentir, celui des relevés de la poterie Terre de Bas. Les dépouillements d’archives prendront en compte en priorité et de façon si possible exhaustive les statistiques commerciales de Martinique et leur pendant guadeloupéen, ainsi que le dépouillement des dossiers à caractère patrimonial et/ou archéologique du Service de la Guadeloupe. La recherche et le dépouillement d’inventaires mobiliers pour la Martinique fait partie des objectifs envisagés, la recherche iconographique et l’expertise des collections patrimoniales dans les deux îles seront poursuivies.

56De même le matériel subaquatique ramené à la surface lors des différents sondages et fouilles effectués par Prepasub doit faire l’objet d’une évaluation précise, tout comme ce qui a été collecté à l’occasion des diverses reconnaissances de sites sous-marins effectuées par le GRAN. L’étude des séries de Saint-Pierre sera poursuivie, le matériel restant à étudier pour l’Habitation Perrinelle étant non négligeable, comme celui d’autres secteurs de la ville. Il sera également procédé à une expertise des séries du Service de Guadeloupe, constituées à l’occasion des ramassages effectués dans l’ensemble de l’île. Le travail de terrain se concentrera sur Trois-Rivières et Terre-de-Bas dont la susceptibilité aux accidents de toute nature et les menaces humaines qui pèsent sur ces sites fait craindre une perte totale d’information.

57Ce programme copieux s’inscrit dans la perspective d’un retour au public sous la forme d’une exposition qui serait présentée dans les deux îles et peut-être ailleurs. Ce projet auquel nous réfléchissons d’ores et déjà excédera le cadre du triennal en cours et pourrait se concrétiser en 2011 à l’occasion par exemple du cinquantenaire de l’AIAC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Amouric, « Poteries des îles françaises d’Amérique : xviie-xxe s. » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30906

Haut de page

Auteur

Henri Amouric

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Henri Amouric

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search