Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2008Projets collectifs de recherchePoteries des îles françaises d’Am...

2008
Projets collectifs de recherche

Poteries des îles françaises d’Amérique : productions locales et importées (xviie-xxe s.) [Martinique]

Projet collectif de recherche (2008)
Responsable d’opération : Henri Amouric

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1La mission 2008 de ce PCR s’est déroulée de façon satisfaisante, mais avec des objectifs revus par rapport à ceux que nous nous étions assignés à l’issue de notre première mission. Le départ des deux initiateurs principaux de ce projet, Marie-Armelle Paulet-Locard et Henri Marchesi, rentrés en métropole, mais aussi la difficulté à trouver de nouveaux interlocuteurs locaux, nous a conduits à réviser nos approches.

Saint-Pierre 1902 : un conservatoire exceptionnel

2La campagne 2008 a vu la poursuite de l’étude des séries céramiques de Saint-Pierre mises au jour en 1996 et 1997 lors de l’opération de fouille programmée conduite par S. Veuve (Veuve 1996a) sur le « château Perrinelle », conservée au service régional de l’archéologie.

3Par ailleurs, l’ensemble, présenté au Musée de Saint-Pierre, provenant des dégagements entrepris jusqu’en 1988 dans la zone portuaire et qui trouve des compléments au Musée Gauguin (Anse-Turin, Le Carbet) a été inventorié et analysé. Ils constituent des lots de référence et fournissent un véritable instantané des différentes catégories de vaisselles et objets consommés dans la ville, qu’il s’agisse des productions locales mais surtout des vaisselles importées. Les piles d’assiettes en porcelaine et en faïence blanche ou au décor imprimé, arrivées par bateau de France dans la quasi-totalité des cas dans ces contextes chronologiques « récents », témoignent de stocks conservés dans un entrepôt ou magasin et du mode d’emballage dans de la paille, comme le montrent les empreintes enfumées par la chaleur de l’éruption.

4II était donc intéressant de comparer les services en usage dans l’habitation des maîtres avec les vaisseliers déjà étudiés par Fabrice Casagrande, dans le village de travailleurs libres, ancien village des esclaves, dégagé en 2000-2001 (Casagrande 2008).

5L’étude des céramiques de l’aile sud du château Perrinelle a donc porté sur près de 700 NMI individualisés comprenant des productions régionales, poterie tournée ou modelée d’origine locale très peu représentée et se compose essentiellement de carafes à eau, la plupart en pâte rouge lissée.

6On notera également quelques exemplaires réalisés dans une argile blanche de type kaolinitique, provenant sans doute de la Poterie du Lamentin. La céramique architecturale comprend des tuiles en écaille dont certaines comportent des estampilles rondes quadrillées ou des chiffres romains gravés (Poterie de l’Ilet Chancel ?). S’y ajoutent des bords de moule à sucre et de pot à mélasse dont la lèvre est incisée, un fond à la marque D qui rappellent les marques des poteries Dubuc ou Dalençon, commune du Marin.

7La faïence à émail stannifère à décor bleu est représentée par des assiettes à frise en bâtons brisés issues des ateliers provençaux de Moustiers ou de Varages et un exceptionnel plat à barbe, d’une autre fabrique de l’ouest (Rouen ?) signée au revers MR. Cette pièce du xviiie s. est la plus ancienne du lot et voisine avec d’autres fragments notamment de Delft. La plupart des faïences sont cependant plus rustiques et associées à des culs noirs de prix modique, devenus produit de consommation courante dans la seconde moitié du xviiie s.

8Une belle production de faïence fine française majoritairement à décor de transfert, venant notamment de Bordeaux (David Johnson et Jules Vieillard et Cie) à partir de 1834 est bien représentée dans ces séries, mais la plupart des objets proviennent des grandes manufactures du nord et de l’est de la France comme en témoignent les nombreux tampons de Sarreguemines, Digoin-Sarreguemines, Creil, Creil et Montereau, Lunéville ou Saint-Amand-les-Eaux (Hamages).

9Le groupe de formes complètes en porcelaine blanche de Paris est le plus important en nombre de pièces. Il se subdivise en deux services et semble constituer la principale partie du vaisselier de la maison. On y a relevé les marques « Rihouet à Paris » (1820-1836) et « Manufacture de S.M. L’Impératrice. P.L. DAGOTY à Paris » de la fabrique de Pierre-Louis Dagoty, qui illustrent parfaitement l’âge d’or de la porcelaine de Paris au début du xixe s.

10La place de la faïence fine anglaise est bien représentée par un important service de couleur crème, dans le style des productions « creamware » de Robert Wilson œuvrant à Hantley dans le Staffordshire entre 1756 et 1802.

11Parmi les objets divers, curieusement, les pipes blanches sont peu nombreuses et illustrées seulement par quelques fragments de fourneaux qui pourraient provenir des ateliers du Nord de la France travaillant à la façon de la Hollande.

De la case à l’habitation, un patrimoine commun

12Depuis le début du PCR, le recensement systématique des collections patrimoniales constitue un objectif complémentaire. Un certain nombre de cases à eau, modestes, et de jarres de Biot isolées ont été aussi recensées. D’autres collections ont été prises en compte, comme celle déjà citée du Musée Gauguin Anse-Turin (Le Carbet). Ces collections rassemblées pendant le court séjour effectué par l’artiste en Martinique, regroupe un lot de tessons brûlés et déformés issus des dégagements des entrepôts de Saint‑Pierre. Parmi les pièces insolites, figurent des assiettes monogrammées au nom de la Compagnie Générale Transatlantique et des fragments de pots et tasses en porcelaine dorée et décor polychrome de la Compagnie des Indes. Certains objets ont été mis en scène par des artistes sous forme de composition attrayantes et colorées qui posent néanmoins la question de leur perte de sens archéologique. Les fabrications locales sont représentées par une carafe, une jarre à couvercle et une marmite à deux anses façonnée à la mode métropolitaine de Vallauris.

13Un pot de chambre (Tinette) de Saint-Zacharie (Var) et une jarre de Biot (Alpes‑Maritimes) reflètent la domination des approvisionnements provençaux.

14La pièce la plus intéressante et sans nul doute la plus ancienne est une petite jarre à huile d’origine espagnole appartenant à un lot plus substantiel, mais largement dispersé mis au jour dans les vestiges d’une embarcation coulée au large du Carbet. Ce contenant du xviie s., identifié pour la première fois en Martinique est une preuve de plus de la circulation universelle de ces « urnes vagabondes », bien représentées dans les îles espagnoles et anglaises des Caraïbes.

15L’expertise des collections de l’Habitation Clément (Le François), réalisée à l’invitation de M. Florent Plasse a surtout mis en évidence une vingtaine de jarres de Biot, issues de la propriété, dont la datation s’échelonne entre le xviiie et le xixe s. Elles pourraient provenir d’une case à eau disparue. Certaines portent de grandes initiales B ainsi que des chiffres romains peints en rouge qui correspondent soit à des signes d’appartenance soit de contenance.

16Enfin, le Musée des Arts et Traditions Populaires du Saint-Esprit conserve une très importante collection d’objets du quotidien qui renseignent en particulier sur les usages de la toilette et de la table. Parmi les objets populaires remarquables, une série de tasses surpeintes en or portent des formules en créole.

17La poterie locale d’une grande diversité se distingue par de rares exemplaires clissés anciens.

Des textes et des images

18Depuis le début du PCR, le recensement systématique, dépouillements d’archives et recherche documentaire, ont privilégié d’une part les ressources du SRA de Martinique (DFS, documents archéologiques divers, travaux érudits, mémoires d’étudiants du dépôt effectué par Mireille Mousnier, bibliothèque, etc.), d’autre part les archives départementales, en mettant l’accent sur les ressources locales, mais en évaluant aussi les documents quantitatifs généraux portant sur les objets du commerce, en particulier pour le xviiie s.

19Tristan Yvon, membre du PCR a apporté à cette entreprise les résultats des repérages qu’il réalise dans les fonds de Martinique dans le cadre de sa thèse sur les indigoteries.

20La recherche systématique de sources iconographiques qui permettent de contextualiser les objets a apporté également son lot de bonnes trouvailles.

21Possédant les données statistiques pour les années 1724-1780 du commerce import/export de la ville de Marseille, il a paru primordial de rechercher et de relever à titre expérimental une partie de celles concernant les importations en Martinique au xviiie s. Ces documents quantitatifs, qui constituent des séries très lacunaires, dénombrent une partie des matériaux céramiques, faïences, pipes, jarres, carreaux et briques. À titre d’évaluation et d’expérimentation, nous avons ainsi comptabilisé et cartographié les origines des entrées de faïences en 1735, 1737 et 1739, et celles des pipes pour l’année 1739. Tout en rappelant la très nécessaire prudence devant ces données et sans entrer dans l’analyse détaillée des modes et moyens matériels et humains de ce commerce, les pourcentages attribués à chacun des ports concernés nous donnent une image que les archives du sol en cours d’étude tendent à valider en partie. Il arrive par exemple en Martinique en 1735, 247 caisses de faïence, dont 217 vont à Saint-Pierre, 28 aux « bâtiments de l’entrepôt » et 2 à La Trinité. La part de Marseille et au-delà, de la Provence dans cet approvisionnement est de tout premier plan, faisant presque jeu égal avec les arrivages depuis Nantes. L’on ne peut s’empêcher ici d’évoquer pour le port phocéen, les faïences de Moustiers, Varages et autres, pour l’ouest français, les théories de « culs noirs » dont les ensembles antillais abondent. La part de la Normandie paraît en revanche bien faible, si l’on songe à tout ce qui est « attribué » à Rouen. L’identification des faïences du sud‑ouest est bien plus ardue, même si elles ne constituent pas un grand objet du négoce colonial et le reste n’est que poussières de produits sans correspondance bien établie avec les découvertes archéologiques. À noter également l’absence totale de La Rochelle dans les ports de départ de ces marchandises.

22Un travail identique a été conduit sur les documents de 1737 et 1739 nuançant quelque peu ces données, mais c’est là une constante du commerce maritime et en particulier colonial de connaître d’une année sur l’autre des écarts parfois très importants.

23Certains flux commerciaux apparaissent néanmoins toujours clairement, qu’il conviendra de détailler et nuancer. À titre d’exemple ont donc été dénombrés les bâtiments ayant déchargé faïences et pipes. L’on constate ainsi qu’ont été livrés 471 coffres de pipes. Au total, et même si le commerce de la céramique occupe une place très marginale dans la masse des échanges coloniaux, il est surprenant de constater la position éminente occupée par l’importation des pipes dont l’origine reste par ailleurs une inconnue. Les hollandais dominent alors très nettement ce marché fort lucratif, mais les Anglais – à l’origine de cette industrie dès la deuxième moitié du xvie s. – y tiennent une place tout aussi éminente.

24On pointera également, dans ces documents, l’absence de données ayant trait aux céramiques communes d’importation, dont la présence physique est pourtant attestée. En matière de matériaux de construction en terre cuite, l’on constate les mêmes écarts avec des chiffres variant considérablement au fil des ans : en 1741, il entre ainsi en Martinique 610 500 carreaux et briques ; mais, en 1744, seulement 262 500.

25Dans ce domaine, il faut cependant prendre aussi en compte d’autres sources d’approvisionnement, le Canada et l’« Ile Royale », sont des fournisseurs irréguliers, tout comme les possessions britanniques de Nouvelle Angleterre et de La Barbade.

26Ces documents, dont le dépouillement et l’analyse exhaustive sont à faire dans la suite de notre programme posent bien d’autres questions. Les jarres « vuides », par exemple, sont bien souvent comptabilisées avec les dames jeannes. Il semble en outre que les arrivages soient très variables et assez minimes à certains moments. La collecte de données les concernant doit se poursuivre, mais l’essentiel de ce que nous avons pu observer date du xixe s. Les sources écrites pourtant nous disent qu’elles furent nombreuses dès le xviiie s. Et elles eurent dès lors une fonction de collecte et de conservation de l’eau potable depuis les gouttières. Toutes les maisons urbaines et rurales des zones sèches, ou connaissant des irrégularités d’approvisionnement en eau, y ont eu recours. L’autre apport, qui peut être majeur, des sources écrites est sans conteste la contextualisation des artefacts, mais essentiellement pour le xixe s. qui montre l’incroyable variété des approvisionnements dominés par les fabrications métropolitaines. À l’inverse, la poterie autochtone ne bénéficie guère de mentions écrites. L’on a par exception la confirmation de ce qui paraît une évidence, qu’il se fait entre les îles et en cabotage le long de leurs côtes un commerce de poteries du cru. Ici ou là, également, il est fait mention de jarres et plus fréquemment de tuiles et briques, de pays. En revanche, nous n’avons pas encore relevé de mentions significatives de vaisselle culinaire et de carafes. Le matériel archéologique et patrimonial en donne pourtant une bonne vue d’ensemble et l’on connaît assez bien le travail des potières de Sainte-Anne, par exemple, ou celui des potiers Gerçin des Trois-îlets, qui illustrent les deux sources de la tradition locale.

27II convient de ne pas négliger non plus le témoignage des sources iconographiques, qui pour n’être pas décisif apporte ici ou là un éclairage intéressant ou une illustration pertinente du contexte d’utilisation de certains des artefacts céramiques dont nous avons à traiter. Tous ces documents sont cependant pour l’essentiel récents, même à l’échelle du temps colonial, essentiellement des photos de cadre de vie, des cartes postales dont il ne faut pas sous-estimer l’intérêt ethnographique, des clichés pris après la catastrophe de 1902, etc.

L’enquête continue

28La mission 2009 portera sur tous les fronts de la recherche et en particulier sur la poursuite de l’étude des séries de Saint-Pierre, Habitation Perrinelle et autres sites archéologiques et collections patrimoniales de la ville et du territoire (Maison coloniale de santé, Sous-Préfecture, Musée Franck Perret de Saint-Pierre, Collections du SRA, Jardin de Tivoli, Habitation Galion, Écomusée de l’Anse Figuier, Musée de la Pagerie, Château Dubuc, Jardin de Balata). Les dépouillements d’archives prendront en compte en priorité les statistiques commerciales de Martinique.

29La recherche et le dépouillement d’inventaires mobiliers font partie des objectifs, la recherche iconographique et l’expertise des collections patrimoniales seront poursuivies.

30De même le matériel subaquatique ramené à la surface lors des différents sondages et fouilles doit faire l’objet d’une évaluation précise, en particulier tout ce qui a été collecté à l’occasion des diverses reconnaissances de sites sous‑marins effectuées par le Gran.

31Ce programme archéologique et patrimonial s’inscrit bien évidemment dans la perspective d’un retour au public sous la forme d’une exposition qui serait présentée en Martinique comme en Guadeloupe et peut-être ailleurs en métropole, des discussions étant en cours à ce sujet.

Fig. 1 – Jarre à huile espagnole

Fig. 1 – Jarre à huile espagnole

Cliché : A. Noé-Dufour (SRA).

Fig. 2 – Origines en pourcentage des faïences entrant en Martinique en 1735

Fig. 2 – Origines en pourcentage des faïences entrant en Martinique en 1735

DAO : L. Maggiori (LA3M).

Fig. 3 – « Une bonne pipe »

Fig. 3 – « Une bonne pipe »

Collection Henri Amouric.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Jarre à huile espagnole
Crédits Cliché : A. Noé-Dufour (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30928/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Fig. 2 – Origines en pourcentage des faïences entrant en Martinique en 1735
Crédits DAO : L. Maggiori (LA3M).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30928/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3 – « Une bonne pipe »
Crédits Collection Henri Amouric.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30928/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Amouric, « Poteries des îles françaises d’Amérique : productions locales et importées (xviie-xxe s.) [Martinique] » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30928

Haut de page

Auteur

Henri Amouric

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Henri Amouric

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search