Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2009Projets collectifs de recherchePoteries des îles françaises de l...

2009
Projets collectifs de recherche

Poteries des îles françaises de l’Amérique : productions locales et importées (xviie-xxe s.)

Projet collectif de recherche (2009)
Responsable d’opération : Henri Amouric

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1L’orientation du travail de la mission effectuée en novembre 2009 dans le cadre du PCR en Martinique a été déterminée pour l’essentiel par la perspective du projet de l’exposition bilan de 2011, afin de donner une vision ample et diversifiée de l’activité de la production régionale, du mouvement du commerce et des modes de consommation des différentes catégories de céramiques importées ou locales entre les xviie et xxe s.

2La collecte de la documentation archéologique et historique a été poursuivie par H. Amouric au SRA (bibliographie, littérature grise, DFS et fonds photographique).

3Il a élaboré le catalogage, origines et dimensions des ensembles patrimoniaux des institutions muséales martiniquaises dont P. Groscaux a assuré les prises de vue : Musée du Saint-Esprit ; Musée Franck Perret de Saint-Pierre ; Habitation Grand Galion, La Trinité ; Musée de la Pagerie, domaine de la Petite Guinée, commune des Trois-Îlets ; écomusée de Martinique, à l’Anse Figuier ; Château Dubuc, presqu’île de la Caravelle avec la mise en valeur d’une remarquable case à eau ; Jardins de Balata ; Maison Coloniale de Santé à Saint-Pierre dans le quartier du Fort afin de vérifier le dispositif encore en place des latrines.

4L’inventaire des séries archéologiques du SRA a été également poursuivi, celles de Saint-Pierre, Maison Coloniale de Santé, Sous-Préfecture, Habitation Perrinelle, château et cases des travailleurs (ancien village des esclaves) et de diverses fouilles anciennes : maison Coquet rue Levassor à Saint-Pierre, le Domaine de Tivoli, l’Habitation de Fond Saint-Jacques ainsi que des artefacts collectés par des plongeurs du Gran à Sainte-Luce.

5G. Guionova et L. Vallauri ont achevé l’étude et la reconstitution des grands services de vaisselles en porcelaine française et anglaise, des céramiques en faïence fine, en grès d’Écosse, en terre vernissée provençale ou locales provenant du Château Perrinelle. Ces séries littéralement explosées au moment de la catastrophe de 1902 sont complétées par l’étude du matériel des cases réalisée par Fabrice Casagrande, mieux conservé car enfoui en contrebas de l’habitation. De nouveaux ensembles conservés dans les cases 4, 5, 8, 9 et 12, ont été étudiés et fournissent une meilleure image de l’instrumentum des travailleurs. Un premier repérage des niveaux anciens fouillés à l’emplacement de la chapelle et du grand escalier, a livré des pièces fragmentées mais datables du xviiie s. avec de la faïence provençale et de l’Ouest ainsi que des vaisselles vernissées de l’Huveaune et d’Albisola en Ligurie. Ces lambeaux de stratigraphie seront finalisés en 2010.

6Toujours en vue de la présentation muséographique des résultats, Pascal Maritaux a durant cette mission assuré le traitement de conservation d’une quarantaine de pièces complètes ou exceptionnelles conservées au SRA de Fort-de-France et provenant des fouilles de la maison Perrinelle et de la Maison Coloniale de Santé à Saint-Pierre. L’intervention a essentiellement été vouée à l’assemblage de fragments ou à la dérestauration/restauration d’objets assemblés à l’époque de la fouille. Elle a porté sur des pièces de service de table en porcelaine (tisanière, tasses, savonnière, légumier) et plusieurs poupées « baigneurs », des ustensiles de faïence fine (brocs de toilette, vasque de fontaine de table, carreaux de dessous-de-plat à décor végétal et paysagé) ou de terre cuite émaillée (marmites de Vallauris, plat à « cul noir »), des figurines votives en terre cuite (vierges à l’enfant xviiie s.) ou en biscuit de porcelaine (Vierge en majesté, Vierge de Miséricorde, Saint Pierre, Saint Antoine).

L’apport des textes et de l’image

7La campagne 2009 ayant privilégié les autres orientations du PCR, le recueil de sources est passé globalement au second plan, l’urgence n’étant pas la même dans la mesure où la plupart des sources anciennes sont disponibles en copie en Métropole. De larges compléments de documentation ont toutefois été rassemblés tant dans les rapports de fouilles et de prospection du SRA Martinique que dans la recherche iconographique. Signalons dans ce domaine, plusieurs cartes postales anciennes qui s’ajoutent à la collecte réalisée précédemment, « La marchande de simples » et « La marchande de pipes » qui concernent la Guadeloupe et illustrent l’usage quasi-universel de la pipe en terre blanche fumée également par les hommes et les femmes, « L’heure du riz calalou », de Saint-Pierre de la Martinique où l’on distingue très bien les marmites de Vallauris qui président à cette distribution de nourriture et surtout le débarquement des terrailles à Fort-de-France qui montre les chalands faisant la navette entre les grands voiliers ancrés dans la baie et la rive du port où ils déchargeaient des milliers de marmites droites et poêlons de Vallauris parfaitement reconnaissables, donnant à voir ce que fut la réalité matérielle de ce commerce de masse.

8En ce qui concerne les archives, l’ensemble des statistiques d’entrées et sorties de Martinique, disponibles aux archives nationales, dans le fonds des Colonies, série C8, a été reproduit et est en cours de traitement, en complément de ce qui avait été entrepris en 2008, à partir des microfilms des Archives de la Martinique. Il n’a pas encore été possible de traiter cet ensemble important à l’exception de l’année 1733, mais au vu de sondages rapides les caractéristiques contrastées relevées dans le rapport précédent semblent valoir pour l’ensemble de la période couverte par ces documents dans leur version détaillée, qui n’a plus cours après 1760. Les fluctuations très importantes d’une année sur l’autre des quantités de produits par origine géographique sont à nouveau constatées. Marseille ne compte que pour 23 % des importations de faïences en Martinique en 1733, et s’affirme par la suite : 38,05 % en 1735, 42,29 en 1737, pour une part nantaise qui se maintient autour de 38 % en 1733 et 1735, avant de s’effondrer à 13,11 % en 1737, tandis que Bordeaux s’assure 19 % du marché en 1733, 13,36 % en 1735 et 23,27 % en 1737.

9La Rochelle intervient de façon anecdotique en 1733 et n’entre plus en ligne de compte par la suite, cependant que les ports du Havre et de Honfleur oscillent entre 19 % en 1733, 10,52 % seulement en 1735 et 21 % en 1737.

10L’état de 1733 confirme aussi la suprématie de Marseille dans la fourniture des terres cuites d’architecture avec cependant 40 % d’autres provenances de la façade ouest et du nord de la France. En tout état de cause se pose ici une fois de plus la question de leur différenciation matérielle sur le terrain. En ce qui concerne les pipes, les états de 1733 et 1735 montrent aussi des différences importantes, même si la part de Bordeaux comme port fournisseur est alors dominante 62 et 65,54 %, en revanche la contribution des autres places maritimes apparaît bouleversée à deux années d’écart.

11La documentation des « Entrées et sorties » du port de Marseille a aussi été reprise, pour les années où elle est complète et assez précise, soit 1724-1780. Elle est cependant affectée de l’incertitude initiale qui découle du fait que l’on ne distingue pas les différentes « îles françaises » de l’Amérique, lesquelles sont traitées dans une même rubrique qui comprend donc aussi Saint‑Domingue, dont l’importance dans ce trafic pourrait avoir été grande. Néanmoins les natures et quantités de produits exportés ne sont pas indifférentes.

12En ce qui concerne les « Briques, carreaux de brique et de terre » dont la quasi-totalité part pour les Antilles (38 590 650 pièces sur 42 934 037), il est clair que le flot fut continu, avec des écarts parfois gigantesques de 29 000 seulement en 1761 à 7 564 000 en 1771 et des variations en tout état de cause très importantes d’une année sur l’autre ! L’événementiel explique à n’en pas douter certains étiages et les accidents climatiques les pics de consommation. L’on sait par les sources locales la place importante qu’occupaient les tuiles, briques et « malons » importés de Provence dans les matériaux de construction et il est communément admis aussi que ces pondéreux ont constitué un lest utile. Un autre produit étroitement lié à l’histoire des produits coloniaux a attiré notre attention, au regard surtout des questions posées par le travail de Tristan Yvon qui a fait récemment la synthèse de ses enquêtes. Marseille apparaît au vu des mêmes statistiques commerciales que précédemment, comme fournisseur des « îles françaises » à hauteur de 128 031 pièces entre 1728 et 1768, date après laquelle il n’est plus fait mention de telles exportations. Dans ce cas aussi, les écarts sont très importants, certaines années sans aucune expédition (1724-1727 ; 1732, 1739, 1745, 1748, 1750-1765 et 1769-1780), et pour les autres une variation entre 600 (1747) et 31 450 (1734). Au total cependant pour les années d’expédition les chiffres sont assez modestes. Le problème est très complexe, car il apparaît que très tôt les poteries créées dans les îles ont fourni de grandes quantités de formes et de pots à mélasse et qu’il en provenait aussi du Sud-ouest, de la Saintonge et d’autres ateliers de l’Ouest français, anciennement surtout, même si au total les fouilles témoignent d’une présence très ponctuelle. Il en est aussi arrivé du commerce international, comme le souligne T. Yvon, mais il ne semble pas que ce phénomène ait été quantitativement significatif. Il conviendrait également de reprendre l’ensemble des dossiers concernant les habitations sucrières pour évaluer le volume ordinaire de formes nécessaires au fonctionnement de ces fabriques, ainsi que leur longévité. Il reste en outre à identifier ces produits archéologiquement, si possible, car les ateliers de fabrication n’en sont pas connus. Ils ne sont pas marseillais, cela semble assuré et l’on pense évidemment à la localité voisine d’Aubagne où, cependant, aucune preuve matérielle ni documentaire n’atteste ce type de production avant le milieu du xixe s. Dans la première moitié de ce même siècle cependant, la petite fabrique polyvalente Martin de Marseille en a cependant confectionné, dont L. Brongniart dans son Traité des arts céramiques décrit sommairement. Elles n’ont pas encore été identifiées dans le matériel archéologique traité dans le cadre du PCR.

13Certains produits dont la présence patrimoniale dans le paysage des îles est encore forte, posent aussi un intéressant problème historique. Il est établi que les « jarres de Provence » mentionnées dans tous les inventaires mobiliers, et qui composent le dispositif principal des cases à eau viennent toutes de Biot, en passant par Marseille. Or les chiffres des « sorties » pour le xviiie s. sont bien modestes : 11 516 pièces soit 30 % du volume total des exportations marseillaises entre 1724 et 1780. Il n’est pas impossible que par les voies de la réexpédition depuis d’autres ports ces chiffres doivent être majorés et plus encore que certain de ces contenants emplis de denrées sèches ou humides aient connu une seconde vie, mais ce phénomène est impossible à évaluer.

Fig. 1 – Chope à effigie de Marius Hurard

Fig. 1 – Chope à effigie de Marius Hurard

Cliché : P. Groscaux (LAMM).

Fig. 2 – Plat en faïence

Fig. 2 – Plat en faïence

Cliché : P. Groscaux (LAMM).

Fig. 3 – Vierge de Marseille

Fig. 3 – Vierge de Marseille

Cliché : P. Groscaux (LAMM).

Fig. 4 – Déchargement de marmites et poêlons de Vallauris

Fig. 4 – Déchargement de marmites et poêlons de Vallauris

Carte postale ancienne.

Fig. 5 – Case à eau de l’habitation La Sucrerie

Fig. 5 – Case à eau de l’habitation La Sucrerie

Cliché : A. Noé-Dufour (SRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Chope à effigie de Marius Hurard
Crédits Cliché : P. Groscaux (LAMM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 2 – Plat en faïence
Crédits Cliché : P. Groscaux (LAMM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 3 – Vierge de Marseille
Crédits Cliché : P. Groscaux (LAMM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 4 – Déchargement de marmites et poêlons de Vallauris
Crédits Carte postale ancienne.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30938/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 5 – Case à eau de l’habitation La Sucrerie
Crédits Cliché : A. Noé-Dufour (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30938/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Amouric, « Poteries des îles françaises de l’Amérique : productions locales et importées (xviie-xxe s.) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30938

Haut de page

Auteur

Henri Amouric

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Henri Amouric

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search