Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2012MartiniqueFort-de-France – Rue Schœlcher

2012
Martinique

Fort-de-France – Rue Schœlcher

Opération préventive de fouille (2012)
Responsable d’opération : Emmanuel Moizan

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

244

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1En amont des travaux de construction de la nouvelle Cour d’Appel de Fort-de-France, un diagnostic archéologique, réalisé sous la responsabilité de Nathalie Sellier-Ségard, a révélé les vestiges de bâtiments et d’aménagements de grande ampleur qui se succèdent entre la fin du xviie s. et le début du xxe s. L’opération de fouille a été menée sur une superficie de 2 500 m2 (fig. 1 et 2). Les résultats de cette intervention permettent de saisir le rythme de l’évolution de cet îlot urbain des origines de la ville à nos jours et de confronter les données issues de l’abondante documentation iconographique à celles mises au jour. Six grands états sont définis.

Fig. 1 – Plan général des vestiges toutes périodes confondues

Fig. 1 – Plan général des vestiges toutes périodes confondues

DAO : D. Billon.

Fig. 2 – Vue générale de la fouille, vue vers le nord-ouest

Fig. 2 – Vue générale de la fouille, vue vers le nord-ouest

Cliché : E. Moizan (Inrap).

Les origines de Fort de France

2Dans la deuxième moitié du xviie s., la volonté politique de disposer dans la rade de Fort-Royal d’un site de mouillage plus favorable que celui de la baie de Saint-Pierre entraîne la création puis l’extension d’un noyau urbain à proximité des fortifications militaires initiales. Toutefois, le lieu s’avère peu propice, situé dans une zone de mangrove, marécageuse et insalubre. Les constructeurs implantent alors un vaste réseau de canaux destinés à assécher les terrains et dotent rapidement la ville d’un plan géométrique dont les axes, formés par les rues, dessinent des ilots rectangulaires qui encore aujourd’hui constituent la trame de l’actuelle ville basse. L’opération archéologique a été réalisée dans l’un de ces îlots, l’îlot Renan.

Une zone marécageuse à conquérir (état I)

3Le premier état identifié correspond à la phase initiale du secteur et illustre la période antérieure à l’urbanisation durant laquelle la mangrove se développe sur cette partie de la côte. Sur le site, une couche d’argile de couleur gris bleuté a été observée, de façon ponctuelle, lors de sondages avec la pelle mécanique dans le secteur central de la fouille. Elle apparait à une profondeur qui oscille entre 0,90 m et 1,10 m. Cette strate est gorgée d’eau ; son niveau d’apparition correspond par endroit à celui de la remontée des eaux de la nappe phréatique. Ce sédiment argileux d’apparence homogène résulte de l’accumulation sédimentaire propre aux sites de mangrove.

4Dans ce quartier, aux cours des premières phases d’aménagements, l’apport de remblais de terre n’est pas à exclure en vue de combler et d’assainir cette zone marécageuse et pour permettre, entre autre, à partir de la toute fin du xviie s., l’urbanisation de ce secteur de Fort-Royal.

Les débuts de l’urbanisation et la viabilisation du quartier au xviie s. : la mise en place d’une voirie (état II)

5La nature et la configuration des aménagements rattachés à cet état permettent d’émettre l’hypothèse de la présence d’une voirie précoce dans ce secteur de l’îlot. La mise en œuvre de ces premiers aménagements revêt un aspect inégal trahissant certainement le côté empirique de la construction d’une partie de la voirie à cette époque. Cette hypothèse peut s’avérer d’autant plus vraisemblable puisqu’à la fin du xviie s., ce quartier, situé en périphérie du centre de la ville, est tout juste conquis sur la mangrove. Cette voie serait à rattacher au premier réseau viaire mis en place dans le dernier quart du xviie s. lors des premières phases d’extension de la ville.

La construction d’un premier édifice dans le premier quart du xviiie s. (état III)

6La configuration actuelle des îlots dans ce secteur de la ville nait au début du xviiie s. La trame urbaine définie, implantée alors pour ordonner le développement de la ville à cette époque, est héritée de cette période et reste, dans ce quartier, inchangée jusqu’à nos jours.

7Des maçonneries associées à des sols en carreaux de terre cuite dégagées à l’extrémité nord-ouest de l’îlot sont à rattacher au tout premier ensemble bâti dont le plan en forme de L se développe en façade de rue. En arrière des bâtiments, les terrains sont dévolus aux jardins.

8Il reste difficile d’envisager une restitution fidèle du plan de ces bâtiments dont on ne perçoit qu’une vision très partielle. Quoi qu’il en soit, ces vestiges restent, en chronologie relative, le tout premier ensemble bâti en élévation retrouvé sur le site. Ils pourraient, dans l’état de nos connaissances, être rattachés aux édifices dont il est fait mention sur un plan de la ville de Fort Royal daté du premier quart du xviiie s. Toutefois, ce résultat doit être nuancé : le document de Raussain reste avant tout une représentation du plan de la ville au début du xviiie s. et non un relevé topographique précis.

L’urbanisation de l’îlot au xviiie s. (état IV)

9Lors de cette phase, la configuration de cette partie de l’îlot est totalement transformée. La parcelle est scindée en deux lots dans le sens de la longueur. Le premier lot s’étire en bordure méridionale de la parcelle. Sa largeur représente précisément un quart de la largeur totale de l’îlot. Les trois quarts restant sont dévolus au deuxième lot. Chacune des deux nouvelles parcelles accueille des ensembles architecturaux distincts. Au nord, un nouvel édifice, en forme de U est établi à l’emplacement des bâtiments de l’état antérieur. Le fond de la parcelle conserve sa fonction de jardin. Au sud-ouest, des bâtiments de taille modeste sont implantés en bordure de rue.

10Au cours des travaux de construction, une couche de sable marin submerge l’ensemble de l’îlot s’accumulant contre les maçonneries en élévation et recouvrant celles en construction. Ce phénomène de dépôt massif et rapide se révèle comme le témoignage des effets d’un tsunami et pourrait correspondre à celui qui fit suite au tremblement de terre de Lisbonne en 1755. Cette découverte revêt ici un caractère singulier et inédit puisque aucune trace de cet événement n’a été repérée jusqu’alors dans la Caraïbe ou sur les côtes du continent américain.

11Les bâtiments sont achevés dans la 2e moitié du xviiie s. et prennent la dénomination de Palais en référence à sa fonction de Palais de Justice. Il semble perdurer jusqu’au milieu du xixe s. comme l’attestent les documents cadastraux produits durant cette période.

La monumentalisation des bâtiments au milieu du xixe s. (état V)

12Au milieu du xixe s., une ultime phase de construction laisse place à un bâtiment monumental qui occupe une large superficie de l’emprise. Le plan de ce vaste édifice est identique à celui de la construction précédente dont certains murs sont conservés. Les deux ailes latérales se développent jusqu’aux rues et sur la longueur totale de l’emprise et s’articulent autour d’une cour et d’un jardin. Ce bâtiment, siège de la Direction de l’Intérieur (mention sur le cadastre de 1863), est doté, entre autres, de sols soignés en carreaux de terre cuite et en marbre.

Les transformations et aménagements à la fin du xixe s. et au début du xxe s. (état VI)

13Au cours de cette période, le bâtiment édifié au xixe s. connait essentiellement des transformations architecturales internes. Pensionnat Colonial à partir de 1902, puis Lycée de Jeunes Filles à partir de 1949, il accueille dans la deuxième moitié du xxe s. le Collège Ernest-Renan. La construction est ensuite rasée pour laisser place à un parking.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des vestiges toutes périodes confondues
Crédits DAO : D. Billon.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fig. 2 – Vue générale de la fouille, vue vers le nord-ouest
Crédits Cliché : E. Moizan (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Moizan, « Fort-de-France – Rue Schœlcher » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31048

Haut de page

Auteur

Emmanuel Moizan

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Moizan

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search