Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2012MartiniqueLa Trinité – Anse Dufour

2012
Martinique

La Trinité – Anse Dufour

Sondage (2012)
Responsable d’opération : Gwenola Robert

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

293

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1En septembre 2011, à la suite de fortes houles, des ossements humains sont apparus sur la plage de l’Anse Dufour, sur la commune de La Trinité. Il s’agissait d’un individu adulte, inhumé sur le dos (fig. 1).

Fig. 1 – Inhumation mise au jour en 2011

Fig. 1 – Inhumation mise au jour en 2011

Cliché : G. Robert (SRA).

2Une surveillance régulière du secteur a alors été exercée par le service régional de l’archéologie (SRA) tout au long de l’année suivante.

3En août 2012, de nouveaux fragments osseux sont apparus dans la berge de la frange littorale, à environ 0,80 m sous la surface du niveau de sol actuel. Ils sont situés à environ 8 mètres de la première inhumation découverte en 2011.

4Une opération de sauvetage urgent d’une durée de 3 jours a alors été réalisée en novembre 2012 en accord et avec l’appui de l’Office National des Forêts. Le terrain concerné est en effet situé en forêt domaniale, et plus précisément en zone de régénération naturelle de la végétation. Cette sauvegarde du couvert végétal, visant à stabiliser le trait de côte soumis à une très forte érosion, a impliqué de devoir réaliser une ouverture minimale afin d’éviter la coupe d’arbres ou de racines. Pour ces mêmes raisons, l’utilisation de moyens mécaniques n’a pas été possible.

5Deux techniciens de l’Office national des Forêts (ONF) ont, pendant 2 jours, été mis à disposition de l’archéologue du SRA chargée de l’opération, pour aider au décaissement.

6Sous la couche de terre végétale, d’environ 25 cm d’épaisseur, le sol, composé d’un sédiment argilo-sableux jaune extrêmement induré, n’a pas pu être décaissé à la pioche. Les agents de l’ONF ont alors décapé le terrain à la barre-à-mine jusqu’à environ 20 cm de la cote d’apparition des ossements.

7Après nettoyage de la zone décaissée, les limites du creusement d’une fosse de forme subrectangulaire ont été identifiées. Cette fosse mesure 0,45 m de large sur 1,10 m de longueur conservée et apparaît à 45 cm de profondeur. Un point de localisation a été pris par GPS différentiel.

8La fouille de la sépulture a alors été réalisée à l’aide de matériel adapté. Une couverture photographique a été établie à chaque étape de la fouille : apparition de la fosse, fouille de l’inhumation, prélèvement du matériel ostéologique. Des clichés de détail du squelette et de son état de conservation ont aussi été réalisés. Les restes osseux ont été prélevés et conditionnés par grandes unités anatomiques.

9La fouille de la fosse a permis la mise au jour d’une inhumation primaire (fig. 2).

Fig. 2 – Inhumation mise au jour en 2012

Fig. 2 – Inhumation mise au jour en 2012

Cliché : G. Robert (SRA).

10Il s’agit d’un individu adulte reposant sur le dos, les membres inférieurs en extension, selon une orientation est-ouest, la tête placée à l’ouest.

11Ces pratiques funéraires sont, dans les Antilles, plutôt caractéristiques de l’époque coloniale (Romon 2014).

12Les extrémités des membres inférieurs ont disparu sous l’effet de phénomènes d’érosion. Les membres supérieurs sont placés le long du corps, la main droite en position surélevée de 10 cm par rapport aux membres inférieurs. La main gauche, la partie distale du radius et de l’ulna gauche, la partie antérieure du coxal gauche et la partie proximale du fémur gauche ont disparu du fait d’un animal fouisseur, sans doute un crabe.

13Le crâne est présent mais très mal conservé. Il s’est en effet effondré au moment de la fouille de la fosse. La présence de la troisième molaire inférieure indique là encore qu’il s’agit d’un individu adulte.

14Malgré l’état général du squelette, on a néanmoins pu observer que les connexions anatomiques ont été conservées.

15La taphonomie générale indique un espace colmaté, sans phénomène de compression. On peut en déduire que le corps n’a pas été déposé dans un cercueil. Nous sommes ainsi vraisemblablement en présence d’une inhumation en pleine terre.

16Le très mauvais état de conservation du squelette devenu pulvérulent, phénomène sans doute dû à l’acidité du sol, n’a pas permis de détermination sexuelle. Par ailleurs, à l’occasion d’une mission en Martinique, notre collègue Bruno Bizot, anthropologue, a pu examiner les éléments conservés du squelette et nous indiquer qu’aucune analyse ultérieure n’était possible.

17En dehors d’un coquillage, cittarium pica (burgo) placé entre les fémurs de l’individu, aucun mobilier archéologique n’a été mis au jour lors de cette opération.

18Afin de vérifier la présence potentielle d’autres inhumations à proximité, le sondage a été élargi à l’ouest et le trait de côte faisant face à la mer a été nettoyé. Aucune autre inhumation n’a été mise au jour. Cependant, après enquête réalisée auprès des utilisateurs de cet espace (surfeurs), il semblerait que d’autres ossements aient déjà été dégagés par la houle il y a une vingtaine d’année.

19On peut s’interroger sur la présence de sépultures dans ce secteur.

20Il est vrai que deux inhumations, voire trois en tenant compte des témoignages recueillis, ne suffisent pas à constituer un cimetière.

21Plusieurs hypothèses sont ainsi possibles.

22Il pourrait s’agir de corps de marins naufragés retrouvés sur le rivage et inhumés sur le lieu de découverte. Mais nous aurions sans doute retrouvé du mobilier associé, tels que des boutons, des boucles de chaussures ou de ceinture. De plus, ils auraient sans doute été inhumés soit dans un cimetière d’hôpital (le plus proche, celui de Fort-de-France est situé à environ 35 km) soit, s’il n’y en avait pas dans le secteur, dans un cimetière paroissial (celui de La Trinité est à une dizaine de kilomètres).

23Par ailleurs, ces inhumations pourraient être rattachées à des occupations coloniales attestées sur la carte de Moreau du Temple levée en 1766. En effet, le terrain se situe non loin de l’ancienne Habitation-sucrerie Dubuc et d’un ancien quartier dénommé Chevalier constitué de cases en matériaux périssables et d’un bâtiment en dur.

24Serions-nous en présence de sépultures d’esclaves, de libres de couleur ou d’engagés ? Rien ne nous permet de l’affirmer à ce jour, d’autant qu’aucun élément chronologique précis ne vient étayer ces hypothèses.

25Pour conclure, nous pouvons dire que nous sommes en présence ici d’une inhumation pouvant être comprise entre le xviie s. et le xixe s.

  • 8 Note du SRA : En septembre 2014, la présence d’une nouvelle sépulture nous a été signalée par les s (...)

26La découverte de nouvelles sépultures reste possible à l’avenir sur ce secteur fortement érodé du littoral qu’il convient de surveiller attentivement8.

Haut de page

Bibliographie

Romon T. 2014 : Martinique, Les Anses d’Arlet, Vestiges funéraires d’Anse Bellay. Premières investigations sur des inhumations d’époques précolombienne et coloniales inédites, rapport de fouille de sauvetage urgent 2013, Fort-de-France, SRA-Inrap, 88 p.

Haut de page

Notes

8 Note du SRA : En septembre 2014, la présence d’une nouvelle sépulture nous a été signalée par les services de la gendarmerie de La Trinité, eux-mêmes alertés par un randonneur. Les restes osseux ayant été entièrement prélevés aux fins d’identification médico-légale, aucune observation archéologique de cette sépulture n’a pu être réalisée. Seule sa localisation à quelques dizaines de mètres à l’est des deux premières sépultures signalées en 2011 et 2012 permet d’envisager la présence d’un espace funéraire relativement étendu sur cette partie du littoral de la côte atlantique. Le rapport d’expertise produit par le ministère de l’Intérieur (Pole Judiciaire de la Police Nationale, Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale, Division Criminalistique Biologie et Génétique, Service Central d’Analyse Génétique Individu) permet de conclure à la présence d’un seul sujet, de sexe masculin, d’âge estimé à 62 ans plus ou moins cinq ans et présentant un délai post-mortem estimé à plus de cinquante ans. L’auteur du rapport note une abrasion importante de l’émail dentaire « due certainement à une alimentation basée sur un type ancestral ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Inhumation mise au jour en 2011
Crédits Cliché : G. Robert (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 2 – Inhumation mise au jour en 2012
Crédits Cliché : G. Robert (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31066/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 802k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwenola Robert, « La Trinité – Anse Dufour » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31066

Haut de page

Auteur

Gwenola Robert

Dac Martinique (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gwenola Robert

Dac Martinique (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search