Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2012MartiniqueFortifications côtières de Martin...

2012
Martinique

Fortifications côtières de Martinique : la côte nord Atlantique

Prospection thématique (2012)
Responsable d’opération : Jonhattan Vidal

Texte intégral

1Dès le xviie s., la Martinique a été le théâtre de conquêtes armées, puis de différentes guerres et sièges successifs, victime de son propre succès économique faisant d’elle un objet de convoitise tant vis-à-vis de puissances étrangères que de la piraterie. Par ailleurs, sa localisation à plusieurs mois de bateau de son royaume d’appartenance a conduit les habitants de l’île, aux xviis. et xviiie s., à ne pouvoir espérer que peu d’aide de l’armée française au-delà des maigres contingents et matériels présents sur place. Dans ce contexte de vives rivalités européennes pour le contrôle de la route des mers, il fut nécessaire d’en organiser la défense côtière contre les menaces maritimes, pour la stabilité de l’économie des plantations.

2C’est pour mieux comprendre l’organisation concrète de cette défense sur le terrain que nous conduisons des recherches sur les fortifications côtières de Guadeloupe et de Martinique depuis 2007. Le programme de prospection thématique des batteries côtières de Martinique débuté en 2011 (Vidal 2011) fait suite à un programme similaire mené de 2007 à 2010 sur le littoral guadeloupéen et des îles dépendantes (Vidal 2007, 2008, 2009, 2010). Nous avons divisé l’approche du littoral martiniquais en trois campagnes de terrain, chacune attachée à une portion du littoral. La première phase portait sur la côte du Nord Caraïbe, premier foyer d’implantation des colons, la seconde – dont il est question ici – sur la côte Nord Atlantique, enfin, la dernière couvre la côte Sud.

3La méthodologie employée, homogène sur l’ensemble des campagnes, consiste en un travail de recherche préliminaire en archives suivi de prospections de terrain. L’étude des manuscrits et cartes militaires permet de cibler les secteurs mentionnés comme ayant fait l’objet de constructions défensives, puis de s’y rendre afin de repérer, inventorier et étudier les éventuels vestiges de batteries. Sont également explorées toutes les zones dont la configuration topographique était favorable à ce type d’installations même lorsqu’elles ne figurent pas dans les archives.

4Cette campagne a permis de repérer 7 sites conservant des vestiges de structures fortifiées, dont 5 ne figuraient pas dans la carte archéologique. Ainsi les sites de la Pointe Jacob, de Sainte-Catherine et de la Baie du Gros Raisin à Trinité (fig. 1 et 2), de l’Îlet Sainte-Marie, de la Pointe Burgaux au Lorrain, de la Pointe Raisinier à Basse Pointe ont été étudiés (bien qu’hors zone, le site de la Pointe Burgos aux Anses d’Arlet a également été intégré à cette campagne).

Fig. 1 – La Trinité : batterie de la Baie de Gros Raisin

Fig. 1 – La Trinité : batterie de la Baie de Gros Raisin

Cliché : J. Vidal (CNRS).

Fig. 2 – La Trinité : schéma de la batterie de la Baie de Gros Raisin

Fig. 2 – La Trinité : schéma de la batterie de la Baie de Gros Raisin

DAO : J. Vidal (CNRS).

5D’un point de vue matériel se sont 16 bouches à feux qui ont intégré notre corpus des pièces d’artilleries. Dix d’entre-elles proviennent d’un site exceptionnel, une collection de canons de diverses provenances dans une propriété de Pointe Royale au Robert à laquelle nous avons pu avoir accès.

6Cette campagne confirme la similitude des modes d’implantation entre Guadeloupe et Martinique, avec une côte atlantique bien moins pourvue que les zones ouest, et une moins grande pérennité des sites. Cette mission complète notre cartographie des vestiges militaires de Martinique. Suite à la dernière phase dans le sud de l’île, le programme achevé autorisera une synthèse sur l’archéologie militaire des Antilles françaises.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La Trinité : batterie de la Baie de Gros Raisin
Crédits Cliché : J. Vidal (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31069/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 2 – La Trinité : schéma de la batterie de la Baie de Gros Raisin
Crédits DAO : J. Vidal (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31069/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonhattan Vidal, « Fortifications côtières de Martinique : la côte nord Atlantique » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31069

Haut de page

Auteur

Jonhattan Vidal

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jonhattan Vidal

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search