Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2011MartiniqueForts et Batteries

2011
Martinique

Forts et Batteries

Prospection thématique (2011)
Responsable d’opération : Jonhattan Vidal

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Après une série de prospections archéologiques conduites en Guadeloupe depuis janvier 2007, nous avons entamé un programme similaire en Martinique afin d’établir un état des lieux de son patrimoine militaire. L’étude des batteries d’artillerie, qui constituaient le système défensif martiniquais du xviie s. au milieu du xixe s., répond à une demande du Service régional de l’archéologie soucieux de redécouvrir des vestiges largement méconnus et délaissés. La première mission, un mois de prospections pédestres, a été réalisée en janvier 2011 sur les huit communes littorales de la côte nord-atlantique de l’île.

2À l’époque coloniale, le voisinage de la flotte anglaise fait de la mer des Caraïbes un lieu privilégié d’affrontements lors des guerres de la Ligue d’Augsbourg, de succession d’Espagne, de Sept Ans ; mais aussi dans le contexte de la Révolution française et durant le premier Empire. Anglais et Néerlandais attaquent la Martinique à de nombreuses reprises. Riches des productions sucrières et de nombreux esclaves, les grandes propriétés situées en bord de mer attisent l’intérêt des rivaux économiques de la France, mais également celui des pirates croisant dans les Caraïbes. Ces différents facteurs sont responsables d’un fort sentiment d’insécurité sur une île alors située à quatre mois de navigation du soutien national. Cette menace conduit à l’augmentation des défenses individuelles et collectives. Ainsi de quelques forts isolés et peu efficaces, le système défensif de la Martinique s’appuie dès l’extrême fin du xviie s. sur un réseau de nombreuses batteries d’artillerie disséminées le long des côtes. Les vestiges de ces défenses avancées ont souvent été abandonnés et la plupart sont aujourd’hui enfouis sous la végétation.

3En amont de l’intervention sur le terrain, des recherches dans les archives militaires nous ont permis de situer une part des anciens emplacements défensifs. Aux informations historiques apportées par cartes et rapports, se sont ajoutées l’étude des toponymes d’origine militaire et la réflexion stratégique appliquée à la géographie des lieux. L’ensemble de ces éléments a permis la réalisation de cartes indiquant les zones présentant un fort potentiel archéologique en relation avec notre thématique. À l’issue de cette première mission, 12 sites de vestiges de structures défensives ont été localisés. Seulement quatre d’entre eux figuraient dans l’inventaire des sites archéologiques de Martinique et deux sont totalement inédits. Les données collectées lors des missions de terrain font l’objet d’un enregistrement normalisé qui constitue une base de données exploitable pour la recherche. Géoréférencées, les données sont exploitables par un Système d’Information Géographique (SIG) offrant une vision globale des sites et une localisation précise. La gestion des données avec cet outil vise à réaliser une cartographie historique du système défensif de la Martinique.

4Les premières données mettent en relief un certain nombre d’informations concernant la répartition des vestiges, leurs typologies ou l’organisation militaire dans ce secteur. Deux pôles défensifs se distinguent autour des lieux d’importance politique et commerciale : les baies de Saint-Pierre et de Fort-de-France. Les autres batteries sont réparties le long du littoral protégeant les points de débarquement stratégiques. Les positions des vestiges, systématiquement sur des mornes ou des pointes, démontrent le choix délibéré des officiers de placer leur artillerie en des lieux dont la situation géographique favorise le tir. Du point de vue de la typologie des structures, toutes les batteries sont à ciel ouvert. Au sein de cette conception générale, deux types existent : les batteries à barbette pour lesquelles le tir est effectué par-dessus le parapet, et celles à embrasures où la bouche à feu est placée dans l’embrasure d’un parapet plus haut (fig. 1 et 2). Le premier type est majoritaire dans ce premier corpus. L’étude de la construction des fortifications laisse apparaître une utilisation systématique des matériaux présents sur le sol même du site, et par là même l’absence de réseau d’approvisionnement en matériaux. L’inventaire réalisé compte 7 bouches à feu, principalement des canons en fer.

Fig. 1 – Schéma de la batterie de la Pointe de la Batterie à Case-Pilote

Fig. 1 – Schéma de la batterie de la Pointe de la Batterie à Case-Pilote

DAO : J. Vidal (CNRS).

Fig. 2 – Le parapet et l’embrasure de tir de la batterie de la Pointe de la Batterie à Case-Pilote

Fig. 2 – Le parapet et l’embrasure de tir de la batterie de la Pointe de la Batterie à Case-Pilote

Cliché : J. Vidal (CNRS).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Schéma de la batterie de la Pointe de la Batterie à Case-Pilote
Crédits DAO : J. Vidal (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Fig. 2 – Le parapet et l’embrasure de tir de la batterie de la Pointe de la Batterie à Case-Pilote
Crédits Cliché : J. Vidal (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31107/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonhattan Vidal, « Forts et Batteries » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31107

Haut de page

Auteur

Jonhattan Vidal

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jonhattan Vidal

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search