Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2011MartiniqueSites amérindiens littoraux de Ma...

2011
Martinique

Sites amérindiens littoraux de Martinique

Prospection thématique (2011)
Responsable d’opération : Agnès Berthé
Notice rédigée avec Noémie Tomadini

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010

Numéro d’opération :

394

Nature de l'opération :

prospection thématique
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Association Archéologies

Texte intégral

1Une opération de prospection thématique a été engagée afin de repérer les sites littoraux amérindiens nécessitant la mise en place de mesures de préservation ou de protection et de dresser un état des lieux des autres sites connus ou découverts en cours d’opération. Cette prospection, qui s’est déroulée en août et septembre 2011 a concerné 8 secteurs répartis sur 17 communes martiniquaises (fig. 1).

Fig. 1 – Carte de localisation des secteurs prospectés en 2011

Fig. 1 – Carte de localisation des secteurs prospectés en 2011

DAO : A. Berthé, N. Tomadini (association Archéologies).

Le choix des secteurs de prospection

2La Martinique compte 27 communes côtières. En 2008, la carte archéologique comportait 134 entités pour la période précolombienne dont 80 localisées sur la bande côtière. Certains de ces sites ayant fait l’objet de fouilles récentes (ou encore en cours lors de cette prospection), il n’a pas été jugé utile de les intégrer au corpus de départ.

3Sur l’ensemble des secteurs prospectés, 35 étaient enregistrés sur la carte archéologique de Martinique et 49 pourront y être ajoutés (fig. 1). Ces nouveaux secteurs correspondaient principalement à des zones de « vide » archéologique. Ainsi, une grande partie des anses du nord-ouest, qui ont un apport pérenne en eau douce et une vallée suffisamment conséquente pour permettre une occupation humaine, ont été prospectées. L’opération a aussi été l’occasion de revisiter des zones ayant livré du matériel amérindien lors de précédentes campagnes de prospections. Plusieurs secteurs, indirectement liés à la liste de sites déjà connus en 2007, ont également retenu notre attention. Le littoral proche de ces sites a ainsi été prospecté, tout comme les berges de rivières pouvant livrer du matériel provenant de site archéologique localisé en amont.

Résultats

Secteurs négatifs ou d’attribution incertaine

4Les secteurs négatifs ou d’attribution incertaine recensent le plus grand nombre de secteurs prospectés (52 secteurs ; fig. 2). Il s’agit majoritairement de zones qui méritaient d’être vérifiées au vu de leur configuration favorable à une implantation amérindienne ou de zones littorales situées à proximité d’un site connu.

5Les secteurs négatifs, au nombre de 33, n’ont, par définition, pas livré de matériel amérindien. Ce sont des secteurs qui ont souvent subi d’importants travaux d’aménagement (hôtel, port autonome…). Plusieurs d’entre eux se situent également sur la côte nord-ouest de l’île qui a subi l’érosion marine de façon importante.

6Les 19 secteurs restant ont été désignés « d’attribution incertaine » soit parce que l’origine du matériel est sujette à caution, soit parce que sa caractérisation chronologique est problématique. Sept d’entre eux sont des secteurs choisis en fonction de leurs topographies, cinq correspondent au littoral d’un site plus éloigné dans les terres et sept secteurs de prospection ont couvert un site connu (fig. 2).

Fig. 2 – Synthèse des résultats par type de catégorie

Fig. 2 – Synthèse des résultats par type de catégorie

DAO : A. Berthé, N. Tomadini (association Archéologies).

7Les secteurs avec du matériel dont la provenance est incertaine correspondent à des secteurs prospectés en zone urbanisée qui ont été, dans l’ensemble, remaniés récemment et où le matériel semble en position secondaire.

8Pour les secteurs ayant livré du matériel dont la caractérisation chronologique est problématique, on observe que les tessons de céramique retrouvés sur la côte nord-ouest ont souvent les mêmes caractéristiques : tessons non décorés aux cassures émoussées, pâte homogène de couleur marron foncée, traitement de surface plutôt frustre lorsqu’il est présent. Ces derniers ont souvent été repérés à proximité des canaux d’évacuation des bourgs. Ces conditions de découverte et les observations effectuées sur le matériel font penser que celui-ci est depuis longtemps exposé aux aléas naturels et qu’il est très certainement en position secondaire.

Une découverte fortuite : un squelette à l’Anse Dufour

9Le signalement d’une découverte fortuite d’ossements affleurant le sable nous a conduit à l’Anse Dufour, accompagnées d’un agent du service régional de l’archéologie. L’enregistrement photographique de la sépulture a été soumis à Thomas Romon, archéo-anthropologue, pour l’interprétation de cette découverte. Le squelette, en connexion anatomique, était dépourvu de ses membres inférieurs, emportés par la mer. Il s’agit d’une sépulture primaire simple. Les limites du creusement de la fosse d’inhumation n’étaient pas perceptibles à la fouille. Le squelette est positionné en décubitus, tête à l’ouest. Le crâne apparaît par sa face antéro-supérieure, la mandibule en occlusion, le menton repose sur le rachis cervical. Les membres supérieurs sont légèrement fléchis, les mains sur le pubis. Au vu de la position du bassin et des extrémités proximales des fémurs, les membres inférieurs devaient être en extension. Il n’y a pas de mobilier directement associé au défunt. Du fait de l’état lacunaire du squelette, de la disparition de la fosse sépulcrale et de l’absence d’observations archéo-anthropologiques sur le terrain, il est difficile de proposer une datation pour cette inhumation. Elle montre des indices de décomposition en espace colmaté et une position du défunt qui ne permettent pas de trancher entre pratiques funéraires amérindiennes ou d’époque coloniale.

Secteurs positifs et menacés

10Trente-deux secteurs ont livré du matériel amérindien : quatre sont à mettre en relation avec des sites plus éloignés dans les terres de 200 m à 950 m, six ont été ajoutés à la liste de sites connus et 22 correspondent à des entités décrites dans la carte archéologique (fig. 2). Afin de renseigner au mieux l’état « sanitaire » de chacun et de prioriser les mesures pour leur préservation, trois catégories ont été distinguées. Sont pris en compte : l’état de conservation du matériel ainsi que son abondance et les risques qui leur sont associés (anthropique, naturel…).

11Le premier ensemble regroupe les secteurs ayant livré du matériel amérindien fortement érodé en position secondaire (fig. 2). Au nombre de 13, ils se situent en zone périurbaine ou rurale et présentent tous du matériel épars et « défraîchi » (cassures des tessons et traitement de surface abrasés, tranchants des éclats de jaspe émoussés) indiquant qu’il a été exposé pendant une période plus ou moins longue aux aléas environnementaux.

12La seconde catégorie regroupe 10 secteurs (fig. 2). Le matériel est peu érodé avec des cassures franches et nettes. Le décor (peinture, incision, modelage), quand il y en a, est également en bon état. Les vestiges ont parfois été retrouvés au pied de grands arbres, à proximité des trous de crabes, près d’un éboulement ancien. Trois secteurs n’apparaissaient pas sur la carte archéologique de 2007. Parmi eux, des secteurs correspondent au littoral proche de sites archéologiques connus et référencés.

13Les secteurs qualifiés de très menacés, au nombre de neuf (fig. 2), correspondent en grande majorité à des sites archéologiques connus qui ont fait l’objet d’une opération de fouille relativement récente. Cependant, les derniers aléas climatiques ont mis au jour une grande quantité de mobilier de très belle facture, parfois sur une aire plus étendue que celle circonscrite lors de la fouille, voire avec des pots « archéologiquement » complets. Ces secteurs sont également des lieux où la fréquentation humaine peut être importante. Ainsi l’action conjointe de l’érosion naturelle et anthropique semble devoir porter atteinte rapidement à leur préservation.

Conclusion

14Au total, 32 secteurs présentent, de façon certaine, du matériel céramique amérindien. Les secteurs qui ont livré du matériel d’appartenance chrono-culturelle douteuse et ceux qui présentaient des artefacts de provenance incertaine n’ont pas été comptabilisés puisque le matériel observé semble provenir de mobilisations récentes liées à l’activité humaine.

15Les secteurs positifs sont majoritairement des sites archéologiques qui ont déjà fait l’objet de recherches plus ou moins approfondies par le passé. Au vu de la quantité de matériel affleurant le sol sur certains sites, l’érosion semble très active et menace ainsi l’intégrité physique et scientifique des sites et des objets qui y sont associés. La découverte du squelette de l’Anse Dufour en est un exemple saisissant. En effet, il aura suffi d’une forte houle survenue lors du passage de la tempête tropicale Ophélia au large des Antilles pour le faire apparaître. En ce qui concerne les dix sites découverts qui sont potentiellement en place, ils présentent un intérêt supplémentaire puisqu’ils complètent la connaissance sur les traces laissées par les populations amérindiennes. À l’instar des sites inscrits sur la carte archéologique, ils se situent à proximité de zones où l’altération naturelle et anthropique du substrat est d’actualité. Aussi, un suivi régulier de ces sites littoraux est préconisé afin de veiller à leur sauvegarde.

16Cette évaluation des risques menaçant les sites littoraux de Martinique demeure en cours puisqu’une quinzaine de communes reste à prospecter. Il s’agira de vérifier les informations relatives à la localisation des sites et à leurs conditions de conservation. Pour les communes qui encadrent la Baie de Fort-de-France, il serait intéressant de savoir dans quelles mesures des recherches sont possibles, la mangrove occupant une grande partie de ce territoire immergé qui reste quasi totalement vierge de site amérindien. Enfin la prospection entre le Prêcheur et Grand’Rivière, qui n’a pas pu être réalisée en 2011, serait un complément utile puisqu’il s’agit d’une zone qui a été peu touchée par les travaux d’aménagements lourds à la différence du reste de la Martinique. Cette zone, malgré ses conditions d’accès difficiles, est très prometteuse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation des secteurs prospectés en 2011
Crédits DAO : A. Berthé, N. Tomadini (association Archéologies).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Fig. 2 – Synthèse des résultats par type de catégorie
Crédits DAO : A. Berthé, N. Tomadini (association Archéologies).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Berthé, Noémie Tomadini, « Sites amérindiens littoraux de Martinique » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31108

Haut de page

Auteurs

Agnès Berthé

Association Archéologies

Articles du même auteur

Noémie Tomadini

Association Archéologies

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Agnès Berthé

Association Archéologies

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search