Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2011Projets collectifs de recherchePoteries des îles françaises de l...

2011
Projets collectifs de recherche

Poteries des îles françaises de l’Amérique : productions locales et importées (xviie-xxe s.)

Projet collectif de recherche (2011)
Responsable d’opération : Henri Amouric

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1La mission conduite en Martinique en novembre 2011 avait comme objectifs principaux la poursuite des études du matériel archéologique de la zone de Saint-Pierre, du dépouillement des journaux du xixe s. et un complément d’enquête patrimoniale et documentaire.

2Parallèlement, elle assurait le repérage et l’évaluation des lieux possibles et la préparation matérielle d’une exposition bilan du PCR.

3L’équipe comprenait Henri Amouric, Anne Cloarec et Guergana Guionova, ainsi que Gérard Rocherieux, scénographe, chargé d’apprécier la faisabilité matérielle du projet d’exposition. Lucy Vallauri n’a pu se joindre à cette mission.

4Une partie de l’activité a donc été dévolue à des rencontres avec les interlocuteurs et les structures susceptibles d’accueillir l’exposition bilan projetée entre octobre 2012 et mars 2013.

Études de matériel archéologique

5Les études de matériels réalisées par G. Guionova et A. Cloarec ont concerné deux lots rassemblés dans le dépôt, provenant des fouilles de Serge Veuve effectuées en 1995 dans l’église du Fort et à l’emplacement de la sous-préfecture. Ces ensembles ont apporté au premier chef de très importants compléments d’information sur les séries de Saint-Pierre antérieures à 1902.

6Les lots mis au jour sur le site de l’église du Fort ont retenu toute notre attention, avec en particulier de modestes fragments de terres vernissées du xviie s. graffitta tarda italienne et imitations provençales incisées à décor d’engobes des ateliers de l’Huveaune, lesquelles contribuent à illustrer et matérialiser la présence coloniale pour ces périodes hautes. Cette même église avait livré au moment de la fouille une jarre de Biot brisée mais complète et en place, enterrée jusqu’au col à l’arrière du maître-autel, dont la trace semble aujourd’hui et fort malheureusement perdue, ce qui est d’autant plus regrettable que sa typologie la place au milieu du xviiie s. à en juger par les clichés au moment de la découverte (fig. 1). Les importations ligures d’Albisola, par le biais de la Provence, sont aussi représentées par un répertoire assez proche de celui attesté en France méridionale (cafetières, écuelles, terrines et assiettes). Les autres productions françaises et anglaises que l’on pourrait qualifier de communes à l’ensemble des sites martiniquais sont également présentes dans des proportions variables.

Fig. 1 – Jarre de Biot à coulures de glaçure vertes, pour l’eau lustrale ou baptismale

Fig. 1 – Jarre de Biot à coulures de glaçure vertes, pour l’eau lustrale ou baptismale

Cliché : SRA Martinique.

7Les fouilles conduites en 1998 sur l’emplacement de la nouvelle sous-préfecture ont mis en évidence ce qui était jusqu’à la catastrophe de 1902 les magasins des frères Reynoird dont les ruines ont livré d’importants ensembles d’objets prêts à être livrés au commerce : faïences fines de toutes origines et porcelaine en particulier ; de belles séries de bols couverts, produits spécifiques destinés au marché colonial ont ainsi été reconnues (fig. 2). L’on peut en rapprocher des piles d’assiettes portant encore la trace brûlée de leur paille de calage et d’emballage conservées au Musée Franck Perret, au Musée Gauguin et malheureusement aussi dispersées dans nombre de « collections » privées. Enfin, le substantiel dossier du mobilier de l’Habitation Galion issu des sondages effectués par JB. Barret en 1989, étudié en 2010, a donné lieu à 90 dessins de formes représentatives.

Fig. 2 – Bols à bouillons couverts, en faïence fine de Digoin-Sarreguemines (fin xixe s.)

Fig. 2 – Bols à bouillons couverts, en faïence fine de Digoin-Sarreguemines (fin xixe s.)

Cliché : P. Groscaux (CNRS).

8Les séries conséquentes des importations de culinaires de Vallauris, de vaisselles de l’Huveaune, de faïence fine et porcelaine, mais, et surtout, celles de la production locale offraient en effet beaucoup de profils complets.

9À la demande de Nathalie Sellier-Segard, responsable d’un diagnostic rue Isambert à Saint Pierre, une expertise a été réalisée sur un lot de tessons issus de trois sondages datés entre le xviiie s. et le xixe s. L’assemblage regroupe des faïences de Delft, de Rouen, de Nevers et de Provence, de la porcelaine de Chine, et des terres vernissées françaises de l’Ouest, de la vallée de l’Huveaune et de Vallauris. La faïence fine est essentiellement composée de « creamware » anglais et des grandes fabriques du Nord et de l’Est. En dehors de ces importations les productions locales, vaisselle et architecturales sont très faiblement représentées.

Dépouillement de la presse martiniquaise

10Sur le plan strictement documentaire, le dépouillement de la presse martiniquaise a été poursuivi et les données recueillies confortent nos premières analyses de la réalité du commerce colonial maritime au xixe s., examiné sous l’angle de ses seuls produits céramiques.

11L’équilibre et le poids relatif des différentes régions productrices de Métropole n’apparaissent pas modifiés par rapport aux campagnes d’investigation précédentes, même s’il est probable que des évolutions que nous pressentons se sont produites tout au long du siècle. Quoi qu’il en soit, la nette domination de la Provence dans les approvisionnements en « terrailles » communes est sans conteste la plus évidente et massive de ces données, mais, par nature de produits, la place quasi-hégémonique du Nord sur le marché des pipes en terre est, par exemple, tout aussi frappante. Le marché des céramiques d’architecture est nettement plus partagé. L’arrière-pays de Nantes et du Havre ou des régions productrices du Nord et de l’Ouest français qui écoulent leurs fabrications par leur truchement fournissent la majeure partie des tuiles, briques et carreaux de terre cuite. La part de Marseille, pourtant premier regroupement français et mastodonte mondial de la terre cuite d’architecture semble a contrario secondaire. Il est vrai cependant que l’empire marseillais est en cours de constitution et n’atteint son apogée que dans les années 1880, époque pour laquelle la documentation martiniquaise ne rend plus compte du détail du mouvement commercial, alors que les enquêtes de terrain montrent des importations massives à la fin du xixe s.

12En ce qui concerne le secteur des faïences, c’est par le Havre qu’est importé l’essentiel des produits à émail stannifère. Une petite part d’expéditions depuis Bordeaux correspond peut-être aux faïences fines dans le goût et à l’imitation de l’Angleterre, dont nous avons la trace dans les séries archéologiques antillaises. S’y ajoute une série modeste d’arrivages depuis les îles non françaises des Caraïbes, et en particulier depuis Trinidad, qui sont probablement aussi des faïences fines anglaises.

13L’analyse des journaux de l’année 1873, confirme enfin le développement et la présence dans le commerce intra-caraïbe des fabriques récentes de Saint-Martin, dont les « potiches » sont très diffusées. La nature de ces produits reste par ailleurs à préciser, formes à sucre et pots à mélasse assurément, mais peut-être aussi marmites, interprétant plus ou moins les formes de Vallauris ?

14Nous avons aussi collecté quelques mentions anecdotiques de petits produits du quotidien à forte valeur symbolique ajoutée (Santibelli marseillais) ou de produits à destination fonctionnelle d’emballage spécifiques (Tourrilles ou Touries de grès à acide ou eaux de vie).

15En revanche les « Nouvelles maritimes » ne permettent pas de recenser réellement les contenants à encre et alcool forts, aussi confectionnés en grès, dont les séries archéologiques attestent pourtant l’importation.

Enquête iconographique

16La collecte d’images représentant des céramiques en contexte d’utilisation s’est prolongée dans tous les fonds documentaires accessibles. Elle a livré un certain nombre de documents très illustratifs des usages culinaires et du quotidien, ainsi que du commerce des « terrailles » importées. La collaboration exemplaire de la Fondation Clément qui nous a ouvert sans réserve sa riche documentation doit être saluée.

17Des vues de cuisine montrent des poêlons de Vallauris en situation d’usage ; une vue stéréoscopique témoigne dramatiquement de l’emploi de marmites de Vallauris pour la cuisine en plein air des réfugiés de la catastrophe de 1902 (fig. 3). Les « Marchandes de roussins » utilisent aussi des marmites « droites », « hautes » et « basses » de même origine. Des images de lavandières au travail confirment la fonction de bassine à tout faire des « Tians » ou « terrines » de Saint-Zacharie ou Aubagne.

Fig. 3 – Marmites de Vallauris (Fort-de-France)

Fig. 3 – Marmites de Vallauris (Fort-de-France)

Collection particulière.

18D’autres images de Saint-Pierre et du Morne-Rouge dévastés donnent à voir agglomérés ou épars au milieu des ruines, des carafes, pichets, pots de chambres, pipes, analogues aux formes mises au jour au cours des fouilles ou conservées dans les collections patrimoniales. Des scènes de marché ou de groupe documentent ces mêmes catégories d’objets, carafes, marmites, chopes. L’on devine aussi, ici ou là, des plats creux en faïence fine.

19Une vue de Fort-de-France prise juste après l’incendie de 1890 permet enfin de reconnaître une case à eau avec ses cols de jarre, preuve supplémentaire du recours à ce type de dispositif jusqu’en milieu urbain et pas seulement sur les habitations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Jarre de Biot à coulures de glaçure vertes, pour l’eau lustrale ou baptismale
Crédits Cliché : SRA Martinique.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
Titre Fig. 2 – Bols à bouillons couverts, en faïence fine de Digoin-Sarreguemines (fin xixe s.)
Crédits Cliché : P. Groscaux (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31116/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3 – Marmites de Vallauris (Fort-de-France)
Crédits Collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31116/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Amouric, « Poteries des îles françaises de l’Amérique : productions locales et importées (xviie-xxe s.) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31116

Haut de page

Auteur

Henri Amouric

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Henri Amouric

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search