Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes2004Projets collectifs de rechercheLe Néolithique de la Martinique d...

2004
Projets collectifs de recherche

Le Néolithique de la Martinique dans son contexte antillais

Projet collectif de recherche (2004)
Responsable d’opération : Benoît Bérard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université des Antilles et de la Guyane

Texte intégral

1Le projet collectif de recherche « Le Néolithique martiniquais dans son contexte antillais » a été initié en 1995. Ce programme de recherche pluridisciplinaire s’appuie sur une équipe internationale d’une quinzaine de chercheurs. Le choix d’une problématique particulièrement large pour ce projet nous a été dicté par l’état, il y a dix ans, de la connaissance concernant l’occupation amérindienne de la Martinique. Si certains travaux pionniers avaient permis d’avoir quelques connaissances solides sur des points particuliers, les derniers travaux d’envergure remontaient aux années 1970. Il paraissait alors difficile ou pour le moins peu souhaitable de s’attaquer directement à des questions plus ambitieuses et plus ciblées. Notre action s’est donc concentrée sur la construction d’une base de solide de savoirs, assortie d’un certain nombre d’outils conceptuels mais aussi matériels. Ce travail a été fait dans le cadre d’une approche holistique et pluridisciplinaire qui n’avait jusqu’alors été qu’ébauchée. Ainsi, ce PCR est devenu au fil des ans le lieu de rencontre des différents chercheurs travaillants dans la zone et le moyen de maintenir une certaine continuité de la recherche.

2Cependant, ce programme n’a pas pour vocation de se prolonger indéfiniment et l’année 2005 sera sa dernière année de fonctionnement. Du fait de l’approche de cette échéance, les travaux de terrain liés à ce programme ont eu tendance à se réduire au cours de l’année qui vient de s’écouler au profit de travaux d’analyse et de la préparation de publications. Au-delà du sondage des sites de Boutbois et du Godinot, notre activité de terrain en 2004 s’est limitée à la réalisation d’un nouveau carottage paléoenvironnemental dans la mangrove relictuelle de la plage de Dizac (Le Diamant). Sinon, les principaux résultats obtenus cette année concerne l’analyse des restes alimentaires provenant de sites post-saladoïdes du sud de la Martinique.

Les carottages paléoenvironnementaux, Dizac (Le Diamant)

3Une première opération de carottages paléoenvironnementaux avait été réalisée en 2003 dans la mangrove jouxtant le site amérindien de Dizac. Cependant la méthode et surtout le matériel utilisé en 2003 ne nous avaient pas permis d’atteindre la profondeur souhaitée. La carotte prélevée alors ne nous avait permis de remonter qu’au début du xiie s. Nous avons donc décidé de réaliser un nouveau prélèvement cette année. Pour cela nous avons fait réaliser un carottier métallique original inspiré d’un modèle utilisé spécifiquement pour des prélèvements de tourbes.

4Ce nouveau matériel s’est relevé d’une grande efficacité et nous a permis d’atteindre sans difficulté le niveau de mise en place de la mangrove (fig. 1). La base de cette nouvelle carotte a fait l’objet d’une datation 14C par accélérateur de particules. Le résultat obtenu nous a permis de situer la mise en place de la mangrove dans la zone de prélèvement vers le début du ixe s. de notre ère. Les macrorestes végétaux prélevés nous permettrons donc d’avoir une vision de l’évolution du couvert végétal du site de Dizac entre le ixe s. et le xvie s. Ces données seront complétées par l’analyse des charbons prélevés lors de la fouille et qui concerne la période allant du ve s. au viiie s. Nous serons ainsi à même de reconstituer la mécanique végétale qui se développe autour de cet habitat amérindien durant un millénaire.

Fig. 1 – Carottage en cours dans la mangrove de Dizac

Fig. 1 – Carottage en cours dans la mangrove de Dizac

Cliché : B. Bérard (UAG).

L’analyse des restes alimentaires dans les sites postsaladoïdes du sud de la Martinique

  • 5 Maître de conférences au laboratoire d’anatomie comparée du Muséum national d’histoire naturelle.
  • 6 Post-doctorante au laboratoire d’anatomie comparée du Muséum national d’histoire naturelle.

5En vue de la préparation d’un ensemble d’articles de synthèse consacrés à l’occupation post-saladoïde de la Martinique, S. Grouard5 et N. Serrand6 ont entrepris l’étude des restes alimentaires présents dans les sites de cette période situés au sud de la Martinique. C’est en effet dans cette zone que nous avons choisi de concentrer notre activité dans le cadre d’une étude microrégionale. Ces travaux reposent essentiellement sur l’étude de séries anciennes. Ils permettent non seulement de dégager les pratiques alimentaires de ces groupes mais aussi de déterminer l’étendue du territoire marin et terrestre qu’ils exploitaient. Ils participent enfin à la reconstitution des paléo-environnements.

6Les variations dans le temps des pratiques halieutiques et cynégétiques mises en évidences par ces travaux seront rapidement mises en parallèle avec le découpage chronologique issu de l’analyse des restes céramiques. Cela nous permettra de rediscuter de l’évolution des stratégies d’exploitation des ressources animales lors des différentes phases de la préhistoire antillaise (variation du rapport entre ressources terrestres et ressources marines, importance de l’exploitation de la mangrove pour la phase suazoïde). Une évolution de stratégie dont le changement de lieu d’implantation des villages semble témoigner en Martinique.

7La détermination de l’aire de capture des différentes espèces renseigne non seulement sur les différentes techniques utilisées, mais aussi permet de compléter les informations issues de l’étude de l’origine des matières premières lithiques pour la caractérisation de l’étendue du territoire économique de ces groupes. Un territoire qui est intermédiaire entre l’espace villageois et celui beaucoup plus vaste des échanges à valeur symbolique.

8Enfin, ces résultats participent tout naturellement au travail de reconstitution paléoenvironnementale en nous renseignant sur les différents aspects de l’action de l’Homme amérindien sur le milieu insulaire antillais (sur-capture de certaines espèces, introductions anthropiques ou naturelles de nouvelles espèces d’origine continentale) mais aussi en identifiant la variation de certains marqueurs paléo-climatiques fins (principalement malacologiques).

Haut de page

Notes

5 Maître de conférences au laboratoire d’anatomie comparée du Muséum national d’histoire naturelle.

6 Post-doctorante au laboratoire d’anatomie comparée du Muséum national d’histoire naturelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carottage en cours dans la mangrove de Dizac
Crédits Cliché : B. Bérard (UAG).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Bérard, « Le Néolithique de la Martinique dans son contexte antillais » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31125

Haut de page

Auteur

Benoît Bérard

Université des Antilles et de la Guyane

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Benoît Bérard

Université des Antilles et de la Guyane

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search