Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201144 – Loire-AtlantiqueNantes – École Saint-Pierre, couv...

2011
44 – Loire-Atlantique

Nantes – École Saint-Pierre, couvent des Cordeliers, 5 rue du Refuge

Fouille préventive (2011)
Responsable d’opération : Damien Ladiré

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011

Numéro d’opération :

184419

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Atemporelle

Texte intégral

1Le couvent des Cordeliers est localisé entre la rue du Refuge, la rue des Cordeliers, la rue d’Aguesseau et la rue Saint-Jean à Nantes. Aujourd’hui, les bâtiments concernés sont accessibles au no 5 de la rue du Refuge. Ils se situent à une centaine de mètres au nord-ouest de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul. L’église Notre-Dame est située au sud des bâtiments étudiés (dits bâtiments A et C). Cette opération a été réalisée dans le cadre de travaux de restauration et d’aménagement intérieur suite à la prescription par le service régional de l’archéologie des Pays de la Loire d’une étude documentaire et d’une étude du bâti en amont et pendant les travaux de réhabilitation. L’étude documentaire et l’étude de bâti ont permis de compléter et de corriger les informations déjà livrées par les historiens nantais. Elles permettent également de retracer dans les grandes lignes de l’histoire et l’évolution du couvent des Cordeliers. Quatre grandes phases ont ainsi été isolées.

2La première phase de construction est attribuée aux xiiie-xive s. Elle correspond à la construction des bâtiments conventuels. Les archives indiquent d’ailleurs que les travaux sont en cours en 1252. De cette époque peuvent être datés les vestiges de la porte d’accès à la sacristie. Encore en partie visible à l’extrémité sud de l’élévation ouest du bâtiment A, elle se présentait alors sous la forme d’une porte avec colonnes engagées et colonnettes. D’autres vestiges méritent d’être signalés comme ceux de la porte d’entrée de la salle capitulaire encadrée de deux baies. La salle capitulaire et la sacristie ouvraient sur la galerie du cloître qui était placée au-devant du bâtiment A. Réalisé à l’emplacement de cette galerie, un sondage a révélé une unité stratigraphique médiévale intégrant les vestiges d’une sépulture et un encensoir en terre cuite attribué à la fin xive - deuxième moitié xve s. Cette découverte, bien que mince, suggère la présence d’autres sépultures dans cette même galerie. Quant à la galerie sud, elle devait s’adosser au mur nord de la nef de l’église. La galerie opposée devait communiquer avec le dortoir et le réfectoire comme dans la plupart des couvents mais rien ne permet de s’en assurer. Quant à la galerie ouest, elle venait probablement s’accoler aux bâtiments des hôtes, magasins et celliers. Cette organisation est semblable à celle que l’on observe au cours du xviiie s. dans ce couvent. Elle pourrait fossiliser une organisation fonctionnelle beaucoup plus ancienne. Au premier étage du bâtiment A, la présence des vestiges de baies ébrasées permet d’envisager l’existence d’un dortoir. Pour une des pièces situées à l’extrémité nord du bâtiment A, l’étude dendrochronologique a révélé une phase d’abattage entre 1237 et 1248. Ces dates sont compatibles avec les données historiques et renforcent l’hypothèse d’une installation des religieux dans le couvent au milieu du xiiie s.

3La deuxième phase est attribuée au xve-xvies. Elle correspond à plusieurs campagnes de construction et de modification. Le couvent des Cordeliers joue alors un rôle important dans le déroulement de la vie politique nantaise. Il accueille de nombreuses assemblées, en mettant une grande salle à disposition des laïcs pour certaines réunions itinérantes des États généraux de Bretagne et de la chambre des comptes. Au xve s., la chapelle au Duc est construite contre l’élévation est du bâtiment A. Au même moment, la famille de Rieux a pu engager la plus grande partie des travaux de reconstruction ou d’agrandissement du couvent. Lors de cette phase, le bâtiment A est complètement repris avec la modification de la salle capitulaire, le rehaussement des murs gouttereaux, la réalisation de nouvelles fenêtres pour le dortoir et d’une nouvelle charpente coiffant l’ensemble du bâtiment, le tout s’accompagne du rehaussement des niveaux de sols intérieurs. Le dortoir est alors largement éclairé grâce aux baies régulièrement espacées. Il ne dispose vraisemblablement pas de cloison et devait se présenter sous la forme d’un vaste volume coiffé d’une charpente à chevrons-formant-fermes, peut-être lambrissée, datée de 1509. A priori, rien n’empêche de penser que le plancher du dortoir ait été mis en place en même temps que la charpente de comble puisque les dates obtenues par dendrochronologie indiquent entre 1503 et 1527. Au final, nous pouvons conclure qu’une grande campagne de modification du bâtiment A a lieu au début du xvie s. Quant au bâtiment C, il présente vraisemblablement un module d’origine qui fait ensuite l’objet d’une extension vers le sud. Les prélèvements réalisés sur le plancher du rez-de-chaussée de ce module indiquent pour sa partie nord-ouest une datation entre les années 1416 et 1432. Malgré quelques incertitudes, la majorité des éléments découverts plaide pour une construction réalisée dans la première moitié du xve s. Le second module, considéré comme une extension, se présente sous la forme d’une grande pièce divisée par des cloisons à pan de bois. Selon, l’étude dendrochronologique, elle a pu être réalisée très rapidement après la construction du module initial puisque les solives du plancher de comble sont datées vers 1431-60. Cette datation n’est pas confirmée par les observations menées sur l’élévation sud du bâtiment C car aucun élément attribuable à l’époque médiévale n’est identifiable. Cela ne présage en rien de ce qui pourrait être conservé sous les enduits encore en place. La question de la datation de ce module reste donc en suspens.

4La troisième phase est attribuée aux xviie-xixe s. Cette longue phase se caractérise principalement entre le xviiie s. et le xixe s. par de nombreuses modifications liées au démembrement progressif du couvent des Cordeliers. Cela n’empêche pas le couvent d’apparaître comme l’un des plus grands et des plus vastes de la ville de Nantes au milieu du xviiie s. Cette phase se découpe en trois temps. Dans un premier temps, au xviie s., de nouvelles ouvertures sont réalisées et la circulation entre les espaces semble avoir été modifiée notamment dans le bâtiment A. C’est ce que laisse penser l’installation d’un escalier en bois avec rampe à balustre desservant les différents niveaux dans les années 1654-1680. Dans un second temps, probablement au xviiie s., des fenêtres à arc plein cintre sont installées au rez-de-chaussée et des fenêtres rectangulaires à plate-bande au 1er étage. À la fin du xviiie s., le couvent fait l’objet d’importantes destructions avec la démolition ou la ruine de nombreux bâtiments, le saccage des tombeaux, et le départ des moines. Dès lors, les bâtiments accueillent différentes activités et les réparations ne sont que très ponctuelles. En 1811, l’ensemble retrouve sa vocation religieuse avec les sœurs de Notre-Dame de la Charité qui réalisent des restaurations puis avec les Dames de la Retraite, en 1838, qui engagent de nouveaux aménagements. Par ailleurs, entre 1790 et 1835, le bâtiment C est traversé par la rue du Refuge. Un nouveau pignon est alors construit. Il intègre de nouvelles fenêtres dont le même type se retrouve également ponctuellement sur les bâtiments A et C ainsi que sur le mur de clôture visible depuis la rue du refuge. Ces travaux ont pu être réalisés avant ou lors de l’arrivée des sœurs de Notre-Dame de la Charité. Avant 1835, la rue des Cordeliers est percée dans l’ancienne église des Cordeliers. Au sud de l’église, les trois chapelles sont alors séparées du sanctuaire. Lors de la même phase, le bâtiment perpendiculaire au bâtiment A, se développant vers l’ouest, est détruit. En 1869, Les Dames de Quimperlé laissent la place à la congrégation de la Retraite de Vannes. Les religieuses font construire un nouveau bâtiment et une chapelle. L’ancienne église Saint-Michel, avec toute sa nef nord, est alors détruite.

5La quatrième phase correspond au xxe s. Cette période est marquée par la dissolution de la congrégation des Dames de la retraite de Vannes en 1923. La Ville de Nantes fait alors l’acquisition des restes du couvent pour y installer des services publics municipaux. De nombreuses destructions, reprises et modifications plus ou moins modestes ont lieu. Les points majeurs sont la démolition de la chapelle au Duc (1924), l’installation de l’école Saint-Pierre (1924), les démolitions suite aux bombardements lors de la seconde guerre mondiale et l’agrandissement de l’école Saint-Pierre (1950).

6Ainsi, l’étude menée sur le couvent des Cordeliers a bien permis de retracer dans les grandes lignes de son évolution. Cependant, les résultats ne sont que provisoires car la majorité des élévations n’a fait l’objet que d’observations partielles. En effet, les entreprises de restauration devaient réaliser un piquetage complet des élévations pour permettre leur étude archéologique en amont de la restauration. Malheureusement, le maître d’ouvrage a abandonné son projet de restauration. De fait, dépendant de l’intervention des entreprises de restauration, l’étude archéologique a dû se limiter aux éléments caractérisables. Au final, l’étude était donc bien moins ambitieuse que ce qui était envisagé à l’origine. Malgré tout, les données recueillies révèlent de nombreuses informations inédites et alimentent d’autant la connaissance du site.

Fig. 1 – Plan actuel des différents niveaux du couvent

Fig. 1 – Plan actuel des différents niveaux du couvent

Relevés et DAO : D. Ladiré, M. Bérard (Atemporelle).

Fig. 2 – Vue de détail des baies de la salle capitulaire

Fig. 2 – Vue de détail des baies de la salle capitulaire

Cliché : D. Ladiré (Atemporelle).

Fig. 3 – Relevé d’élévation de la façade ouest de l’aile orientale (bâtiment A)

Fig. 3 – Relevé d’élévation de la façade ouest de l’aile orientale (bâtiment A)

Relevés et DAO : D. Ladiré, M. Bérard (Atemporelle).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan actuel des différents niveaux du couvent
Crédits Relevés et DAO : D. Ladiré, M. Bérard (Atemporelle).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Fig. 2 – Vue de détail des baies de la salle capitulaire
Crédits Cliché : D. Ladiré (Atemporelle).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 3 – Relevé d’élévation de la façade ouest de l’aile orientale (bâtiment A)
Crédits Relevés et DAO : D. Ladiré, M. Bérard (Atemporelle).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 882k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Ladiré, « Nantes – École Saint-Pierre, couvent des Cordeliers, 5 rue du Refuge » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31177

Haut de page

Auteur

Damien Ladiré

Atemporelle

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Damien Ladiré

Atemporelle

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search