Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201144 – Loire-AtlantiqueNantes – Zac Erdre-Porterie 2, bo...

2011
44 – Loire-Atlantique

Nantes – Zac Erdre-Porterie 2, bourg ouest

Fouille préventive (2011)
Responsable d’opération : Catherine Hervé

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011

Numéro d’opération :

184642

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : ArchéoLoire

Texte intégral

  • 10 Sélèque J., La Chapelle-sur-Erdre (Loire-Atlantique), La Babinière, RFO, ArchéoLoire, 2010, SRA des (...)

1À l’issue des fouilles réalisées en 2009 et 2011, suite aux travaux d’aménagement de la Zac Erdre Porterie, des vestiges attestent de l’occupation et de l’aménagement de plusieurs hectares situés sur les hauteurs d’un plateau, entre la route reliant Nantes à Carquefou et les bords de l’Erdre pendant l’époque romaine, à partir du milieu du ier s. et jusqu’à la fin du iiis. de notre ère. Ces traces d’occupation sont principalement constituées dans un premier temps d’un réseau de fossés parcellaires, qui seront partiellement abandonnés à la suite de la création de deux voies de circulation parallèles et sommairement construites, orientées est-ouest. Plusieurs constructions isolées ou regroupées ont été implantées le long de ces dernières. Le système parcellaire fossoyé dont l’origine remonte au milieu du ier s. se caractérise selon un maillage qui s’est progressivement étoffé, délimitant ainsi plusieurs espaces clos de dimensions variées, parfois dotés de constructions ou vierges de toute occupation. Les traces de construction se traduisent essentiellement par des constructions sur poteaux, de plan généralement quadrangulaire et édifiés essentiellement en matériaux légers et périssables (bois et terre). À côté de ces constructions dont la nature domestique n’a pu être reconnue en l’absence de foyer, de cave, la présence de greniers et de fragments de meule témoignent d’une activité agricole liée à la production de céréales. Toutefois, l’absence de silos suggère une activité variée et peut-être orientée aussi vers l’élevage. En revanche, la découverte d’une batterie de fours située à l’écart des espaces construits et similaires à ceux retrouvés au cours d’une fouille réalisée en 2010 sur la commune de La Chapelle-sur-Erdre10, évoquerait une activité économique liée au traitement par séchage et enfumage de viande ou de poisson. Bien qu’aucune trace n’ait permis de révéler l’existence d’une villa située à proximité, cette organisation rappelle celle d’un vaste domaine foncier, sur lequel vivent de petites communautés, comme l’atteste la présence d’au moins trois petites nécropoles réparties aléatoirement. Elles sont éloignées les unes des autres de quelques centaines de mètres et ont livré de deux à huit urnes dans lesquelles étaient déposés les restes (esquilles d’os) des défunts après crémation, pratique funéraire connue jusqu’au iiie s. Bien que situées à moins de 10 km du vicus Portensis puis Portus Namnetum (Nantes), la romanisation de ces populations rurales se traduit essentiellement par la présence de quelques monnaies romaines datées de la fin du iie s. pour certaines, d’un peu de vaisselle sigillée issue des grands centres de production de Gaule, de statuettes en terre blanche de l’Allier représentant une déesse mère et une Vénus Anadyomène. Dès lors, malgré la proximité d’une des plus grandes voies de circulation fluviales, la Loire et secondairement l’Erdre, ces quelques éléments suggèrent le faible impact d’une prospérité économique basée sur des productions « agro-alimentaires » dont une part devait être destinée à l’exportation et les échanges entre communautés. Dès la fin du iiie s., ces terres sont désertées et laissées à l’abandon. Les occupants se sont probablement rapprochés de la ville de Nantes ou de lieux stratégiques, à l’abri des pillards. Les siècles qui ont suivi sont marqués par d’importants troubles ne favorisant pas l’installation en rase campagne.

2Ce n’est qu’à partir du xive s. que l’homme investit de nouveau cet espace, connu au xviie s. sous le nom de Portricq, Portericq ou Porterie, Portery. Ces terres ont été la propriété de l’évêque de Nantes et mentionnées dans la Charte de Louis VI sous le nom latin de Porteriacum, dont l’étymologie signifierait péage d’un port. Amédée Guillotin de Corson compte la baronnie de Porterie au nombre des grandes seigneuries de Haute-Bretagne. Au gré des héritages et des ventes, les seigneurs en sont Jean de Châteaubriant (1286) ; Jean Anger (1416) ; Jean Tournemine (1455) ; Geoffroy Drouet (1580) ; la duchesse de Penthièvre (1595) ; Gabriel Bernard (1600).

3Alors situé en bordure de l’ancienne route reliant Nantes à Châteaubriant, c’est un important établissement à vocation artisanale qui a été mis au jour lors de la fouille de cette seconde tranche en 2011. Destiné au traitement du lin ou du chanvre dont la culture est connue et répandue dans la région au cours du Moyen Âge, ce dernier est doté à la fois d’une citerne maçonnée et enterrée, alimentée par les eaux de pluies récupérées des toitures et d’un bassin excavé maçonné identifié comme le routard dans lequel était déposé du chanvre ou du lin à rouir. Équipé d’une évacuation souterraine maçonnée, cela permet de le vidanger régulièrement en évacuant les eaux exhalant des odeurs très fortes pouvant provoquer des troubles tels que des maux de tête, vertiges, vomissements. Cette importante activité artisanale est à l’origine de la création d’un système d’évacuation des eaux polluées en milieu rural devenu très sophistiqué au fil des siècles en perdurant jusqu’au xviie s. Paradoxalement, ce perfectionnement est avant tout lié aux nombreux dysfonctionnements sans doute issus de l’absence d’entretien régulier des fossés exutoires. En effet, ces derniers se comblent et ne permettent plus l’évacuation des eaux engendrant de graves problèmes de pollution et d’odeur. Au xviie s., la construction de l’une des plus importantes canalisations souterraines d’une longueur de plus de 100 m destiné à entraîner les eaux polluées et nauséabondes le plus loin possible des habitats démontre incontestablement l’importance de cette activité pour le propriétaire dont la puissance et la richesse se révèlent à travers ces travaux de grande ampleur et le souhait de pérenniser cette activité dont les revenus devaient être très importants.

4Bien que ne pouvant déterminer à l’heure actuelle et avec certitude s’il s’agissait de lin ou de chanvre et malgré le silence des archives concernant la présence d’une activité artisanale, nous ignorons toutefois si les revenus étaient issus de la vente de fibres de lin destinés à la confection de vêtements ou bien de toiles et ou de cordage à base de chanvre à destination des bateaux. La proximité du port de Nantes suggère qu’il pourrait s’agir de cette dernière hypothèse. Seules de nouvelles recherches dans les archives pourront peut-être confirmer la vente de toiles ou de cordage par un fournisseur « local ». Cette activité cesse définitivement au cours du xviis., sans doute pour des raisons techniques puisque l’évacuation des eaux polluées ne se fait plus suite à l’effondrement de la principale canalisation d’évacuation. L’ensemble de l’activité est donc définitivement abandonné alors que vers 1630, Porterie passe aux mains d’une famille de grands négociants d’origine espagnole, les Despinoze, déjà seigneurs des Renaudières en Carquefou.

5La découverte d’un tel équipement artisanal est donc exceptionnelle car peu connu dans ce secteur géographique et pour cette période. Malgré le silence des archives, ces vestiges permettent de lier cette activité artisanale à une seigneurie puissante et dont les retombées économiques devaient être incontestables, ce qui est également une originalité à part entière. En 1786, le domaine est acheté par François-René Lelasseur, avocat général à la Chambre des Comptes de Bretagne, grand propriétaire terrien du pays nantais ; il continue d’agrandir le domaine par l’acquisition du Bois-Hue, du bois du Bèle, de Port-la-Blanche… À cette époque, le vieux manoir de Porterie situé en bordure de l’emprise de la fouille, devient une métairie habitée par le fermier principal du domaine.

6Jusqu’à la Révolution, Porterie n’est qu’un « traict », un secteur de la vaste paroisse de Saint-Donatien aussi indépendante de Nantes que l’étaient Carquefou et La Chapelle-sur-Erdre. En 1791, la commune de Nantes absorbe la paroisse de Saint-Donatien. Le domaine de Porterie est démembré en passant aux mains de différents propriétaires.

Fig. 1 – Citerne

Fig. 1 – Citerne

Cliché : C. Hervé (ArchéoLoire).

Fig. 2 – Routard

Fig. 2 – Routard

Cliché : C. Hervé (ArchéoLoire).

Haut de page

Notes

10 Sélèque J., La Chapelle-sur-Erdre (Loire-Atlantique), La Babinière, RFO, ArchéoLoire, 2010, SRA des Pays de la Loire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Citerne
Crédits Cliché : C. Hervé (ArchéoLoire).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Titre Fig. 2 – Routard
Crédits Cliché : C. Hervé (ArchéoLoire).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31184/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Hervé, « Nantes – Zac Erdre-Porterie 2, bourg ouest » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31184

Haut de page

Auteur

Catherine Hervé

ArchéoLoire

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Hervé

ArchéoLoire

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search