Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201149 – Maine-et-LoireJuigné-sur-Loire, Saint-Melaine-s...

2011
49 – Maine-et-Loire

Juigné-sur-Loire, Saint-Melaine-sur-Aubance – La Conroye, Le Beyen : raccordement A87-RD748

Fouille préventive (2011)
Responsable d’opération : Arnaud Rémy

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011

Numéro d’opération :

184857

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Conseil général de Maine-et-Loire

Texte intégral

1Le diagnostic du contournement routier du hameau de Haute-Perche, situé à 2 km au sud de la Loire, avait révélé deux sites distants de 150 m l’un de l’autre mais sans continuité avérée. Le premier, au lieu-dit La Conroye, se résume à un plan de bâtiment sur poteaux de 6 × 8 m, associé à deux fosses ayant livré du matériel attribuable aux xe-xiie s. Rien d’autre à proximité dans l’emprise ne peut être rattaché à cette occupation, si ce n’est un fossé, très pauvre en mobilier, qui marquerait la limite d’un hypothétique enclos se développant hors emprise, vers le nord-est.

2Le second site, au lieu-dit Le Beyen, a été décapé sur 4 000 m2. L’emprise ne recouvre cependant qu’une partie de l’occupation. Celle-ci ne semble pas commencer avant le vie s., avec des bâtiments sur poteaux associés à un réseau de fossés orthogonaux délimitant deux chemins, dont l’un, large de 3,8 à 4,5 m, traverse l’emprise du nord au sud et matérialise la limite ouest de l’occupation. Au-delà, un espace quasi dépourvu de vestiges, sur un substrat par ailleurs plus altéré, semble dévolu à l’agriculture.

3Dans ce parcellaire fossoyé, plusieurs fois recreusé sans modifications notables au cours de l’occupation, est construit un bâtiment de 7 × 9 m, sur un solin de schiste large de 50 cm. Ce bâtiment subit un premier remaniement avec la construction d’un mur de refend délimitant un espace de 2 × 3 m dans son angle sud-ouest. Cet espace est circonscrit par un soubassement de briques liées à la terre, fondé directement sur le substrat rocheux, et ayant été soumis à des températures élevées. Le mur ouest du bâtiment est percé dans l’axe médian de cette structure pour faire passer la chaleur d’un foyer (en cours de datation) situé immédiatement de l’autre côté de la fondation. Il pourrait s’agir d’un hypocauste, mais l’installation postérieure de sépultures en a détruit l’essentiel. Une proportion importante des briques (ré)utilisées dans ce soubassement est estampée, avec quatre motifs différents : un personnage debout auréolé (1), une sirène à la queue enroulée (2), deux monstres marins (3), et un décor de frise géométrique (4). À ces motifs s’ajoute la branche de chrisme trouvée lors du diagnostic, pour former au total un corpus de 14 briques estampées, comparables aux exemplaires trouvés à Saint-Aubin et Saint-Martin-d’Angers. Aucun indice formel ne permet néanmoins d’identifier ce bâtiment comme un lieu de culte. Au sud-ouest du bâtiment s’étend une légère couche de remblai gravillonneux riche en éclats de terre cuite, dont l’emprise rectangulaire de 3,5 × 5 m évoque une construction légère annexée au bâtiment sur solin, susceptible de servir de praefurnium. La façade sud de ce bâtiment prolongé de son annexe serait abritée par un porche, dont les supports auraient contraint les inhumations postérieures.

4En effet, après la démolition de cette structure chauffée, le bâtiment devient le point d’attraction d’un cimetière qui s’est installé densément à l’intérieur, et autour dans un rayon de 8 à 10 m. Ce cimetière a perduré après l’abandon et la démolition partielle du bâtiment, et le comblement des fossés. 115 sépultures ont été fouillées, datables du viie au début du viiie s. La quasi-totalité est en coffrage de schiste ardoisier. Un petit groupe isolé de cinq sépultures d’immatures prend place à la même époque à une trentaine de mètres au sud-ouest du bâtiment principal, de l’autre côté des fossés de la voie.

5Vers l’angle nord-est de l’emprise, un ensemble de fosses de calage correspond vraisemblablement aux fondations d’un pressoir à levier long de 7,50 m, potentiellement contemporain du deuxième état du bâtiment sur solin. Le comblement de ces fosses, n’a pas livré de restes organiques qui auraient pu être liés à l’utilisation du pressoir, qui n’est attesté que par la disposition des fosses.

6Hormis une réoccupation carolingienne ponctuelle à l’ouest de l’emprise, ce secteur du site n’est plus occupé jusqu’à aujourd’hui.

Fig. 1 – Juigné-sur-Loire, Le Beyen : plan général

Fig. 1 – Juigné-sur-Loire, Le Beyen : plan général

A. Rémy (Conseil général de Maine-et-Loire).

Fig. 2 – Juigné-sur-Loire, Le Beyen : briques estampées issues du soubassement d'une structure antérieure au viie s.

Fig. 2 – Juigné-sur-Loire, Le Beyen : briques estampées issues du soubassement d'une structure antérieure au viie s.

Clichés : B. Rousseau (Conseil général de Maine-et-Loire).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Juigné-sur-Loire, Le Beyen : plan général
Crédits A. Rémy (Conseil général de Maine-et-Loire).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre Fig. 2 – Juigné-sur-Loire, Le Beyen : briques estampées issues du soubassement d'une structure antérieure au viie s.
Crédits Clichés : B. Rousseau (Conseil général de Maine-et-Loire).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31299/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 765k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Rémy, « Juigné-sur-Loire, Saint-Melaine-sur-Aubance – La Conroye, Le Beyen : raccordement A87-RD748 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31299

Haut de page

Auteur

Arnaud Rémy

Service archéologique du Conseil général de Maine-et-Loire

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Arnaud Rémy

Service archéologique du Conseil général de Maine-et-Loire

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search