Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201172 – SartheLe Mans – Place des Jacobins

2011
72 – Sarthe

Le Mans – Place des Jacobins

Fouilles préventives (2011)
Responsable d’opération : Pierre Chevet
Notice rédigée avec Élodie Cabot

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011

Numéro d’opération :

184557

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Scindées en trois campagnes échelonnées d’avril 2010 à juillet 2011, les fouilles du futur espace culturel des Jacobins du Mans ont été l’occasion d’étudier, pour la première fois, le lit et la vallée mineure du ruisseau d’Isaac, petit affluent de la rive gauche de la Sarthe aujourd’hui totalement disparu du paysage urbain. Elles ont ainsi permis non seulement d’apprécier les caractéristiques principales du cours d’eau mais aussi de constater le rôle qu’il a joué dans l’implantation humaine dès la fin de l’indépendance gauloise.

2Les 8 000 m2 concernés intéressent les deux rives et le lit de l’Isaac, qui traversait le site d’est en ouest. Le comblement continu de ce fond de vallée a conduit, en 2 000 ans, à son colmatage quasi complet, avec des accumulations sédimentaires importantes, atteignant jusqu’à 7 à 8 m dans l’axe de la vallée. Ces dépôts regroupent différents registres, allant de formations totalement naturelles (fluviatiles ou colluviées) à des accumulations purement anthropiques avec, vers le sommet, d’importants remblais modernes et contemporains destinés à s’affranchir des contraintes topographiques du site.

3La fouille et l’analyse des dépôts antiques, stratifiés sur des épaisseurs allant de 0,80 m en limite nord du site à 2,70 m aux abords du ruisseau, a conduit à la collecte d’informations significatives sur l’évolution, l’organisation spatiale et les différentes fonctions de ce quartier périurbain de la ville antique du Mans (Vindinum), entre le milieu du ier s. avant et la fin du iiie s. de notre ère.

4À la richesse des informations concernant la période antique, il faut opposer la pauvreté des découvertes médiévales et modernes. Bien que dépendant notamment des enclos de deux abbayes à partir du xiie s., le site n’a pratiquement pas livré de vestiges postérieurs au ive-vs.

5La période contemporaine s’est en revanche révélée particulièrement riche d’enseignement, avec la mise au jour des charniers consécutifs à la bataille du Mans (12-13 décembre 1793). Ces violents combats de rues, qui ont opposé les troupes républicaines à l’armée catholique et royale, se sont soldés par plusieurs milliers de morts dont une partie a été inhumée en charniers dans le secteur nord du site. Leur découverte et leur fouille minutieuse a apporté quantité d’informations propres à conforter ou réviser les témoignages d’époque, seules sources jusqu’à présent disponibles pour appréhender la réalité de ces sanglants affrontements.

Rues commerçantes et habitats associés

6Sur les trois-quarts sud et ouest du site, et conformément aux conclusions des deux diagnostics préalables conduits en 1999 et 2010, la fouille confirme la présence de vestiges du Haut-Empire dépendant des quartiers périurbains orientaux de Vindinum. À la lumière des fouilles réalisées depuis 1986 dans ce secteur de la ville antique, on attendait surtout dans ce secteur des habitations éparses et des unités artisanales se distribuant de façon assez lâche dans un paysage relativement peu aménagé.

7Très vite, la fouille a montré qu’il n’en était rien, avec une densité de constructions non prévues et un tissu beaucoup plus organisé que ce que l’on pouvait attendre pour ce quartier périphérique. On notera tout particulièrement la présence de deux rues perpendiculaires de part et d’autre desquelles se cristallisent un bâti assez serré. Parfois longées de trottoirs, l’une de ces rues emprunte l’axe du ruisseau d’Isaac et constitue une desserte sans doute importante, sinon majeure, de la ville antique. L’autre, qui recoupe la vallée et relie les « Arènes » antiques à un probable monument public situé sous l’actuelle cathédrale, est également un axe de communication important, mis en place au moins dès la période tibéro-claudienne (analyse chronostratigraphique en cours) et régulièrement entretenu jusque vers la fin du iie s. (développement de recharges et réfections sur près de 1,50 m d’épaisseur). Les restes de franchissement successifs enjambant le ruisseau d’Isaac ont été partiellement observées, mais malheureusement dans de très mauvaises conditions qui vont peser sur la qualité des interprétations et restitutions.

8Les constructions alignées le long de ces deux voies urbaines associent maçonneries en dur et architectures plus légères de terre et de bois. On y a notamment reconnu un grand établissement de restauration (« taverne »), des unités à vocation sans doute purement résidentielles, et d’autres où l’activité artisanale était prédominante (importance des arts du feu). On signalera notamment à ce sujet la découverte exceptionnelle de moules de coulée de bronziers encore en place dans leurs fosses et datés du milieu du iie s. de notre ère. Les études en cours révèlent qu’on y a probablement façonné les éléments d’une grande statue (une tête, un bras et probablement un torse, à confirmer).

9Le dynamisme de ce quartier résidentiel et commercial est souligné par la succession de nombreuses campagnes de restaurations, transformations ou restructurations des espaces bâtis, avec localement jusqu’à sept phases distinctes durant les deux premiers siècles de notre ère.

Des Gaulois avant la ville

10L’une des découvertes les plus inattendues est la mise au jour d’une occupation antérieure aux vestiges du Haut-Empire. Couvrant toute la seconde moitié du ier s. avant notre ère, elle matérialise une période jusqu’alors inédite au Mans si l’on exclut quelques découvertes erratiques de mobilier hors contexte (auparavant, les plus anciens vestiges jusqu’alors avérés au Mans ne remontaient guère au-delà de 0). Les découvertes, essentiellement repérées aux abords immédiats du ruisseau et sur sa rive droite, comptent de fréquentes traces de constructions à ossature de bois (poteaux et sablières enterrées) voisinant avec plusieurs structures de combustion, notamment un four de potier à alandier renfermant encore une partie de sa production (datation vers 40 avant notre ère).

11La présence de ces éléments ne manque pas de faire ressurgir les vieilles lunes qui gravitent toujours autour de la question de l’origine gauloise de la ville avec, pourquoi pas, l’existence d’un oppidum…. En l’état, rien de concret n’étaye cette hypothèse et les traces découvertes aux Jacobins n’appuient guère le dossier dans la mesure où elles peuvent très bien correspondre à une petite implantation circonscrite aux abords immédiats du ruisseau.

Un étang sacré et des monnaies pour les dieux

12Un secteur du site échappe toutefois aux ambiances décrites ci-dessus avec, dans tout le quart nord-est, un environnement très peu aménagé où s’est accumulée, sur plus d’1 m d’épaisseur, une succession de dépôts vaseux abandonnés par un ancien plan d’eau situé à l’emplacement du lit du ruisseau.

13Très vite, ce secteur a été interprété comme un lieu sacré, grâce aux offrandes métalliques abondantes qu’il renfermait et notamment quantité de monnaies, d’objets de parure parfois en argent ou or, de tablettes inscrites en plomb interprétées comme des defixio…..

14La fouille a peu à peu révélé que cet étang artificiel était associé à une petite composition monumentale, comptant un mur périphérique et un petit édifice maçonné carré de 3 m sur 3 m à l’intérieur duquel ont été découvertes 287 monnaies de bronze.

15Cette composition succède à une période de premiers jets monétaires dont les plus anciens remontent à la fin de l’indépendance gauloise, alors que le site était encore dans son environnement naturel.

16L’interprétation donnée à ces découvertes est celle d’un lieu de culte dédié à une divinité aquatique habitant dans les eaux du ruisseau puis dans un étang crée intentionnellement. Totalement intégré à son cadre originel lors de sa consécration, le site sacré s’habille ensuite d’une parure architecturale (étang, mur périphérique, édifice cultuel) dès lors qu’il est englobé par la ville antique, en pleine expansion durant le ier s. de notre ère.

17La signature cultuelle du mobilier ne fait aucun doute et est particulièrement soulignée par la composition des lots monétaires, qui comptent de fortes proportions de petites espèces (sous multiples de l’As et semis) souvent marginales dans la circulation courante et, surtout, des simulacres de monnaies grossièrement coulés, qui ne pouvaient tromper un utilisateur et étaient destinées à un usage sacré. Dans le même registre, on trouve également des flancs en plomb, généralement lisses, constituant très clairement des pseudo-monnaies à destination de la divinité du lieu.

18Ce petit complexe aquatique urbain, qui connaît peu d’équivalents, fonctionne ainsi jusqu’à la fin du iie s. de notre ère avant son envasement complet et son abandon définitif dès le début du iiie s.

19Il en va d’ailleurs de même pour toutes les parties basses du site, qui sont désertées dès le début du iiie s.

20Les raisons de cet abandon relativement précoce sont encore mal cernées. Le site s’envase-t-il du fait d’un manque d’entretien consécutif à son abandon ou, a contrario est-ce une difficulté dans la gestion de l’écoulement du ruisseau qui conduit à l’abandon des abords de son lit ?

21Quoi qu’il en soit, les dernières traces d’une présence humaine continue sur le site disparaissent définitivement à la fin du iiie s. Une zone funéraire diffuse s’installe ensuite et se maintient au moins durant une bonne partie du ive s.

La Bataille du Mans et la déroute vendéenne

22Ainsi qu’évoqué précédemment, les vestiges médiévaux et modernes sont extrêmement réduits et ce n’est qu’avec la période contemporaine et l’un des épisodes les plus sanglants des « guerres de Vendée » que le site renouvelle un potentiel informatif de premier ordre.

23Neuf fosses d’inhumations collectives ont livré des témoignages du déroulement de ces combats livrés en pleine ville les 12 et 13 décembre 1793. Leur étude s’inscrit de facto dans une thématique à cheval entre histoire et archéologie dont l’approche se doit d’être dépassionnée. Cette neutralité est le prélude indispensable pour appréhender les données sans a priori et permettre ainsi de comparer les résultats obtenus avec les sources textuelles, dont une analyse et une synthèse sont actuellement en cours de réalisation par Ludovic Schmitt.

24Cent cinquante-neuf individus inhumés dans ces sépultures de catastrophe font actuellement l’objet d’études inédites, axées autour de deux thèmes majeurs. Le fait historique (la bataille en elle-même) est caractérisé objectivement au travers de l’analyse de son déroulement, par l’identification des combattants (hommes, femmes, enfants), la nature même des combats (traumatologie) et les indices d’exactions (exécutions, achèvement ?). Au-delà de l’événement, la composition de l’armée vendéenne par l’analyse de l’état sanitaire global des volontaires au terme de ces mois de combats sur les routes (stigmates osseux, blessures antérieures, infections, carences…) peut ensuite être appréhendée ainsi que, plus largement, l’analyse d’une population rurale de l’Ouest de la France à la fin du xviiie s.

25En effet, les sujets sont tous décédés à deux-trois jours d’intervalle, issus d’une aire géographique restreinte, d’un milieu de vie similaire (majorité de paysans) et comprenant toutes les composantes d’une population sans sélection préalable (hommes, femmes, enfants). C’est un exemple rare en archéologie où, bien souvent, les populations étudiées sont issues de grands ensembles funéraires présentant des biais incompressibles (décès étalés sur plusieurs siècles, exclusions volontaires, dégradations modernes…). À ce titre, la contribution historique de ces restes osseux est également tout à fait inédite.

26Sur les scénarios des combats, il convient de rester prudent en l’attente des conclusions des analyses dont plusieurs sont encore en cours. Cependant des axes se dégagent et témoignent de la violence des affrontements. La majeure partie des sujets est polytraumatisée (de un à une dizaine de traumatismes osseux sur la totalité du squelette). Les femmes, qui représentent plus d’un tiers des victimes adultes (38 %), montrent principalement des stigmates d’affrontement à l’arme blanche. Les traces observées sur les hommes sont plus variées et témoignent de plusieurs engagements (corps à corps, canonnade, fuite…). Les jeunes enfants, pourtant associés à cette virée de Galerne dans les récits historiques, sont marginaux dans les tombes (2 sujets âgés de moins de 10-14 ans).

27Les conclusions de ces études permettront, à terme, d’approfondir nos connaissances sur ce fait historique d’importance qui marque la fin de la grande armée catholique et royale.

Fig. 1 – Localisation du site dans la ville antique

Fig. 1 – Localisation du site dans la ville antique

DAO : P. Chevet (Inrap).

Fig. 2 – Organisation générale du site au iie s. de notre ère

Fig. 2 – Organisation générale du site au iie s. de notre ère

DAO : P. Chevet (Inrap).

Fig. 3 – Moules de bronzier en place dans leurs fosses de coulée

Fig. 3 – Moules de bronzier en place dans leurs fosses de coulée

Cliché : P. Chevet (Inrap).

Fig. 4 – Séquence stratigraphique antique en rive droite du ruisseau d’Isaac

Fig. 4 – Séquence stratigraphique antique en rive droite du ruisseau d’Isaac

Cliché : P. Chevet (Inrap).

Fig. 5 – « Bataille du Mans », charniers 8 et 9

Fig. 5 – « Bataille du Mans », charniers 8 et 9

Cliché : É. Cabot (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du site dans la ville antique
Crédits DAO : P. Chevet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 2 – Organisation générale du site au iie s. de notre ère
Crédits DAO : P. Chevet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31366/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 906k
Titre Fig. 3 – Moules de bronzier en place dans leurs fosses de coulée
Crédits Cliché : P. Chevet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31366/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 4 – Séquence stratigraphique antique en rive droite du ruisseau d’Isaac
Crédits Cliché : P. Chevet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31366/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 5 – « Bataille du Mans », charniers 8 et 9
Crédits Cliché : É. Cabot (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31366/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Chevet, Élodie Cabot, « Le Mans – Place des Jacobins » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31366

Haut de page

Auteurs

Pierre Chevet

Inrap

Articles du même auteur

Élodie Cabot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Chevet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search