Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201185 – VendéeAvrillé – Le Ruisseau, rue des Me...

2011
85 – Vendée

Avrillé – Le Ruisseau, rue des Menhirs

Diagnostic (2011)
Responsable d’opération : Nicolas Fromont
Notice rédigée avec Philippe Forré

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011

Numéro d’opération :

184783

Chronologie :

Préhistoire, Néolithique

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1En avril 2011, une équipe de l’Inrap a sondé 12,4 % des 33 030 m2 que compte l’emprise d’un lotissement entrepris par la commune d’Avrillé. Dans le sud-est de la Vendée, à proximité du littoral atlantique, cette commune est placée à la limite entre le Massif armoricain et le Bassin aquitain. Au niveau de l’emprise, le substrat est représenté par le granite d’Avrillé (blocs massifs, arène) et par des filons de microgranite. Les parcelles occupent une légère pente orientée vers le sud-est qui aboutit à un talweg occupé par un petit ruisseau.

2Les structures apparaissent sous les labours actuels ou sous des colluvions qui, en bas de pente, dépassent 1 m d’épaisseur. Deux séquences de colluvions sont distinguées. La séquence basale remanie du mobilier néolithique. La séquence sommitale en contient également avec des vestiges antiques, médiévaux et modernes.

3L’apport principal du diagnostic est la mise en évidence d’une enceinte fossoyée et, peut-être, palissadée du Néolithique final artenacien dont environ un quart (1 ha) est compris dans l’emprise. Cette installation profite d’une zone partiellement délimitée par la confluence de deux ruisseaux. L’occupation est plutôt bien conservée avec, en bas de pente, des aménagements scellés par des colluvions issues de l’érosion du versant.

4Le système de barrage se compose d’un fossé interrompu suivi sur plus de 100 m. Le détail de son tracé n’est pas connu mais il semble dessiner un arc de cercle sur la pente qui s’incurve en bas de pente pour se paralléliser avec l’axe du talweg. La profondeur des différents tronçons varie de 25 à 80 cm et leur largeur entre 1 et 3,20 m. Leurs remplissages montrent deux principales séquences. La première marque la ruine d’un talus placé à l’intérieur de l’enceinte. La seconde, au sommet du remplissage, est singularisée par le caractère organique des sédiments et leur richesse en vestiges – céramique, macro-outillage et, moins abondamment, industrie lithique – qui est ponctuellement remarquable (vases archéologiquement complets). Les vestiges céramiques retrouvés au sein des deux séquences sont très bien conservés. Ils sont homogènes et renvoient à une seule occupation datée de l’Artenac. Cependant, plusieurs phases d’aménagement sont suggérées par le réaménagement ponctuel du fossé de l’enceinte. Le système de barrage est très probablement complété par une tranchée palissadée, partiellement conservée, qui à l’intérieur de l’enceinte suit le tracé du fossé interrompu. Toujours à l’intérieur de l’enceinte, des trous de poteau et quelques fosses livrent un mobilier similaire à celui du système de barrage. L’exiguïté des décapages ne permet pas d’envisager sereinement de plan de bâtiment mais il en existe certainement.

5Cette occupation constitue un potentiel indéniable et encore inédit pour appréhender la création ex nihilo d’une enceinte à l’Artenac dans une région où cette culture est méconnue. L’abondance du corpus céramique est un avantage pour mieux définir l’évolution de l’Artenac et la surface disponible à la fouille donne une possibilité, encore rare, d’envisager la structure du bâti à l’intérieur d’une enceinte.

6Sous les colluvions du bas de pente, un bloc de granite de dimension remarquable est interprété comme une possible stèle couchée sur son calage. Elle pourrait s’intégrer dans les aménagements de l’enceinte ou participer d’une occupation distincte non attestée ou non reconnue. La présence de deux tessons peut-être attribuables au Néolithique ancien et récent (Matignon) témoigne de fréquentations sporadiques ou détruites par l’érosion.

7Une série de fossés attribués à la période historique dessine une trame parcellaire proche de celle du cadastre actuel. Enfin, des fosses d’extraction du granite et du microgranite ont fonctionné en divers points de l’emprise, sans doute aux époques moderne et contemporaine.

Fig. 1 – Plan supposé de l’enceinte néolithique

Fig. 1 – Plan supposé de l’enceinte néolithique

DAO : N. Fromont, J.-N. Hemmert (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan supposé de l’enceinte néolithique
Crédits DAO : N. Fromont, J.-N. Hemmert (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Fromont, Philippe Forré, « Avrillé – Le Ruisseau, rue des Menhirs » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31413

Haut de page

Auteurs

Nicolas Fromont

Inrap

Articles du même auteur

Philippe Forré

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Fromont

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search