Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201185 – VendéeMervent – Rue des Douves

2011
85 – Vendée

Mervent – Rue des Douves

Diagnostic (2011)
Responsable d’opération : Olivier Nillesse
Notice rédigée avec Jocelyn Martineau

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011

Numéro d’opération :

184824

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Un projet de construction d’un bâtiment dans le Bourg de Mervent a motivé la prescription d’un diagnostic en raison de la proximité du château ancien de la commune. La localisation de l’intervention, rue des Douves, ne pouvait que laisser présager la présence d’indices archéologiques.

2La commune de Mervent se situe dans le massif forestier de Mervent-Vouvant. Le paysage est marqué par les vallées encaissées et sinueuses de la Mère et de la Vendée. À leur confluence, elles coulent en bas de falaises de plus de 40 m de haut. L’altitude maximum est de 104 m à La Balingue. Mervent est localisée à la limite entre le socle du Massif armoricain dans sa partie sud et la bordure nord du bassin aquitanien.

3Les bâtiments existants sur les parcelles concernées ont été détruits préalablement à la réalisation du diagnostic. Les surfaces construites sont importantes, elles ont influencé l’implantation des tranchées. Par ailleurs, la zone est de l’emprise est occupée par un chemin desservant des maisons d’habitation et un terrain communal, ce qui a limité le périmètre des investigations. Dans premier temps, les sondages ont permis de reconnaître la stratigraphie générale et d’identifier les vestiges de la douve. Des décapages complémentaires ont visé à en déterminer l’organisation spatiale.

4Le fossé de la Rue des Douves a été identifié. Deux limites ont été reconnues, sa largeur reconnue dans les tranchées dépasse les 12 m. Sa profondeur maximale est de 3,65 m. Si l’on extrapole son tracé vers le nord-est, il passe à l’aplomb de deux tours d’enceinte encore visibles en 1844. Le fossé a livré un tesson de faïence blanche tardive. Lors d’un état des lieux dressé le 25 avril 1694, il est dit que « À Mervent, où il n’y a d’autres bâtiments dépendants de la seigneurie (…) qu’un vieux château ruiné, les murs et la clôture étant renversés par terre et ne restant que cinq tours qui sont en partie ruinées, et n’y a au château aucun appartement logeable qui soit habité et qui le puisse être, sans être auparavant rétabli » . La seigneurie de Mervent passe alors dans le domaine royal. En cette extrême fin du xviie s., le château est donc ruiné, sa douve n’est certainement plus entretenue depuis longtemps.

5Mentionné à la fin du xie s., le château de Mervent est implanté sur un site d’éperon barré qui surplombe la confluence de la Mer et de la Vendée à une altitude moyenne de 96 m NGF. Le contexte topographique et la structure parcellaire du bourg actuel permettent d’identifier plusieurs enclos dont l’interprétation et la datation restent délicates.

6La fouille préventive de la rue de la Chalanderie en 2009 a révélé une réoccupation médiévale du rempart et du fossé du premier âge du Fer à l’ouest. Cette configuration restitue l’emplacement théorique d’une porte éventuellement fortifiée à l’intersection du rempart gaulois et de la rue du lac, au sud-ouest du bourg castral.

7Le château est aujourd’hui un espace de jardin en terrasse d’une surface d’environ 8 000 m2 au milieu duquel est implantée la mairie actuelle. La parcelle D1838 est délimitée par le chemin des douves au sud-ouest, la parcelle D34 à l’est et le rebord de plateau escarpé au nord. Les vestiges d’une courtine flanquée d’une tour pleine de plan circulaire restituent au nord une enceinte de plan irrégulier dont les contours semblent épouser le relief accidenté de l’éperon rocheux. L’angle rentrant de la courtine, la présence d’une tour pleine dans l’angle et la morphologie générale de la parcelle laisseraient à penser que cet espace est en réalité subdivisé en deux enclos distincts. Le premier à l’ouest pourrait avoir abrité une enceinte seigneuriale de plan subcirculaire d’une surface restituée d’environ 3 000 m2. Un deuxième enclos (une basse-cour ?) se serait dès lors développé à l’est sur une surface d’environ 5 000 m2 avec son enceinte et sa propre douve. Le texte de 1694 parle plus globalement d’un « vieux château ruiné » dont les « les murs et la clôture étant renversés par terre et ne restant que cinq tours qui sont en partie ruinées » Octave de Rochebrune y représente par ailleurs au xixe s. une grosse tour octogonale aujourd’hui disparue à l’est de la mairie actuelle.

8Le bourg castral est délimité quant à lui par le rempart gaulois à l’ouest, le rebord de l’éperon au sud-ouest, la rue des juifs au sud-est et l’escarpement rocheux au nord. Cet ensemble de parcelles organisé autour de cinq ou six rues, occupe une surface totale d’environ 8 ha emboitée contre le flanc sud du château. Il est traversé par une rue centrale orientée est-ouest (rue de la chapelle, rue de la vallée), qui marque une inflexion vers le sud à proximité de l’église. Une clôture paroissiale ou prieural se distingue très nettement au centre de l’éperon, tout autour de l’église, immédiatement au sud-est du château. La parcelle diagnostiquée se trouve en résumé à la jonction de la clôture seigneuriale et d’un probable enclos soit paroissial, soit prieural, dans l’emprise du fossé de la basse-cour du château.

Fig. 1 – Plan général de l’opération

Fig. 1 – Plan général de l’opération

Topographie : D. Fillon ; DAO : J.-M. Bryand (Inrap).

Fig. 2 – Analyse parcellaire

Fig. 2 – Analyse parcellaire

DAO : J. Martineau (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de l’opération
Crédits Topographie : D. Fillon ; DAO : J.-M. Bryand (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 2 – Analyse parcellaire
Crédits DAO : J. Martineau (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31452/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Nillesse, Jocelyn Martineau, « Mervent – Rue des Douves » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31452

Haut de page

Auteurs

Olivier Nillesse

Inrap

Articles du même auteur

Jocelyn Martineau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Olivier Nillesse

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search