Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire2011InterdépartementalLoire-Atlantique, Maine-et-Loire,...

2011
Interdépartemental

Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe

Prospection aérienne (2011)
Responsable d’opération : Gilles Le Roux

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Comme souvent les conditions météorologiques auront été déterminantes en ce qui concerne le nombre et la qualité des découvertes. L’année 2011 aura été marquée par une intense sécheresse hivernale puis printanière dont nous garderons les bénéfices pendant tout le mois de juin et ce malgré un inversement de tendance à partir du 10 du même mois qui nous aura finalement privés de résultats exceptionnels. Donc, malgré un nombre de sites inédits inférieur à celui d’années précédentes, cette campagne 2011 s’avère intéressante notamment par la qualité et la typologie des découvertes. Nous n’évoquerons ici bien sûr que les plus remarquables d’entre elles.

2Comme à l’accoutumée, les découvertes correspondent majoritairement à des ensembles fossoyés. Seuls trois établissements antiques appartenant très vraisemblablement à des villae auront été enregistrés parmi la cinquantaine de sites inédits consignés. Parmi ceux-ci, nous retiendrons le petit bâtiment résidentiel de Saint-Germain-sur-Sarthe, vu dans son intégralité, composé d’une douzaine de salles agencées de manière symétrique et dont certaines possèdent un sol bétonné. Nous évoquerons également celui de Passavant-sur-Layon (Maine-et-Loire) associant deux corps de bâtiments distincts : l’un appartenant à la pars urbana et l’autre évoquant les constructions à caractère agricole.

3Le survol de l’agglomération secondaire antique de Vaas (Sarthe) installée sur la vallée du Loir, a encore permis de reconnaître le maillage très serré de son réseau viaire interne, perpendiculaire à une voie majeure et de repérer dans sa partie occidentale, une série de bâtiments, de caves et de silos excavés dont la position reste conforme à un plan orthogonal préétabli. Quant au fanum qui se trouve dans la partie orientale de l’agglomération, on peut désormais le compléter par un vaste péribole rectangulaire.

4La découverte la plus spectaculaire a été effectuée sur la commune de Louresse-Rochemenier (Maine-et-Loire). Elle se présente sous la forme d’un ensemble bâti monumental, datant selon toute vraisemblance de la période de Néolithique final. La photographie, effectuée dans des conditions optimales : surface d’un champ de luzerne que l’on sait grande révélatrice de vestiges archéologiques enfouis, d’une part, et réalisée pendant la période sèche de la fin du mois de juin, d’autre part, offre une lecture saisissante de son plan général et des détails de son architecture. Il est matérialisé par d’imposants poteaux de fondation qui dessinent une maison longue d’environ 80 m pour 10 m de large. La totalité de ses poteaux de fondation ou de son faîtage est lisible. Une large interruption sur sa façade nord permet sans doute d’identifier l’entrée principale de l’édifice. Son extrémité occidentale voit également la mise en place d’un cloisonnement. Cette construction s’inscrit de surcroît à l’intérieur d’une palissade curviligne qui protège sa périphérie sur plusieurs hectares. Seule, pour l’instant, la face méridionale de celle-ci a été reconnue. Le détail des clichés permet de noter que cet espace a fait l’objet, en outre, de partitions qui rayonnent à partir du bâtiment sous la forme de palissades rectilignes. Cette découverte, majeure à l’échelle nationale, constitue un relais géographique entre l’ensemble bâti de Pléchâtel en Ille-et-Vilaine et le groupe plus fourni du Centre-Ouest de la France.

5Le survol de la vallée du Thouet, affluent de la rive gauche de la Loire, au sud de Saumur, a également permis de déterminer plusieurs grandes nécropoles protohistoriques constituées de petits enclos circulaires et quadrangulaires. Les plus intéressantes ont été recensées sur la commune du Puy-Notre-Dame (Maine-et-Loire) dont nous retiendrons notamment celle du Canton des Preuils rassemblant 15 enclos circulaires aux diamètres multiples, à fossés simples ou dédoublés. Parmi ceux-ci, certains sont regroupés en une grappe connectée à une structure plus importante. Dans ce cas, on peut imaginer des regroupements à caractères claniques ou familiaux. Au sein de cette nécropole, la photographie permet encore d’identifier les ossatures, sur 4 ou 6 poteaux, de plusieurs bâtiments quadrangulaires, parfois construits à l’intérieur des enclos rituels. Ces derniers peuvent correspondre à des petits sanctuaires, des mausolées ou des maisons mortuaires. Ces découvertes, inhabituelles pour la région des Pays de la Loire, appartiennent de toute évidence à l’aire d’influence culturelle du Centre-Ouest.

6Enfin, les survols de la vallée de la Verzée (nord-ouest du Maine-et-Loire) ont confirmé une occupation humaine très dense pendant le second âge du Fer avec l’omniprésence des ensembles d’enclos rectangulaires emboîtés et à partition, dont les plans paraissent stéréotypés. Les communes de Noëllet, Tremblay ou Saint-Michel-et-Chanveaux en ont chacune livré plusieurs sur des distances très rapprochées.

Fig. 1 – Louresse-Rochemenier (49), Les Choffeaux : vue générale du bâtiment monumental du Néolithique final construit sur poteaux, ceinturé d’une palissade curviligne qui protège une superficie de plusieurs hectares

Fig. 1 – Louresse-Rochemenier (49), Les Choffeaux : vue générale du bâtiment monumental du Néolithique final construit sur poteaux, ceinturé d’une palissade curviligne qui protège une superficie de plusieurs hectares

Cliché : G. Leroux (Inrap).

Fig. 2 – Louresse-Rochemenier (49), Les Choffeaux : vue de détail du bâtiment néolithique dont on perçoit les poteaux fondateurs, les imposants poteaux faîtiers, un cloisonnement interne sur son côté occidental et une entrée aménagée sur sa façade nord

Fig. 2 – Louresse-Rochemenier (49), Les Choffeaux : vue de détail du bâtiment néolithique dont on perçoit les poteaux fondateurs, les imposants poteaux faîtiers, un cloisonnement interne sur son côté occidental et une entrée aménagée sur sa façade nord

Cliché : G. Leroux (Inrap).

Fig. 3 – Le Puy-Notre-Dame (49), Canton des Preuils : vue de détail de la nécropole protohistorique qui regroupe une quinzaine de petits enclos circulaires, réunis en grappe pour certains, ainsi que des bâtiments sur 4 ou 6 poteaux, parfois construits à l’intérieur de ces mêmes enclos

Fig. 3 – Le Puy-Notre-Dame (49), Canton des Preuils : vue de détail de la nécropole protohistorique qui regroupe une quinzaine de petits enclos circulaires, réunis en grappe pour certains, ainsi que des bâtiments sur 4 ou 6 poteaux, parfois construits à l’intérieur de ces mêmes enclos

Cliché : G. Leroux (Inrap).

Fig. 4 – Le Tremblay (49), La Jarillaie : vaste ensemble d’enclos rectangulaires emboîtés possédant une partition interne. Il représente le prototype du plan de très nombreux habitats du second âge du Fer installés le long de la vallée de la Verzée

Fig. 4 – Le Tremblay (49), La Jarillaie : vaste ensemble d’enclos rectangulaires emboîtés possédant une partition interne. Il représente le prototype du plan de très nombreux habitats du second âge du Fer installés le long de la vallée de la Verzée

Cliché : G. Leroux (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Louresse-Rochemenier (49), Les Choffeaux : vue générale du bâtiment monumental du Néolithique final construit sur poteaux, ceinturé d’une palissade curviligne qui protège une superficie de plusieurs hectares
Crédits Cliché : G. Leroux (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Louresse-Rochemenier (49), Les Choffeaux : vue de détail du bâtiment néolithique dont on perçoit les poteaux fondateurs, les imposants poteaux faîtiers, un cloisonnement interne sur son côté occidental et une entrée aménagée sur sa façade nord
Crédits Cliché : G. Leroux (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
Titre Fig. 3 – Le Puy-Notre-Dame (49), Canton des Preuils : vue de détail de la nécropole protohistorique qui regroupe une quinzaine de petits enclos circulaires, réunis en grappe pour certains, ainsi que des bâtiments sur 4 ou 6 poteaux, parfois construits à l’intérieur de ces mêmes enclos
Crédits Cliché : G. Leroux (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 4 – Le Tremblay (49), La Jarillaie : vaste ensemble d’enclos rectangulaires emboîtés possédant une partition interne. Il représente le prototype du plan de très nombreux habitats du second âge du Fer installés le long de la vallée de la Verzée
Crédits Cliché : G. Leroux (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 982k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Le Roux, « Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31505

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Le Roux

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search