Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire2011LGV Le Mans – RennesSecteur 12 (Mayenne) – Soulgé-sur...

2011
LGV Le Mans – Rennes

Secteur 12 (Mayenne) – Soulgé-sur-Ouette, La Corbinière des Attelés

Fouille préventive (2011)
Responsable d’opération : Catherine Hervé

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011

Numéro d’opération :

184948

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : ArchéoLoire

Texte intégral

1Le site localisé près du lieu-dit La Corbinière des Attelés à Soulgé-sur-Ouette, commune située à l’est de Laval, a été fouillé au cours du moins de novembre 2011. La surface décapée représente une emprise totale de 4 800 m2 et la fouille a été réalisée par une équipe de trois personnes.

2À l’issue du décapage, a été mis au jour un site fossoyé dont l’élément principal et majeur est un grand enclos de plan ovale environné de quelques fossés, fosses, trous de poteaux et structure de combustion. Toutefois, c’est à l’intérieur de cet enclos que se regroupe l’essentiel des structures ainsi que des niveaux d’occupation. Parmi ces dernières, très peu ont livré du mobilier et la faible densité de celles-ci engendrant peu de relation stratigraphique n’a pas permis de dater précisément le début de l’occupation, se résumant à deux fossés étroits et peu profonds recoupés par le creusement du fossé ovale mais n’ayant livré aucun mobilier. À l’exception de ces deux fossés pour le moins isolés, aucune autre structure n’a pu être datée et reconnue comme appartenant à une phase d’occupation antérieure. Ce site est donc une création ex nihilo, sur un territoire apparemment quasiment vierge de toute occupation.

3Le fossé d’enclos, ininterrompu, s’étend sur une longueur de 33 m et une largeur de 27 m à l’extérieur et de 25 m et 19 m à l’intérieur. Il enserre une surface d’environ 368 m2. La largeur et la profondeur de ce fossé varie selon son tracé. Sa largeur est en moyenne de 3,50 m pour sa moitié nord tandis que du côté sud, elle atteint une moyenne de 5 m. Quant à l’estimation de la profondeur, elle s’échelonne entre 1,15 m et 1,60 m. À partir de ces données métriques et altimétriques, il apparaît évident que le fossé a été creusé différemment selon deux parties : une partie septentrionale plus étroite et moins profonde et une partie méridionale nettement plus large et légèrement plus profonde. Il s’agit donc d’un fossé large mais peu profond dont le profil évolue selon le tracé en devenant plus large, plus irrégulier, plus ouvert au fur et à mesure que l’on s’éloigne du quart nord-est. Cette évolution ne semble pas liée à l’environnement géologique ou à l’instabilité ponctuelle du substrat de nature limono-schisteuse, issue de l’altération du schiste. Entièrement curé, aucun indice permettant de cerner le point de franchissement de ce fossé n’a été perçu. L’ensemble des coupes stratigraphiques observées à l’issue des dix sondages mécaniques répartis régulièrement sur l’ensemble du tracé de l’enclos, présentent différentes unités stratigraphiques dont les limites sont parfois floues mais que l’on suit graduellement.

4Elles se répartissent suivant la même succession stratigraphique en quatre types de remplissage. Un dépôt primaire constitué de sédiments argilo-limoneux brun-orange, hétérogène et comprenant des inclusions de schiste altéré résultant d’écoulement latéraux dus à l’érosion des bords du fossé. Le second est de texture argilo-limoneuse gris clair, compact plutôt homogène malgré la présence de nombreuses traces d’oxydation réparties, semble-t-il, graduellement ou par poche, laissant des espaces gris parfaitement homogène. Son épaisseur maximale est de 0,60 m. Ceci témoigne de la présence ponctuelle de l’eau, supposant que le fossé peut être sec à certains moments comme à l’été. Le troisième est une couche de limon gris foncé, homogène et compacte. Enfin, le comblement sommital, de texture limoneuse mais plus graveleux est de couleur brun gris très homogène et compact. Ce fossé a donc fonctionné ouvert et s’est progressivement comblé sans avoir subi d’opération de curage ou de recreusement. Aucun choix ne se dessine quant à l’origine des remblais (intérieur ou extérieur du fossé). En cas de présence d’une levée de terre, aussi réduite soit-elle, il semble peu probable qu’elle puisse avoir été à l’intérieur en raison de la présence d’aménagement anthropique en bordure du fossé. En l’absence de matière organique conservée, il n’a pas été possible de retrouver d’éventuels poteaux de bois plantés au fond du fossé, indices probables de la présence d’une passerelle.

5Autour de ce fossé majeur, l’environnement se caractérise par le faible nombre de structures réparties pour l’essentiel dans la moitié ouest du site. Une structure de combustion au sud apparaît totalement isolée alors qu’une petite fosse très arasée est situé au nord-ouest. Seuls trois fossés sont contemporains de l’enclos principal dont deux ont été aperçus dans le quart sud-ouest. L’idée d’un second enclos venant s’accoler au premier n’est pas à exclure bien que son tracé n’ait pu être entièrement reconnu. Malgré la présence de quelques trous de poteaux et d’une fosse ayant probablement servi de dépotoir, la fonction de ce dernier n’a pu être déterminée. Le troisième fossé situé au nord-ouest forme une légère courbe et semble venir fermer l’espace du côté nord-ouest. Ce n’est qu’à une période indéterminée qu’il est recoupé par un fossé interrompu mais qui semble se prolonger vers le nord-est au-delà de l’emprise de la fouille. Parallèlement à ce dernier, deux petits fossés parallèles identifiés comme des ornières sont peut-être les témoins d’un ancien chemin.

6Dans l’espace clos par ce large fossé, ce sont essentiellement des trous de poteaux, deux fosses et une structure de combustion qui ont été découverts. Alors que l’enclos est orienté nord-est – sud-ouest, la plus importante des structures fossoyées retrouvées, est installée au cœur même de celui-ci, au croisement de son axe longitudinal et transversal. De plan ovale et d’une longueur de 5,30 m, elle suit également la même orientation. D’une profondeur atteignant 0,90 m à partir de son niveau d’installation encore visible et conservé sous la berme centrale laissée en place au moment du décapage, elle est munie de deux petites fosses à ses extrémités dont une seule a pu être partiellement observée. Le comblement très limoneux de couleur grisâtre, plutôt meuble et dans lequel sont apparus quelques fragments de charbon de bois diffère totalement de celui observé en coupe dans la partie médiane. Principalement limoneux de couleur brun clair et très compact, il se caractérise par la présence de fragments de terre cuite, de limon rubéfié, de gros charbon de bois dont la position désordonnée s’expliquerait à l’issue d’un rejet et non d’un effondrement. Bien qu’il n’ait pas été observé de sole en place ni de parois rubéfiées, seul son plan dont on ne trouve pas d’éléments de comparaison après le viiie s. et les divers éléments retrouvés dans son comblement permettent de l’identifier comme une structure de combustion. Son utilisation ne semble pas avoir été fréquente ou de courte durée. En revanche, la fonction de celle-ci reste encore à déterminer bien que l’on puisse affirmer qu’il soit à vocation artisanale et non domestique. Autour de cette structure, la présence de quelques trous de poteaux suggère une protection placée autour ou par-dessus. Enfin, parmi les nombreux autres trous de poteaux répartis sur l’ensemble de cet espace clos, à l’exception de quelques-uns qui n’ont pu être associés à une probable organisation spatiale et ou architecturale, un certain nombre d’entre eux ont été répartis en deux unités architecturales dont une palissade orientée nord-est – sud-ouest et un important bâtiment constitué d’au moins treize trous de poteaux, d’une longueur de 11 m et de 7 m de large. Organisé à partir d’une pièce principale dont la façade sud forme une avancée de plan triangulaire, il est muni de bas-côtés et sa superficie est estimée à 88 m2. Il prend place au centre de l’espace clos et abrite la structure de combustion qui se situe sous l’axe du faîtage. Les niveaux de sols conservés ont permis de confirmer que ces deux aménagements sont contemporains et que le fossé est également ouvert lorsqu’ils sont occupés. La fonction de ce bâtiment implanté au cœur de l’enclos reste aussi à déterminer en l’absence d’éléments de comparaison. L’essentiel du mobilier recueilli lors de la fouille est essentiellement de la céramique à l’exception d’un fer à cheval et qui a été retrouvé en rejet dans le fossé d’enclos. Quelques tessons étaient encore en place sur le dernier niveau d’occupation et sont contemporains de ceux retrouvés dans le comblement final du fossé. La fourchette chronologique proposée d’après la datation du mobilier est très étroite puisqu’elle commencerait au XIIe mais représente surtout la première moitié du xiiie s. Enfin, l’autre particularité de ce mobilier est la grande proportion de vases réserves, de jattes avec des couvercles, de grand plats ouverts et très large dont l’usage ne semble pas être défini clairement mais dans lesquels on peut étaler, stocker, préparer des mets volumineux et enfin une très faible quantité de pots à cuire et de cruches. Dans ce cas, l’occupation de ce site ne peut être de nature domestique. D’ailleurs, l’absence de silos, de puits, de foyers, de mobilier métallique sont également des indices permettant d’affirmer qu’il ne s’agit pas d’un site d’habitat, ni d’échange en l’absence de monnaie et de l’éloignement des principaux axes de communication, ni de défense. Ce fossé trop peu profond n’a pas eu pour vocation de protéger cette construction des hommes. En revanche, on peut s’interroger sur la nécessité de creuser un tel ouvrage, qui même au xiiie s. n’était sans doute pas issu de la simple volonté d’un groupe d’hommes affranchis. Bien que ces enclos de moyenne dimension (entre 30 et 100 m de diamètre) soient fréquents en France mais aussi dans toute l’Europe du nord-ouest, leur datation tardive suggère qu’ils ont une vocation agricole et représenteraient des fermes pionnières. Or, bien que situé aux confins des limites de la paroisse, l’enceinte de Soulgé ne corrobore pas cette thèse et appartient à un type d’établissement pour lequel nous ne disposons pas encore d’élément de comparaison. Au vu des résultats de la fouille, cet établissement, établi sur un site vierge, semble donc avoir eu une fonction précise, probablement artisanale à un moment déterminé et de courte durée. La nature du mobilier céramique destiné en grande majorité au stockage ou à la préparation, la présence d’un vaste bâtiment abritant une structure de combustion et installé au cœur d’un espace parfaitement enclos et protégé par un large fossé souvent en eau oriente les hypothèses de travail vers un site destiné au stockage et séchage de céréales. Alors que le fonctionnent de cet établissement ne s’étend pas au-delà du milieu du xiiie s., la structure de combustion semble être rapidement abandonnée en raison peut-être d’un dysfonctionnement. L’occupation du site perdure quelque temps car on a pris soin de combler la dépression formée au-dessus de la structure déjà comblée. Mais rapidement, il sera finalement abandonné pour laisser de nouveau la place aux cultures.

Fig. 1 – Plan général des structures

Fig. 1 – Plan général des structures

DAO : É. Boutonnet (ArchéoLoire).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des structures
Crédits DAO : É. Boutonnet (ArchéoLoire).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Hervé, « Secteur 12 (Mayenne) – Soulgé-sur-Ouette, La Corbinière des Attelés » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31538

Haut de page

Auteur

Catherine Hervé

ArchéoLoire

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Hervé

ArchéoLoire

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search