Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire2011LGV Le Mans – RennesSecteur 15 (phase 1)

2011
LGV Le Mans – Rennes

Secteur 15 (phase 1)

Diagnostic (2011)
Responsable d’opération : Benoît Poisblaud

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le diagnostic du secteur 15 de la LGV Le Mans-Rennes, d’une surface de plus de 210 ha, a traversé huit territoires communaux. Il a permis de mettre au jour cinq sites (1 du Paléolithique, 1 de La Tène, 1 de l’époque romaine, 2 de l’époque romaine/médiévale) et 16 indices de sites (5 protohistoriques, 6 gallo-romains et 5 médiévaux), rappelant la proximité d’occupations. Le reste des structures regroupent surtout des fossés, probablement des parcellaires de quelques siècles.

2Trois communes n’ont livré que de rares indices, fossés romains et ferrier médiéval à Auvers-le-Hamon, fossés de La Tène à Poillé-sur-Vègre, fossés romains à Juigné-sur-Sarthe, alors que la commune de Préaux, la moins impacté, n’en livre aucun.

3La commune de Chantenay-Villedieu est plus fournie avec deux concentrations de structures éparses, l’une gallo-romaine, l’autre médiévale, ainsi que deux autres fossés protohistoriques.

4Les trois dernières communes sont plus riches. La commune de Chéméré-le-Roi livre un site gallo-romain avec un solin et un réseau de fossés se superposant, associé à des trous de poteau. La commune voisine de Ballée révèle quatre indice dont un de l’âge du Fer, un gallo-romain, deux médiévaux, et surtout un site, La Douterie, mêlant des trous de poteau et des silos gallo-romains et médiévaux.

5C’est la commune de Fontenay-sur-Vègre qui a livré le plus d’éléments. Trois sites et deux des trois indices ont été découverts sur une distance de 700 m environ.

6Même s’il n’est pas en place, le site du Paléolithique moyen final mis au jour à Château Gaillard, sur un plateau dominant la Vègre, est le plus important de la région proposant toute la chaîne opératoire du débitage, avec une stratigraphie suffisamment dilatée pour percevoir la dynamique des différentes périodes de colluvionnement.

7Le site de La Tène finale au Bas Braie est un enclos dont la conservation et la diversité du mobilier en font une station importante. Il pourrait avoir influencé l’installation de l’enclos gallo-romain qui le recouvre en raison d’une orientation similaire.

8Le lien entre ces deux enclos et les structures du Haut-Empire au Braie plus à l’ouest n’est pas encore attesté. Cependant, il forme un ensemble qui pourrait se succéder rapidement dans le temps. La réutilisation probable des structures du Braie quelques siècles plus tard à l’époque carolingienne marque aussi une persistance de l’habitat sur ce versant.

9Deux petits indices de La Tène et du Haut-Empire, près de la Vègre, confirme une nouvelle fois la forte occupation de ce secteur au début de l’Antiquité.

10Ce diagnostic, réalisé dans un sens est-ouest où peu de sites sont connus, a permis d’avoir une vision perpendiculaire aux cours d’eau et aux principaux axes de circulation. Les indices et les sites découverts, tout comme leur absence dans certaines zones, aident ainsi à comprendre l’organisation dans le temps de l’occupation de cette portion de territoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Poisblaud, « Secteur 15 (phase 1) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31546

Haut de page

Auteur

Benoît Poisblaud

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Benoît Poisblaud

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search