Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie201511 – AudeLézignan-Corbières – Noyau urbain...

2015
11 – Aude

Lézignan-Corbières – Noyau urbain médiéval, place Émile-Cabrié et rues adjacentes

Fouille préventive (2015)
Responsable d’opération : Émilie Léal

Texte intégral

1La zone d’étude se situe intra muros à l’est de l’église Saint-Félix (fig. 1), en bordure d’une ligne de remparts dont la date de création reste à déterminer mais qui, à ce stade des recherches, est attribuable au xive s. Elle a été repérée en différents points de la ville lors des opérations de diagnostics (Huser, Bonnaud 2013). La fouille a permis de mettre en évidence une occupation de ce secteur dès l’âge du Bronze.

Fig. 1 – Localisation de la zone de fouille sur fond de cadastre actuel

Fig. 1 – Localisation de la zone de fouille sur fond de cadastre actuel

Source : cadastre.gouv.fr

2Ces vestiges (fosses) sont mal conservés en raison de la taphonomie générale du site mais bien attestés avec du mobilier significatif associé à des structures. La période antique est présente sous la forme de linéaires parcellaires signalant la ruralité de la zone à cette période. L’antiquité tardive est attestée de manière plus tangible avec une grande structure excavée rectangulaire (cave ?) datable par son mobilier céramique abondant du ve s. apr. n. è.

3Des travaux de nivellement d’ampleur éradiquant la séquence stratigraphique ultérieure vont ensuite être menés de manière à régulariser et aplanir toute la zone avant la mise en place d’une vaste aire d’ensilage. L’implantation de ces silos, dans le courant du xiie s., marque la première occupation médiévale. Ce sont environ cent cinquante structures de ce type qui ont été mises au jour (fig. 2). Elles sont de différents calibres et regroupées en petites unités. Aucun habitat n’est associé à ces silos mais leur répartition laisse clairement apparaître des zones d’exclusion permettant d’envisager l’existence de superstructures attenantes. La zone d’ensilage perdure au moins jusqu’au début du xive s. après quoi la densification du bâti urbain jusqu’en bordure des remparts signe l’abandon du stockage en silos enterrés dans cette zone et le changement de statut de ce secteur désormais dédié à du bâti.

Fig. 2 – Vue d’ensemble de la tranche 2 en cours de fouille

Fig. 2 – Vue d’ensemble de la tranche 2 en cours de fouille

Cliché : É. Leal (Inrap).

4En plus de cette périodisation toute à fait inédite, la fouille a par ailleurs livré des éléments essentiels relatifs à la topographie antérieure et au paléoenvironnement de cette zone avec la mise en évidence d’un horizon de tourbière. Il se situe à une profondeur moyenne de 2 m sous le niveau actuel et est datable du paléolithique supérieur (datation 14C).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de la zone de fouille sur fond de cadastre actuel
Crédits Source : cadastre.gouv.fr
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31834/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 843k
Titre Fig. 2 – Vue d’ensemble de la tranche 2 en cours de fouille
Crédits Cliché : É. Leal (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31834/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 794k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Léal, « Lézignan-Corbières – Noyau urbain médiéval, place Émile-Cabrié et rues adjacentes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 16 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31834

Haut de page

Auteur

Émilie Léal

Inrap Méditerranée

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Émilie Léal

Inrap Méditerranée

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search