Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie201511 – AudeLézignan-Corbières – Noyau urbain...

2015
11 – Aude

Lézignan-Corbières – Noyau urbain médiéval

Fouille préventive (2015)
Responsable d’opération : Émilie Léal

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

10470

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1La mairie de Lézignan-Corbières a engagé depuis 2013 un programme de rénovation du centre ancien. C’est à ce titre que plusieurs opérations de diagnostic, sous la responsabilité d’A. Huser, ont été réalisées entre 2013 et 2014.

2À l’issue de cette campagne de diagnostic, attestant de la conservation de bâtiments civils anciens faisant par ailleurs usage de la technique de terre crue, une opération d’étude de bâti a été prescrite sur les parcelles 118 et 190. Cette opération s’est déroulée sur les mois de juin et juillet 2015. La superficie concernée par cette première étude de bâti à Lézignan-Corbières est de 75 m2 sur trois niveaux d’élévation. Lézignan-Corbière possède tous les caractères d’une agglomération développée autour d’un double pôle castral (maison forte seigneuriale) et ecclésial (église Saint-Félix) mais sa genèse et sa configuration médiévale sont encore mal connues. L’agglomération et ses trois églises (dont Saint-Félix) sont mentionnées dès le début du ixe s. dans un diplôme de Charlemagne en date du 5 avril 806, attribuant l’ensemble à l’abbé de Lagrasse. L’église actuelle, voûtée d’ogives, est de style gothique méridional à trois chapelles latérales de part et d’autre d’une nef unique (classement MH en 1951). C’est dans ce contexte architectural que prend place la zone d’étude. En effet, celle-ci se situe intra-muros à l’est immédiat de l’église Saint-Félix, au sein de l’îlot qui se développe au chevet du monument (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation de la zone d’étude sur fond cadastral actuel

Fig. 1 – Localisation de la zone d’étude sur fond cadastral actuel

Source :

3cadastre.gouv.fr

4Le bâtiment se développe selon un plan oblong devant constituer à l’origine le corps d’un ensemble plus vaste à plan en L avec cour centrale. La partie étudiée s’ouvre au cœur de l’îlot sur un passage traversant (en partie bouché dans le courant du xviiie s.). La façade n’est conservée dans son état médiéval qu’au rez-de-chaussée. Dans sa configuration initiale, elle est composée symétriquement avec deux grands arcs brisés en pierre de taille flanquant une porte axiale en arc surbaissé et comporte deux niveaux. Les murs périmétraux sont construits en terre crue selon la technique de la bauge sur solin qui domine, avec des réfections réalisées en briques crues (fig. 2). Les élévations en terre ont été observées jusque dans les combles. Les modifications les plus notables affectent la hauteur de bâtiment qui est portée de deux à trois niveaux, l’individualisation du corps de bâtiment de son ensemble lors des remembrements datables de la fin du xvie s. et la modification de la distribution de l’étage reléguée à l’intérieur.

Fig. 2 – Exemple d’élévation en bauge sur lit de bruyère

Fig. 2 – Exemple d’élévation en bauge sur lit de bruyère

Cliché : É. Leal (Inrap).

5Ainsi, dans son état médiéval, cet ensemble datable des xive-xve s. est entièrement construit en terre crue à l’exception de la façade dont les ouvertures sont traitées en pierre de taille. Les élévations maçonnées à la pierre ne sont introduites qu’à l’occasion des réfections du début de la période moderne et domineront dès lors.

6Des sondages ponctuels au sol ont permis d’établir une séquence stratigraphique complète et de renseigner le contexte de fondation de ce bâtiment. Il apparaît que la zone d’ensilage mise en évidence lors de la fouille « Noyau urbain médiéval, place Émile-Cabrié et rues adjacentes » se poursuit jusque sur ces parcelles, au plus près de l’église. En conséquence, le changement de statut de ces terres, dévolues à des opérations immobilières à partir de la fin du xiiie s., concerne toute la zone située à l’est de l’église.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de la zone d’étude sur fond cadastral actuel
Crédits Source :
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Fig. 2 – Exemple d’élévation en bauge sur lit de bruyère
Crédits Cliché : É. Leal (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Léal, « Lézignan-Corbières – Noyau urbain médiéval » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 16 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31836

Haut de page

Auteur

Émilie Léal

Inrap Méditerranée

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Émilie Léal

Inrap Méditerranée

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search