Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie201530 – GardAiguèze – Maladrerie des Templiers

2015
30 – Gard

Aiguèze – Maladrerie des Templiers

Fouille programmée (2015)
Responsable d’opération : Nicolas Clément

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

9170

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1Avec quatre campagnes de fouilles programmées, un nouveau regard est posé sur le site de la Maladrerie des Templiers, situé à la limite des diocèses de Viviers et d’Uzès. Cet établissement monastique est absent de la documentation écrite et c’est par le truchement de l’archéologie qu’une nouvelle histoire peut être écrite. Ce site perché en plein cœur des gorges de l’Ardèche porte un micro-toponyme évocateur. Les campagnes de fouilles n’ont ni confirmé la mise en place de ce site par les Templiers, ni la présence d’une maladrerie en tant que telle. Ce nom n’apparaît dans l’historiographie qu’au xixe s. Les fouilles ont démontré qu’une église semi-rupestre et trois bâtiments sont à l’origine du site dans le courant du xie s. ou au tout début du xiie s. Si nous ne connaissons pas le commanditaire de cette fondation, il est possible de mettre en regard le contexte géologique. Ce dernier, marqué par un environnement karstique, est très propice à la formation de grottes. Ainsi un lien avec un érémitisme troglodytique n’est pas à exclure, comme c’est le cas à Saint-Montan (Ardèche). Le site prend de l’ampleur entre le xiie et le xiiie s. Il se développe autour d’une citerne sur une plate-forme de 2 450 m2. Un espace funéraire a été identifié à l’ouest et à l’est de cette citerne. Il n’a livré aucun mort lié à une quelconque maladie épidémique, infirmant ainsi l’hypothèse d’une maladrerie. Des analyses paléomicrobiologiques de la pulpe dentaire sont en cours, et d’ores et déjà elles ont conduit à la mise en évidence de cellules sanguines parfaitement conservées. Une seconde église est construite jouxtant la première. Du mobilier lié à la vie religieuse a été découvert : une plaquette en émail du Limousin portant les lettres IHS et un bec zoomorphe d’aquamanile.

2Un édifice de prestige est construit avec une façade regardant la rivière. Une boulangerie-cuisine a été identifiée ainsi qu’un cellier et vraisemblablement une forge. Le plomb et l’alliage cuivreux ont été travaillés et peut-être l’or comme pourrait en témoigner la découverte d’un petit lingot de 1,79 gr. Le site a été abandonné dans les années 1310-1320 d’après les monnaies et le mobilier céramique. Les accès ont été murés en pierre sèche. Il faut attendre le xvie s. pour qu’il soit réinvesti par des charbonniers, puis au xixe s. par des bergers.

Fig. 1 – Vue zénithale des deux églises

Fig. 1 – Vue zénithale des deux églises
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue zénithale des deux églises
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Clément, « Aiguèze – Maladrerie des Templiers » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31867

Haut de page

Auteur

Nicolas Clément

Université Lumière-Lyon-II, LA3M, UMR 5648, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Clément

Université Lumière-Lyon-II, LA3M, UMR 5648, Aix-en-Provence

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search