Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie201530 – GardLe Garn, Labastide-de-Virac – La ...

2015
30 – Gard

Le Garn, Labastide-de-Virac – La Baume d’Oulen

Fouille programmée (2015)
Responsable d’opération : Nicolas Teyssandier
Notice rédigée avec Robin Furestier, Christophe Gilabert et Ludovic Slimak

Texte intégral

1La Baume d’Oulen (ou Oullins) est l’un des plus vastes abris du sud-est de la France occupés au cours de la préhistoire et de la protohistoire. Située dans les gorges moyennes de l’Ardèche (secteur du Gournier) sur les communes du Garn (Gard) et de Labastide-de-Virac (Ardèche), la cavité s’ouvre face au nord à 220 m d’altitude, à peu près à mi-hauteur entre le cours de l’Ardèche à environ 180 m en contrebas et le plateau urgonien. Ses dimensions en font un abri de taille exceptionnelle, avec une ouverture de 50 m de large et de 10 à 15 m de haut et une organisation naturelle en deux salles ; la grotte comporte en effet successivement depuis l’entrée, un porche largement éclairé, une salle 1 (salle Martin) relativement obscure et partiellement obstruée par des blocs effondrés et dont le fond se situe à environ 50 m de l’entrée. La salle 2 communique aujourd’hui avec la salle 1 par un passage très surbaissé. Cette dernière, fortement colmatée, est relativement large et totalement obscure. Ce site majeur a été classé monument historique en Janvier 1911 suite à la découverte de gravures dans la première salle, gravures très endommagées par la gélivation des parois. On note en particulier sur la paroi gauche un signe ovale en gamma surmonté d’une quinzaine de petits traits verticaux, un petit mammouth d’une trentaine de centimètres et un bison d’environ 60 x 45 cm. La paroi droite voit un bison d’environ 80 cm dont l’avant train n’est plus visible et des incisions indéterminées sont également visibles au fond de la salle. La seconde salle, découverte plus tardivement au début des années 1950 lors des opérations entreprises par Jean Combier, comporte des motifs peints rouges et noirs comptant, outre des signes (quadrangulaires, en bâtonnet, triangulaires, en accolade..), des mammouths et des bouquetins. La Baume d’Oulen est clairement une des principales séquences de référence de portée diachronique pour le Paléolithique et le Néolithique d’un grand quart sud-est de la France. Pour le domaine Paléolithique, l’intérêt est de disposer du plus large potentiel diachronique de cette zone géographique, avec des ensembles archéologiques reconnus couvrant un large intervalle de temps, incluant la fin du Paléolithique moyen, le Paléolithique supérieur (Paléolithique supérieur ancien, Gravettien, Solutréen, Magdalénien) jusqu’à l’Épipaléolithique, le tout dans un contexte stratifié et orné puisque les 2 salles d’Oulen portent des motifs peints (salle 2) et gravés (salle 1). La Baume offre un potentiel tout aussi important pour sa séquence néolithique, l’une des plus complètes de la région et dont les travaux entrepris dans les années 1980-1990 par J.-L. Roudil en particulier ont déjà permis d’apporter des résultats significatifs, en particulier sur les phases du Néolithique ancien cardial et du Néolithique moyen chasséen.

2Au cours de cette première opération conduite en septembre 2015, deux équipes ont fonctionné de manière parallèle, nos travaux ne concernant que la salle 1 (fig. 1). La première, coordonnée par Robin Furestier et Christophe Gilabert, s’est intéressée aux occupations holocènes avec un accent sur le Néolithique. Deux secteurs d’intervention principaux ont été définis, avec des problématiques différenciées.

Fig. 1 – Plan topographique de la baume d’Oulen

Fig. 1 – Plan topographique de la baume d’Oulen

Plan indiquant le carroyage et le positionnement des principales opérations archéologiques antérieures.

DAO : H. Camus.

3La reprise d’une grande coupe d’axe nord-sud, initiée lors des fouilles de J.-L. Roudil, qui permet une lecture synthétique des dépôts néolithiques (du nord au sud, travée H à Z, bande 15). L’objectif était surtout d’obtenir une meilleure compréhension des niveaux supérieurs de la séquence stratigraphique. Excepté au niveau du carré H15 où la totalité de la séquence néolithique a été appréhendée, nos travaux se sont arrêtés sur un niveau homogène présentant une densité plus importante de cailloux issus du délitement du plafond et une concentration plus grande de mobilier (faune et céramique). Ce niveau pourrait marquer la limite entre la fin du Cardial et le début du Néolithique moyen. Enfin, on peut noter la découverte d’un foyer lors du recul de la coupe à l’intersection des carrés F et G15 potentiellement Néolithique moyen. Les observations et interprétations de la coupe concernent donc essentiellement les niveaux correspondant aux occupations du Néolithique moyen et du Néolithique final. Les remaniements de surface semblent principalement responsables du pendage actuel. Ils sont bien visibles sur la coupe et ont diversement altéré les niveaux supérieurs. S’il est encore trop tôt pour savoir si les niveaux du Néolithique final sont partiellement conservés ou totalement détruits, cette grande coupe témoigne bien des multiples explorations réalisées depuis plus d’un siècle.

4La seconde problématique a consisté en l’ouverture d’un nouveau sondage en F17-18 afin de documenter la configuration des niveaux des phases récentes du Néolithique dans la cavité. L’objectif de cette investigation limitée était de caractériser la nature des remplissages conservés à l’est des dernières zones de fouilles ouvertes par Jean-Louis Roudil. Même si l’organisation globale des niveaux archéologiques a pu être appréhendée et parait cohérente avec les observations plus étendues de la grande coupe nord-sud, la stratigraphie de la zone demeure difficile à comprendre sur la seule base de ce sondage limité. Les sédiments sont pour les niveaux postérieurs au Néolithique moyen Chasséen, relativement perturbés par les fouilles anciennes clandestines. Pour autant, la mise au jour de plusieurs US indique que des niveaux d’occupation de la fin du Néolithique (Fontbouisse et Ferrières) sont potentiellement présents en stratigraphie dans ce secteur de la grotte. La lecture de cette séquence est encore cependant prématurée, la stratigraphie très anthropisée est complexe et constituée de multiples lentilles juxtaposées. Le mobilier issu de la fouille de ce sondage est au final peu abondant si l’on considère l’importance des occupations et leur rythmicité probablement rapide au Néolithique final et au Néolithique moyen, telles que mises en évidence par les fouilles de J.-L. Roudil et confirmée par la réfection de la grande coupe nord-sud.

5La seconde équipe d’intervention, coordonnée par Ludovic Slimak et Nicolas Teyssandier avait pour objectif une première exploration du potentiel des occupations paléolithiques dont on sait qu’elles ont déjà été fortement affectées par les opérations antérieures. Dans le cadre de cette première exploration, nous avons concentré notre travail sur 3 tâches complémentaires.

6Un sondage a été réalisé en C12, dans le carré jouxtant le sondage le plus profond de F. Bazile. En C12, F. Bazile s’était arrêté sous le niveau Solutréen (couche 9). Cette reprise du sondage BC12 visait à documenter les niveaux profonds de la séquence, sous-jacents au Solutréen, permettant d’une part de documenter le Paléolithique supérieur ancien et le Paléolithique moyen, mais permettant avant tout d’ouvrir une fenêtre géologique de lecture stratigraphique des remplissages dans la cavité. Sur un plan archéologique, ce sondage dans la séquence des niveaux profonds reconnus jusqu’à présent dans la cavité ne livre pas d’informations décisives. Aucun niveau archéologique clairement délimité et bien développé n’a pu être reconnu. On note la présence d’un « instantané » du Paléolithique moyen au sommet de l’ensemble inférieur ; on parle ici d’instantané dans le sens où il ne s’agit pas d’un niveau archéologique mais bel et bien d’un ensemble unique constitué d’un nucléus discoïde et de deux éclats extraits de ce dernier et remontant avec.

7Ceci signe bien une fréquentation de la cavité au Paléolithique moyen et permet d’attribuer la séquence sus-jacente des ensembles E1 à E4 dans une chronologie s’étalant entre la fin du Paléolithique moyen et le Solutréen qui était localisé au sommet de l’ensemble E4 et a été dans cette zone fouillé par Bazile.

8Une large part de nos travaux a aussi consisté en l’évacuation des remblais d’une zone comprise du Nord au Sud entre les travées A et V et les bandes 10 à 12 ; l’objectif était d’observer si des dépôts pléistocènes étaient préservés en extrémité sud des fouilles Bazile.

9Enfin, le nettoyage du témoin central non affecté par les fouilles antérieures en B8-10/D8-10 a été réalisé. L’objectif était ici de remettre des coupes en place, coupes qui pouvaient concerner des niveaux de la seconde moitié du Paléolithique supérieur.

10Ceci nous a permis de compléter les observations réalisées en BC12 où les ensembles supérieurs ne sont plus présents. C’est en particulier sur cette coupe et celle en CD10-11 qu’il a été possible d’observer in situ la partie supérieure de l’ensemble sédimentaire E4 et l’ensemble E5. Trois niveaux archéologiques mis en évidence lors des fouilles Bazile ont pu être reconnus, de haut en bas et en reprenant les appellations Bazile, il s’agit des niveaux 7b, 8 et 9. Le niveau 7b est inclus dans l’ensemble sédimentaire E5 qui est ici partiellement représenté et scelle localement l’ensemble E4. Il inclut une couche archéologique rapportée par F. Bazile au Magdalénien supérieur. Il présente un faciès gris plus fin sur les termes sous‐jacents. Il s’agit ici du même ensemble sédimentaire que celui reconnu sur la coupe CD10 où l’ensemble sédimentaire E5 est représenté par plusieurs zones d’accumulations organiques noirâtres, probablement des foyers, qui rubéfient à leur mur une surface de ravinement qui affecte le terme supérieur de l’ensemble sédimentaire E4. Deux pièces ont été cotées ; une pièce est intéressante puisqu’il s’agit d’une pointe à dos, de la famille des microgravettes ; réalisée sur une lamelle en silex barrémo-bédoulien, le support est obtenu à partir d’un débitage unipolaire. La pointe est bien acuminée et le bulbe encore partiellement visible. Son style la rapproche davantage du technocomplexe Épigravettien, attribution également discutée par Cyril Montoya lorsqu’il est venu visiter l’opération et qu’il a pu observer rapidement les produits des fouilles Combier déposés au musée d’Orgnac. Ces éléments devront être analysés précisément afin de caractériser cet ensemble et ses relations précises avec les sphères magdaléniennes et épigravetiennes. La problématique du contact et des relations entre ces deux grands ensembles culturels pourrait à terme être abordée dans cette région cruciale que constitue le sillon rhodanien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan topographique de la baume d’Oulen
Légende Plan indiquant le carroyage et le positionnement des principales opérations archéologiques antérieures.
Crédits DAO : H. Camus.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Teyssandier, Robin Furestier, Christophe Gilabert et Ludovic Slimak, « Le Garn, Labastide-de-Virac – La Baume d’Oulen » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31887

Haut de page

Auteurs

Robin Furestier

Cité de la Préhistoire Orgnac

Articles du même auteur

Christophe Gilabert

Drac Languedoc-Roussillon (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Ludovic Slimak

CNRS-UMR 5608-TRACES

Articles du même auteur

Nicolas Teyssandier

CNRS-UMR 5608-TRACES

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Teyssandier

CNRS-UMR 5608-TRACES

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search