Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie201530 – GardNîmes – Colline de Montaury

2015
30 – Gard

Nîmes – Colline de Montaury

Fouille programmée (2015)
Responsable d’opération : Richard Pellé

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

10378

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1La deuxième campagne de fouille programmée sur l’enceinte fortifiée romaine de Nîmes, s’est déroulée sur deux parcelles situées sur le versant de la colline de Montaury, dans le prolongement septentrional de la première campagne. L’enceinte reconnue anciennement (Varène 1992) n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie dans ce secteur malgré le blocage en élévation jusqu’à 6-7 m au-dessus du rocher. La fouille rentre dans le cadre d’un programme de recherche sur l’enceinte. La campagne s’est déroulée au mois d’août 2015. Trois zones de l’enceinte ont été étudiées, le mur de courtine et son extérieur, de part et d’autre d’une tour centrale. Pour la seconde fois (Pellé 2011), une tour circulaire à pédoncule a pu être fouillée et relevée. Cette dernière quoique fortement épierré dans son parement conservait encore dans sa partie méridionale externe qui a pu être entièrement dégagée, une dizaine d’assises d’élévation préservées par l’accumulation des couches de déchets de taille provenant de la construction de l’édifice. L’intérieur de la tour a aussi été intégralement fouillé, comblé par les mêmes couches d’éclats de taille. Ces couches de forte puissance ont livré une grande quantité de mobilier significatif (céramiques, monnaies, petits artefacts) qui permet d’aborder la vie quotidienne des maçons et tailleurs de pierre tout en apportant des données sur la construction même. Le commencement du chantier, sa durée et son évolution sont ainsi de plus en plus caractérisés. Ainsi, contrairement à l’opinion communément admise qui donne comme date de début de construction de l’enceinte 16-15 av. J.‑C., il semble bien que son commencement soit autour des années 0-5 apr. J.‑C. et sa fin, que nous proposions jusqu’en 2014 dans la fourchette 15-20, se situerait plutôt vers les années 23-25; cette fourchette de datation élargie confirme toutefois les précédentes observations réalisées sur d’autres parties de l’enceinte. Contrairement aux autres tours fouillées en 2010 et 2014 où les couches d’éclats de taille étaient surmontées par un sol naturel (pédogénèse) puis les couches très épaisses de destruction du bâti, une couche de remblais dont le TPQ date du milieu du iie s. de notre ère s’intercale au milieu. Une occupation indéterminée semble avoir eu lieu dans l’Antiquité tardive mais de façon très fugace ou sporadique, la tour « abandonnée » devenant peut-être un simple abri de bergers ou d’agriculteurs. Une dernière occupation de la tour se dessine entre la fin du VIe et la première moitié du viie s. avec le creusement de la sépulture d’un adulte dans le quart sud-ouest. Au niveau architectural, la fouille a livré dans les couches de destruction qui atteignent par endroits les 1,50 m d’épaisseur, de nombreux fragments de blocs architectoniques, abandonnés lors de l’épierrement de la tour ou des murs de courtine. Il s’agit pour une bonne part de fragments moulurés comme un fragment de sommier et un autre d’une imposte d’un piédroit de la porte mais aussi de bloc quasiment complets comme le parapet du chemin de ronde ou un couronnement du mur de la tour, éléments à ce jour inconnus et inédits. Il semble bien que l’enceinte antique nîmoise soit la seule du monde romain à posséder un chemin de ronde construit entièrement en grand appareil puisque un fragment du couronnement avait déjà été trouvé en 2010 dans la tour Bertrand. Bien sûr, l’étude s’est poursuivie sur les longs segments de courtine conservés en élévation sur 6-7 m de hauteur, de chaque côté de la tour. Un levé photogrammétrique a été réalisé permettant de travailler sur les étapes du chantier de construction. On a pu observer sur ces portions plusieurs ruptures verticales dans la disposition des banchées qui présentent une pente de l’ordre de 14 % au sud et seulement de 2-3 % au nord. Des détails techniques sont aussi apportés par l’observation du blocage (épaisseur des banchées, qualité et texture du béton de construction, différents pour chaque segment et pour la tour) et de nombreux prélèvements de mortier ont été effectués, toutes choses qui au terme de la fouille triennale amèneront à une réflexion plus poussée sur l’organisation du chantier et son évolution.

Fig. 1 – Gobelet et urne

Fig. 1 – Gobelet et urne

Le gobelet présente un lustrage léger.

Fig. 2 – Vue aérienne du mur de courtine et de la tour Peysson 1

Fig. 2 – Vue aérienne du mur de courtine et de la tour Peysson 1

À noter les deux blocs à droite qui appartiennent au couronnement du mur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Gobelet et urne
Légende Le gobelet présente un lustrage léger.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Fig. 2 – Vue aérienne du mur de courtine et de la tour Peysson 1
Légende À noter les deux blocs à droite qui appartiennent au couronnement du mur.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31913/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 674k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Pellé, « Nîmes – Colline de Montaury » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31913

Haut de page

Auteur

Richard Pellé

Inrap Méditerranée

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Richard Pellé

Inrap Méditerranée

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search