Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie201530 – GardNîmes – 1 rue Guynemer

2015
30 – Gard

Nîmes – 1 rue Guynemer

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Marie Rochette
Notice rédigée avec Julie Grimaud

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

10472

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de construction d’une maison individuelle avec piscine au 1 rue Guynemer à Nîmes (parcelle HD 472) est à l’origine d’une opération de diagnostic qui vise à reconnaître la présence d’une part d’une voie antique au nord de la parcelle, ainsi que ses aménagements bordiers, d’autre part de la basilique Sainte-Perpétue installée au xe s. dans le quartier et détruite aux premières années des guerres de Religions, et enfin de la nécropole

2antique, tardo-antique et alto-médiévale.

3Le diagnostic s’est déroulé du 8 au 22 juillet 2015 permettant l’ouverture de quatre tranchées réparties sur l’ensemble de la parcelle. Ces fenêtres représentent 16 % de l’emprise totale. Toutes ont livré des vestiges, si bien que le terrain naturel n’a été observé que ponctuellement au nord-est de la parcelle. La densité des vestiges et leur complexité nous a conduit à privilégier un nettoyage précis des structures afin d’en faire le décompte, d’en indiquer l’état de conservation et de recueillir au mieux des éléments de datation. Les données stratigraphiques, que seule une fouille des vestiges permet d’apporter, ont à peine été abordées et posent de nombreuses questions.

4Globalement le diagnostic a livré peu de mobilier : 38 fragments de céramique, 2 fragments d’amphore, 1 fragment de tubulure d’hypocauste, 2 éléments en métal, 2 éléments de verre, 1 monnaie moderne. La datation des vaisselles en céramique s’étend du haut Empire au haut Moyen Âge avec dans plusieurs lots une dominante Antiquité tardive. Les tessons de céramique présents dans les couches liées aux activités de récupération et regroupés en US technique sans distinction de structure lors du terrassement ou du nettoyage, manifestent en outre, de manière indirecte, de l’importance de l’occupation du site entre l’Antiquité et le premier Moyen Âge.

5Le plan des vestiges du diagnostic met en évidence une partie méridionale de la parcelle occupée par au moins deux grands bâtiments dont les plans ne peuvent être restitués. La partie septentrionale livre quant à elle un secteur funéraire assez dense. Il faut toutefois retenir la présence d’une couche d’éclats de taille, au nord-ouest, dans la partie occidentale de la tranchée TR01, évoquant un travail de récupération dès l’Antiquité tardive. Il n’est donc pas exclu qu’il puisse y avoir des éléments bâtis de ce côté. Autre élément à retenir, l’observation, très limitée, au nord-est de la parcelle, d’un niveau de sistre remanié évoquant un espace de circulation. Faut-il y voir un aménagement de bord de voie ?

6Comme évoqué, la partie méridionale de la parcelle parait davantage dédiée à des constructions. Une première, matérialisée par un angle de murs, qui une fois abandonné, est cassé de manière à installer une nouvelle construction puissamment fondée. De cette construction, nous ne connaissons ni le plan, ni la profondeur exacte. Il semble néanmoins qu’une couche, observée sur une surface restreinte et dont on ne connaît pas la position dans la fosse, fasse partie de la construction. La datation de ces aménagements est imprécise, le premier bâtiment remploie des pierres de taille antique et pourrait être daté de l’Antiquité tardive. Sommes-nous en présence de la basilique ? Et quelle est la fonction et la datation du second bâtiment ? Deux autres murs et un sol reconnus dans la tranchée centrale, plus au nord, sont-ils à associer au premier bâtiment puisqu’ils s’inscrivent dans les mêmes orientations, ou bien au second ?

7L’occupation funéraire est présente sur l’ensemble de la parcelle, mais elle semble plus dense dans la partie septentrionale. La tranchée la plus au sud n’a en effet livré qu’une seule sépulture postérieure au premier bâtiment. La tranchée positionnée au centre de l’emprise a permis de mettre au jour quatre sépultures, dont une tombe en amphore recoupée par une inhumation. Un fragment de cuve, le long d’un mur, témoigne d’un autre mode d’inhumation. Au nord-est, dans la tranchée réduite en raison de l’impact d’une profonde cave, une seule tombe a été reconnue : elle renseigne sur l’extension de l’aire funéraire à l’est et, recoupent un niveau de circulation mentionné plus haut. Mais c’est la tranchée au nord-ouest qui offre la vision la plus dense du cimetière. En effet dans cette tranchée qui a une superficie de 27,1 m2 quatorze sépultures ont été dénombrées et au moins cinq horizons d’apparition ont été observés.

8L’horizon le plus profond compte, dans le sondage de 3,74 m2 réalisé au nord de la tranchée, cinq sépultures, dégagées de façon partielle. Leurs observations et leurs localisations incitent à penser que cet horizon de tombes, le plus profond, est peut-être aussi le plus ancien. Il est scellé par une couche d’éclats de calcaire qui pourraient résulter d’un travail de taille lors de la récupération de maçonneries dans ce secteur. La présence de nombreux ossements humains dans cette couche pourrait confirmer la destruction partielle du cimetière. L’activité funéraire ne parait pas cesser pour autant ; au moins trois tombes sous dalles sont directement installées dans cette couche. Des recoupements et superpositions ont également été observés témoignant de la complexité de l’organisation. Ainsi par exemple, une tombe est partiellement conservée, impactée par l’installation d’une autre tombe, et un coffre de pierres repose directement sur les dalles de la précédente.

9L’opération de diagnostic a donc permis de mettre en évidence nombre de structures bâties et funéraires, réparties sur l’ensemble de l’emprise. Cette opération s’inscrit dans le cadre d’investigations menées dans les quartiers suburbains de la ville sur les axes routiers et le développement des nécropoles de l’Antiquité au début du Moyen Âge. Si les résultats présentés montrent la présence de bâtiments aux fondations solides, des campagnes de récupération de matériaux dès l’Antiquité tardive et à l’époque moderne, et le développement d’une partie d’une nécropole, nombres de question restent en suspens. Seul un décapage plus large des structures et leurs fouilles stratigraphiques permettront de préciser leurs plans et les relations qu’ils entretiennent, de mieux les caractériser, de préciser la chronologie des vestiges entre le haut Empire et le premier Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Rochette, Julie Grimaud, « Nîmes – 1 rue Guynemer » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31916

Haut de page

Auteurs

Marie Rochette

Inrap Méditerranée

Articles du même auteur

Julie Grimaud

Inrap Méditerranée

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie Rochette

Inrap Méditerranée

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search