Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie201530 – GardRoquemaure – Église collégiale Sa...

2015
30 – Gard

Roquemaure – Église collégiale Saint-Jean-Baptiste

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Marie Rochette

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

10619

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic de la nef de la collégiale Saint-Jean-Baptiste de Roquemaure a été réalisé suite à la dépose d’une soixantaine de dalles du sol, afin de permettre l’installation de câbles électriques alimentant un tapis chauffant. L’étude a porté sur l’emprise de 14 dalles limitée à une quarantaine de centimètres de profondeur depuis le sol actuel, le projet n’affectant que peu profondément le sous-sol. Cette étude a été conduite sur le terrain par deux archéologues médiévistes du 23 au 24 novembre. Un levé topographique a été réalisé le 26 novembre 2015. Le positionnement des dalles a été recalé sur un plan non géoréférencé, fourni par l’aménageur.

2La collégiale de Roquemaure a été construite dans le deuxième quart du xive s., afin de remplacer l’église paroisse dédiée à Sainte-Marie localisée dans l’enceinte du château médiéval. La collégiale se situe sur la rive occidentale du Rhône, au sud du château, dans le centre du village actuel. Au Moyen Âge, son plan est formé d’une abside centrale et de deux absidioles, d’un transept saillant ainsi que d’une nef. Celle-ci devait être couverte d’une charpente en bois, au regard de la vingtaine de panneaux retrouvée en 1969. Peu de temps après sa construction, sont ajoutés de part et d’autre de la nef deux chapelles, la chapelle de la Vierge au nord et la chapelle Saint-Jean au sud. D’autres chapelles latérales ont ensuite été ajoutées au fil des siècles, notamment au xixe s., où l’église fait l’objet d’importants travaux : mise en place de la voûte, percement de nouvelles baies et renouvellement du sol. Depuis 1997, l’édifice est inscrit au titre des monuments historiques.

3Le diagnostic archéologique a mis en évidence, sous l’actuel dallage, une unique couche de sables fins et des galets. Conformément aux attentes de la prescription, elle a été fouillée sur une vingtaine de centimètres, ponctuellement entre 50 et 60 cm. La base de ce remblai n’a pas été appréhendée et il est impossible dans le cadre de ce diagnostic d’en restituer la puissance ou le niveau d’apparition d’éventuels vestiges archéologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Rochette, « Roquemaure – Église collégiale Saint-Jean-Baptiste » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31926

Haut de page

Auteur

Marie Rochette

Inrap Méditerranée

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie Rochette

Inrap Méditerranée

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search