Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie201530 – GardSabran – Castrum

2015
30 – Gard

Sabran – Castrum

Sondage (2015)
Responsable d’opération : Sophie Aspord-Mercier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

10743

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’une demande de protection au titre des monuments historiques, le château de Sabran, situé à 15 km au sud-ouest de la ville de Bagnols-sur-Cèze a fait l’objet de recherches historiques, architecturales et de premières investigations archéologiques afin d’établir un plan topographique. Rattaché à une puissante famille seigneuriale proche de l’entourage du comte de Toulouse dès le xie s., le domaine de Sabran est longtemps resté dans l’oubli des historiens et castellologues. Mentionné en 1156 et 1211 suite aux concessions faites à l’évêque Raymond d’Uzès par le roi de France Louis VII le Jeune (Chartrier d’Uzès 265AP41), les sources archivistiques faisant référence au castrum demeurent toutefois sommaires malgré les nombreux actes de féodalité, d’hommage et de reconnaissance signalant la présence de Guillaume Ier de Sabran (v.10451109), Guillaume II de Sabran (v.10951159), Sabranet fils de Pierre de Sabran (11731209), Rostaing IV de Sabran (12061252), etc. Suivant le principe héréditaire, le fief fut divisé (hypothèse vers 1208) pour constituer dès la seconde moitié du xiiie s. une coseigneurie. Décane de Sabran, descendante de Guillaume IV, tenait en effet « une part de Sabran » en 1268, tandis qu’Elzéard de Sabran fut clairement désigné « coseigneur » en 1290. Selon les premières recherches, la baronnie de Sabran était tenue au xiiie s. par les maisons de Banne (qui transmit sa part au xve s. à la famille de Nicolay), de Peyreri (qui vendit son patrimoine à Antoine de Bellecombe) et de Montlaud. En 1440, Antoine de Bellecombe, seigneur de Gaujac et Cavillargues possédait « une tour à la sommité du château de Sabran » ainsi que la juridiction appartenant anciennement à Alzias de Sabran. Il tenait également diverses terres, près, droits, censives et une rivière dans le mandement. Durant la guerre de Cent ans, le château passa quelques mois aux mains des tuchins (1381-1383) qui y établirent leur base. L’une des tours semble avoir servi de prison suite à l’arrestation de gens d’armes de Pont-Saint-Esprit. Assiégé par les protestants, malgré une protection renforcée exigée auprès des habitants par Louis de Montlaud, « la tour de Sabran » fut prise le 17 août 1573. Le château et la chapelle auraient alors été en partie détruits. Selon Léon Allègre « Louis XIII fit démanteler Sabran après 1629. Un énorme boulet trouvé sous les murs de Sabran est conservé au musée de Bagnols ». Malgré les multiples troubles et la période révolutionnaire, le domaine demeura au sein de la famille Nicolay jusqu’au xixe s. Les descendants vendirent, entre 1861 et 1894, le castrum en état de ruine à Elzear-Charles-Antoine de Sabran-Pontevès. Le site demeure toujours, en 2016, la propriété de cette famille.

2Surplombant le village implanté sur le versant sud de la colline, le castrum comprend un cinctus superior caractérisé par une butte centrale fortifiée d’une enceinte (cote d’altitude de 268 m NGF) et par une plate-forme périphérique où subsistent, au nord, plusieurs tours seigneuriales et, au sud, une chapelle castrale (260 m NGF). L’analyse architecturale des deux enceintes laisse entrevoir dans un premier temps un site dépourvu de fortification. Cinq logis correspondant à des tours seigneuriales ou au binôme tour-Aula, édifiés dans un rayon de 5 à 10 m, caractérisent cette coseigneurie. La tour ouest, la plus élevée (268.20 m NGF) occupe une position privilégiée sur la butte où elle domine l’ensemble du castrum. Par son implantation, l’édifice pourrait remplacer une tour primitive signalant dès 994 l’autorité de Rostaing de Sabran dans le territoire de la Sabranenque. De plan rectangulaire (80,25 m2 hors-œuvre) l’édifice conserve actuellement un seul niveau et devait s’élever au moins sur deux étages plus le couronnement sommital au regard de l’épaisseur des maçonneries mesurant 2,10 m. En 1860, l’installation d’une statue de la Vierge a entraîné de nombreuses modifications du plan avec notamment l’aménagement d’un escalier et d’une imposante terrasse. La tour sud, de plan plus ou moins carré, comporte une citerne en sous-sol, un premier niveau voûté en berceau plein cintre et un étage défensif. Accessible en rez-de-chaussée via quatre portes de dimensions variées s’ouvrant sur chacune des façades, le plan de la tour s’avère atypique. En effet, en milieu castral, les logis présentant en rez-de-chaussée quatre ouvertures s’ouvrant sur un espace mesurant seulement 23,79 m2 dans œuvre, apparaissent exceptionnels dans la région.

3Le logis le plus endommagé, la tour nord-est dite des latrines, se trouve être, en réalité, le plus imposant du site. D’une surface hors-œuvre estimée à 119,05 m2, les sondages archéologiques entrepris au sein de la salle du rez-de-chaussée et au pied nord-est de l’édifice ont révélé, outre l’existence d’éléments de confort (latrines, placards, niches d’éclairage), la présence d’un espace attenant laissant entrevoir le programme d’une tour avec aula. À l’ouest de celle-ci, la tour nord, dont la silhouette d’une hauteur de 15 m se dresse toujours dans le paysage, présente une organisation similaire. Accessible depuis le nord-ouest via une étroite porte en rez-de-chaussée conduisant à une salle voûtée, l’édifice, qui semble avoir été détruit au cours du xviie s., s’élève sur trois niveaux supérieurs et conserve son voûtement sommital. Le dernier édifice marquant l’étroite concentration d’habitats seigneuriaux ou chevaleresques a été partiellement découvert lors de l’étude archéologique du site, à l’est de la plate-forme. L’angle sud d’un bâtiment de plan vraisemblablement barlong présentant un emmarchement au sud-est tend à entrevoir le plan d’une nouvelle tour implantée à proximité de l’accès primitif oriental du castrum. Parallèlement à l’analyse des parements, des mortiers, des ouvertures, des voûtements et des dispositifs de confort, l’étude des bossages rustiques observés sur les tours nord-est et sud a mis en relief deux morphologies. Encadré d’un liseré soigneusement taillé sur une largeur de 3 à 5 cm, une bosse fortement prononcée et saillante marque les pierres de formes carrées tandis que l’appareillage rectangulaire est souligné d’un bossage plus ou moins plat et peu saillant. Les bossages rustiques de Sabran présentent des similitudes avec ceux observés sur le rempart d’Aigues-Mortes, sur la tour Bermonde de Sommières, à Anduze, au castrum de La Tour aux Salles-du-Gardon. Si le modèle des bossages de Sabran est répandu au cours du dernier quart du xiiie s. (1270-1300), le caractère plus rudimentaire de certaine bosse pourrait davantage désigner des constructions de l’extrême fin du xiie s. ou de la première moitié du xiiie s. En résumé, malgré des sources archivistiques laconiques relatives au castrum proprement dit, le cinctus superior de Sabran offre un bel exemple d’un site composé d’une butte et d’une plate-forme dont la fortification est postérieure à l’installation des cinq logis seigneuriaux ou chevaleresques (tours, tours-salles, bâtiments annexes) implantés sur le versant nord – nord-est. Si des décaissements et terrassements ont été effectués récemment, le terrain conserve en sous-sol de précieux vestiges architecturaux et archéologiques méritant d’être davantage étudiés afin de compléter la connaissance des castra de chevaliers-pariers du sud de la France.

Fig. 1 – Le château, plan d’ensemble

Fig. 1 – Le château, plan d’ensemble
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le château, plan d’ensemble
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31928/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Aspord-Mercier, « Sabran – Castrum » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31928

Haut de page

Auteur

Sophie Aspord-Mercier

Agence Archéologie & Patrimoine

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sophie Aspord-Mercier

Agence Archéologie & Patrimoine

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search