Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie201530 – GardSaint-Gilles – Jardin du Cloître

2015
30 – Gard

Saint-Gilles – Jardin du Cloître

Sondage (2015)
Responsable d’opération : Aurélie Masbernat-Buffat

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

10575

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1Au titre des recherches sur l’abbatiale de Saint-Gilles, une fouille dans la galerie nord du cloître, en collaboration avec le PCR dirigé par A. Hartmann-Virnich (AEGIMAIOR), s’est déroulée entre novembre 2014 et février 2015. La zone d’intervention a été implantée le long du mur sud de l’abbatiale, au niveau des deuxième et troisième contreforts occidentaux. La fenêtre de fouille s’est développée sur une bande d’environ 14 m de long et 6 m de large au maximum soit environ 84 m2. En raison de la présence de vestiges bâtis du cloître roman et de l’implantation des paliers de sécurité, la fouille a pu se poursuivre seulement dans les parties orientale et occidentale de l’emprise. Dans la partie est, la mise en place d’un blindage a permis d’appréhender la totalité de la stratigraphie sur environ 5,30 m d’épaisseur sous le niveau actuel. Le socle géologique a lui été atteint à une moyenne de 4,50 m. Il s’agit des lœss pédogénétisés de teinte orangé à ocre. Une quarantaine de centimètres plus bas, la molasse est apparue lors de la fouille complète d’un des silos médiévaux.

Une première phase très ancienne : néolithique moyen/néolithique final I ?

2Dans la zone est, la fouille a permis de mettre en évidence des niveaux de lœss contenant de rares inclusions anthropiques. Ces horizons, d’origine naturelle, ont livré quelques fragments de céramique non tournée, qui ne permettent pas de fournir une datation précise. Toutefois, la présence d’un fragment de lamelle en silex bédoulien indiquerait une occupation du néolithique moyen ou du néolithique final I (information G. Landier). Associée à ces strates anciennes, une petite fosse a été observée. Mal cernée, sa fonction n’a pu être définie mais sa seule présence indiquerait une véritable occupation de cette époque à proximité de la zone de fouille.

Une occupation médiévale précoce : vie-viiie s.

3Dans la zone orientale, un grand creusement d’origine anthropique a été observé à environ 3 m sous le niveau actuel. Il se développe en bordure ouest du troisième palier sur environ 4,50 m et présente un contour irrégulier. Le matériel céramique permet de caler une datation entre la deuxième moitié du vie s. et le début du viie s. La nature du sol géologique (lœss) incite à y voir une grande fosse d’extraction de lœss. Le lœss est un matériau propice à la construction en terre crue. Le bâtiment daté de la fin du vie s. et début du viiie s. étudié dans le préau du cloître en 2010 a été construit sur solin de pierre avec des élévations faites dans ce type de matériau. Une sépulture en bâtière de tuiles orientée est-ouest a été dégagée dans la zone est, en limite de berme.

4La mise en œuvre de cette tombe paraît classique avec un fond en tuiles plates sur lesquelles repose le défunt. De part et d’autre du fond aménagé, les tegulae sont dressées obliquement. En général, des tuiles courbes (imbrices) sont placées en couvre-joint mais ici la proximité de la berme et les aménagements postérieurs masquent une grande partie de la tombe. Une datation radiocarbone croisée aux autres données a permis de dater cette tombe de la seconde moitié du vie s. Par la suite, un grand silo est installé. Conservé sur près d’1 m de profondeur, il a été observé dans la zone est. Le matériel étant peu abondant dans son comblement, une datation Radiocarbone sur de la faune et l’analyse stratigraphique ont permis de caler une datation sur la fin du viie s. et la première moitié du viiie s. Son utilisation paraît contemporaine de l’utilisation du bâtiment dégagé lors des précédentes fouilles.

L’occupation des xe-xie s.

5À la suite des séquences stratigraphiques du haut Moyen Âge et après un hiatus au ixe s., plusieurs structures soulignent un fort degré d’investissement de l’espace. La zone est de nouveau exploitée pour l’extraction de lœss. En effet, la présence d’une grande fosse est clairement attestée pour le xe s. par la céramique. Le xe s. voit également se développer une aire d’ensilage, déjà bien documentée par les fouilles de 2010. Les sondages effectués jusqu’à maintenant laissent présager une densité importante de silos au maillage relativement serré, puisqu’au total 5 silos ont été identifiés (3 en 2010 et 2 en 2014-2015). Plus ou moins contemporaines, deux autres fosses assez similaires ont été en partie appréhendées. Leur fonction n’a pu être précisée. Par la suite, plusieurs niveaux viennent sceller la fin de l’utilisation de l’aire d’ensilage. Aucune construction ou aménagement particulier n’est en lien avec ces niveaux, très perturbés par les constructions du cloître.

L’aménagement de la galerie nord du cloître

6Lors des précédentes recherches (Masbernat-Buffat et al. 2012 et Hartman-Virnich et al. 2013), deux grands états du cloître ont été reconstitués. Le premier état permet d’imaginer un espace claustral beaucoup plus grand que celui visible actuellement. Si les galeries méridionale, orientale et occidentale se développent en suivant la configuration actuelle, la galerie septentrionale se situait par contre plus au nord de 8 m, sous l’église actuelle. Le second état, qui correspond à la construction de l’abbatiale actuelle, voit le cloître amputé de son tiers nord, au profit de l’église, beaucoup plus vaste que celle du début du xiie s. qui l’avait précédée. Lors des dernières fouilles, les limites méridionale et septentrionale de la galerie nord, large d’un peu plus de 4 m, ont pu être définitivement circonscrites au nord par l’église abbatiale et au sud par le mur-bahut dont seule la semelle de fondation subsiste. La fouille a permis la découverte d’un pilier, adossé au mur gouttereau de l’abbatiale, qui constitue pour le moment le seul vestige de l’arcature latérale. Une canalisation en pierre mise en place lors du 1er état du cloître continue à être utilisée lors de cette seconde phase. D’un point de vue chronologique, les deux états du cloître sont donc clairement apparus grâce aux croisements des données historiques et archéologiques : un premier état remonte probablement à la fin du xie-début xiie s. et une seconde phase est attribuable à la fin du xiie s. voire au début du xiiie s. à la suite de l’agrandissement de l’église abbatiale. Au sein de cette galerie nord, une aire funéraire se développe tout au long de l’utilisation du cloître. Une quarantaine d’individus a été identifiée en position primaire mais aussi en position secondaire (réductions) répartis chronologiquement entre le xiie s. et le début du xvie s. au plus tard. Comme dans le préau du cloître, plusieurs modes d’inhumation ont été observés : coffre de pierre, cercueil de bois et pleine terre. Tous les individus sont adultes et la présence de femmes est toujours attestée. Des tombes privilégiées ont également été mises au jour : un caveau monumental d’époque gothique situé au centre de la galerie ainsi que le socle en pierre de taille d’un enfeu adossé à la première travée du mur sud de l’abbatiale, installé dans des niveaux de la fin du xiiie-début xive s.

Abandon du cloître et chantier de récupération

7L’analyse stratigraphique a permis d’identifier des niveaux des xvie-xviie s. venant sceller la fin de l’utilisation de la galerie nord en tant qu’espace claustral et funéraire. Néanmoins, des aménagements, bien que très lacunaires et donc difficilement caractérisables, indiquent une continuité dans l’occupation de la zone. Le cloître de l’abbatiale de Saint-Gilles a fait l’objet d’un chantier de récupération très actif probablement tout au long du xviiie s. Ces épierrements ont concerné tout particulièrement le mur-bahut de la galerie nord et la canalisation. Parallèlement, de nombreux fragments architecturaux et des fragments de décors ont été jetés dans les tombes du xive s.

Fig. 1 – Localisation de l’emprise de fouille et plan général des vestiges principaux du cloître avec l’implantation des paliers de sécurité.

Fig. 1 – Localisation de l’emprise de fouille et plan général des vestiges principaux du cloître avec l’implantation des paliers de sécurité.

Fig. 2 – Vue générale de la stratigraphie dans la zone est

Fig. 2 – Vue générale de la stratigraphie dans la zone est

Vue du nord-ouest.

Cliché : A. Masbernat-Buffat.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de l’emprise de fouille et plan général des vestiges principaux du cloître avec l’implantation des paliers de sécurité.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 2 – Vue générale de la stratigraphie dans la zone est
Légende Vue du nord-ouest.
Crédits Cliché : A. Masbernat-Buffat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Masbernat-Buffat, « Saint-Gilles – Jardin du Cloître » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31936

Haut de page

Auteur

Aurélie Masbernat-Buffat

Mosaïques Archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Aurélie Masbernat-Buffat

Mosaïques Archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search