Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie201530 – GardValleraugue – Menhir de Trépaloup

2015
30 – Gard

Valleraugue – Menhir de Trépaloup

Sauvetage urgent (2015)
Responsable d’opération : Philippe Galant
Notice rédigée avec Hélène Breichner

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

10820

Chronologie :

Préhistoire, Néolithique

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1Ce monument mégalithique est connu anciennement, dressé dans le col de Trépaloup, juste en dessous et à l’est du sommet du Mont Aigoual. Il avait fait l’objet d’une évaluation de son état de conservation dans le cadre de l’établissement d’un bilan sanitaire de plusieurs monuments situés sur le territoire et en collaboration avec le Parc National des Cévennes.

2Ce menhir est constitué par une dalle de schiste. Il dépasse du sol d’environ 2,20 m. Sa largeur maximale est de 1,30 m à sa base. Son épaisseur assez régulière est d’environ 0,35 à 0,40 m. Sa morphologie actuelle indique encore une mise en forme volontaire originelle de la dalle avec un sommet asymétrique en pointe émoussée. Latéralement (côté ouest actuel) une échancrure semble résulter d’un bouchardage. Nous avons pu observer sur la face sud du menhir, qui semble être aussi la face d’arrachement de la dalle au sol, la présence d’une cupule ancienne situé à 0,75 m sous le sommet, disposée sensiblement sur l’axe médian, avec à son ouverture un diamètre de 7 cm et une profondeur de 3 cm. Le diamètre du fond est d’environ 2 cm. Ce menhir présente un grave problème de conservation. Nous avons constaté dans l’épaisseur la présence d’une large fissure de décollement visible sur toute la tranche hors-sol du monolithe. Au sommet, elle a une ouverture de 6 cm et elle reste marquée mais jointive à la base. Sur la face nord du menhir, une deuxième fissure de décollement est également visible, mais elle n’affecte que sa partie haute avec une largeur d’environ 1 cm.

3Dans le cadre du projet « retrouver l’Aigoual Mythique », la Communauté de communes Aigoual Causses Cévennes Terres solidaires a engagé des travaux de mise en valeur du site entre la station de ski de Prat-Peyrot et le sommet de l’Aigoual. Il s’agit pour l’essentiel de créer une voie douce en lieu et place de l’ancienne route qui rejoint le sommet par la face sud du massif. Ces aménagements concernent la création de dispositifs interdisant la circulation des véhicules, des constructions de murs destinés à guider les visiteurs, la création de belvédères et de haltes au long du cheminement. C’est dans ce cadre que le projet d’architecture avait envisagé de créer autour du menhir une zone de repos et une mise en valeur de la pierre dressée. L’objectif était de réaliser sur le pourtour du monument un tertre de pierre qui venait coiffer la base du monolithe. Informée de ce projet dans le cadre du suivi du dossier des travaux par les services du Parc National des Cévennes, la Drac LR-MP est intervenue pour proposer une expertise préalable afin de concevoir une valorisation plus en accord avec la réalité historique du monument.

4Sur place, il a été constaté que le sol naturel avait été complètement dégagé autour du menhir et qu’une tranchée circulaire avait été creusée autour de la pierre dressée. Elle était globalement située à une distance de 1,30 m du bloc, avec une largeur d’environ 1,00 m. Sa profondeur variait de 0,30 à 0,50 m en fonction de la présence du substrat. Dans les coupes dégagées par ces creusements, on pouvait observer que le comblement naturel était présent directement sur le substrat géologique. Sur les côtés sud et est du menhir, ce niveau était recouvert par des surcharges sédimentaires liées à des phases de réfection du chemin forestier qui part de la route, à partir du carrefour situé au niveau du menhir. Aucun élément mobilier ancien n’a été observé. Au pied du menhir, une fissure de décollement bien visible indiquait que le monument avait bougé lors de ces travaux de soubassement.

5Après l’arrêt des travaux, il a été décidé en lien avec les services de la Communauté de communes et ceux du Parc National des Cévennes d’engager dans l’urgence une opération de fouille archéologique. Celle-ci était destinée à préciser le contexte du site et à évaluer l’impact des travaux sur la stabilité de la pierre dressée afin de proposer une solution de remédiation.

6Le menhir se trouvait alors au centre d’une zone circulaire limitée par la tranchée de fondation du projet de tertre en pierre. Il a donc été décidé de fouiller deux quarts diamétralement opposés de cette surface, ce qui permettait une bonne lecture des sols et d’obtenir les coupes des remplissages sur les deux grands axes. Afin d’être cohérentes, ses divisions ont été positionnées sur les axes du menhir.

7La fouille n’a pas révélé de niveau de sol en lien avec le monument. Tout au plus, une concentration de tessons de bouteilles modernes en verre a été constatée superficiellement et préférentiellement autour de la base de la dalle. Par contre, juste sous ce niveau, les éléments de calage apparaissaient en périphérie de la base. Ils se matérialisaient sous la forme de blocs de schiste de taille pluri décimétrique, imbriqués les uns contre les autres jusqu’à venir au contact de la dalle. À la base de ce dispositif, d’environ 0,40 m de puissance, les blocs de calage plus étroits s’engageaient dans une fosse étroite. Celle-ci a pu être ponctuellement vidée jusqu’à la base de la dalle. Dans sa partie basse, elle n’excédait que de quelques centimètres l’épaisseur du menhir. Elle était donc juste adaptée aux mensurations de la partie inférieure du menhir ; le dispositif de calage n’affectant que la partie la plus haute située dans le sol superficiel. Le fond de la fosse ayant été atteint, la hauteur totale du menhir a pu être mesurée : elle est de 3,07 m. Dans cette configuration, c’est un peu moins du tiers de la hauteur de la dalle qui se trouve dans le dispositif de calage, configuration qui paraît moderne et jamais rencontrée dans le cas de calages anciens.

8Les seuls éléments mobiliers retrouvés concernent des fragments de bouteille en verre, dont la nature et la forme permettent de les situer au début du xxe s. Ils se trouvaient coincés entre les blocs de calage et la fosse de base. Il n’y avait aucune possibilité pour que ces éléments soient infiltrés naturellement depuis la surface. Dans sa situation actuelle, le menhir a donc été dressé au début du xxe s. L’étude des documents cadastraux anciens indique que plusieurs parcelles viennent se terminer en pointe à une dizaine de mètres à l’ouest du monument. Ce point constitue géographiquement l’endroit où le col est le plus marqué. Il se trouve également sur la route actuelle. Ces éléments permettent de penser que le menhir pouvait se trouver initialement en ce point et qu’il a été déplacé à la toute fin du xixe s. lors de la création de la route qui conduisait au sommet de l’Aigoual pour desservir l’observatoire météorologique alors en construction.

9À l’issue de l’opération, le calage de la base du menhir a été reconstitué de façon à immobiliser le bloc déstabilisé lors des travaux d’aménagement. Le niveau de sol initial a été reconstitué selon sa nature avant les travaux. Le projet d’aménagement a été modifié et le menhir ne sera pas affecté par une construction sans fondement avec son histoire. La Communauté de commune doit engager des travaux de consolidation de la dalle en faisant appel à un restaurateur spécialisé. Ces travaux seront suivis par la Drac LR-MP.

Fig. 1 – Vue générale du site en cours de fouille

Fig. 1 – Vue générale du site en cours de fouille

Cliché : P. Galant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du site en cours de fouille
Crédits Cliché : P. Galant.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/31944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 942k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Galant, Hélène Breichner, « Valleraugue – Menhir de Trépaloup » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31944

Haut de page

Auteurs

Hélène Breichner

Drac Languedoc-Roussillon (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Philippe Galant

Drac Languedoc-Roussillon (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Galant

Drac Languedoc-Roussillon (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search